jeudi 17 mars 2016

Arabie – Russie. L’arroseur arrosé



Il y a un vieux dicton arabe qui dit :
 "Si tu creuses un puits pour y pousser quelqu’un, tu y tomberas ».
فيه من حفر بئرا لأخيه وقع  
 Ce dicton décrit parfaitement ce qui est arrivé à l’Arabie Saoudite et à un certain nombre de ses satellites du CCG qui ont accepté d’appuyer la stratégie de prix cassé du pétrole sur les marchés internationaux afin d'en exclure la Russie. Cette stratégie a infligé d'énormes dégâts financiers aux intérêts nationaux des Etats du CCG, car plus de 70% de leur budget  provient des exportations de pétrole.
Donc, lorsque l'argent a cessé de couler à flots, ils se sont trouvés incapables de financer les programmes sociaux ou de payer des «offrandes» aux chefs tribaux qui préservent la stabilité au sein de ces Etats. En raison de 50 ans de bénéfices pétroliers à couper le souffle, les populations des États du CCG ne sentent guère besoin de travailler pour gagner leur vie. Ils ont remis tous les emplois aux mains de travailleurs immigrés venant d'Asie et du monde arabe. Le travail est allé à ces travailleurs étrangers qui sont prêts à exécuter les tâches les plus épuisantes pour des salaires qui sont 5 à 7 fois plus faibles que ceux que des autochtones, lesquels sont les seuls (avec les maîtres anglo-saxons) autorisés à occuper des positions plus éminentes dans les secteurs bancaire, du pétrole et du gaz, et bien sûr, des l’armée et de la police.
Mais en 2014, les autorités saoudiennes ont décidé qu'il serait possible de pousser la Russie en dehors des marchés européens et asiatiques du pétrole par la chute des prix du pétrole. La même idée était particulièrement chère à Washington depuis que l'administration Obama voulait faire autant de mal que possible à l'économie de la Russie en raison de la position de Moscou sur l'Ukraine et la Syrie, étant donné que les sanctions illégales l'Occident imposait à la Russie ne produisaient pas les résultats souhaités. Dans une certaine mesure, ce plan a réussi, car il a  réduit les recettes du budget de la Russie de près de la moitié en paralysant une économie qui était, avant cela, orientée à la hausse. Cependant, chemin faisant, Riyad a pratiquement détruit l'industrie du pétrole de schiste aux États-Unis, ce qui peut être perçu comme des «dommages collatéraux» par leurs maîtres occidentaux. Les Saoud ont décidé qu'ils étaient les seuls capables de punir Moscou pour son soutien constant au peuple syrien et pour son effort pour développer les relations bilatérales avec l'Iran et même avec l'Irak, des Etats qui pourraient former un arc chiite capable de contester, voire de détruire, la tyrannie du régime saoudien.
Et maintenant, nous pouvons jeter un regard sur les résultats de cette stratégie.
La Russie a pris un coup sévère, mais est restée debout et puissante, même s’il lui faudra des années pour ramener son économie au niveau où elle l’était en 2014. Mais ce qui est beaucoup plus important, c’est que la Russie a appris une leçon utile - elle ne doit plus dépendre de l'exportation des hydrocarbures. En définitive, cette stratégie est beaucoup plus néfaste à l'Arabie saoudite, qui ne produit rien d'autre que des hydrocarbures, et qui est entièrement dépendante de la main-d'œuvre pas chère en provenance d'Asie. En outre, en l'an 2016, Riyad a découvert qu'il n'a pas d'argent pour payer les travailleurs étrangers ; et sa population a oublié depuis longtemps comment réparer les voitures, faire fonctionner les centrales électriques ou même vendre des choses sur les marchés. Les Arabes du Golfe sont devenus les nababs, les «nouveaux riches», entièrement dépendants des recettes pétrolières qui leur sont distribuées par le budget. Ils bénéficient d'une éducation gratuite, de soins de santé gratuits, etc. Mais le temps de la profusion excessive est presque terminé maintenant. Et si le Koweït et le Qatar peuvent toujours soutenir l'illusion de la prospérité en puisant profondément dans leurs fonds d'Etat, l'Arabie saoudite et les EAU ont commencé à le faire depuis un certain temps maintenant. Ces deux états dépensent des sommes faramineuses d'argent dans les guerres du Yémen et de Syrie chaque mois (en armes et en salaires des mercenaires), épuisant même le plus grand des trésors.
Pour aggraver les choses, les travailleurs migrants sont de plus en plus frustrés par les pays du Golfe Persique. Ils se sont habitués à faire de l'argent décent en travaillant pour les riches, alors que maintenant, leurs contrats sont appelés à être remaniés et revus à la baisse. Beaucoup préfèrent donc rester dans des situations illégales en attendant des jours meilleurs. Ils deviennent ainsi un facteur de déstabilisation, compte tenu de la proportion des populations locales par rapport aux migrants. Au Qatar, il y a sept travailleurs migrants pour chaque natif, alors que dans les Émirats arabes unis ce niveau oscille autour de six à un. On peut alors affirmer qu’en cas de troubles, l'armée ou la police vont se retrouver impuissantes si des centaines de milliers de personnes descendent dans  les rues. En fait, une menace de «révolution» flotte bien dans l'air.
Mais le plus  drôle est que les élites dirigeantes ne sont guère plus heureuses, en particulier à Riyad, où les rumeurs sont que le roi Salmane va abdiquer en faveur de son fils Mohammed qui est âgé de seulement 34 ans. Et que ferait-il? Après tout, Salmane avait connu tous ceux qui conservaient le régime pendant des décennies. Il est temps d'acheter la loyauté des chefs tribaux pour stabiliser le pays, mais la Maison des Saoud n'a pas suffisamment d'argent pour le faire.
Les Etats du CCG sont devenus des témoins impuissants de l’effondrement de leurs économies puisque leurs recettes d'exportation du pétrole ont diminué de 360 milliards de dollars. Si un baril de pétrole Brent était bien au-dessus de 100 dollars en 2014, aujourd'hui il est vendu au prix de 38 dollars. Dans ces circonstances, les gouvernements sont contraints de réduire tous les coûts. Selon le directeur du Fonds monétaire international pour la région du Golfe, Masood Ahmed:
« 2015 a été une année difficile, mais cela est juste le début d'un processus d'ajustement pluriannuel: 2016 sera tout aussi difficile, et puis il y aura 2017 et 2018. L'année prochaine, le ralentissement va s’accélérer. »
Il est difficile de blâmer les investisseurs locaux et étrangers pour leurs humeurs de plus en plus déprimées, puisque les politiques fiscales et monétaires plus strictes sont inévitables, et que les marchés se préparent aux conséquences négatives de celles-ci. La forte baisse des dépenses publiques va paralyser le secteur privé, et les États du CCG ont été habitués à les maintenir à un niveau élevé afin d'éviter des troubles sociaux massifs.
Dans ces circonstances, l'entreprise publique saoudienne du pétrole, Aramco, a commencé à relever les prix pour ses clients, tant en Asie qu’en Europe. Les Saoudiens ont finalement décidé de mettre fin à la guerre des prix et à tourner le dos au dumping, mettant fin à l'ère de la faiblesse record des prix du pétrole. Cependant, à tout moment, l'Arabie Saoudite pourrait changer de tactique à nouveau comme elle l'a fait l'année dernière. Beaucoup dépendra de la réunion des pays producteurs de pétrole prévue pour le 20 Mars, qui devrait avoir lieu en Russie.
Cependant, une fois que les sanctions contre l'Iran ont été retirées, Téhéran va se battre pour sa part sur le marché en augmentant ses niveaux de production de pétrole et d'exportation. En Février, l’Iran fournissait jusqu'à 1,4 million de barils par jour sur les marchés internationaux. La NIOC iranienne a prédit qu’en Mars ses exportations vont croître à 1,56 millions de barils par jour. Avec les marchés internationaux saturés, les experts craignent que nous assistions à un nouveau cycle de dumping de prix.
Il est plus que probable que les Saoudiens ont décidé de venir au bon sens une fois qu'il seraient parvenus à un accord informel avec leur principal concurrent sur le marché - la Russie. Jusqu'à présent, l'accord entre l'OPEP et la Russie de ne pas augmenter les niveaux de production a été purement formel, puisque l'Iran déclare qu'il a été victime de sanctions et qu'il a besoin de conditions favorables. Mais le 2 Mars, le président russe Vladimir Poutine a officiellement confirmé l'intention de la Russie de geler le niveau de la production de pétrole à son niveau actuel.
L’Arabie Saoudite peut, bien sûr, commencer à jouer des jeux à nouveau, mais cette fois, elle n’est pas en mesure d'en bénéficier, car la survie même de l'État saoudien est maintenant en jeu. Ainsi, elle sera forcée de négocier avec la Russie, même si les États-Unis s’y opposent.
 Traduit par Hannibal GENSERIC

L’Arabie saoudite mendie !


L’Arabie saoudite mendie !
Champagne !!  l’Arabie Saoudite appauvrie,
ils vont sûrement se monter un peu moins arrogants !
Le gouvernement d’Arabie Saoudite cherche des millions de dollars dans les banques étrangères, alors que la plongée des prix du pétrole dévaste les finances du pays, rapporte The Times. Le royaume a demandé aux prêteurs de lui faire des propositions pour un prêt sur 5 ans, pour un montant de 6 à 8 milliards de dollars, selon une source bancaire. Ce serait l’emprunt étranger le plus important de Riyad en dix ans, ce qui marque un tournant dans la situation financière du pays. L’époque où le régime disposait de fonds illimités et prêtait des milliards à ses alliés est révolue : le déficit budgétaire saoudien atteignait presque $100 milliards l’année dernière. En tant que plus grand exportateur pétrolier du monde, l’Arabie Saoudite a dû affronter une plongée de 70% des prix du pétrole brut, passant de $114 le baril lors du pic de juin 2014 à $30 aujourd’hui.
La monarchie est aussi impliquée dans plusieurs conflits infructueux et coûteux, dont une guerre de 10 mois au Yémen et une situation confuse en Syrie. Une politique de création d’emplois Le ministre des finances saoudien devrait choisir ses interlocuteurs bancaires dans les deux prochaines semaines, selon le Wall Street Journal. Verus Partners, une société londonienne, conseille le gouvernement au niveau des prêts et de leur possible extension.

VOIR AUSSI : 

Pétrole. Les rois du pétrole saoudiens creusent leur propre tombe

Pétrole & Gaz. La Russie est intelligente, Poutine est un génie