vendredi 5 février 2016

SYRAK. Les Américains essaient d'assassiner le général Soleïmani



Les équipes de tueurs de la CIA, y compris les « US Navy Seals [5] », opérant dans la région d'Idlib / Alep de Syrie, visent des cibles russes et iraniennes, et spécialement  le général Soleimani, le Rommel [1] ou le Giap [2]  de la guerre du 21e siècle.

TEHERAN (FNA) - Le chef d'état-major des  forces armées iraniennes, le Major général Hassan Firouzabadi a averti que les États-Unis projettent d'assassiner le commandant de la Force Qods des Gardiens de la révolution islamique (IRGC), le major  général Qassem Soleimani [3].
«Les Américains sont désespérés de ne pas pouvoir tuer le général Soleimani, afin qu'ils se sentent mieux dans leur peau", a déclaré Firouzabadi aux journalistes à Téhéran le jeudi 4/2/2016.
Il a toutefois soutenu que des mesures de sécurité maximales sont en place pour protéger le commandant iranien contre de telles menaces. Ce général sait comment organiser ses forces, lancer des offensives contre les terroristes, et obtenir des résultats probants.
Le général Soleimani, lui-même, avait dit en Novembre dernier qu'il s’attendait au martyre, et qu’il se moquait des rumeurs sur son bien-être.
Lors d'une interview avec le site Web d’information et d’analyse arabophone Al-Waqt, le général Soleimani s’est référé à l'assassinat de l'ancien ambassadeur d'Iran à Beyrouth, Qazanfar Roknabadi, pendant la  récente " bousculade" [4]  à la Mecque, et dont le corps a été identifié après les tests ADN et rapatrié à Téhéran la semaine dernière, et a dit que son martyre à la Mecque en remplissant le pèlerinage était une fin glorieuse pour lui.
Il a décrit Roknabadi comme étant une figure révolutionnaire, et dit: «Roknabadi a joué un rôle important dans la sauvegarde de l'intégrité du Liban contre les bombardements sauvages du régime sioniste pendant la guerre de 33 jours de l'été 2006."
Interrogé sur les rumeurs au sujet de sa blessure ou de sa mort en Syrie, propagées par les groupes terroristes et les médias sionistes, le général Soleimani a dit: «C’est  ce que je cherche dans toutes les plaines et les montagnes où le combat m’appelle."
Des terroristes syriens ont affirmé en Novembre qu'ils avaient tué le général Qassem Soleiman. Leur déclaration n'a pas été confirmée par aucune autre source, à part le site israélien Debka, proche des militaires, qui  a également publié cette rumeur des terroristes, affirmant qu'ils ont frappé sa voiture avec un missile TOW.
Mais une source bien placée dans le IRGC iranien a fermement rejeté ces rumeurs comme «ridicules», soulignant que «le brave commandant est vivant et en sécurité". Elle a ajouté : "Ces rumeurs ont été répandues par les terroristes en raison des grands coups qu'ils ont reçus des forces syriennes menées par les conseillers militaires iraniens dans différentes parties de la Syrie au cours des deux derniers mois, compte tenu du rôle clé du général Soleimani dans leurs défaites" .
La source a refusé de mentionner où le général Soleimani est stationné maintenant, le lieu où il se trouve est un top secret, seuls quelques commandants de haut niveau connaissent sa localisation en temps réel."

NOTES
Résultat de recherche d'images pour "général giap"[1] Võ Nguyên Giáp, né le
Il est connu pour être le vainqueur de la bataille de Ðiện Biên Phủ (1954), qui a sonné la défaite et le départ des Français d'Indochine.
Le général Vo Nguyên Giap est entré dans l’histoire militaire et les études militaires et stratégiques de son vivant, admiré par ses amis et ennemis. « Général autodidacte », selon ses propres termes, il n'a suivi les cours d'aucune académie militaire.

Résultat de recherche d'images pour "général rommel"[2] Erwin Johannes Eugen Rommel, né le à Heidenheim et mort le à Herrlingen, est un Generalfeldmarschall allemand de la Seconde Guerre mondiale. Il est officier pendant plus de trente ans et sa carrière se déroule dans l'armée de terre allemande au service des régimes politiques qui se succèdent alors. À la suite de sa campagne en Afrique du Nord, il est surnommé, aussi bien par ses compatriotes que ses adversaires, « le Renard du désert » : « der Wüstenfuchs » en allemand. N'ayant pas commandé de troupes sur le front de l'Est, il est réputé être l'un des rares généraux du Troisième Reich à n'avoir pas commis de crime de guerre ou de crime contre l'humanité.

[3] Lors d'une réunion à Moscou en juillet 2015, le général Qassem Soleimani a déployé une carte de la Syrie et expliqué à ses hôtes russes comment les revers du président Bachar el-Assad pouvaient être transformés en victoire – avec l'aide de la Russie.
La visite du général à Moscou a été la première étape préparant l'intervention militaire russe qui a rebattu les cartes dans la guerre en Syrie et donné naissance à une nouvelle alliance russo-iranienne en soutien au président Assad.
Qassem Soleimani est le commandant de la force al-Qods, la force spéciale chargée des opérations extérieures des pasdaran, les gardiens de la révolution islamique. Il reçoit ses ordres directement du guide suprême de la révolution islamique, l'ayatollah Ali Khamenei. Ce militaire d'élite né en 1957 aurait accédé au commandement de la force al-Qods en 1997 ou 1998.
Le général Soleimani est une vieille connaissance des Occidentaux. Dans une interview en mars 2015 au Washington Post, David Petraeus, ancien commandant des forces américaines en Irak et en Afghanistan et ex-directeur de la CIA, mentionnait un message que Soleimani lui avait fait remettre au printemps 2008, en pleine offensive des forces irakiennes et de la coalition américaine contre les milices chiites d'Irak. « Général Petraeus, disait ce message, vous devriez avoir conscience que moi, Qassem Soleimani, je contrôle la politique iranienne en Irak, en Syrie, au Liban, à Gaza et en Afghanistan. »

[4] Assassinat et kidnapping. Saoudiens et Israéliens organisent une "bousculade" à La Mecque : 9000 morts et "disparus"

[5]  Les SEAL (acronyme de « Sea, Air, Land » ; en français « mer, air et terre ») ou Navy SEALs sont la principale force spéciale de la marine de guerre des États-Unis (US Navy).
Les équipes SEAL sont entraînées pour être déployées sur une variété de missions, dont les opérations de reconnaissance spéciale, la guerre non conventionnelle, la défense depuis l'étranger, les prises d'otage, le contre-terrorisme, la préparation de terrain avant un débarquement et la capture de chefs de guerre

Hannibal GENSERIC