mercredi 9 mars 2016

Guerre asymétrique. Migrants : la nouvelle arme non conventionnelle

Mardi 1er mars, le général américain commandant les forces de l’Otan en Europe accusait la Russie et la Syrie d’utiliser les mouvements migratoires comme une arme pour déstabiliser l’Europe. Cette instrumentalisation stratégique du phénomène migratoire est partagée par la plupart des acteurs impliqués dans le conflit syro-irakien, Etat islamique compris.

Atlantico : Mardi 1er mars, le général Philip Breedlove, le chef des forces de l’Otan en Europe, a accusé la Russie et la Syrie d’utiliser les mouvements migratoires comme une arme pour déstabiliser l’Europe. Au-delà de la teneur des propos de ce général américain et de leur bien-fondé ou non, dans quelle mesure le phénomène migratoire peut-il être utilisé comme une arme géopolitique à l'heure actuelle ?

Jean-Bernard Pinatel : Avant de vous répondre sur le fond de votre question, je me dois de qualifier les propos de ce général de l’OTAN de grossière propagande. L’OTAN ne défend pas l'Europe, elle défend les intérêts américains en Europe.
Les Etats-Unis qui dirigent cette organisation ont un objectif stratégique qu'ils poursuivent sans relâche depuis 1991: éviter que l'Europe et la Russie se rapprochent et que leur alliance stratégique les prive de la primauté mondiale qu'ils ont acquise suite à l'effondrement de l'URSS. Quant à l'OTAN son rôle est de mettre en œuvre cette stratégie en réinstallant un climat de Guerre froide en Europe. Sur le fond, sa déclaration est totalement contredite par les faits. Les réfugiés Syriens étaient depuis longtemps stationnés dans des camps en Turquie et cela bien avant l'intervention russe en Syrie qui a commencé en août 2015.
Caroline GalacterosLe SACEUR emploie sciemment une rhétorique guerrière qui correspond à la posture de l’OTAN de plus en plus belliqueuse…et belligène. Les Etats-Unis et l’Alliance (sans oublier son membre du flanc sud, la Turquie), mis en difficulté en Syrie par l’implication russe qui commence à rencontrer des succès opérationnels importants, essaient désormais d’accréditer par divers moyens l’idée d’une convergence objective d’intérêt et d’action entre Moscou et l’Etat islamique. Cela permet opportunément de faire oublier que celui-ci a été mollement combattu depuis 2014 et que ses avatars « rebelles » sont même soutenus directement ou indirectement par Washington ou ses proxys saoudien, qatari et turc.
Cette posture croissante de l’Alliance, ajoutée à sa réactivation actuelle de la guerre civile en Ukraine et à ses gesticulations et activités militaires grandissantes sur son flanc ouest (Pays baltes, Pologne, etc…) pour se préparer à défendre ses membres contre de prétendues velléités russes d’agression sont assez inquiétantes. Elles laissent penser que l’on est encore loin d’une coopération sérieuse russo-américaine pour en finir avec Daech et ses cousins de « la rebellitude » insurgée.
Ce contexte doit être rappelé car il surdétermine les positions des acteurs. Dans ce jeu, les migrations de populations qui fuient la guerre ou la misère ont un effet déstabilisateur évident sur une Europe politiquement divisée et sécuritairement désarmée face aux mouvements de populations massifs qu’elle n’a jamais su ni voulu anticiper.
La crise migratoire est bien le dernier clou, spectaculairement douloureux et humiliant, enfoncé dans le cercueil des utopies européennes. Utopie d’une unification politique inéluctable et « naturelle », utopie d’un arasement prétendument souhaitable des frontières, utopie d’une fusion idéelle des identités et des cultures dans un creuset communautaire dont on a nié par ailleurs la racine chrétienne originelle pour accueillir généreusement et bien naïvement une radicalité identitaire politico-religieuse exogène. La disqualification des Etats, de l’autorité, des souverainetés tenues pour rétrogrades dès les années 90, ont abouti à la consolidation des communautarismes et à la montée de crispations populistes devant ce déni du réel dogmatique, technocratique et massif.
On peut donc parler d’une « arme » au sens où, de facto, cet afflux massif mais coordonné de migrants met à mal une UE incertaine d’elle-même, perdue entre ses valeurs affichées et ses intérêts les plus évidents, et la plonge dans une crise révèlant l’indécision et la désunion structurelles de ses gouvernants et pour certain, leur déficit de représentativité.
L’Europe est donc face à ses inconséquences. Il lui semble impossible de refouler les hordes de migrants, impossible aussi de les accueillir sans dommages politiques et sociaux considérables pour des cohésions nationales déjà très abimées.
En fait, cet afflux soudain de migrants, amplifié par la guerre, instrumentalisé par des réseaux de passeurs et des mouvements salafistes extrémistes -qui veulent pousser l’Europe vers l’éclatement -et certains de ses membres à s’opposer au basculement de leurs territoires vers un communautarisme ingérable pavant la route d’un islam politique conquérant-, ne sont en fait que l’écume tragique d’une vague de fond ancienne qui a déjà sensiblement transformé le visage des pays européens.
Les forces centrifuges sont donc là. Il faut d’ailleurs remarquer que, bien plus que les membres fondateurs, ce sont les nouveaux Etats membres d’Europe de l’est et balkanique qui prennent conscience de ce délitement culturel et social et se souviennent qu’ils ont en commun avec la Russie une vision plus lucide et pragmatique de ce type de phénomène.
Difficile de reprocher à Vladimir Poutine de se réjouir secrètement de ce renversement de situation ni de voir ses anciens satellites qui l’ont tant méprisé et craint, lui trouver désormais quelques vertus. Il prend indirectement sa revanche sur un élargissement qui a amputé la Russie de sa couronne protectrice d’Etats. Ses méthodes radicales et brutales pour réduire la rébellion et l’Etat islamique, pour « terroriser les terroristes » et les débusquer, ne visent évidemment pas les populations civiles en cherchant à les faire fuir vers l’Europe comme veut le faire accroire le SACEUR. Elles visent les djihadistes qui utilisent sans vergogne les civils comme « boucliers humains » leur permettant de se dissimuler au cœur des villes ou quartiers qu’ils contrôlent.
Alain Coldefy : Le phénomène migratoire est à l'évidence "exploitable" politiquement en rappelant  - même si le résultat est le même - que ce ne sont pas des forces militaires qui expulsent directement des populations comme on l'a vu dans le passé mais des populations qui fuient la guerre, les assassinats, les viols, etc.
Cependant ce n’est pas une arme au sens où une arme est un outil que l’on fabrique dans un but de donner la mort pour atteindre un objectif militaire dans le cadre d’une stratégie générale dont les buts sont évidemment politiques. Le phénomène migratoire dans sa partie "réfugiés politiques", à bien distinguer des migrants économiques, est un "effet collatéral tragique" des crises et des guerres. Certes il peut être utilisé comme un moyen de pression dans les rapports entre Etats mais il ne peut à lui seul décider du sort d’un combat ou d’une guerre. Ce n’est donc pas une arme. On l’a bien vu en Libye, lorsque Kadhafi avait proféré des menaces en ces termes : "je suis le seul à être capable d’arrêter le flot de migrants venant du Sahel". Cela n’a pas empêché la coalition de le supprimer.
Il faut replacer les déclarations du SACEUR dans un contexte politique national (Sénat américain) et face à une situation en Europe où les Etats-Unis souhaitent renforcer leur présence. Ce redéploiement américain prend différentes formes. Tout d'abord il s'opère par un déploiement  de forces navales permanentes de l'OTAN en mer Egée pour "surveiller" (cette force est sous commandement allemand en ce moment). Par ailleurs il se fait sous la forme d'un déploiement de forces américaines "tournantes" en Pologne et plus généralement en Europe ajouté à une augmentation conséquente des budgets.
Ces déclarations ont pour but de rassurer les Etats baltes, la Pologne et de positionner la politique américaine au sujet de l'Ukraine en présentant l'action russe sous un angle dangereux, ce qui n'est pas faux.

Comment est utilisée "l’arme migratoire", par chacune des parties, dans le contexte actuel des conflits qui déchirent le Moyen-Orient ?

Caroline Galacteros : Qui tient cette arme en main ? Personne en particulier, chacun un peu, et sans doute le Président Erdogan plus que tous les autres. Daech aussi, évidemment fait son miel de cette tragédie humaine.  En février 2015, son « Calife » nous avait déjà directement menacés d’une invasion de plus de 500 000 migrants au cas où l’Italie interviendrait militairement en Libye. En France, le général Gomart, patron de la DRM, parlait lui en septembre dernier, de « 800 000 à un million de migrants prêts à partir de l'autre rive de la Méditerranée ».
Moscou de son côté ne peut qu’y voir une confirmation supplémentaire de la justesse de son raisonnement. A force de ne pas combattre les terroristes syriens, irakiens et libyens comme un tout et comme une menace globale pour l’Occident, le résultat est cet exode incontrôlable dont les Européens font les frais. Cela les convaincra-t-il de se montrer enfin réalistes et de renoncer à renverser le régime d’Assad ? Rien n’est moins sûr.
Angela Merkel a pris une décision purement politicienne d’une légèreté ahurissante, sans consultation de ses partenaires, comme si elle dirigeait seule l’Union européenne et pour des bénéfices d’image aléatoires. Nous en supportons tous les conséquences dramatiques. L’Allemagne est à genoux devant la Turquie, lui promettant (en notre nom) 3 milliards supplémentaires dans le cadre de la crise migratoire (venant s’ajouter aux 4,9 milliards d’euros déjà payés sur la période 2007-2013 et 1,25 de 2002 -2006 au titre du processus -suspendu-de pré-adhésion dont la Turquie n’a rempli … qu’un petit tiers des obligations d’après la Cour des Comptes européennes !). Cela afin qu’elle consente à contenir les masses de migrants sur son territoire. La Turquie qui soutient, arme, et laisse transiter les combattants djihadistes notamment de Daech, tient là l’arme d’un chantage inqualifiable et cherche à rouvrir les négociations sur son adhésion à l’UE ! Et nous nous soumettons. 
Alain ColdefyL'arme migratoire est à mon sens utilisée "à la petite semaine" par les protagonistes. Il n'y a pas de plan concerté ou pré établi, mais une récupération des migrants. Elle est utilisée de façon différente en fonction des acteurs concernés.
Tout d'abord l'Etat islamique profite de ce phénomène pour affirmer que l'Europe va être submergée, ce qui annoncerait sa victoire finale.
De son côté, la Turquie sait qu'elle reste un pion géostratégique important pour l'OTAN et monnaye ses positions, alternant le chaud et le froid, y compris avec les Etats-Unis. Cela ne doit pas éluder le fait que la montée de l'islamisme d'Erdogan est une réalité.
En ce qui concerne la Russie, elle profite du chaos pour reprendre ses positions stratégiques anciennes dans la zone, en particulier sur les façades maritimes et joue habilement face à la coalition otanienne.
L'Europe, elle, semble totalement absente et ses principaux pays (Allemagne, Royaume-Uni et France) n'ont pas réussi à avoir une politique concertée, précisément à cause de la politique à l'égard des migrants menée unilatéralement par Angela Merkel, ainsi qu'en raison de divergences franco-britanniques sur Assad
Enfin, les Etats-Unis entrent en léthargie stratégique alors que s'achève le mandat non renouvelable du Président.

Derrière la crise migratoire, ce sont des drames humains qui se jouent. N’est-ce pas surprenant de voir que même des pays démocratiques utilisent ce phénomène comme une arme politique dans les négociations internationales ?

Caroline Galacteros : La Grèce, prise d’assaut par les migrants, exsangue économiquement et incapable de faire face, a menacé un temps lors du Conseil européen sur le Brexit de refuser de signer l’accord conclu avec le Royaume-Uni si l’Union européenne ne la soutenait pas sur la question des réfugiés. C’est symptomatique. Le soutien qu’Athènes a reçu d’Angela Merkel n’est pas de la gentillesse. La crise migratoire risque de déstabiliser le gouvernement d’Alexis Tsipras, qui ne pourrait pas réaliser les « réformes structurelles » exigées par la Troïka européenne.
Un risque trop grand pour l’Allemagne dont les banques, ainsi que d’autres banques européennes, craignent un Grexit et un défaut de la Grèce sur sa dette souveraine. 
De nouvelles péripéties à Athènes pourraient donner le signal d’un « sauve qui peut général » des petits Etats écœurés par l’impuissance des structures communes de Bruxelles. Le président polonais du Conseil européen Donald Tusk vient quant à lui de dire son refus des migrants économiques. 
La France… est mal en point. Son appréhension du « sujet migrants » est impactée par sa crainte d’une reprise des attentats. Elle n’ose aller au choc, pétrifiée à l’idée qu’une démonstration d’autorité sérieuse puisse précipiter un soulèvement de nos banlieues travaillées en profondeur et depuis longtemps par un communautarisme musulman de combat. Elle n’en peut mais…
Alain ColdefyChacun joue son jeu à partir du moment où les égoïsmes de naguère n'ont pas permis de définir une position commune. On ne se préoccupe pas des migrants qui vont aller ailleurs. Jusqu'au moment où cela explose. 
Cependant, on ne peut mettre la Grèce sur le même plan, car elle n'a pas de frontière limitrophe '"Schengen" et qu'elle essaie (peut-être) de répondre aux attentes de l'UE en matière budgétaire.

Si la migration peut être utilisée comme une arme, quels sont les moyens de défense mis en place par les pays menacés pour s’en prémunir ?

Caroline Galacteros : Que faire ? Angela Merkel a un « plan A » : Trouver un accord avec la Turquie
Peu importe les sondages calamiteux et les critiques chaque jour plus virulentes de son allié bavarois : Angela Merkel persiste et signe. Il n'y a, à ses yeux, qu'une solution à la crise des réfugiés : passer un accord avec la Turquie et sécuriser les frontières extérieures de l'Union européenne. Tout le reste est vain. Et elle y croit. Il y a eu, selon elle, des avancées lors du sommet du 18 février – aucun pays n'a contesté ce double objectif - et elle est confiante dans le sommet Europe-Turquie du 7 mars. Alors que toute l'Allemagne attend le moment où elle va enfin reconnaître son isolement et adopter une autre politique, Angela Merkel très combative, a affirmé l'inverse. Elle n'a pas de « plan B », a-t-elle dit explicitement. Non seulement elle n'a « pas le temps de penser à une alternative », mais surtout elle « se concentre pleinement » sur ce qu'elle pense « être rationnel ». Trouver une solution européenne est « mon fichu devoir » a-t-elle précisé. Commentant la décision de la Macédoine de fermer sa frontière avec la Grèce après un « mini-congrès de Vienne » organisé la semaine dernière entre l'Autriche, la Hongrie et plusieurs Etats de la région, Angela Merkel a affirmé : « C'est exactement ce qui me fait peur. Quand quelqu'un ferme sa frontière, l'autre doit souffrir. Ce n'est pas mon Europe. » Une formule qui rappelle le célèbre : « Si l'on doit s'excuser pour avoir présenté un visage agréable à des gens dans la détresse, ce n'est plus mon pays. »
La chancelière allemande joue une partie serrée : après avoir encouragé l’appel d’air migratoire en Europe, elle réalise soudainement l’ampleur de la vague qu’elle a suscitée et l’opposition grandissante des pays d’Europe centrale et orientale. Quand l’Autriche annonce des quotas journaliers de migrants, prend ses distances de Berlin pour se rapprocher des pays du groupe de Visegrád, c’est le signe d’un isolement nouveau de l’Allemagne, inédit en Europe depuis longtemps.
La chancelière allemande, qui risque de se trouver en difficulté lors des prochaines élections régionales, espère beaucoup d’un accord entre l’Union européenne et la Turquie, ébauché hier et peut-être scellé dans quelques jours. Accepter un grand nombre de réfugiés syriens et irakiens répartis dans toute l’Europe, mais négocier avec Ankara pour que les déboutés du droit d’asile et les migrants économiques soient renvoyés de l’autre côté du Bosphore. Trop beau pour être crédible…Déjà, l’on apprend que les 3 milliards promis à Recep Erdogan ne suffisent pas … Le président ottoman fait monter les enchères demande également la levée de l'obligation de visas pour ses ressortissants qui se rendent en Europe, ainsi que des avancées symboliques vers l'adhésion de son pays à l’UE.
Angela Merkel prend un risque majeur, car comment faire négocier l’Union européenne et son autorité politique légendaire avec un pays qui, depuis le début du conflit syrien, apparaît de plus en plus comme un allié objectif du front al-Nosra voire de l’Etat islamique ? L’Allemagne triomphante risque de se rendre compte qu’il est plus facile de faire plier la Grèce d’Alexis Tsipras que la Turquie de Recep Erdogan …
Le Plan B existe pourtant : Les pays de Visegrád (Pologne, Hongrie, république Tchèque, Slovaquie) veulent revoir les frontières de l’UE et imposer l’idée d’une nouvelle frontière européenne où les migrants seraient réellement arrêtés avant d’entrer dans l’UE.
Les dirigeants de Visegrád appellent également à des « solutions communes » pour tarir « les sources à l’origine des pressions migratoires actuelles », et notamment la fin du conflit syrien. Ils soulignent également que le flot de migrants devrait augmenter dès le retour des beaux jours.
Le scepticisme des pays d’Europe centrale et orientale peut se comprendre. Régler la question migratoire en sécurisant seulement la frontière extérieure de l’Union européenne avec la Turquie risque d’échouer lamentablement et de donner à Recep Erdogan un effet de levier considérable dans les négociations.
Les pays du groupe de Visegrád disent haut et fort ce qui apparaît déjà au grand jour dans tous les pays européens : l’espace Schengen est en état de mort clinique et les frontières nationales réapparaissent partout. Les Allemands ont d’ailleurs été parmi les premiers à rétablir des contrôles, dès septembre 2015 ! Au-delà du refus des quotas imposés par une structure non élue démocratiquement comme la Commission européenne, les dirigeants d’Europe centrale et orientale rappellent ainsi la nécessité du rétablissement de la souveraineté nationale en cas de crise majeure, ce dont les Occidentaux semblent beaucoup moins conscients.
Bohuslav Sobotka, Premier ministre tchèque, a présenté les propositions du groupe au Président du Conseil européen, Donald Tusk, en visite à Prague, le 16 février. La République tchèque occupe actuellement la présidence tournante du groupe de Visegrád. Le Premier ministre bulgare, Boyko Borissov, et le président macédonien, Gjorge Ivanov, ont également participé à cette réunion. Le groupe de Visegrád estime en effet que les frontières grecques avec la Bulgarie et la Macédoine devraient devenir la nouvelle frontière de l’UE, parce que la Grèce ne parvient pas à limiter le nombre d’arrivées sur ses îles. Athènes a récemment dénoncé la Hongrie, qui fait pression sur la Grèce pour qu’elle cesse de secourir les migrants en mer Egée, ce qui constituerait une violation du droit international. Le Premier ministre slovaque, a déclaré être pessimiste, à la fois en ce qui concerne la capacité de la Grèce de faire face à la crise et le potentiel du plan d’action UE-Turquie. « C’est pourquoi nous avons discuté d’un plan B pour sécuriser les frontières bulgare et macédonienne », a-t-il assuré.
Lorsque Bohuslav Sobotka a présenté les propositions du groupe au Président du Conseil européen, Donald Tusk, en visite à Prague, le 16 février, le Premier ministre tchèque a aussi évoqué la nécessité de trouver des « solutions communes » pour tarir les « sources à l’origine des pressions migratoires actuelles », autrement dit … la fin du conflit syrien.
A ou B : Tout cela n’aura en effet qu’un impact minime, voire aucun sur les flux migratoires tant que les puissances européennes ne se seront pas décidées à faire la paix en Syrie, donc à restaurer la souveraineté du régime syrien sur son territoire. Cela implique de contraindre Iraniens et Saoudiens à changer de ton entre eux et à en rabattre. Cet apaisement minimal impératif entre Riyad et Téhéran ne peut advenir qu’avec le soutien de Washington et des assurances données à Moscou (notamment en faisant cesser les provocations turques). Il deviendrait alors envisageable de réduire l’IS à la portion congrue et d’assécher la dynamique des innombrables groupes de rebelles quasiment tous plus ou moins liés à al-Qaïda ou ses « faux nez » via le Front al Nosra qui noyaute presque toutes les coalitions qui émergent. L’Europe n’a aucune chance d’y parvenir seule, surtout en se plaçant en position de dépendance par rapport à la Turquie qui continue de bombarder les Kurdes syriens et d’acheminer des armes aux salafistes, ce qui risque fort d’enterrer définitivement le fragile cessez-le-feu et d’empêcher l’établissement de toute trêve durable. Il devient urgent de faire une croix définitive sur notre illusion démocratique qui ne convainc d’ailleurs plus personne et voue les pourparlers à l’échec, de « rebelles modérés » souhaitant la paix pour la Syrie… alors que leur feuille de route depuis 5 ans a été de la dépecer méthodiquement. Ce n’est que l’inattendue résistance militaire du régime bientôt appuyée de manière opportuniste par Moscou et Téhéran qui a fait capoter ce plan lumineux … Un plan qui a plongé la Syrie et les Syriens dans des ténèbres sanglantes.
Alain Coldefy Personne n'a véritablement mis en place de politique et donc de moyens. Il est quasiment impossible de faire par exemple comme les Canadiens qui vont sur place sélectionner les candidats et les transfère ensuite au Canada en avion en fonction de leurs besoins. Le flux est ainsi régulé et de qualité.
Pour mettre en place des moyens, il faudrait être d'accord sur le fait que c'est une "menace" alors que Merkel a déclaré pendant des semaines que c'était une aubaine… et que longtemps les pays de l'Europe du Nord n'ont pas voulu le reconnaître. Les "no border" ont constamment promu l'idée que même Schengen ne devait pas avoir de frontières extérieures et la plupart des pays, dont la France, n'ont pas osé réagir. Il n'y a donc aucun moyen de défense "individuel", je veux dire au niveau d'un seul pays. Éventuellement à deux ou trois : la France, la Suisse, qui est dans Schengen, et l'Allemagne par exemple.

Caroline Galactéros


Caroline Galactéros-Luchtenberg, Docteur en Science politique (Paris I-Sorbonne), auditeur de l’Institut des hautes études de la Défense nationale (AA59) et spécialiste des questions balkaniques, a longtemps travaillé dans l’évaluation et la prospective stratégiques pour les services de L’État. Elle dirige le cabinet de conseil privé et de formation en intelligence stratégique PLANETING.
Elle tient le blog Bouger les lignes.

Jean-Bernard Pinatel


Général (2S) et dirigeant d'entreprise, Jean-Bernard Pinatel est un expert reconnu des questions géopolitiques et d'intelligence économique.
Il est l'auteur de Carnet de Guerres et de crises, paru aux éditions Lavauzelle en 2014.
Il anime aussi le blog : www.geopolitique-géostratégie.fr

Alain Coldéfy


L’Amiral Alain Coldefy est directeur de recherche à l’IRIS, spécialiste de la politique et stratégie de défense, de la stratégie maritime et de l’industrie de défense.

Source http://www.atlantico.fr/decryptage/turquie-syrie-russie-europe-comment-migrants-sont-devenus-nouvelle-arme-non-conventionnelle-utilisee-presque-tous-jean-bernard-2613650.html#k05CVkUIghBoaW51.99