samedi 12 mars 2016

Tunisie. Comment EnnahDaech a infiltré l’institution sécuritaire

Taoufik Bouaoun, haut cadre du ministère de l’intérieur, et ancien inspecteur général des forces de sécurité intérieures, était invité au micro de Soufiène Ben Farhat, sur une chaine de Radio privée, pour donner son avis d’expert à propos de ce qui vient de se passer dans notre pays.
Bouaoun a, tout d’abord, tenu à saluer les âmes des martyrs de la Patrie, avant de saluer la riposte des soldats, des sécuritaires et surtout des citoyens de Ben Guerdene. Riposte qui nous a valu le respect et la considération à une échelle internationale.
Taoufik Bouaoun, haut cadre du ministère de l’intérieur, et ancien inspecteur général des forces de sécurité intérieures, était invité au micro de Soufiène Ben Farhat, sur une chaine de Radio privée, pour donner son avis d’expert à propos de ce qui vient de se passer dans notre pays.
Bouaoun a, tout d’abord, tenu à saluer les âmes des martyrs de la Patrie, avant de saluer la riposte des soldats, des sécuritaires et surtout des citoyens de Ben Guerdene. Riposte qui nous a valu le respect et la considération à une échelle internationale.

Ensuite, Bouaoun a tenu à rendre hommage à la direction actuelle de l’institution sécuritaire, en nommant le directeur général de la sûreté nationale Abderrahmen Bel Haj Ali, qu’il qualifie d’ « école » en la matière. Une école à laquelle, il dit son honneur d’avoir appartenu, ainsi que ses collègues de l’époque. Il a précisé que le plan de défense et de lutte contre le péril terroriste tel qu’il se profile actuellement, et tel qu’il a été constaté lors de la riposte de Ben Guerdène, est d’une ingéniosité que même les grands de ce monde ne pouvaient atteindre. Car, a-t-il précisé, l’attaque était particulièrement vicieuse.
Il a tenu, par la suite, à rendre hommage aux sécuritaires, notamment aux syndicalistes de l’institution sécuritaire, de même que certains hommes de médias, qui ont été les premiers à tirer la sonnette d’alarme quant à l’infiltration de l’institution.
Par rapport à cette infiltration, Bouaoun a insisté sur la façon dont ont été conduits les recrutements au sein de l’institution durant les années de 2011 à 2014, qui se sont fait en dehors de toute norme dans le domaine. Il a ajouté qu’il a conduit un audit sur la question et s’est rendu compte d’un « grand écart » entre les normes internationalement reconnues, et celles qui ont été pratiquées pour ces recrutements. De façon à ce que des éléments recrutés ont été dévoilés par la suite comme faisant partie des organisations terroristes, ou au moins, en étaient sympathisants.
Pour terminer Bouaoun a rappelé qu’il se considère toujours sous les drapeaux et qu’il est prêt à collaborer aux activités de la lutte contre le terrorisme. En lançant un appel pour que la Nation ne doit néglige point ses martyrs et qu’elle prenne grand soin de leurs familles, en les prenant en charge et en les gardant dans ses pupilles.
Voir vidéo



http://www.tunisienumerique.com/tunisie-bouaoun-comment-on-a-infiltre-linstitution-securitaire-et-comment-elle-sen-est-remise-maintenant/285861Lire aussi