jeudi 14 juillet 2022

À quel point la guerre contre la Russie est-elle juive ? Soyons honnêtes sur ceux qui en font la promotion

Il y a cinq ans, j'ai écrit un article intitulé "Les Juifs d'Amérique conduisent les guerres américaines". Il s'est avéré que c'était l'article le plus populaire que j'aie jamais écrit et j'en ai été récompensé en étant immédiatement viré par le magazine conservateur American Conservative dont j'avais été un contributeur régulier et très populaire pendant quatorze ans. J'ai ouvert l'article par une brève description d'une rencontre avec un partisan que j'avais rencontré peu de temps auparavant lors d'une conférence anti-guerre. Le vieil homme a demandé : Pourquoi personne ne parle jamais honnêtement de ces éléphants dans notre magasin de porcelaine ? Personne n'a mentionné Israël dans cette catastrophe et nous savons tous que ce sont les Juifs américains avec tout leur argent et leur pouvoir qui soutiennent chaque guerre au Moyen-Orient pour Netanyahou ? Ne devrions-nous pas commencer à les appeler et à ne pas les laisser s'en tirer ?

 

Dans mon article, j'ai nommé de nombreux juifs et groupes juifs qui avaient mené la charge d'envahir l'Irak et de frapper l'Iran en cours de route. Ils ont utilisé de faux renseignements et des mensonges éhontés pour faire valoir leurs arguments et n'ont jamais abordé la question centrale de savoir comment ces deux pays menaçaient réellement les États-Unis ou leurs intérêts vitaux. Et lorsqu'ils ont réussi à engager les États-Unis dans le fiasco en Irak, pour autant que je sache, un seul juif honnête qui avait participé au processus, Philip Zelikow, dans un moment de candeur, a admis que la guerre en Irak, à son avis, a été menée pour les besoins d’Israël.

Il y a eu une collusion considérable entre le gouvernement israélien et les Juifs du Pentagone, de la Maison Blanche, du Conseil de sécurité nationale et du Département d'État à la suite du 11 septembre. Sous le président George W. Bush, le personnel de l'ambassade d'Israël avait un accès gratuit au bureau du Pentagone du secrétaire adjoint à la Défense Paul Wolfowitz, sans être tenu de signer ou de soumettre des mesures de sécurité. C'était une indication puissante du statut spécial dont jouissait Israël auprès des hauts dirigeants juifs de l'administration Bush. Il convient également de rappeler que le Bureau des plans spéciaux de Doug Feith était la source des fausses informations sur les fausses ADM utilisées par l'administration pour justifier l'invasion de l'Irak, tandis que ces informations ont également été transmises directement au vice-président Dick Cheney sans aucune soumission à des analystes éventuellement critiques par son chef d'état-major "Scooter" Libby. Wolfowitz, Feith et Libby étaient bien sûr juifs, comme de nombreux membres de leur équipe, et la relation de Feith avec Israël était si étroite qu'il s'est en fait associé à un cabinet d'avocats qui avait une succursale à Jérusalem. Feith a également siégé au conseil d'administration de l'Institut juif pour les affaires de sécurité nationale (JINSA), qui se consacre à entretenir les relations entre les États-Unis et Israël.

Actuellement, les trois principaux responsables du département d'État (Tony Blinken, Wendy Sherman et Victoria Nuland) sont tous des juifs sionistes. Le chef du Département de la sécurité intérieure, qui est sur la piste des dissidents «terroristes» nationaux, est également juif, tout comme le procureur général et le chef de cabinet du président. Eux et leur patron Joe Biden ne semblent pas inquiets que leur client l'Ukraine ne soit pas une démocratie. Le gouvernement ukrainien actuel du pays est arrivé au pouvoir après le coup d'État de 2014 organisé par le département d'État du président Barack Obama pour un coût estimé à 5 milliards de dollars. Le changement de régime opéré sous Barack Obama a été mené par la russophobe du département d'État Victoria Nuland avec un peu d'aide du mondialiste international, le juif George Soros. Elle a destitué le président démocratiquement élu Viktor Ianoukovitch qui était, malheureusement pour lui, un ami de la Russie.

L'Ukraine est réputée à la fois le pays le plus pauvre et le plus corrompu d'Europe, en témoigne la saga Hunter Biden. L'actuel président Volodymyr Zelensky, qui est juif et prétend avoir des victimes de l'holocauste dans son arbre généalogique, est un ancien comédien qui a remporté les élections en 2019. Il a remplacé un autre président juif, Petro Porochenko, après avoir été lourdement financé et promu par un autre compatriote juif , l'oligarque le plus riche d'Ukraine, Ihor Kolomoyskyi, qui est également citoyen israélien et vit maintenant en Israël [Ukraine / Russie. Le rôle sous-jacent des oligarques juifs ] .
Tout cela ressemble à nouveau à du déjà-vu, d'autant plus que de nombreux auteurs sont toujours là, comme Nuland, amorçant la pompe pour repartir en guerre sans raison. Et ils sont rejoints par des journalistes comme Bret Stephens au New York Times, Wolf Blitzer et Jake Tapper à CNN, et aussi Max Boot au Washington Post, qui sont tous juifs et sur lesquels on peut compter pour écrire régulièrement des articles à la fois accablants et diabolisant la Russie et son chef d'État Vladimir Poutine, ce qui signifie qu'il ne s'agit plus seulement du Moyen-Orient. Il s'agit également d'affaiblir et même de provoquer un changement de régime dans la Russie disposant d’armes nucléaires tout en ouvrant la voie à une attaque contre la Chine disposant également de l’arme nucléaire
[Pompeo appelle à la "guerre sainte" afin de conquérir la Russie et la Chine ].
Et je pourrais ajouter que jouer à des jeux de pouvoir avec la Russie est bien plus dangereux que de donner des coups de pied à l'Irak.

Pour le dire franchement, de nombreux juifs des gouvernements américains et des médias détestent la Russie et même s'ils ont considérablement bénéficié en tant que groupe en vertu de leur rôle prééminent dans le pillage de l'ex-Union soviétique sous Boris Eltsine et continuent d'être parmi les oligarques russes les plus importants . De nombreux milliardaires oligarques, comme Boris Berezovsky, se sont exilés lorsque Vladimir Poutine a pris le pouvoir et a commencé à réprimer leur évasion fiscale et leurs autres activités illégales. Beaucoup ont déménagé en Europe occidentale où certains ont acheté des équipes de football tandis que d'autres sont allés au sud et ont obtenu la citoyenneté israélienne [Israël est un refuge sûr pour les escrocs juifs
 Le malfrats du "peuple élu"] .
Leurs griefs actuels reflètent en quelque sorte l'exigence de leur tribu d'être une victime perpétuelle et la déférence et le pardon de tous les péchés qu'elle véhicule, avec les histoires de persécution autoproclamées remontant à l'époque des tsars, pleines d'allégations sur les pogroms et l'arrivée de cosaques dans le nuit, des histoires qui rivalisent avec de nombreuses inventions sur l'holocauste en termes de manque de crédibilité.

De nombreux juifs, en particulier les jeunes juifs, ont du mal à soutenir l'apartheid israélien et les guerres constantes déclenchées et menées sans raison crédible par les partis démocrates et républicains lorsqu'ils sont au pouvoir, ce qui est une bonne chose. Mais le pouvoir juif à Washington et à travers les États-Unis est difficile à ignorer et ce sont précisément ces groupes et individus juifs qui ont été renforcés par leur richesse et leurs relations qui ont été les principaux fauteurs de guerre lorsqu'ils sont arrivés au Moyen-Orient et en Russie. .

Fait intéressant, cependant, un certain refoulement se développe. Le groupe juif pour la paix Tikkun a récemment publié un article dévastateur de Jeffrey Sachs sur les Juifs qui ont fait campagne pour la guerre. Il s'intitule «L'Ukraine est le dernier désastre néoconservateur» et décrit comment «La guerre en Ukraine est l'aboutissement d'un projet de 30 ans du mouvement néoconservateur américain. L'administration Biden est remplie des mêmes néoconservateurs qui ont défendu les guerres de choix des États-Unis en Serbie (1999), en Afghanistan (2001), en Irak (2003), en Syrie (2011), en Libye (2011) et qui ont tant fait pour l’invasion de l'Ukraine par la Russie. Le bilan des néoconservateurs est celui d'un désastre absolu, mais Biden a doté son équipe de néoconservateurs. En conséquence, Biden dirige l'Ukraine, les États-Unis et l'Union européenne vers une nouvelle débâcle géopolitique… »

Tikkun explique comment « Le mouvement néoconservateur a émergé dans les années 1970 autour d'un groupe d'intellectuels publics, dont plusieurs ont été influencés par le politologue de l'Université de Chicago, Leo Strauss, et le classiciste de l'Université de Yale, Donald Kagan. Les dirigeants néoconservateurs comprenaient Norman Podhoretz, Irving Kristol, Paul Wolfowitz, Robert Kagan (fils de Donald), Frederick Kagan (fils de Donald), Victoria Nuland (épouse de Robert), Elliott Abrams et Kimberley Allen Kagan (épouse de Frederick). On pourrait ajouter que Kimberley Kagan dirige l'Institut pour l'étude de la guerre, qui est souvent cité dans la couverture médiatique et même au Congrès pour expliquer pourquoi nous devons combattre la Russie.

Il est reconnu depuis longtemps par beaucoup qu'une antipathie particulière dirigée contre la Russie imprègne la soi-disant vision du monde néoconservatrice. Les néoconservateurs sont extrêmement surreprésentés aux plus hauts niveaux du gouvernement et, comme indiqué ci-dessus, un certain nombre d'entre eux dirigent le département d'État tout en occupant des postes de haut niveau ailleurs dans l'administration Biden ainsi que dans les groupes de réflexion sur la politique étrangère, y compris Richard Haass  à l'influent Council on Foreign Relations. De même, les médias, les fondations et les sites de réseaux sociaux américains et occidentaux extrêmement russophobes sont disproportionnellement juifs dans leur propriété et leur personnel.

Et au-delà de cela, l'Ukraine est dans une certaine mesure un endroit très identifié aux juifs. Les médias juifs aux États-Unis et ailleurs ont couvert Zelensky de louanges, le qualifiant de véritable « héros juif », un Maccabée moderne résistant à l'oppression, un David contre Goliath. Des t-shirts à son image sont vendus sur lesquels on peut lire "Résister aux tyrans depuis Pharaon" tandis que la communauté juive majoritairement orthodoxe de New York a déjà collecté des millions de dollars pour l'aide ukrainienne.

L’Agence télégraphique juive rapporte qu’une « enquête démographique de 2020 a estimé qu’en plus d’une population « centrale » de 43 000 Juifs, environ 200.000 Ukrainiens sont techniquement éligibles à la citoyenneté israélienne, ce qui signifie qu’ils ont une ascendance juive identifiable. Le Congrès juif européen dit que ce nombre pourrait atteindre 400.000. » [L'Ukraine sera un "grand Israël" selon Zelensky]  Si cela est vrai, c'est l'une des plus grandes communautés juives du monde et elle comprend au moins 8.000 Israéliens, dont beaucoup sont retournés en Israël.

Comme les négociations américano-russes menant aux combats actuels étaient clairement conçues pour échouer par l'administration Biden, il faut donc se demander si cette guerre contre la Russie est en grande partie le produit d'une longue haine ethno-religieuse associée à une croyance en la nécessité d’une armée américaine forte dont l’objectif est de  dominer le monde et ainsi protéger Israël. Les néoconservateurs sont les plus visibles, mais tout aussi toxiques sont les Juifs qui préfèrent se décrire comme des néolibéraux ou des interventionnistes libéraux, c'est-à-dire des libéraux qui promeuvent un rôle de leadership américain fort et affirmé pour soutenir les mots d'ordre fondamentalement faux de «démocratie» et «liberté». Les juifs néoconservateurs et les néolibéraux soutiennent inévitablement les mêmes politiques, de sorte qu'ils couvrent les deux extrémités du spectre politique, en particulier contre le Moyen-Orient et la Russie. Ils dominent actuellement la réflexion sur la politique étrangère des deux principaux partis politiques et exercent un contrôle sur la couverture par les médias et l'industrie du divertissement des problèmes qui les concernent, ne laissant en grande partie au public américain que leur point de vue à prendre en compte.

Il existe de nombreuses autres preuves que des Juifs éminents à l'intérieur et à l'extérieur de l'administration ont agité les choses contre la Russie avec un succès considérable, car le président Biden a maintenant déclaré de manière insensée que son administration est engagée dans "une grande bataille pour la liberté". Une bataille entre la démocratie et l'autocratie. Entre liberté et répression. Il a confirmé que les États-Unis sont dans la guerre de l'Ukraine contre la Russie jusqu'à ce que nous « gagnions ». Sinon, comment expliquer le voyage ridicule du procureur général Merrick Garland à Kiev fin juin pour aider à mettre en place une enquête sur les crimes de guerre dirigée contre la Russie ?

Comme Garland est censé être le procureur général des États-Unis, il pourrait d'abord être utile d'enquêter sur les crimes commis par les États-Unis et Israël. Il pourrait commencer par les crimes de guerre américains en Irak et en Afghanistan ou les crimes de guerre israéliens utilisant des armes fournies par Washington au Liban et en Syrie, sans parler des violations des droits de l'homme utilisant ces mêmes armes qui se produisent quotidiennement contre les Palestiniens. Certains conservateurs se demandent également pourquoi le procureur général passe son temps à poursuivre les «suprématistes blancs» et n'a pas enquêté sur les émeutes, les pillages et les meurtres commis par les BLM et qui ont secoué la nation lors de l'été 2020.

Néanmoins, Garland, sans se laisser décourager et sans peur, a annoncé à Kiev qu'Eli Rosenbaum, juif bien sûr, est un vétéran de 36 ans du ministère de la Justice qui était auparavant directeur du Bureau des enquêtes spéciales, qui était principalement chargé d'identifier, de dénaturaliser et expulsant des criminels de guerre nazis. Il dirigera une équipe de responsabilisation des crimes de guerre composée d'experts du DOJ chargés d'enquêter sur les violations des droits de l'homme par la Russie. Après la séance de photos obligatoire en train de lécher le cul de Zelensky, le procureur général, petit mais aux yeux d'acier, a déclaré : Il n'y a pas de cachette pour les criminels de guerre. Le ministère américain de la Justice poursuivra toutes les voies de responsabilité pour ceux qui commettent des crimes de guerre et d'autres atrocités en Ukraine. Travaillant aux côtés de nos partenaires nationaux et internationaux, le ministère de la Justice déploiera sans relâche ses efforts pour tenir responsable toute personne complice de crimes de guerre, de torture et d'autres violations graves pendant le conflit non provoqué en Ukraine. Et si d'autres preuves étaient nécessaires pour démontrer la judéité de cette semaine à Kiev, l'acteur Ben Stiller, également juif, a rendu visite à la fiotte Zelensky et lui a fait un gros câlin.

Zelinsky en cuir et talons aiguilles : y a-t-il un lien entre mondialisme  et homosexualité ? - Egalite et RéconciliationZelinsky en cuir et talons aiguilles : y a-t-il un lien entre mondialisme  et homosexualité ? - Egalite et Réconciliation
Zelinsky en cuir et talons aiguilles

Si Eli Rosenbaum est toujours sérieusement intéressé à trouver des nazis, il en trouvera beaucoup plus en Ukraine qu'au sein de l'armée russe. Donc, il faut se demander "A qui appartient cette guerre et qui la fait arriver?" Joe Biden, pouvez-vous s'il vous plaît expliquer? Ou, étant donné votre regard perpétuellement vide, devrais-je demander à Merrick Garland ou à Tony Blinken ou peut-être même à Victoria Nuland ?

Source : How Jewish Is the War Against Russia? Let’s be honest about who is promoting it

Par Philip Giraldi , directeur exécutif du Council for the National Interest, une fondation éducative déductible d'impôt  qui recherche une politique étrangère américaine davantage axée sur les intérêts au Moyen-Orient.

Hannibal Genséric 

Pendant ce temps, beaucoup d'idées, de systèmes et d'institutions moribonds s'accumulent à l'Ouest. Sont morts le Green New Deal (un plan concocté par des gens qui ne connaissent ni la physique ni même l'arithmétique), le Great Reset, le Build Back Better (peu importe ce que c'était), l'ordre international fondé sur des règles et la destruction mutuelle assurée (si vous le demandez, la Russie le détruira, mais en quoi serait-ce mutuel ?) Et nous, nous nous tenons tous prêts, attendant le cri "Timber !" lorsque la pyramide des dettes en dollars, euros et yens commencera à s'effondrer.

Le monde attend également avec impatience qu'un grand nombre d'hommes d'affaires prétentieux et inutiles disparaissent de la scène publique. Se débarrasser de ce vantard pompeux qu'est Boris Johnson est un bon début, mais qu'en est-il de Scholz, Macron, Duda, von der Lyin', Zelensky et d'une foule d'autres ? Biden fait partie d'une catégorie à part, car il est clair que l'identité du président des États-Unis, ou même l'existence d'un président, importe peu.

Le monde a changé, mais la réalité sociale n'a pas encore rattrapé la réalité politique et physique. C'est l'été de l'anticipation. L'hiver de la colère viendra ensuite. Au printemps prochain, nous vivrons tous sur une planète étrange et très différente.

Dmytri Orlov

https://blogger.googleusercontent.com/img/b/R29vZ2xl/AVvXsEhDDVNlQeBeOCXlTkFAvWjOvjrIaeK0qRA4TZ9LtZQm8osjRrTEZfODdaZ25WL5141QpjwfTJy8IP-pK_KWj1OEy-rpysf4s_mhibn-QdvPMXVky8V_uoV0boKQyyJWOX3irJk80-BCNpAJhtxSMSpsaXhrnpB3mbxBWYh2FgyGSBAh2V6jdfgpVX7d/s1280/FXkoqBcXgAAULxU.jpg

2 commentaires:

  1. Par l'histoire, on sait que ces khazars, bien avant d'être de drôles de juifs, détroussaient les voyageurs et prenaient leur identité.
    De même, ces khazars dit "juifs ashkénazes" ont usurpé le titre de sémites. Ils ne le sont pas du tout. Les descendants sémites des tribus d'Israël sont en Afghanistan et ont un rôle à jouer pour la fin des temps selon le hadith, la plupart sont devenus musulmans, c'est pour cela que les usurpateurs khazars leur font la guerre.
    Sources :
    En ce qui concerne le peuple afghan, oui, il existe des preuves fascinantes selon lesquelles certains d'entre eux, notamment les membres de la tribu Pathani, pourraient avoir des racines remontant aux Dix tribus perdues.Premièrement, de nombreux Afghans affirment que tel est le cas. Le rabbin Avraham Hacohen, président de la communauté juive de la ville afghane de Harath, a témoigné avoir entendu l'ancien roi afghan, Habib Allah Han, proclamer : "Je viens de la tribu de Benjamin". Dans un témoignage similaire, un immigré en Israël rappelle le souvenir de son voyage dans la ville de Harath par le roi Habib Allah: "Les dignitaires juifs de la ville se sont rassemblés, parmi eux mon père.… Mon père m'a forcé à me joindre au salueur du roi. Le roi a demandé les Juifs, 'De quelle tribu êtes-vous?' Nous n'avons aucune tradition à ce sujet, alors nous ne le savons pas, ô roi", a répondu le chef de la délégation. "Eh bien, nous savons," dit le roi. "Nous, la famille Mahmad Zei, sommes tous des descendants de la tribu de Benjamin de la postérité du roi Saül, des fils de Yonatan Afghan et de Pithon." De nombreux anciens du village de Pathani le disent également. Ils sont "la semence d'Israël", sont descendus, disent-ils, de Pithon de la tribu de Benjamin. Pithon, un arrière-petit-fils du roi Saül, est cité parmi une liste de centaines de noms relatant les descendants des douze tribus (Chroniques I 8:35). On ne dit plus rien de lui. Les autres noms de tribus afghanes ressemblent à ceux de certaines des dix tribus perdues d'Israël: Rebbani (Ruben); Levoni (Levi *); Ephriti (Ephraïm); Yusuf Si signifie Fils de Yosef (Joseph). Les membres de la tribu Ghaghi prétendent qu'ils viennent de Gad (* Lévi, dans son ensemble, n'est pas une tribu perdue. De nombreux Lévites existent encore aujourd'hui parmi les Juifs. On suppose pourtant que de nombreux Lévites ont été exilés avec les Tribus perdues.) Des noms juifs tels qu'Israël, qui ne sont pas si typiques dans l'État islamique d'Afghanistan, qui est radicalement fondamental, figurent parmi les nombreux Pathanis.
    Sources: Basé sur un article de Rafael Berelson Tiferet Yisrael Reish Perek Chelek

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes et les commentaires comportant des insultes ou des attaques personnelles seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de ce Blog.