samedi 20 février 2016

Daesh décapite des adolescents parce qu'ils écoutaient de la musique

Le groupe djihadiste aurait décapité un adolescent pour avoir écouté de la musique pop et abattu deux autres qui avaient manqué la prière du vendredi, sur fond de répression des libertés individuelles dans le fief irakien de Daesh à Mossoul.
Selon l'agence kurde ARA News, un garçon de 15 ans nommé Ayham Hussein a été capturé par des combattants de Daesh en patrouille. Il est accusé d'avoir écouté de la musique pop dans l'épicerie de son père.

Des combattants de Daesh dans les environs de la ville de al-Shadadi en Syrie
"Soldats du Prophète" : sales et patibulaires

Un porte-parole du centre de presse kurde à Ninive, cité par la même source, a déclaré que l'adolescent était en train d'écouter «de la musique occidentale» au moment du passage de la patrouille. «Il a été renvoyé devant le tribunal de la charia, qui a rendu la décision de l'exécuter», a ajouté cette source.
Le garçon aurait alors été décapité en public, avant que son corps ne soit remis à sa famille le mardi soir.
Selon le porte-parole, ce cas constituerait une première, ajoutant que le tribunal de la charia n'avait émis aucune interdiction formelle d'écouter de la musique occidentale.
Par ailleurs, ARA News a également signalé l'exécution de deux jeunes hommes qui avaient été arrêtés vendredi dernier pour ne pas avoir assisté à la prière à la mosquée principale de Mossoul.
A Mossoul, la répression des liberté individuelles par le tribunal de la charia suit son cours. Fin janvier, un garçon de 14 ans aurait été décapité devant ses parents pour avoir manqué la prière.

Effroyable barbarie des femmes djihadistes de la brigade Al-Khansaa

femmes djihadistes
Plusieurs journaux britanniques dont le Daily Mail du 29 décembre, relatent les faits suivants. L’État Islamique a une haine particulière pour les femmes enceintes des populations non-djihadistes et leurs bébés. De manière générale, une violence effroyable s’est exercée contre toute maternité ; principalement contre les chrétiennes et les Yazidis et toutes celles que Daesh considère comme ses ennemies. Il a été créé une police spéciale de femmes entièrement voilées et armées chargées de faire respecter ce qu’elles estiment être les bonnes mœurs. C’est la brigade Al-Khansaa. En Syrie à Raqqa, capitale du soi-disant califat islamiste, une vieille femme bien qu’entièrement voilée a été abattue dans la rue sans autre forme de procès parce qu’elle portait une écharpe rouge. Une autre femme, entièrement voilée, voulait faire cesser de pleurer son bébé un peu trop bruyant. Elle se mit à l’allaiter sous son niqab. La brigade des mœurs a estimé que cela violait la décence publique bien que personne ne voyait quoi que ce soit ni d’elle ni de son bébé. Elle a été arrêtée. Son enfant a été confié à une autre femme ; la mère a été exécutée après avoir été mutilée.
L’Etat Islamique a décidé que les prisonnières pouvaient être mariées à partir de l’âge de neuf ans. Qu’elles étaient à la disposition complète des combattants, devaient rester cachées. Les femmes Yazidis sont des esclaves sexuelles. 40.000 d’entre elles entre 8 et 30 ans ont été capturées, mariées de forces. En cas de grossesses, elles sont avortées sans ménagements. Elles sont battues à tout propos, vendues en public. À la moindre résistance elles sont égorgées comme des animaux. Elles sont voilées totalement par le niqab et n’ont pas le droit de sortir sans être accompagnées. Interdiction d’écouter de la musique. Beaucoup d’entre elles sont mariées de force à des kamikazes et passent ainsi de l’un à l’autre.
150 Françaises sont actuellement en Syrie ; elles donnent une aide importante voire indispensable aux combattants. Plusieurs d’entre elles font aussi partie des sinistres brigades Al-Khansaa.
Jean-Pierre Dickès
Source http://www.medias-presse.info/effroyable-barbarie-des-femmes-djihadistes-de-la-brigade-al-khansaa/46490#hPQsOmiMHbxlwtR1.99


Le chef de file des femmes combattantes de DAECH a été tuée dans des affrontements avec l'armée syrienne et les forces kurdes dans la province Hasaka vendredi 19/02/2016.
Rima al-Jarish était la coordinatrice du bataillon "Al-Khansa" de Daech dans la ville d'Al-Shadadi dans la province de Hasaka.

Selon Fars News, Al-Jarish était la femme d'un détenu saoudien et mère d'un commandant daéchien qui a quitté l'Arabie saoudite pour la Syrie en 2014 pour rejoindre le djihad du nikah [1] chez DAECH. Grâce ses exploits sexuels, puis ses exploits de tortures et d'exactions contre les femmes non daéchiennes, elle a gravi les échelons daéchiens. Elle a rejoint hier les houris [2] du Paradis djihadiste.


[1]  Le "nikah djihadiste" ou la "prostitution halal"

[2]  Mokhtar au Paradis des Houris

Hannibal GENSERIC