dimanche 5 janvier 2020

La Chine prendrait le parti de l'Iran dans une guerre avec les États-Unis


Les liens de Pékin avec Téhéran sont cruciaux pour ses stratégies énergétiques et géopolitiques, et avec Moscou pour les mêmes raisons. Une conflagration plus large est une possibilité réelle.
La question suivante est, comment les puissances régionales réagiront-elles à une guerre américano-iranienne?
... Actuellement, la réaction de la Chine est d'exhorter l'Iran et les États-Unis à maintenir un calme, à désamorcer les tensions, et à surveiller de près la situation. Pékin ne veut pas de guerre et a besoin de la stabilité au Moyen-Orient pour poursuivre le plan d'intégration eurasienne de l'initiative Ceinture et Route (Belt and Road Initiative ou BRI). Pékin a des enjeux importants dans la stabilité de l’Iran: c’est le plus gros acheteur de pétrole iranien, la Chine est le plus grand partenaire commercial de l’Iran et l’Iran est un nœud géographique clé pour la BRI.
... La géographie est importante en géopolitique et le golfe d'Oman sépare non seulement Oman et l'Iran, mais aussi Oman et le Pakistan, où la Chine a achevé un port ultramoderne à Gwadar. Il s'agit d'une charnière unissant le Moyen-Orient, le sous-continent sud-asiatique et l'Asie de l'Est dans la BRI chinoise. La Chine est également un importateur net de pétrole et tire la moitié de son approvisionnement du golfe Persique. Pourtant, l'US Navy conserve le contrôle des lignes de communication maritimes. En tant que telle, la Chine est préoccupée par, premièrement, la restriction par les Américains des importations de pétrole par la Chine en cas d'un affrontement à travers le détroit de Taiwan ou dans la mer de Chine méridionale et, deuxièmement, les événements à l'étranger qui pourraient entraîner une volatilité des prix nuisent à l'économie chinoise. Plus important encore, la Chine a besoin de l'Iran sur le «flanc est» du golfe Persique pour empêcher un blocus total par la marine américaine.
... Dans le passé, la position de la Chine au Moyen-Orient était un acte d'équilibre consistant à s’engager avec l'Iran tout en n'aliénant pas les États-Unis. Cependant, ce qui a changé maintenant, c'est la détérioration rapide des relations sino-américaines et le début, sous l’ère Trump , au cours de l'année écoulée, d’une nouvelle guerre froide. Avec l'hostilité des États-Unis et la «pression maximale» sur Pékin, Moscou et Téhéran (tous sous sanctions américaines), Washington pousse les trois à fusionner, comme en témoigne le récent exercice militaire conjoint dans le golfe d'Oman et l'océan Indien.
Ainsi, comme le mettent en garde le colonel Douglas Macgregor et le Dr Lydia Wilson de l'Université d'Oxford, si les États-Unis attaquaient l'Iran dans une guerre à grande échelle, cela pourrait annoncer l'entrée supplémentaire de deux puissances nucléaires sur le théâtre des opérations et transformer la guerre bilatérale en une guerre de grande ampleur dans un conflit de pouvoir.
Source : https://www.asiatimes.com/2020/01/article/could-china-take-irans-side-in-a-war-with-us/
Hannibal GENSERIC

3 commentaires:

  1. Et L'holocauste mondial cest exactement ce que la mafia juive désire...

    RépondreSupprimer
  2. Y a des chances !
    Mais tu verras il ne se passera Rien
    Business as usual Et c est Tout
    Le gâteau est trop gros Pour Tout détruire

    Ils en trouveront un autre pour remplacer ce général Qui commentait bcp d imprudence pour se faire écraser par un drone
    PaS Sî intelligent que cela finalement !

    RépondreSupprimer
  3. c est un pet en l air de l oncle sam pour favoriser les élections du bonhomme TRUMP

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes et les commentaires comportant des insultes ou des attaques personnelles seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de ce Blog.