jeudi 4 octobre 2018

USA. Christine Blasey-Ford, l'accusatrice du juge Kavanaugh, travaillait pour la CIA et pour le FBI


L'accusatrice en justice du juge fédéral américain Brett Kavanaugh, Christine Blasey-Ford, professeure en psychiatrie à l'Université de Stanford, était une enseignante du programme de stages de premier cycle de la CIA à Stanford. Elle était aussi un agent opérationnel travaillant pour l’ex directeur adjoint du FBI, Andrew McCabe, qui a été viré par Trump.

Elle a été chargée par McCabe de «coacher et instruire» divers responsables du FBI et du département américain de la Justice sur la manière de subvertir les résultats d'examens polygraphiques en utilisant l'hypnose pour créer des «mémoires artificielles». L'un de ses sujets en formation était Monica McLean, une amie de l'école secondaire de Blasey-Ford, qui a passé 24 ans au ministère de la Justice des États-Unis, mais qui a maintenant été exposée au comité sénatorial américain chargé de superviser la nomination de M. Kavanaugh à la Cour suprême des États-Unis, et pour laquelle, le sénateur américain Chuck Grassley, réclame des explications.
Rappelons ici que l'un des plus grands échecs de l'histoire des opérations de renseignement russe an Amérique, est survenu en 2010, lorsque des responsables du FBI ont arrêté 10 agents secrets russes effectuant des activités de surveillance secrètes aux États-Unis. Le plus célèbre d'entre eux était Anna Vasil’yevna Kushchyenko connue sous le nom d’Anna Chapman. Mais tous ces agents ont été renvoyés en toute sécurité vers la Mère Patrie, un mois après leur arrestation, dans le cadre d’un échange d’espions organisé entre la Russie, les États-Unis et la Grande-Bretagne.
Anna Vasil’yevna Kushchyenko , capturée par le FBI en juin 2010,
rentre chez elle un mois plus tard dans un échange d'espions
.
Ils ont aussi découvert que le responsable russe de cet échec était le colonel Alexander Poteyev, du SVR. Il a trahi la Russie en devenant un agent double pour le compte du FBI et du département de la Justice des États-Unis. Il a été condamné par contumace à 25 ans de prison pour trahison, et il serait mort aux États-Unis en 2016.
Or, le trait le plus inquiétant pour le SVR concernant le colonel traître Poteyev, a été de savoir comment il a pu continuer à passer ses examens polygraphiques obligatoires tout en étant un agent double pour le FBI. La réponse a été trouvée par des experts du contre-espionnage russes en examinant les documents scientifiques de l'Institut américain de la Santé (United States National Institute of Health (NIH)), dont les deux plus importants sont l’étude de 2004 de l’Université Stanford intitulée «Centrage dans l’analyse de régression: une stratégie visant à prévenir les erreurs dans l’inférence statistique», et l’étude de 2008 intitulée «Méditation avec Yoga, thérapie de groupe avec hypnose et psychoéducation pour une humeur refoulée de longue durée: un essai pilote randomisé ». Ces deux documents scientifiques  combinés fournissent une feuille de route psychologique sur la manière dont l'hypnose-régression peut être utilisée pour "créer des mémoires artificielles"- et dont l'auteur principal était Christine Blasey-Ford, professeure universitaire en psychiatrie à Stanford, et dont les articles scientifiques dans la base de données du NIH sont référencés par son nom de l'auteur Blasey-CM.
Lors de la découverte par le SVR que l'identité de la créatrice  «des mémoires artificielles» hypnotiques était le Dr Blasey-Ford, les analystes du renseignement russes ont pu rapidement déterminer ses liens avec la CIA, notamment par l'intermédiaire de son père, un homme connu de longue date dans la CIA comme étant « le chef des paiements au noir » . En fait, le SVR s'alarma lorsqu'il découvrit que le colonel Poteyev avait maintenu des contacts réguliers avec une conseillère matrimoniale californienne nommée Dr. Sylvia Adkins Randall. Le colonel avait alors expliqué à ses supérieurs du SVR que ce contact était nécessaire pour pouvoir gérer son stress causé par sa longue séparation de sa femme et de ses enfants, et que ses examens polygraphiques ont montré qu'il disait la vérité.
La raison de cette alarme du SVR (par la rencontre du colonel Poteyev avec le conseiller matrimonial, le Dr Randall), c’est que le bureau de celle-ci se trouvait dans la maison du Dr Blasey-Ford, que Randall avait vendue à la Ford en 2007, et c’était la raison pour laquelle cette maison avait deux portes d'entrée. Cela démentait la déclaration sous serment du Dr Blasey-Ford devant le Sénat américain, affirmant de façon comique que deux portes d'entrée étaient nécessaires en raison de la peur persistante qu'elle éprouvait à l'égard de ses souvenirs réprimés relatifs à Kavanaugh.
Étant donné que le SVR avait un dossier complet sur la docteure Christine Blasey-Ford, en raison de son action visant à transformer le colonel Poteyev en un agent double traître capable de vaincre ses examens polygraphiques avec de fausses "mémoires créées", quand elle a été connue pour la première fois par le peuple américain avec ses fausses accusations contre le juge Kavanaugh, le 17 septembre,  le Président Poutine a autorisé la divulgation de cette information. Dès le lendemain, le directeur adjoint viré du FBI, Andrew McCabe a ordonné à son avocat personnel, Michael Bromwich, de commencer à le représenter. McCabe savait certainement que le Dr Blasey-Ford avait «créé de fausses mémoires» hypnotiquement pour tromper les examens polygraphiques pour les responsables du FBI, de la CIA et du Département américain de la Justice, comme Monica McLean, pendant des années.
L'avocat du directeur adjoint du FBI, Andrew McCabe,
Michael Bromwich (à droite) aidant la Dr. Christine Blasey-Ford (à gauche)
tout au long de l'audience devant le Sénat américain sur le juge Kavanaugh
Pour la masse du peuple américain, il est toujours impossible de connaître toute la vérité sur le complot d'assassinat politique du juge Kavanaugh, qui n'est que la continuation du complot du coup d'État ourdi par le «Deep State» visant à détruire et à renverser le président Trump.
L'ex-petit ami de Christine Blasey-Ford dit que son témoignage est cousu de mensonges
L'ex-petit ami de longue date de Christine Blasey-Ford a fait une déclaration sous serment réfutant nombre des affirmations Christine lors de son témoignage, affirmant, que contrairement à ses affirmations, elle ne craignait pas voyager en avion, n’a jamais mentionné d'agression sexuelle, n'a jamais parlé de Brett Kavanaugh, et qu'elle ne souffrait pas de claustrophobie.
Suite à cette déclaration sous serment, le président du Comité judiciaire du Sénat, Chuck Grassley (R-IA), a envoyé mardi une lettre intrigante aux avocats de Christine Blasey Ford, demandant plusieurs preuves liées à son témoignage, y compris tous les éléments du test polygraphique.
Grassley écrit: «Les détails complets du polygraphe du Dr. Ford sont particulièrement importants car le Comité judiciaire du Sénat a reçu une déclaration sous serment d’un ami de longue date du Dr. Ford, déclarant qu’il avait personnellement été témoin de l’entraînement d’un de ses amis pour  des examens polygraphiques. Or, lorsqu'on lui a demandé sous serment à l'audience si elle avait déjà donné des conseils à quelqu'un qui envisageait de subir un polygraphe, le Dr Ford a répondu «Jamais». Cette affirmation soulève des préoccupations particulières quant à la fiabilité des résultats de son examen polygraphe. “
Selon  Zero Hedge: L’ancien petit ami de Ford affirme également qu’elle ne lui a jamais parlé d’aucune sorte d’agression sexuelle durant les dix ans qu’il la connaissait (dont six ans de façon romantique).
«Au cours de nos fréquentations, le Dr Ford n'a jamais évoqué son expérience en tant que victime d'agression sexuelle, de harcèlement ou d'inconduite. Le Dr Ford n'a jamais mentionné Brett Kavanaugh ", a déclaré l'ex-journaliste, ajoutant:" Lors d'une visite de Ford à Hawaii, nous avons sillonné les îles hawaïennes, y compris une fois dans un avion à hélice. Le Dr Ford n’a jamais indiqué sa peur de voler. »
L’ex petit ami de Ford poursuit en notant «Dr. Ford n'a jamais exprimé sa crainte des quartiers fermés, des espaces restreints ou des lieux avec une seule sortie », réfutant davantage son témoignage. "Elle a fini par vivre dans une très petite maison de 500 pieds carrés (47 m2)."
L'enquête du FBI blanchit Kavanaugh
Le leader de la majorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell, et 5 des 11 républicains de la commission judiciaire du Sénat ont martelé leur message : rien dans le supplément d'enquête du FBI ne corrobore les allégations d'agression sexuelle visant le juge Kavanaugh, celui-ci a la compétence nécessaire pour siéger à la Cour suprême, et la mascarade a assez duré.
« La nomination du juge Kavanaugh devrait être confirmée samedi », a lancé d'emblée le président de la commission judiciaire du Sénat, Chuck Grassley. « Espérons que dans 48 heures nous aurons un nouvel arrivant à la Cour suprême », a-t-il ajouté.
VOIR AUSSI :
Hannibal GENSERIC

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes et les commentaires comportant des insultes ou des attaques personnelles seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de ce Blog.