jeudi 18 février 2016

L’intervention militaire Turque en Syrie : deux scénarios possibles

Des informations font été actuellement qu’au moins une brigade motorisée saoudienne équipée d’environ 90 véhicules blindés ont été placés à la frontière irakienne. Cette force pourrait devenir un noyau pour une force commune qui pourrait être utilisé par la coalition islamiste sunnite wahhabite dirigée par l’Arabie Saoudite [1] pour soutenir l’intervention de l’armée turque en Syrie.
L’équilibre militaire dans le nord de la Syrie est en train de changer rapidement.
L’armée syrienne et les milices locales soutenues par les forces aériennes russes ont coupé les terroristes des lignes de ravitaillement majeures de la Turquie et ont presque encerclé les forces islamo-terroristes  dans la ville d’Alep. Cela est devenu possible grâce à l’action des Forces de défense aérospatiales russes qui détruisent les sources de financement et d'approvisionnement des terroristes depuis 2015. Ainsi, nous avons pu observer une détérioration sur le champ de bataille qui conduit à un effondrement complet des forces terroristes en Syrie, étape par étape. Cela a également contrecarré les plans des joueurs étrangers de l'Axe du Mal (USA, Israël, Arabie, Turquie) intéressés à renverser le gouvernement d’Assad.
Dans la situation actuelle, le régime d’Erdogan agit comme commanditaire principal et créateur d’une menace terroriste dans le Moyen-Orient. La Turquie est une partie cruciale du réseau logistique terroriste qui permet aux groupes terroristes en Syrie de recevoir des livraisons d’armes et des renforts. Les élites turques ont des liens d’affaires forts, principalement dans la contrebande de pétrole avec l’ÉI / Daech et d’autres groupes terroristes en Syrie. 
Les ambitions impériales d’Erdogan au Moyen-Orient jouent également un rôle important dans le conflit. Erdogan estime que la répartition de la Syrie lui permettra de mettre en place un protectorat ou même d’occuper la partie nord des pays arabes, son rêve de rétablir l'Empire Ottoman est toujours vivace.
Les succès des forces antiterroristes en Syrie ont détruit l’espoir de réaliser ces plans facilement. Considérant cela, le régime d’Erdogan a lancé les préparatifs pour une intervention directe en Syrie sans aucun mandat légal. Une concentration élevée des forces militaires turques est déjà observée à la frontière syro-turque par des sources civiles et militaires. En outre, il y a des preuves vidéos irréfutables que la Turquie a mené une série de tirs d’artillerie transfrontaliers violant la souveraineté syrienne.
Les experts suggèrent que la Turquie est prête à déployer quelque 18,000 troupes avec un soutien aérien et d’artillerie substantielles pour occuper une zone de 30 kilomètres à l’intérieur de la frontière, allant de la ville de Jarabalus vers l’ouest jusqu’à la ville d’Azaz. 
 L’opération couverait une zone sous le contrôle actuel de Daech, et fournirait une aide militaire directe aux terroristes et faciliterait l’établissement d’une zone tampon pour les vestiges de leurs forces dans le nord de la Syrie. Cela augmenterait dramatiquement les tensions avec l’Armée Arabe Syrienne (AAS) et les Forces démocratiques syriennes(FDS/ YPG), majoritairement kurdes. Cependant, l’armée turque est tout à fait capable de compléter son premier mouvement visant à pousser l’AAS et les FDS de la zone précitée et d’occuper une partie significative de la Syrie du Nord.
Cette étape se heurtera probablement à une forte réponse du groupement militaire russe situé dans le pays. Le système de défense marin et de terre russe et les avions de chasse sont tout à fait capables de neutraliser l’armée de l’air turque, ce qui permettra au gouvernement syrien de contre-attaquer les forces d’intervention turque. Ainsi, les forces antiterroristes auront la chance d’exercer une contre-attaque qui sera probablement prise en charge par les Forces de défense aérospatiale russe.

Cette situation conduit à 2 scénarios principaux:

1- Si l’AAS avec le soutien des forces miliciennes , l’Iran et la Russie, n’est pas en mesure de repousser l’armée turque de la Syrie, le régime d’Erdogan va renforcer sa présence dans les territoires occupés et utilisera le temps gagné pour recevoir de l’aide au niveau du renseignement et un soutien aérien par l’OTAN. Dans ce cas, le conflit pourrait facilement conduire à une guerre mondiale.
2- Si l’AAS soutenue par les milices locales, l’Iran et la Russie repousse les forces d’intervention turques de la Syrie, l’OTAN devra faire face au fait que la Syrie est de facto libérée et les terroristes coupés de leur principal fournisseur. Cela pourrait prévenir une escalade au niveau mondial. Toutefois, les pays de l’OTAN renforceraient leur présence en Irak et l’utiliseraient comme point d’appui pour lancer d’autres actions destructrices contre la Syrie. La situation deviendra également particulièrement aiguë en Ukraine et en Asie centrale, car une déstabilisation dans ces régions pourrait être facilement utilisée contre les principaux alliés de la Syrie: la Russie et l’Iran.
Source :  http://fr.southfront.org/revue-de-la-politique-etrangere-lintervention-militaire-de-la-turquie-en-syrie/

[1]  Pompiers Pyromanes. Les Saoudiens vont lutter contre DAECH !!

VOIR AUSSI :

La Turquie attaque la Syrie => à quand les sanctions ?

SYRIE. Plans "d'attaque nucléaire" par les perdants

Vidéo