samedi 8 mars 2014

Constitution : la Tunisie veut enterrer ses racines berbères



Gêne berbère
Les Berbères en Tunisie

Rapport de Tamazgha, Présenté au Groupe de travail sur

L'Examen périodique universel

Nations Unies

Conseil des droits de l'homme

Première session du Groupe de travail sur l'EPU

Genève, 7 au 18 avril 2008

PRÉAMBULE

Avant d’exposer les principales discriminations dont sont victimes les communautés berbérophones en Tunisie et nos propositions en vue de l’élimination de ces discriminations, il nous semble important de rappeler un certain nombre d’éléments historiques sur l’Afrique du Nord, ce qui permettra au lecteur non familier des questions culturelles qui divisent gravement l’Afrique du Nord comprenne le déni linguistique et culturel fait aux berbérophones de Tunisie et aux Nord-africains de manière générale. Tout comme les Berbères en Algérie, au Maroc et en Libye, les Berbères de Tunisie, même si numériquement sont très peu nombreux, subissent diverses discriminations qui les menacent jusqu’à leur existence et celle de leurs langue et culture. 
Commentaire d'Hannibal Genseric
La nouvelle constitution tunisienne, adoptée en ce début 2014, est encore pire que la précédente, celle qui date des débuts des années cinquante, à tous les niveaux : humain, culturel, linguistique, religieux etc. Le pseudo "Printemps arabe" s'avère être en réalité une grossière manipulation américano-islamiste, avec ses cyber collabos, ses milices nazis et ses snipers. Ce sinistre scénario tunisien a été reproduit tel quel  en Libye, en Egypte, en Syrie, et actuellement en Ukraine. Ce document des Nations Unies, paru en 2008, est toujours d'actualité. 

I. DONNEES HISTORIQUES GENERALES

1. Généralités
En Tunisie, comme partout en Afrique du Nord, un très grave déni culturel et identitaire basé sur la discrimination est à la base de l’action de l’État national qui se veut arabe et musulman et engage toutes ses forces pour arabiser les berbérophones. L’objet de cette discrimination officielle permet d’établir la violation des principes de la Convention internationale sur l’élimination de toutes les formes de discrimination raciale. Il s’agit d’une atteinte extrêmement grave aux droits culturels de berbérophones, par ailleurs reconnus par tous les textes internationaux, au premier chef de la Déclaration universelle des droits de l’homme et la Convention internationale sur l’élimination de toutes les formes de discrimination raciale que la Tunisie semble ignorer. Cette politique qui confine à un "impérialisme linguistique" empêche naturellement la société d’aller vers un véritable pluralisme et une véritable démocratie nécessaires à la lutte contre le sous-développement. Une folle énergie sociale est ainsi dilapidée à contrarier les valeurs ancestrales et l’identité première des Berbères au lieu d’en faire le point d’appui pour la construction d’une société vraiment réconciliée et ouverte, plurielle et démocratique. L’arabisation est ainsi au cœur d’une politique étatique de négation des droits humains les plus élémentaires.
2. L’Afrique du Nord, une terre amazighe (berbère)
Tous les historiens de l’Afrique du Nord attestent que le pays es t peuplé de Berbères depuis les temps les plus anciens.
Ainsi, Ibn Khaldoun dans son Histoire des Berbères, peut écrire à propos du pays que l’on appelle le Maghreb et que nous appelons Tamazgha ou pays des Imazighen : "Depuis les temps les plus anciens, cette race d’hommes habite le Maghreb dont elle a peuplé les plaines, les montagnes, les plateaux, les régions maritimes, les campagnes et les villes" (Ibn Khaldoun - Histoire des Berbères, Paris, Geuthner, 1999 p. 167). Concernant tamazight, la langue des Imazighen : "leur langue est un idiome étranger, différent de tout autre : circonstances qui leur a valu le nom de Berbères" (Ibn Khaldoun, 1999, opus cité p. 168). Concernant, enfin, les religions professées en Afrique du Nord : "il y avait parmi eux [des tribus] qui professaient la religion juive ; d’autres chrétiennes, et d’autres païennes, adorateurs du soleil, de la lune et des idoles. Comme ils avaient à leur tête des rois et des chefs, ils soutinrent contre les musulmans plusieurs guerres très célèbres". (Ibn Khaldoun, 1999, opus cité, p. 177).
Plus près de nous, en 1931, l’historien anticolonialiste Charles-André Julien pouvait constater que : "Aujourd’hui, on ignore généralement que le Maroc, l’Algérie et la Tunisie sont peuplés de Berbères, que l’on qualifie audacieusement d’Arabes. Quant aux indigènes, ils se désignèrent souvent du nom d’Amazigh (Tamazight au féminin, Imazighen au pluriel) qui signifiait les hommes libres, puis les nobles et s’appliqua à plusieurs tribus avant l’occupation romaine" (C.-A. Julien, Histoire de l’Afrique du Nord, Paris, Payot, 1931, p. 2).
Actuellement, le lecteur exigeant, qui souhaite avoir l’avis de grands savants du domaine berbère, peut lire utilement L’Encyclopédie berbère, publiée en France avec le concours du Conseil international de la philosophie et des sciences humaines de l’UNESCO.

II. PRINCIPALES VIOLATIONS DES PACTES ET CONVENTIONS INTERNATIONAUX RELATIFS AUX DROITS DE L'HOMME.

1. La négation officielle et constitutionnelle du fait amazigh (berbère)
La discrimination antiberbère est un fait officiel délibéré et organisé, inscrit dans la Constitution qui bénéficie du concours des institutions de l’État lesquelles sont instrumentées dans le but de nier l’identité ancestrale des Berbères en vue de les arabiser par la force et de les intégrer ainsi dans une conception politique arabo-islamique comme des subalternes, des dominés. La Constitution tunisienne précise que l’État appartient à "la famille arabe" et ajoute que l’arabe est la langue de l’État tunisien. C’est sur ce texte, loi fondamentale de l’État, que se base la politique d’arabisation et de négation de l’identité amazighe du pays. Force est de constater qu’aucune place n’est accordée à la langue et la culture berbères dans les textes fondamentaux de l’État alors que le berbère est une langue vivante pratiquée par des dizaines de milliers de Tunisiens notamment concentrés sur l’Ile de Djerba (Guellala, Adjim,...) et dans les régions du Sud-Est, autour de Tataouine (Chenini, Douirat), à Metmata (Zraoua et Taouedjout), à l’Est de Gafsa (Tamagourt et Senned), et d’autres foyers encore. La langue arabe étant considérée comme la seule langue nationale et officielle de l’État tunisien ; cela dénote une réelle volonté d’arabisation des populations berbérophones pour qui la langue n’a pas droit de cité. Quoi qu’il en soit, la langue berbère ne dispose d’aucun statut officiel. Ainsi, nous constatons, non sans amertume, que tout le fondement amazigh (berbère) de la Tunisie est délibérément ignoré. Dès lors, c’est une partie non négligeable des Tunisiens qui se trouvent exclus, de jure, de l’Histoire. Ce traitement contraire à la lettre et à l’esprit de la convention internationale sur l’élimination de toutes les formes de discrimination raciale constitue une atteinte inadmissible aux droits fondamentaux des Imazighen tunisiens contraints à une arabisation oppressive. Si certains textes traitant de l’Histoire de la Tunisie signalent que les premiers habitants connus du pays sont les Berbères, chose qu’il est difficile de nier, ces Berbères disparaissent subitement des autres étapes de l’Histoire officielle de la Tunisie, à croire que les Berbères, leur civilisation et leur culture se sont évaporés et ont disparu sans laisser de traces. Il s’agit d’une volonté délibérée de ne pas faire allusion à cette composante qui forme le socle de la civilisation nord africaine dans le but, à terme, par le fait notamment de l’arabisation forcée, de faire en sorte que le fait berbère disparaisse. Notons que les rapports soumis par l’État tunisien aux différents mécanismes de droits de l'Homme ne donnent aucune précision quant la composition ethnique de la Tunisie, ni sur les langues en usage réel dans la société. Ainsi, par exemple, le rapport présenté par L’État tunisien à la 62ème Session du CERD en 2003 (CERD/C/431/Add.4) réduit les Tunisiens à la seule ethnie arabe et fait abstraction de tout ce qui peut être différent. Il ignore surtout la présence du peuple le plus ancien sur ce territoire ; un peuple dont la civilisation, la culture et la langue ont traversé des millénaires et sont toujours vivantes.
2. Une arabisation et une assimilation programmées.
Même si la langue berbère en Tunisie, comme partout en Afrique du Nord, a pu résister aux langues de presque tous les conquérants (Phéniciens, Byzantins, Romains,...), l’arabe, langue du Coran, a réussi à la bousculer et à la menacer sérieusement puisque aujourd’hui il n’existe que quelques dizaines de milliers de Berbérophones en Tunisie. Les communautés berbérophones sont concentrées dans l’extrême sud du pays. La politique linguistique arabisante de l’État tunisien conduira, à terme, à la mort lente de la langue berbère. En effet, "sur les 13 communautés recensées par Basset (1952), 9 étaient entièrement berbérophones, une quinzaine d’années plus tard, 6 seulement le sont encore (cf.Penchon 1968). L’aire des populations berbérophones de Tunisie se rétrécit ainsi comme une peau de chagrin." (Voir Ahmed Boukous, "Le berbère en Tunisie ", in Études et Documents Berbères n° 4, 1988, pp. 77-84).
En résumant la situation des berbérophones, Th.-G. Penchon précise : "... l’arabe jouit d’une grande puissance culturelle. Langue de la nation, de la religion, de l’école (...), langue aussi de la radio et de la Télévision, l’arabe cerne le berbère de tous côtés et le repousse vers le seul emploi affectif, l’emploi au sein de la famille." (Voir Th.-G. Penchon, "La langue berbère en Tunisie et la scolarisation des enfants berbérophones", Revue Tunisienne des Sciences Sociales, 1968, pp. 173-186).
L’ensemble des chercheurs et universitaires qui se sont intéressés aux Berbères de Tunisie se sont accordés à dire que la situation du berbère en Tunisie est critique et que la régression constante du nombre de berbérophones pourra conduire inéluctablement à la mort lente de leur langue. Salem Chaker (Djerba, in Encyclopédie berbère N°XVI, 1995) précise : "Au point de vue linguistique comme en matière sociolinguistique, il serait donc urgent de procéder à Djerba (et dans toute la Tunisie) à des enquêtes de terrain approfondies avant que le berbère ne sorte complètement de l’usage."
C’est dire à quel point la situation est inquiétante pour la langue berbère en Tunisie, situation dont le seul responsable est l’État tunisien qui, par son attitude marginalisante à l’égard du berbère, viole l’un des principes fondamentaux de la Convention internationale pour la lutte contre toutes les formes de discrimination raciales. En s’obstinant dans cette politique d’arabisation et d’assimilation forcées des Berbères, l’État tunisien commet l’un des crimes les plus horribles à savoir priver la Tunisie d’une composante essentielle de son histoire, identité et culture. C’est par ailleurs le patrimoine de toute l’Humanité qui sera privé de cet apport millénaire qui ne peut représenter qu’une richesse aussi bien à la Tunisie qu’à l’Humanité entière. L’État tunisien se doit de déployer tous les moyens et efforts nécessaires pour protéger cette minorité berbérophone et faire en sorte que sa langue et sa culture soient prises en charge et qui leur soit assurer une protection réelle et conséquente.
3. Marginalisation économique des régions berbérophones : les raisons d’une assimilation inéluctable.
Confinés dans des régions isolées et pauvres économiquement, les berbérophones ainsi que leur langue, sont aujourd’hui sérieusement minorisés en Tunisie et sont menacés d’une disparition inéluctable si l’État tunisien ne se décide pas à revoir sa politique envers le berbère. En effet, les communautés berbérophones occupant des régions économiquement très pauvres sont contraintes à l’émigration dans des régions arabophones où ils subissent une assimilation linguistique et culturelle puisque la langue berbère n’est pas enseignée et elle n’est pas introduite dans les média et moyens de communication. La culture berbère n’a tout simplement pas le droit de cité en Tunisie.
Th.-G. Penchon, dans son article "La langue berbère en Tunisie et la scolarisation des enfants berbérophones" (in. Revue Tunisienne des Sciences Sociales, pp. 173-186, 1968) affirme que l’une des raisons du rétrécissement des communautés berbérophones est à juste titre la pauvreté économique des zones occupées par ces derniers. Cette pauvreté des régions berbérophones relève de la responsabilité de l’État tunisien puisque ces régions sont marginalisées à tous points de vue ; elles ne bénéficient d’aucun programme de développement économique, il y a absence quasi-totale d’infrastructures permettant aux habitants de ces régions de s’élever au niveau national. Cela pousse les citoyens de ces régions à l’exode vers les grands centres urbains ce qui conduit généralement à la déculturation de ces populations qui subissent, malgré elles, une arabisation incontournable.
4. Exclusion des champs culturel et éducationnel officiels.
Bien entendu, la langue berbère ne bénéficie pas d’enseignement par le système éducatif tunisien. Les manuels scolaires ne consacrent aucun espace à l’enseignement de l’Histoire des Berbères ni à leur civilisation. Les projets de développement, de promotion et de soutien de la culture n’ont pas inscrit la culture berbère dans leur priorité. Seuls les arts d’expression arabe bénéficient des aides de l’État. Non seulement le patrimoine berbère n’est pas soutenu, mais il est interdit. Même s’il n’y a aucun texte qui interdit officiellement la pratique de la culture berbère, il est de notoriété qu’en Tunisie les Berbères n’osent même pas exprimer leur berbérité ni oser œuvrer pour la sauvegarde des langues et culture berbères dans des cadres organisés. La Tunisie étant connue pour être un État où la police se permet toutes les exactions imaginables, toute tentative individuelle ou collective d’exprimer la berbérité et une volonté de prise en charge de acculture berbère est impitoyablement réprimée. L’expression de la berbérité est considérée comme une atteinte aux intérêts et à l’intégrité de l’État, ce qui est sévèrement puni, selon la constitution.
L’État tunisien ne peut justifier cette situation et ne peut prétendre ignorer la situation inacceptable que vivent les berbérophones de Tunisie ainsi que leur langue et culture. L’État tunisien est ainsi responsable de l’éventuelle disparition de la langue et culture berbères. C’est pourquoi il doit urgemment revoir sa politique linguistique et culturelle.
Tous ces faits montrent la discrimination linguistique et culturelle dont est victime une minorité ethnique en Tunisie.
5. La Tunisie : État de toutes les discriminations.
De par les éléments exposés, il apparaît que l’État tunisien conduit une politique visant à assimiler les populations berbérophones au reste de leurs concitoyens afin qu’ils s’arabisent pour qu’à terme la langue berbère devienne une langue morte. En se conduisant de la sorte, les autorités tunisiennes mettent en place une politique dont l’objectif affiché est la disparition pure et simple du fait berbère.
Aussi, les éléments exposés précédemment montrent que l’État tunisien est en violation de toutes les conventions internationales qui recommandent la protection des minorités et de leurs intérêts.

III. LES RECOMMANDATIONS DU CERDEN 2003

Le CERD a eu, en 2003, à examiner les treizième à dix-septième rapports périodiques de la Tunisie, présentés en un document unique (CERD/C/431/Add.4), à sa 62ème session tenue à Genève du 3 à 21 mars 2003.
Parmi les recommandations du Comité à l'État tunisien, nous avons noté les points suivants relatifs à la langue et à la culture amazighe (berbères).
Le Comité prend note de l’opinion exprimée par l’État tunisien au sujet de l’homogénéité de sa population. Toutefois, étant donné que le rapport lui-même fait état des libertés et des droits reconnus aux non-Arabes et aux non-musulmans, et compte tenu de l’absence de données statistiques sur la composition ethnique de la société tunisienne, le Comité recommande à l’État de fournir, dans ses rapports ultérieurs, des estimations de sa composition démographique, comme demandé au paragraphe 8 des principes directeurs concernant la forme et la teneur des rapports. Il appelle l’attention de l’État sur sa Recommandation générale no VIII relative à l’identification des membres de groupes raciaux et ethniques particuliers. (Paragraphe 7, CERD/C/SR.1575)
Le Comité note que l’État tunisien n’a pas fourni de renseignements sur la population berbère (ou amazigh) ni sur les mesures prises aux fins de la protection et de la promotion de la culture et de la langue berbères. Étant donné l’absence de toute mention de ce groupe dans le rapport, il souhaite recevoir des informations concrètes à ce sujet et recommande que davantage d’attention soit donnée à la situation des Berbères en tant que composante spécifique de la population tunisienne. (Paragraphe 8, CERD/C/SR.1575)

IV. NOS PROPOSITIONS POUR ELIMINER LES DISCRIMINATIONS OFFICIELLES

Nous demandons à la Tunisie la reconnaissance de tamazight (langue berbère) comme langue nationale et officielle. En effet, la langue berbère doit être reconnue langue nationale et officielle par les dispositions de la Constitution, loi fondamentale de l’État.
L’État tunisien doit garantir aux citoyens le droit de créer des associations pour la sauvegarde et la promotion des langue et culture berbères.
Afin que des dizaines de milliers de citoyens ne se sentent pas étrangers dans leur propre pays et qu’ils ne soient pas en marge de la vie du pays, l’État tunisien doit consacrer ne serait-ce qu’une partie des programmes des ses medias (radio et télévision) à la langue et la culture berbères.
Pour arrêter l’exode des communautés berbères, l’État tunisien doit mettre fin à la marginalisation économique dont sont victimes les communautés berbérophones et mettre en place un plan de développement économique de ces régions.
L’État tunisien doit intégrer l’enseignement de la langue berbère dans les programmes de l’éducation et de formation. Dans les régions berbérophones, la langue berbère doit être une langue obligatoire à tous les niveaux de l’enseignement. Permettre aux berbérophones d’utiliser leur langue dans leurs démarches au sein des différentes administrations et institutions (Administration, Justice, ...). Aussi est-il nécessaire que soient affectés dans ces différents établissements des corps d’interprètes qui permettront aux citoyens berbérophones d’effectuer leurs démarches dans les meilleures conditions.
L’État tunisien doit encourager l’art berbère dans toutes ses manifestations (théâtre, musique, danse, poésie,...).
L’État tunisien doit procéder à la mise en place d’institutions ayant pour but la préservation, la promotion et le développement des patrimoines linguistiques et culturels berbères en Tunisie.
En somme, l’État tunisien doit prendre toutes les mesures nécessaires pour rendre aux berbérophones leur dignité et que cesse la discrimination dont ils sont victimes. Il doit engager tous les moyens nécessaires pour assurer la protection de la langue et la culture berbères.
Références bibliographiques
1.     Salem CHAKER, Berbères aujourd’hui, L’Harmattan, Paris, 1989.
2.     Ibn Khaldoun, Histoire des Berbères, Geuthner, Paris, 1999.
3.     Charles-André JULIEN, Histoire de l’Afrique du Nord, Payot, Paris, 1931.
4.     Ahmed BOUKOUS, "Le berbère en Tunisie", Études et Documents Berbères,
5.     Edisud, Aix-en-Provence, 1988, pp. 77-84.
6.     Th.-G. PENCHON, "La langue berbère en Tunisie et la scolarisation des enfants berbérophones", Revue Tunisienne des Sciences Sociales, 1968, pp. 173-186.
7.     Gilbert Granguillaume, Arabisation et politique linguistique au Maghreb, Maisonneuve & Larose, Paris, 1983.
8.     Encyclopédie berbère, Edisud, Aix-en-Provence.
9.     Annuaire de l’Afrique du Nord, Aix-en-Provence
Autres références
10.  Génétiquement, les Maghrébins ne sont pas arabes 
Hannibal Genséric