jeudi 21 avril 2022

Vous voulez arrêter l’avancée russe ? Facile : commencez à tuer vos propres civils.


Pour repousser les Russes, les Ukrainiens ont frappé un village avec des armes à sous-munitions.

L’article se trouve derrière un site payant, mais comme il s’agit du NYT, vous pouvez supposer qu’il s’agira des mêmes vieux tropes de propagande sur l’Opération Spéciale Russe en Ukraine. Mais comme les journalistes du NYT (ou du WAPO) sont à peine capables de fonctionner dans une société normale avec une morale de base et de distinguer le bien du mal, cet aveu n’est pas anodin. Il est important et ce n’est qu’un des nombreux crimes de guerre commis par les 404 et leurs curateurs occidentaux.

Frappes sur Lvov et destruction du 124e centre logistique unifié des services arrière du VSU (en russe). Il s’agit essentiellement d’un schéma qui se répète maintenant : l’Occident envoie du matériel à la 404, la Russie l’anéantit. Cela va continuer. Par l’économie réelle et les nouvelles que les MSM américains ne rapportent pas. Je tiens à le répéter, ce processus est en cours :

Alors que les États-Unis font pression sur leurs alliés européens pour qu’ils n’achètent pas de pétrole à la Russie, ils augmentent le volume de leurs importations, prouvant ainsi qu’ils font deux poids, deux mesures et qu’ils se moquent d’eux. Par Wang Wenwen et Hu Yuwei. Contrairement aux pressions exercées sur leurs alliés européens pour qu’ils n’achètent pas de pétrole russe dans le contexte de la crise ukrainienne, les États-Unis ont augmenté leurs importations de pétrole brut en provenance de Russie de 43 %, soit 100.000 barils par jour, au cours de la semaine écoulée, a déclaré dimanche le secrétaire adjoint du Conseil de sécurité russe, Mikhaïl Popov, aux médias russes, les critiques soulignant que les États-Unis poursuivent leurs propres intérêts aux dépens de leurs alliés européens.

Et là encore, comme pour les autres éléments tangibles, cette politique « contrastée » va se poursuivre, surtout si l’on garde à l’esprit l’approche des élections de mi-mandat. Mais tout cela est ce que j’essaie constamment de faire comprendre. Les États-Unis, bien qu’ils soient toujours économiquement importants, sont loin d’avoir le poids de l’économie que Wall Street et les traders en bourse essaient de dépeindre.

La guerre en Ukraine épuise l’arsenal démocratique de l’Amérique. Les alliés occidentaux sont confrontés à un choix : Envoyer plus d’armes à Kiev ou garder leurs stocks pour leur propre défense.

Bien que l’absurdité du titre soit indéniable (l’arsenal démocratique de l’Amérique a tué des millions de civils innocents au cours des 30 dernières années), la vérité est que les réalités de la vraie guerre impliquant des forces sérieuses, des terrains difficiles, de vastes étendues géographiques ne sont pas vos bombardements habituels d’ennemis sans défense renvoyé à l’âge de pierre. Ce n’est pas le cas. C’est pourquoi la Russie dispose d’un véritable collège de guerre (académie) de fourniture matérielle et technique nommé Khrulyov d’après le nom d’un ancien général, alias en anglais Military Logistics Academy.

Oui, les Russes se soucient d’avoir plus d’armes et de matériel qu’il n’en faut et de les fournir aux troupes combattantes, et c’est sur cette base qu’est développée toute cette satanée science. De plus, cette logistique est conçue pour être utilisée dans les conditions de combat les plus défavorables, et non dans les conditions favorables. En d’autres termes, les Russes planifient la guerre et, selon les « rumeurs », la plupart des usines russes produisant des munitions et des armes de haute précision fonctionnent en trois équipes, c’est-à-dire sans interruption. Mais la question de l’économie militaire réelle est vaste et doit être abordée séparément. Une fois abordée, elle peut facilement expliquer pourquoi les États-Unis, même s’ils le voulaient, ne peuvent pas fournir aux FAUs ce que le général Petraeus appelle des « armes qui changent la donne ».

Prenez les chars M1 Abrams ou les systèmes de défense antiaérienne Patriot PAC3. Sur le champ de bataille moderne, ces armes ne sont pas viables. Vous pouvez imaginer le genre de pertes de réputation que cela entraînera. D’autant plus que les Houthis ont détruit un certain nombre de chars Abrams saoudiens et que les « performances » des Patriots contre les drones houthis étaient plutôt médiocres, pour le dire poliment. L’Ukraine, bien sûr, n’est pas le Yémen ou l’Irak, la guerre qui s’y déroule est une toute autre histoire. Au moins, on peut toujours dire que les bons vieux M-113, dont la plupart seront détruits ou emportés comme trophées par les forces russes, si ces vénérables APC parviennent un jour à la ligne de front, sont vieux et ne ressemblent pas aux super-armes de type « game changers » dont parle Petraeus.

Selon RKR Moskva, certaines photos sont désormais disponibles et certaines histoires commencent à émerger :

L’une de ces histoires (dont je ne peux confirmer la véracité) est que le Moskva a livré une sérieuse bataille de défense aérienne contre des vagues d’attaques et que la défense aérienne a finalement été percée. Je ne sais pas. Possible ? Certainement possible, et la présence de moyens aériens américains dans la zone, notamment de P-8 Poseidon et de Global Hawk, donne certainement un indice, mais, comme je l’ai dit, tant que le ministère russe de la Défense n’aura pas publié le rapport sur cet événement, tout cela restera essentiellement des spéculations et des rumeurs. Elles continueront à circuler, bien sûr. Si l’OTAN (à savoir les États-Unis et le Royaume-Uni) est effectivement impliquée d’une manière ou d’une autre dans le naufrage du Moskva, attendez-vous à une véritable réponse de la Russie. Où et comment, nous ne pouvons que spéculer, mais il y aura une réponse.

Pendant ce temps, les FAUs poursuivent leurs attaques contre leurs propres civils et rejettent la faute sur la Russie. Classique. En conclusion, il semble qu’il y ait beaucoup de mouvement aujourd’hui dans le Donbass par les forces russes. Pendant ce temps, le soldat britannique de mauvaise fortune, Aslin, chante comme un oiseau les atrocités commises par les FAUs contre les civils.

Voici un autre lot de prisonniers de guerre des FAUs et ils ont subi un tel lavage de cerveau que lorsqu’ils reconnaissent qu’en se rendant ou en étant faits prisonniers de guerre, ils ne seront pas tués, torturés et affamés, ils subissent un choc culturel et une grave dissonance cognitive. Dans le même ordre d’idées, de nombreux Ukrainiens, en particulier les nationalistes, croient sincèrement que de nombreux Russes ne savent pas ce que sont des toilettes modernes. Ce n’est pas une blague, ils pensent que la Russie est encore pire que leur pays de merde. C’est votre introduction pour ce lundi.


Par Andrei Martyanov − Le 18 avril 2022 − Source Reminiscence of the future

Tout d’abord, Scott Ritter fait une arithmétique (opérationnelle) très simple sur les javelins, ou plutôt sur la mythologie qui les entoure :

Comme je le répète ad nauseam : les chiffres, lorsqu’ils sont pris dans un contexte approprié, ne mentent pas.

Ensuite, Larry Johnson présente un excellent argumentaire sur la propagande des médias occidentaux (l’article complet se trouve derrière le lien) et réfute les accusations de diffusion de la propagande russe :

En écrivant cette dure vérité, je suis fréquemment accusé de simplement transmettre la propagande russe. Ce n’est pas vrai. Si vous avez les vidéos de Russes en train de faire des atrocités sur des Ukrainiens, faites-le moi savoir. Je ne les ai pas vues. Et comme je l’ai noté plus haut, je ne doute pas une minute que les médias d’information américains montreraient ces vidéos si elles existaient. Cette semaine pourrait être décisive pour la poursuite des opérations militaires ukrainiennes organisées. L’armée russe semble suivre la directive de Poutine – démilitariser l’Ukraine.

Lisez l’article en entier. Pendant ce temps, je suis également accusé d’être un propagandiste russe, surtout si l’on considère mes antécédents. Mais vous trouverez ci-dessus deux officiers supérieurs américains (vraiment patriotes), issus des services de renseignement et de l’USMC, qui disent à peu près les mêmes choses que moi tout le temps. Comme Larry le dit correctement : « Montrez-moi l’argent », montrez les vraies, et non les fausses, colonnes de prisonniers de guerre russes ou les champs jonchés de blindés russes. Où sont ces centaines d’avions de combat russes abattus ? Si l’on exclut les événements de la RKR Moskva, dont le cadre est douteux du côté ukrainien et qui ne sont toujours pas clairs, comme Larry, Douglas Macgregor, Scott ou bien d’autres, dont votre serviteur, le disent à juste titre en permanence, la plupart des « victoires » ukrainiennes sont des faux qui sont démystifiés généralement dans les 48 à 72 heures, et même les médias américains sont parfois obligés d’admettre ces faux.

Mais il y a un autre aspect dont Scott parle et sur lequel j’ai écrit des livres : Les armes américaines, traditionnellement hors de prix, ne sont pas aussi bonnes qu’on le dit. Ce n’est un secret pour personne que les performances totalement incompétentes des armées arabes dans les guerres du Moyen-Orient contre Israël ont fourni une bonne excuse à l’Occident pour critiquer l’armement soviétique, ses « modèles de singe » utilisés par des soldats égyptiens et syriens souvent à peine alphabétisés dans les années 1960 et 1970. Mais la réalité, en particulier dans le contexte de l’utilisation compétente de l’armement soviétique par le Viêt Nam à la même époque des guerres israélo-arabes, racontait une autre histoire. Aujourd’hui, tout a changé. La défense aérienne syrienne est l’une des forces de défense aérienne les plus engagées et les plus expérimentées au monde, avec d’excellents résultats au combat à son actif. Les Arabes apprennent les méthodes de la guerre des armes combinées et ils ne sont certainement pas les militaires arabes des années 1960. Il en va de même pour les forces iraniennes en Syrie – ces gars-là ne sont plus des proies faciles. Comme vous l’avez peut-être deviné, ils utilisent tous des armes soviétiques/russes.

Mais contrairement à ce qui s’est passé pour l’Union soviétique dans les guerres israélo-arabes, l’anéantissement des FAUs, qui était considérée par les États-Unis comme la pièce à conviction à de la gloire de la planification stratégique américaine, du C3 et des armes de champ de bataille fournies à la plus grande armée européenne, s’avère être une catastrophe en termes de réputation. Même les nazis fanatiques et bien armés de l’Ukie ne font pas le poids face aux forces russes. Cela crée un climat proche de l’hystérie parmi les « élites » de Washington, dont la grande majorité a cru à leur propre propagande militaire, ce qui est facile lorsque pratiquement aucun d’entre eux n’a de pedigree militaire sérieux. Si j’avais été aujourd’hui un officier supérieur américain ayant une véritable expérience du combat militaire, j’aurais été troublé et embarrassé par les « experts militaires » américains sur toutes les grandes chaînes d’information américaines qui se présentent comme des militaires amateurs, bien que nombre d’entre eux aient des grades de général et de colonel. La plupart de leurs « analyses » donnent envie de pleurer.

Mais leur état a été décrit il y a longtemps dans une relation avec un homme (Napoléon), qui, contrairement à eux, était et est considéré comme l’un des plus grands chefs militaires de l’histoire, même par ses ennemis :

Dans les batailles précédentes, il n’avait envisagé que les possibilités de succès, mais maintenant d’innombrables chances « malchanceuses » se présentaient, et il les attendait toutes. Oui, c’était comme un rêve dans lequel un homme s’imagine qu’un voyou vient l’attaquer, et lève le bras pour lui asséner un coup terrible qui, il le sait, devrait l’anéantir, mais il sent alors que son bras tombe impuissant et mou comme un chiffon, et l’horreur de la destruction inévitable le saisit dans son impuissance.

Léon Tolstoï, Guerre et paix, livre 10, chapitre XXXIV.

Il va sans dire qu’il n’y a PAS de Napoléon à Washington, loin s’en faut, et l’expérience d’une grave dissonance cognitive conduit les gens à la folie. Après tout, selon Ben Hodges, l’armée russe était déjà au bord de l’effondrement à la mi-mars et les armes américaines étaient censées faire toute la différence. C’est lui le 14 mars.

Les forces russes vont culminer dans les dix prochains jours si nous maintenons la pression sur elles… elles ont des problèmes d’effectifs et des pénuries de munitions. Accélérez/étendez le soutien à l’Ukraine pour détruire l’artillerie, les roquettes et les missiles de croisière russes. Il est temps de garder le pied sur l’accélérateur.

Quel stratège ! C’était lui en 2015.

« Nos soldats font l’entraînement avec les Ukrainiens et nous avons beaucoup appris de ces derniers », a déclaré le lieutenant-général Ben Hodges. « Un tiers des soldats [ukrainiens] ont servi dans une … zone de combat, et aucun Américain n’a été sous le feu de l’artillerie ou des roquettes russes, ou sous une importante guerre électronique russe, un brouillage ou une collecte – et ces Ukrainiens l’ont été. Il est intéressant d’entendre ce qu’ils ont appris. »

Exact, combattre des Afghans ou des Irakiens n’est pas la même chose que de combattre des Russes et pas en 2015, principalement des milices de la LDNR, mais en 2022 et des forces armées russes réelles. À en juger par les derniers récits des témoins oculaires de Donetsk, aujourd’hui, les forces armées russes, manifestement parce qu’elles n’avaient plus de munitions et n’avaient plus le moral, ont déchaîné l’enfer. Certains disent que même les vétérans des 8 dernières années et ceux qui ont combattu en Syrie n’ont jamais rien vu de tel. Nous verrons lorsque les premiers rapports vérifiés commenceront à affluer sous peu.

Andrei Martyanov

4 commentaires:

  1. Cher Hannibal,
    pas moyen de laisser un message.
    Votre blog subit des attaques.

    RépondreSupprimer
  2. Un algorythme bloque nos commentaires s'ils comportes certains mots.

    RépondreSupprimer
  3. Exact.

    Cela fait des années que les Gafa nous censurent. Il se peut aussi que vous soyez sur leur liste.

    RépondreSupprimer
  4. SAMSUNG avec ses endroid ferait bien de ne pas se plier au diktat us sans quoi HUAWEI le remplacera définitivement.
    Les GAFA bloquent nos partages de connexion ( pas moyens de partager avec un endroid ).
    BLACKBERRY resiste et est le seul à me permettre de partager la connexion.

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes et les commentaires comportant des insultes ou des attaques personnelles seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de ce Blog.