dimanche 2 septembre 2012

Théorème de Thomas et manipulation des masses


Le principal souci de William Isaac Thomas, sociologue américain (1863- 1947.) est d'étudier les phénomènes et les individus dans la totalité de leur contexte social. Rejetant le déterminisme économique ou technologique considéré comme seul facteur du changement social, Thomas voit dans les valeurs et attitudes humaines des éléments importants dans la transformation des sociétés. Il a contribué ainsi à la création d'une discipline psychosociologique autonome. C’est en 1923 qu’il présente dans The Unadjusted Girl, sa notion de définition de la situation. La définition de la situation c’est le moment préalable à l’action, au cours duquel l’individu examine la situation à laquelle il fait face et réfléchit à ce qu’il souhaite faire. Contrairement au modèle behavioriste, il affirme ainsi que l’action n’est pas la réponse automatique à un stimulus, mais qu’elle résulte d’un point de vue particulier sur une situation donnée. Thomas considère notamment que les individus tendent à définir la situation de façon hédoniste, tandis que la société leur enjoint de la définir de façon utilitaire, notamment en plaçant la sécurité au premier plan.

Le théorème de Thomas s’énonce comme suit

«Si les hommes définissent des situations comme réelles, alors elles sont réelles dans leurs conséquences».

Puisque la définition de la situation qu'un individu produit constitue un préalable à son action, alors pour saisir les comportements individuels il ne faut pas se référer à la réalité mais à la façon dont les individus la perçoivent. Cette proposition exprime l'importance qui doit être accordée dans l'explication sociologique des représentations pseudo-religieuses, souvent fausses, qui prennent, dans le monde actuel, une plus grande importance que la réalité objective.

Exemple 1. Le discours islamiste.

Sur un plan collectif, le discours politique islamiste est, le plus souvent, manipulatoire (lorsqu'il n'est pas carrément mensonger). Il a pour objectif d'ancrer des croyances voulues dans l'esprit des gens. Ainsi, en Tunisie, Rached Ghannouchi, président et gourou du parti islamiste Ennahdha, déclare-t-il, à tout propos, que son parti politique est le dépositaire de l’islam, et donc l’attaquer ou le critiquer, revient à attaquer ou critiquer l’islam, et dans ce cas, c’est l’apostasie, punie, selon la charia, par la mort. C’est cette approche qui a été utilisée lors des élections tunisiennes d’octobre 2011, après le pseudo « printemps arabe » : si vous votez pour Ennahdha, vous votez "pour Allah et son Prophète", et vous irez automatiquement au paradis. Bien que ces affirmations soient manifestement fausses et manipulatoires, beaucoup de Tunisiens, surtout les analphabètes et les plus démunis, y ont cru. Le sous-prolétariat a donc voté en masse pour le parti "de Dieu et de son Prophète", surtout que les promesses de paradis ont été accompagnées d’encouragements sonnants et trébuchants, grâce à l’amicale cagnotte qatarie, qui arrose les banlieues en mal de djihad, qu’elles soient en France, en Tunisie ou ailleurs. Le résultat des élections tunisiennes a confirmé la justesse du théorème de Thomas. La Tunisie se retrouve donc avec « une majorité relative » : 20% de la population a voté islamiste. En conséquence, le parti Ennahdha « truste » tous les leviers du pouvoir et de l’argent, au détriment de l’écrasante majorité (80%) de la population qui n’a pas voté pour lui.

Et plus les citoyens y croiront, plus il sera aisé de manipuler la situation, en faisant en sorte, par exemple, de générer de l'insécurité dans tel ou tel secteur du pays, ce qui est facile à faire, grâce à un procédé fort ancien et utilisé par tous les mouvements fascistes : le terrorisme. Ainsi, une fois cette croyance du danger terroriste bien acquise, il devient plus facile de mentir aux citoyens, et de limiter leurs droits fondamentaux. Le Gouvernement amène « les honnêtes gens » à réclamer plus de sécurité, plus de contrôles, fussent-ils dangereux pour les droits et les libertés, afin de les « protéger » des terroristes. Aussi, l’état d’urgence est-il prorogé tous les trois mois, et ce régime provisoire tunisien, qui devait durer au maximum une année, en est à sa troisième année. Les islamistes ont déjà annoncé qu’ils resteraient au pouvoir au moins 20 ans. Les Tunisiens boiront le calice jusqu’à la lie.

Exemple-2 : le choc des civilisations.

La thèse de Samuel Huntington énoncée dans « Le Choc des Civilisations » ne possède a priori aucun fondement scientifique solide : pourtant, l'idée a fait son chemin après le 11 septembre 2001, car elle avait déjà fait parler d'elle autour du président américain, qui en a fait une ligne directrice. Et cette fameuse phrase, contraire à l'idée même de pensée, de se répandre : "si vous n'êtes pas avec nous, vous êtes contre nous". C'est seulement à partir de là que le choc a des chances de se produire réellement en tant que tel, regroupant les hommes sur des bases qui, jusque là, avaient été parfaitement transgressées : la "civilisation chrétienne" d’un côté, la civilisation « arabo-islamique » de l’autre, et lorsqu'il s'agit de la Russie, cette autre civilisation ennemie est l'orthodoxie. C’est aussi un concept irrationnel, puisqu’il se réfère aux croyances.

De plus, le mot « civilisation » n'a jamais été défini de manière aussi floue que chez Huntington. Les islamistes, et plus généralement les musulmans de tout bord, vont néanmoins tomber dans le panneau. Depuis, ils s’entre-tuent allègrement s’accusant mutuellement d’être l’agent du sionisme et de l’impérialisme, les valets de « l’autre civilisation ». Les USA et Israël jubilent.
Exemple 3 : Le discours sioniste.
Les thèmes du Peuple élu et de la Terre promise sont mythiques, fruits imaginaires d'une réalité historique à retrouver. Plus concrètement, ces mythes sont une surcompensation imaginaire cultivée par une population qui aurait été réduite en esclavage du temps des pharaons (bien qu’aucun texte hiéroglyphique égyptien ne confirme cette fable).  Si les juifs pensent appartenir au Peuple élu, cette croyance irrationnelle va engendrer des effets réels, au plan individuel comme au plan collectif. Illustration parmi d'autres du théorème de Thomas. Penser qu'ils ont des droits sur un territoire qui leur aurait été donné par Dieu lui-même, donne aux Juifs sionistes, un sentiment très fort de légitimité lorsqu'ils spolient, tuent et chassent les Palestiniens qui y vivaient depuis toujours. Étant le seul peuple élu de Dieu, ils ont donc tous les droits, y compris le droit d’interdire aux "peuples inférieurs" de se défendre, et de prétendre au développement économique ou social. Ils s’arrogent, en particulier, le monopole de posséder seuls les armes de destruction massive dans la région.

Exemple-4 : Quelle est la nation qui a le plus contribué à la défaite nazie en 1945 ?  



Un sondage mené par l’Ifop en mai 1945, sur l’ensemble du territoire français désormais libéré, a montré que les interviewés apparaissent bien conscients du rapport de force et du rôle des alliés dans la guerre, et ce malgré la censure et la difficulté sous l’occupation à accéder à une information fiable. Ainsi, une très nette majorité (57 %) considèrent que l’URSS est la nation qui a le plus contribué à la défaite allemande alors que les États-Unis et l’Angleterre, pourtant libérateurs du territoire national, ne recueillent respectivement que 20 % et 12 %. Mais ce qui est proprement sidérant est que cette vision de l’opinion publique s’est inversée de manière très spectaculaire avec le temps et les mensonges déversés à propos des Russes et des communistes en général, comme l’ont montré deux sondages réalisés en 1994 et en 2004 :
 
C’est tout de même formidable : en 1945, les Français qui ont vécu sous la censure ont bien compris qui a vraiment battu l’Allemagne, mais 70 ans plus tard, c’est une Histoire totalement différente qui est dans leurs esprits ! Le lavage de cerveau a bien fonctionné.

Petit rappel :

 
Et mieux encore, le sondage de 2004 fournit des informations surprenantes quand on regarde en détail :


Les plus désinformés sont les Cadres et les Ouvriers – ceux qui ont fait le plus et le moins d’études ! Comme quoi, le lavage de cerveau est aussi efficace dans les deux cas : il ne dépend pas du niveau universitaire de la victime.

De plus, l’orientation politique n’a pas une énorme influence…cela veut dire qu'en France, les partis politiques de gauche sont ou défaillants ou complices quant à la formation de leurs militants. On en voit les résultats tous les jours....

La manipulation des élites est encore plus facile que celle des masses.” [Jean Yanne]
Exemple-5 : Le Théorème de Néfertiti
L’Institut du Monde Arabe, à Paris, accueille une exposition intitulée Le Théorème de Néfertiti. Qu’est-ce en fait que le théorème de Néfertiti selon les concepteurs de cette exposition ?... Eh bien, ce serait, tout d’abord, l’ensemble des mécanismes, ou des circonstances, qui fait qu’un objet d’art, voire un simple objet, lorsqu’il est offert aux regards et, donc, placé en situation d’être vu, contemplé, admiré – dans un musée, dans une galerie , au sein d’une collection –, voit conséquemment son statut changer, advient à celui d’œuvre d’art, voire d’icône…La magie de l’ostentation, le simple fait d’être montré et d’être vu, d’être mis en valeur et observé, change la nature de l’objet exposé. Les conditions dans lesquelles cet objet est montré ou celles dans lesquelles il est contemplé, modifient, elles  aussi, la façon dont il est perçu. On pense à Marcel Duchamp s’emparant d’un urinoir et lui conférant, par là-même, le statut d’œuvre d’art. Le théorème de Néfertiti prend la mesure de ces changements : c’est un corollaire du Théorème de Thomas.

Exemple-6 : en France, l'immigration "est un problème"

« A force de marteler que l’immigration est un problème, l’immigration devient un problème, y compris pour des gens qui n’ont jamais vu un immigré de leur vie » (François Gemenne).

Depuis les années 80 où le Front national a posé le traitement de l’immigration comme étant un problème, le thème de l’immigration devient dès lors un thème voire LE thème de toute campagne électorale.  Selon François Gemenne , chercheur enseignant à Sciences Po, "Le débat politique français sur l’immigration  repose quasiment entièrement sur de l’émotionnel, de l’idéologique, du fantasme et de la peur ". Cas typique du Théorème de Thomas.


Alors, l'immigration est-elle un problème ? 

Quelques faits…
En 1931, 6,6 % de la population française était déjà composée de personnes immigrées. Après 1973 et la crise pétrolière, leur part cesse de croitre. Elle repartira à la hausse dans les années 2000. En 2011, les immigrés représentent 9% de la population française alors qu’en Allemagne ou encore aux Etats-Unis ils représentent 13 %. Qui sont-ils ? Sans surprise, les immigrés en France viennent principalement des pays anciennement colonisés ainsi que des voisins européens.

Les idées reçues :

Première idée reçue : alors que les Français évaluent à 25 % la population immigrée, elle n’est en réalité que de 8,2 % en 2013. La France est aujourd’hui un des pays les moins ouverts à l’immigration.

Deuxième idée reçue : les immigrés prennent les emplois des Français et font baisser les salaires (propagande du Front National aidant !). Or, toutes les études économiques internationales concluent le contraire. Et rappellent que l’immigration présente un impact positif sur le marché du travail à long et moyen termes. Les immigrés produisent et consomment des biens et des services avec un effet positif sur la croissance. 

Troisième idée reçue : l’immigration serait un fardeau pour les finances publiques. Et, depuis la crise, cette idée devient une conviction bien ancrée chez beaucoup de Français ! Pourtant, l’immigration rapporte 12 Milliards d’euros au budget de l’état ! Soit 2.250 euros par personne immigrée, contre 1.500 euros pour les natifs. L'mmigration n’est pas un problème, mais une chance pour le pays d'accueil. Les milliers d'immigrés qui viennent en France sont généralement dans la force de l'âge (entre 20 et 30 ans pour l'immense majorité d'entre eux), et que pour atteindre cet âge, il auront coûté à leur pays d'origine plus de 100.000 Euros, et que la France a donc économisé cette somme.  Parmi les immigrés il y a des milliers d'ingénieurs, de médecins, et d'autres cadres. Ce sont donc les pays émetteurs d'immigrés qui aident les pays récepteurs ! 

Conclusion


Une société est composée d'individus: leur état d'être en est pour une part le reflet. Et l'on peut étendre ce schéma à tout ce qui concerne l'humain, ses peurs et ses croyances. Car, dans ce théorème de Thomas, se trouve exprimée toute la question du levier essentiel de pouvoir sur soi et sur les autres : la peur et l'espérance. Et sans une solide confiance en soi, sans une solide cohérence intérieure, c'est la porte ouverte à tous les errements et autres dérives. 


Les exemples ci-dessus montrent que la manipulation des masses est tout aussi efficace dans les pays développés et démocratiques que dans les autres pays. L'efficacité du lavage de cerveau ne dépend pas non plus du niveau intellectuel ou universitaire de la victime. Nous sommes tous logés à la même enseigne : à chacun de veiller sur sa propre intégrité mentale.
 
Hannibal Genséric