mardi 2 février 2016

La Russie aide l'Arabie à capturer 9 agents de la CIA travaillant avec DAECH



Le Service de renseignement extérieur (SVR) russe, rapporte que le Royaume d'Arabie Saoudite (KSA) a ciblé avec succès l'un des plus grands réseaux terroristes que cette nation ait jamais rencontré après que le roi Salman ben Abdulaziz Al Saoud, ait été personnellement mis en garde par le Président Poutine le mois dernier.

Rappelons que, selon le journal Russe Novaya Gazeta, Dmitry Peskov, porte parole du président russe, avait indiqué récemment que Poutine critique fortement le régime saoudien pour son soutien aux groupes terroristes en Syrie. Il avait déclaré : "les autorités saoudiennes se cramponnent au pouvoir dans l'espoir d'entraver la chute de leur système politique primitif et barbare en essayant d'affaiblir la stabilité et l'intérêt des pays voisins". Le  président Russe a spécifié que son pays ne restera passif face à l'Arabie si ce pays continuer d'entraver le processus du dialogue en Syrie. « Riyad doit cesser sa malveillance à l'encontre de Syrie, c'est impératif pour tous les partis syriens d'accepter une solution pacifique afin de mettre fin à la guerre civile en Syrie, la Russie ferait retourner l'Arabie Saoudite à l'âge de la pierre à moins que ce pays cesse de soutenir le terrorisme » ajoutait le président Russe.
Toujours selon ce rapport, au début du mois de janvier, la Russie a été "approchée" par le ministre saoudien des Affaires étrangères, Adel al-Jubeir, qui, au nom du roi, indiqua que le Royaume voulait améliorer ses relations avec la Russie. Il avait alors déclaré publiquement: "La Russie est une grande puissance, et 20 millions de ses habitants sont musulmans. La Russie peut jouer un rôle positif et nous voulons améliorer nos relations avec la Russie, sans porter atteinte à nos relations avec d’autres ".
En réponse à cette ouverture du roi Saoudien, le président Poutine a fait connaître au Royaume que la « patience limitée » de la Fédération concernant la complicité des gouvernements d’Arabie avec la CIA dans le financement et l'armement de l’État islamique (ISIS / ISIL / Daesh), touchait à sa fin, et que la Russie les avertit  que le  "jour de colère" va arriver.
Résultat de recherche d'images pour "9 agents CIA Arabie"
Sigle du GIP saoudien
Dans une tentative pour savoir si l’Arabie est capable de faire face à la CIA, le président Poutine a signé un décret autorisant le SVR à communiquer avec la principale agence de renseignement saoudienne, la GIP , en lui transmettant les emplacements connus des terroristes daéchiens et des agents de la CIA qui les cornaquent en Arabie.
Suite à ces informations communiquées par la Russie, l’Arabie a mis la main sur le réseau terroriste « CIA-État islamique » , a capturé de 33 de ses membres, et recherche 9 autres membres en promettant des récompenses substantielles pour leur capture. Et surtout, l’Arabie a arrêté les 9 agents de la CIA, qui sont tous des citoyens américains. Ces suspects incluent trois ressortissants du Yémen, deux de Syrie, un d'Indonésie, un des Philippines, un des Emirats Arabes Unis, un du Kazakhstan et un Palestinien.
De leur côté, les responsables américains ont déclaré à « Reuters News Service », que les USA ne peuvent pas confirmer immédiatement que des citoyens américains sont parmi les  suspects arrêtés par le GIP. Cependant, il est connu qu’en pratique la CIA ne divulgue jamais  l'identité de ses agents capturés car ils préfèrent négocier secrètement leur libération ou leur échange.
Résultat de recherche d'images pour "9 agents CIA Arabie"Mais en plus des craintes de l'Arabie saoudite relatives à l'avertissement du président Poutine sous la forme de la «journée de la colère", ce sont les réunions actuellement en cours au Kremlin avec le principal conseiller du guide suprême l'ayatollah Ali Khamenei pour les affaires internationales, Ali Akbar Velayati, concernant les quotas de production de pétrole. Si les  Russes et les  Iraniens devaient coordonner leurs actions, cela pourrait porter une grave atteinte à la position de l'Arabie, qui est au bord de l'effondrement économique.

Hannibal GENSERIC