samedi 16 janvier 2016

Que cache l’escale mystère de Victoria Nuland à Kaliningrad ?




La version officielle : Des hauts responsables russes et américains se sont rencontrés vendredi dans l'enclave de Kaliningrad, le territoire le plus à l'ouest de la Russie, pour discuter de la crise ukrainienne et tenter de soutenir la fragile trêve en vigueur dans l'est du pays. 
 En réalité, Nuland est venue mettre en garde les Russes contre une attaque imminente de l'OTAN.
Résultat de recherche d'images pour "kaliningrad tourisme"

Selon la version officielle publiée dans les journaux, la secrétaire d’État adjointe américaine Victoria Nuland a rencontré Vladislav Sourkov, un influent conseiller du président russe Vladimir Poutine, près de Kaliningrad, la capitale de l'enclave du même nom située entre la mer Baltique, la Pologne et la Lituanie.  "La rencontre est fermée aux médias. Le sujet, c'est l'Ukraine", a déclaré cette source officielle russe. La réunion a lieu en Russie car Vladislav Sourkov est visé par des sanctions occidentales liées au rôle présumé de la Russie dans la crise ukrainienne et n'a pas le droit de voyager en Europe, a-t-elle précisé.
La diplomatie américaine a confirmé cette rencontre, évoquant "le besoin de discuter de la mise en œuvre totale des accords (de paix) de Minsk" pour l'est de l'Ukraine.

Kaliningrad: rencontre entre responsables russes et américains pour évoquer l'Ukraine
Kaliningrad
La version réelle



Moins de 24 heures après que le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov et le secrétaire d’État américain John Kerry aient convenu de se rencontrer à Zurich, le 20 Janvier 2016, l’avion militaire américain transportant Victoria Nuland,  a « exigé » l'autorisation immédiate d'atterrir à la base aéronavale hautement secrète, Chkalovsk, située dans l'oblast de Kaliningrad.

Nuland venait de quitter l'aéroport international de Vilnius en Lituanie, après sa rencontre avec le ministre des Affaires étrangères de ce pays, Lazar Comanescu, et se dirigeait vers Berlin, lorsque brusquement, elle changea d’avis.

Dès son débarquement à Chkalovsk, Nuland, a « insisté » pour rencontrer personnellement le président Poutine. Ce dernier  a refusé,  car Nuland est connue pour sa totale allégeance à Hilary Clinton et non au président Obama. Poutine a, cependant, envoyé son principal conseiller, Vladislav Sourkov, pour rencontrer Nuland. Le ministère russe des Affaires étrangères déclare alors simplement : "Nuland est arrivé à la région de Kaliningrad, et une rencontre avec Sourkov sera tenue à la résidence présidentielle dans la ville de Pionerski. Ce sera une réunion à huis clos. "

Les personnes qui ont accompagné Nuland lors de son débarquement à Pionerski, la décrivent comme étant dans un état "extrêmement agité", en répétant sans cesse: «la guerre approche! La guerre est à nos portes! », ajoutant que la Russie avait " manqué à sa promesse " et que " maintenant tout le monde va payer ".

Tout aussi troublant, Nuland aurait  affirmé que le président Obama était en train de "nettoyer la maison pour se protéger» et «ce qui est arrivé à Hawaï en est juste le début ; et je suis la prochaine sur la liste ". Les craintes de Nuland semblent être liées à l'accident de deux hélicoptères des Marines, survenu au large d'Hawaï, qui a eu lieu peu de temps après l'arrivée de Nuland à Chkalovsk. Ils transportaient les forces spéciales chargées  de la sécurité du président Obama lors de son récent voyage de vacances.

Les Russes savent que Nuland a constamment désigné le président Poutine comme "votre putain de tsar", et que Nuland fait partie intégrante de la "Cabale Hillary Clinton" qui a détruit l'Ukraine, avec le concours de la fameuse société américaine de sécurité Stratfor (alias la CIA de l’ombre). Cette action de Nuland en Ukraine a été appelée « le coup d’État le plus flagrant de l'histoire ». Elle y a installé un gouvernement de néo-nazis tout en l'éloignant de l'UE, et tout le monde se rappelle de son fameux  “Fuck the EU!

Cette tentative de Nuland "d’arrêter la guerre mondiale" qui, selon elle, est sur le point d’éclater, rappelle un incident similaire qui a eu lieu le 10 mai 1941. Rudolf Hess, alors proche collaborateur d’Adolph Hitler, avait atterri  en Écosse, dans une tentative de faire la paix avec la Grande-Bretagne et d'éviter la Seconde Guerre mondiale. Mais cela n'a servi à rien.

Hannibal GENSERIC