jeudi 17 janvier 2013

L' islamiste préfère copuler avec sa cousine



L'épisode de ce ministre surpris en train de "loger", aux frais de la princesse, sa cousine dans un hôtel luxueux proche de son ministère à Tunis,  dite affaire du Sheratongate, m' a suggéré d'étudier ce phénomène : pourquoi les islamistes préfèrent-ils copuler avec leurs cousines ? N'y-a-t-il pas ici comme un relent d'inceste ? ce phénomène est-il répandu ? Et pourquoi ?
J'ai ainsi découvert que : (1) l'islamisme (maladie dégénérative de l'Islam) découle "naturellement" de l'endogamie forte des musulmans., l’endogamie étant, en ethnologie, l’obligation faite à un membre d'une communauté de se marier avec un autre membre de la communauté (par exemple épouser sa cousine ou son cousin), et (2) plus un pays est endogame, plus l'islamisme y est fort, et inversement : plus l'islamisme se renforce dans un pays, et plus l'endogamie s'y propage. 
Ce problème s'avère d'une extrême gravité pour la santé physique et mentale des musulmans.

Introduction


L’endogamie familiale ou la consanguinité est en effet un cas particulier des liens matrimoniaux entre les conjoints. La fréquence des unions consanguines dépend de la taille de la population, de son degré d’isolement et de l’existence de pratiques socio-économiques et culturelles, comme la tradition arabo-musulmane, qui favorisent ou évitent un certain type d’unions (Valls, 1982; Calderón, 1983; Pineda et al, 1985; Khlat et al, 1986; Imaizumi, 1986). Le mariage est dit consanguin lorsque les conjoints ont un ou plusieurs ancêtres communs. 

L’endogamie est une spécificité islamique.


Dans les sociétés arabo-musulmanes, toutes les catégories de cousins s’épousent entre elles. Des études réalisées dans le monde arabe et islamique montrent que l’endogamie familiale est une particularité du système des alliances encore contractée dans tout le Moyen Orient, entre musulmans (Jordanie, Liban, Palestine, Syrie, Irak, Koweït, Arabie, Golfe, Kurdistan), en Iran, au Pakistan, en Égypte, au Soudan, en Afrique du Nord (y compris en Mauritanie). (Chelhod, 1965; Khlat, 1989; Lamdouar Bouazzaoui, 1994; Hussain et Bittles, 1998; Denic, 2003).

Musulmans

Mariages consanguins
En 2009, l’Université australienne Murdoch University s’est intéressée aux mariages consanguins dans le monde et a publié sur son site internet une carte (ci-dessus) montrant les pays qui ont le plus recours à ce genre de pratique. On observe que les mariages consanguins sont très pratiqués en terre d'islam. 
Les pays dans lesquels les mariages consanguins sont le plus pratiqués au monde sont l’Arabie Saoudite , l’Afghanistan, l’Inde (chez les musulmans) et le Pakistan. C'est dans ces 3 derniers pays que se recrutent le plus grand nombre d'islamistes (les plus violents, les plus sectaires, les plus sauvages, et dont les talibans de triste réputation sont l'archétype). Outre le trafic de la drogue (l'Afghanistan fournit 90% de l'héroïne mondiale), ces terroristes islamistes sont financés par les régimes ultra islamistes d'Arabie Saoudite, du Qatar et des autres émirats.

                           Consanguinité dans le Monde Arabe

Pays
Millions de
musulmans
% mariages
consanguins
Maroc
31
20%
Algérie
37
22%
Palestine
4.7
30%
Égypte
72
30%
Irak
31
33%
Tunisie
10
33%
Liban
3,2
35%
Oman
2.7
36%
Iran
74
38%
Koweït
2.5
38%
Jordanie
6.5
40%
Qatar
1.7
45%
Arabie Saoudite
26
45%
Soudan
32
52%
Total
260
33%


Les 2 cartes ci-dessus montrent bien que l’endogamie -ou le mariage consanguin- est une caractéristique des sociétés musulmanes. Dans ces sociétés, le taux d'endogamie augmente selon trois facteurs : l’analphabétisme, l’isolement géographique et le degré d'arabisation (adoption des coutumes arabes). Ainsi par exemple, le taux de consanguinité au Maghreb diminue au fur et à mesure que l’on va d’Est vers l’Ouest : de la Tunisie vers le Maroc. En effet, nous avons vu, dans « génétiquement,les Maghrébins ne sont pas Arabes », que le haplogroupe J1, le marqueur arabe, diminue au Maghreb, au fur et à mesure que l'on va d'est vers l'ouest.  

J1 est le marqueur le plus fréquent dans la péninsule arabique, avec des fréquences avoisinant 70 % au Yémen, comme l’indique la carte ci-dessous. En comparant cette carte avec la carte de la consanguinité, on remarque une certaine concordance entre les deux : plus une région est arabisée, plus fort est le taux de consanguinité. Cette constatation est relative aux pays arabes, elle ne concerne pas l'Iran, l'Afghanistan ou le Pakistan, dont la forte consanguinité est due à d'autres facteurs.

Haplogroupe J1

L’endogamie : une coutume arabe bédouine 


Remontant au paléolithique, les anthropologues rappellent que les sociétés "sauvages" les plus répandues pratiquaient l'exogamie : la plus ancienne règle sociale, la prohibition de l'inceste, obligeait chaque homme à prendre femme dans une autre tribu. Pour ces populations de chasseurs-cueilleurs, l'échange des femmes favorisait leur socialisation et leur évolution ; en outre il maintenait la paix entre les territoires voisins. Chaque homme interagissait avec les frères, les cousins de sa femme et les beaux frères de celle-ci.
Or, ceci n'est pas le cas des tribus arabes, même avant l’Islam, essentiellement bédouines.

- Le premier objectif de ces tribus est de subsister dans le désert. Pour se défendre, elles n’ont ni remparts, ni armée régulière, elles n’ont que leurs bras. Pour renforcer l’unité militaire des combattants, les Arabes s’épousaient entre cousins. « Leurs campements sont défendus, contre l’ennemi du dehors, par une garde composée des jeunes nobles de la tribu (réputés pour leur courage), qui n’est à la hauteur de sa tâche que si elle forme un groupe uni par l’esprit de clan (asabiya) d’une ascendance commune. Cet esprit renforce leur ardeur et les rend redoutables, car chacun d’eux fait passer avant tout son esprit de famille et de clan. …Ceux qui n’ont à se soucier de personne de leur propre sang sont rarement attachés aux autres. Au combat, quand il y a du danger, ils s’esquivent et cherchent à sauver leur peau » . Ibn Khaldoun, Al-Muqaddima, trad. V. Monteil pages 198-199. 

- Le deuxième objectif de ces tribus bédouines, c'est la puissance économique de leur clan : ils refusent tout échange, toute communication avec l'étranger qui nuiraient au patrimoine familial. C'est pourquoi ces tribus pratiquent l'endogamie : on se marie entre cousins. Marier sa fille à un étranger est inconcevable car sa part d'héritage irait à ses fils, donc à des étrangers. Il importe de garder les filles de la famille pour les garçons de la famille : "la noblesse c'est le sang pur", comme le constatait encore Ibn Khaldoun à propos des femmes : "Leur isolement est un sûr garant contre la corruption du sang qui résulte des alliances avec des étrangers. La noblesse, l'honneur, ne peuvent résulter que de l'absence de mélange." Cette phrase est une apologie de l'endogamie chez les  bédouins.

La consanguinité est une source de maladies et de dégénérescence


La consanguinité est reconnue dans plusieurs études comme un facteur accroissant le taux des malformations congénitales telles que les cardiopathies et les néphropathies (Mustapha, 1997; Aoun et al, 1995; El-Kazen et al, 1993), l’incidence de la surdimutité (Akl, 1994), de la cécité (OMS, 1993) ainsi que des maladies génétiques comme l’encéphalopathie et certaines affections hématologiques (Mustapha, 1997). Selon Bouassy et al, 2003, ces maladies constituent un sérieux problème médical et social du monde arabo-musulman, en particulier lorsqu'elles se traduisent par des déficiences et des incapacités évolutives. Mustapha, a rapporté en 1997, que selon Briard et ses collaborateurs, le risque dépend de deux catégories de facteurs: le lien de parenté entre les conjoints et l'existence dans la famille d'affections héréditaires récessives autosomiques ou multifactorielles.

-                      Le grand quotidien égyptien, Al Masry Al-Youm, a questionné, le 1/6/2011, des médecins sur les raisons pour lesquelles les bébés égyptiens ont un nombre anormalement élevé d’anomalies congénitales.  Selon ces spécialistes il y a trois raisons. La première est due aux conditions économiques, qui font qu’il est difficile pour les femmes d’obtenir des soins prénataux. La seconde raison est la pollution, comme la contamination des sources d’eau ou le fait de vivre à proximité des usines qui émettent des sous-produits dangereux. Mais la principale raison de défauts de naissance est la consanguinité.

-                      Lors d’une journée (juin 2012) de sensibilisation sur les risques sanitaires du mariage consanguin, à Alger, des spécialistes ont mis en garde sur la propagation croissante des maladies résultant du mariage consanguin. Une enquête en Algérie montre que dans les familles issues de mariages consanguins, l'hydrocéphalie est 13 fois plus élevée, l'hémophilie 11 fois plus fréquente, la maladie de Duchenne 8 fois, les maladies neurologiques 7 fois et les anémies congénitales trois fois que dans les familles exogames.

-                      Les enfants britanniques d’origine pakistanaise, dont les parents sont cousins, ont 13 fois plus de chances de présenter des troubles génétiques que l’ensemble des enfants de la population britannique, selon les recherches menées sous l’égide du gouvernement qui a publié une mise en garde officielle à propos de l'endogamie chez les musulmans britanniques (Times, 10 février 2008 ). Si les pakistanais d'Angleterre sont responsables de 3% des naissances, ils comptent pour 33% des enfants nés avec une déficience génétique.

Conclusion 

L’idéal du mariage arabo-musulman a longtemps été l’union entre cousins parallèles, la fille étant promise, souvent dès sa naissance, au fils d’un frère de son père (Bianquis 1994). Cette pratique – que l’on peut qualifier de mariage préférentiel (Lévi-Strauss 1968) – avait le triple avantage pour le clan paternel de lui éviter de perdre une de ses femmes, de ne pas provoquer la dispersion de la terre lui appartenant (dans une société rurale où les femmes sont censées hériter, cela est particulièrement important) et d’empêcher "la corruption de son sang" (la perte de la noblesse attribuée aux ancêtres).
Cependant, les anthropologues ont relevé une progressive perte d’intérêt parmi les récentes générations pour le mariage endogame, entrainant une modernisation de la structure familiale. On ne choisit plus son conjoint selon la volonté parentale ou selon les traditions religieuses. Sur le long terme, on constate donc un déclin de l'endogamie, c'est-à-dire de l'étanchéité du groupe familial qui entraîne le repli des groupes sociaux sur eux-mêmes et la rigidité des institutions. Sur le court terme, il est à craindre que la prise du pouvoir par les islamistes ne se traduise par une recrudescence des mariages endogames (et même des mariages avec des cousines ou des nièces mineures), comme on le constate actuellement en Tunisie, en Arabie et en Egypte. 
L'endogamie génère des risques de déficiences physiques et mentales (comme la trisomie 21, ou l'islamisme)  et des maladies génétiques. Le mariage consanguin est donc fortement déconseillé à ceux qui souhaitent fonder une famille saine dans une société saine.

La population mondiale de musulmans est d’environ un milliard trois cent millions ou 20% de la population mondiale. Ils ont reçu les Prix Nobel suivants :
Littérature: 
1988 – Najib Mahfoud
Paix:
1978 – Anwar El-Sadat(un traître)
1994 – Yasser Arafat
1999 – Ahmed Zewai
Économie: (Zéro)
Physique: (Zéro)
Médecine: 
1960 – Peter Medawar Brian
1998 – Ferid Mou
TOTAL: 6 Dont 3 pour "la paix"
La population juive mondiale est approximativement de quatorze millions, soit environ 0,02% de la population mondiale.
Ils ont reçu le Prix Nobel suivants :
Littérature:
1910 – Paul Heyse
1927 – Henri Bergson
1958 – Boris Pasternak
1966 – Shmuel Yosef Agnon
1966 – Nelly Sachs
1976 – Saul Bellow
1978 – Isaac Bashevis Singer
1981 – Elias Canetti
1987 – Joseph Brodsky
1991 – Nadine Gordimer mondiale
Paix (8)
1911 – Alfred Fried
1911 – Tobias Michael Carel Asser
1968 – René Cassin
1973 – Henry Kissinger (âme damnée des faucons américains)
1978 – Menahem Begin (criminel de guerre)
1986 – Elie Wiesel
1994 – Shimon Pérès
1994 – Yitzhak Rabin (criminel de guerre)
Physique:
1905 – Adolph von Baeyer
1906 – Henri Moissan
1907 – Albert Abraham Michelson
1908 – Gabriel Lippmann
1910 – Otto Wallach
1915 – Richard Willstaetter
1918 – Fritz Haber
1921 – Albert Einstein
1922 – Niels Bohr
1925 – James Franck
1925 – Gustav Hertz
1943 – Gustav Stern
1943 – George Charles de Hevesy
1944 – Isidor Rabi Issac
1952 – Felix Bloch
1954 – Max Born
1958 – Igor Tamm
1959 – Emilio Segre
1960 – Donald A. Glaser
1961 – Robert Hofstadter
1961 – Melvin Calvin
1962 – Lev Davidovich Landau
1962 – Max Ferdinand Perutz
1965 – Richard Phillips Feynman
1965 – Julian Schwinger
1969 – Murray Gell-Mann
1971 – Dennis Gabor
1972 – William Howard Stein
1973 – Brian David Josephson
1975 – Benjamin Mottleson
1976 – Burton Richter
1977 – Ilya Prigogine
1978 – Arno Allan Penzias
1978 – Peter L Kapitza
1979 – Stephen Weinberg
1979 – Sheldon Glashow
1979 – Herbert Charles Brown
1980 – Paul Berg
1980 – Walter Gilbert
1981 – Roald Hoffmann
1982 – Aaron Klug
1985 – Albert A. Hauptman
1985 – Jerome Karle
1986 – Dudley R. Herschbach
1988 – Robert Huber
1988 – Leon Lederman
1988 – Melvin Schwartz
1988 – Jack Steinberger
1989 – Sidney Altman
1990 – Jerome Friedman
1992 – Rudolph Marcus
1995 – Martin Perl
2000 – Alan J. Heeger
Économie:
1970 – Paul Anthony Samuelson
1971 – Simon Kuznets
1972 – Kenneth Joseph Flèche
1975 – Leonid Kantorovitch
1976 – Milton Friedman
1978 – Herbert A. Simon
1980 – Laurent Robert Klein
1985 – Franco Modigliani
1987 – Robert M. Solow
1990 – Harry Markowitz
1990 – Merton Miller
1992 – Gary Becker
1993 – Robert Fogel
Médecine:
1908 – Elie Metchnikoff
1908 – Paul Erlich
1914 – Robert Barany
1922 – Otto Meyerhof
1930 – Karl Landsteiner
1931 – Otto Warburg
1936 – Otto Loewi
1944 – Joseph Erlanger
1944 – Herbert Spencer Gasser
1945 – Ernst Boris Chain
1946 – Hermann Joseph Muller
1950 – Tadeus Reichstein
1952 – Selman Abraham Waksman
1953 – Hans Krebs
1953 – Fritz Albert Lipmann
1958 – Joshua Lederberg
1959 – Arthur Kornberg
1964 – Konrad Bloch
1965 – François Jacob
1965 – André Lwoff
1967 – George Wald
1968 – Marshall W. Nirenberg
1969 – Salvador Luria
1970 – Julius Axelrod
1970 – Sir Bernard Katz
1972 – Gerald Maurice Edelman
1975 – Howard Martin Temin
1976 – Baruch S. Blumberg
1977 – Roselyn Sussman Yalow
1978 – Daniel Nathans
1980 – Baruj Benacerraf
1984 – Cesar Milstein
1985 – Michael Stuart Brown
1985 – Joseph L. Goldstein
1986 – Stanley Cohen [& Rita Levi-Montalcini]
1988 – Gertrude Elion
1989 – Harold Varmus
1991 – Erwin Neher
1991 – Bert Sakmann
1993 – Richard J. Roberts
1993 – Phillip Sharp
1994 – Alfred Gilman
1995 – Edward B. Lewis
1996 – Lu RoseIacovino
TOTAL: 129! dont 8 pour "la Paix"

Donc, si on ne décompte pas les prix pour "la paix" , qui sont politiques, il nous reste :
- Pour 1.300 millions de musulmans : 3 prix Nobel
- Pour 14 Millions de juifs : 121 prix
C'est à dire que, s'il y avait 1300 millions de juifs, ils auraient obtenu 11.235 prix Nobel, c'est à dire 3.745 fois plus que les musulmans. Autrement dit, un juif a 3.745 fois plus de chances de décrocher un prix Nobel qu'un musulman. La messe est dite. 
Hannibal Genséric