dimanche 16 octobre 2022

La Russie courtise les pays musulmans en tant que partenaires stratégiques eurasiens

Tout ce qui compte dans le processus complexe d'intégration de l'Eurasie était à nouveau en jeu à Astana, alors que la – rebaptisée – capitale kazakhe accueillait la 6e Conférence sur l'Interaction et les mesures de Confiance en Asie (CICA).
L'appel nominal mettait en vedette les dirigeants de la Russie et de la Biélorussie, de l'Asie occidentale (Azerbaïdjan, Turquie, Irak, Iran, Qatar, Palestine) et de l'Asie centrale (Tadjikistan, Ouzbékistan, Kirghizistan). La Chine et le Vietnam (Asie de l'Est et du Sud-Est) y ont participé au niveau des vice-présidents.

Sixth CICA Summit to Recap Kazakhstan's Two-Year Chairmanship - The Astana  Times Conference on Interaction and Confidence-Building Measures in Asia -  Wikipedia

La CICA est un forum multinational axé sur la coopération en faveur de la paix, de la sécurité et de la stabilité en Asie., Le président kazakh Tokaïev a révélé que la CICA venait d'adopter une déclaration visant à transformer le forum en une organisation internationale.

La CICA a déjà établi un partenariat avec l'Union économique eurasienne (UEE). Ainsi, dans la pratique, elle travaillera bientôt côte à côte avec l'OCS, l'UEE et certainement les BRICS+.

Le partenariat stratégique russo-iranien a été mis en évidence à la CICA, en particulier après que l'Iran a été accueilli à l'OCS en tant que membre à part entière.

Le président iranien Ebrahim Raïssi , s'adressant au forum, a souligné la notion cruciale d'une « nouvelle Asie » émergente, où « la convergence et la sécurité » ne sont « pas compatibles avec les intérêts des pays hégémoniques et leurs tentatives de déstabiliser des nations indépendantes avec des objectifs et des conséquences au-delà des géographies nationales, et ces pays viseent à saper la stabilité et la prospérité des pays de la région. »

Pour Téhéran, être partenaire de l'intégration de la CICA, au sein d'un dédale d'institutions pan asiatiques, est essentiel après toutes ces décennies de "pression maximale" déchaînées par l'Hégémon.

De plus, cela ouvre une opportunité, comme l'a noté Raïssi, pour l'Iran de profiter de "l'infrastructure économique de l'Asie".

Comme on pouvait s'y attendre, le président russe Vladimir Poutine était la vedette du spectacle à Astana. Il est essentiel de noter que Poutine est soutenu par « toutes » les nations représentées à la CICA.

Les bilatéraux de haut niveau avec Poutine comprenaient l'émir du Qatar : tous ceux qui comptent en Asie occidentale veulent parler à la Russie « isolée ».

Poutine a appelé à "une compensation pour les dommages causés aux Afghans pendant les années d'occupation" (nous savons tous que l'Empire du Chaos, du Mensonge et du Pillage les refusera), et a souligné le rôle clé de l'OCS pour développer l'Afghanistan.

Il a déclaré que « l'Asie,  où de nouveaux centres de pouvoir se renforcent, joue un grand rôle dans la transition vers un ordre mondial multipolaire ».

Il a averti qu'"il existe une menace réelle de famine et de chocs à grande échelle dans un contexte de volatilité des prix de l'énergie et des denrées alimentaires dans le monde".

Il a en outre appelé à la fin d'un système financier qui profite au «milliard doré» - qui «vivent aux dépens des autres» (il n'y a rien de «doré» dans ce «milliard»: au mieux, une telle définition de la richesse s'applique à 10 millions de personnes.)

Et il a souligné que la Russie faisait tout pour « former un système de sécurité égale et indivisible ». Exactement ce qui rend les élites impériales hégémoniques complètement dingues.

L'"Offre que vous ne pouvez pas refuser" mord la poussière

La juxtaposition imminente entre la CICA et l'OCS et l'UEE est un autre exemple de la façon dont les pièces du puzzle complexe de l'Eurasie s'assemblent.

La Turquie et l'Arabie saoudite - en théorie, de fidèles alliés militaires de l’Impérialisme - ont hâte de rejoindre l'OCS, qui a récemment accueilli l'Iran en tant que membre à part entière.

Cela énonce le choix géopolitique d'Ankara et de Riyad d'éviter avec force l'offensive impériale de russophobie et de sinophobie.

Erdogan, en tant qu'observateur lors du récent sommet de l'OCS à Samarkand, a envoyé exactement ce message. L'OCS atteint rapidement le point où nous pourrions avoir, assis à la même table et prenant des décisions consensuelles importantes, non seulement les « RIC » (Russie, Inde, Chine) dans les BRICS (bientôt étendus aux BRICS+) mais sans doute les meilleurs joueurs dans les pays musulmans : Iran, Pakistan, Turquie, Arabie saoudite, Égypte et Qatar.

Ce processus en évolution, non sans sérieux défis, témoigne de la volonté concertée de la Russie et de la Chine d'intégrer les terres de l'islam en tant que partenaires stratégiques essentiels pour forger le monde multipolaire post-occidental. Appelez cela une islamisation douce de la multipolarité. [1]

Pas étonnant que l'axe anglo-américain soit absolument pétrifié.

Passons maintenant à une illustration graphique de tout ce qui précède - la façon dont cela se joue sur les marchés de l'énergie : la réunion déjà légendaire de l'Opep+ à Vienne il y a une semaine.

Un changement géopolitique tectonique a été intégré dans la décision – collective – de réduire la production de pétrole de 2 millions de barils par jour.

Le ministère saoudien des Affaires étrangères a publié une note très diplomatique avec une information étonnante pour ceux qui sont équipés pour lire entre les lignes.

À toutes fins pratiques, le combo derrière le lecteur de téléprompteur à Washington avait lancé une menace mafieuse de marque de commerce pour arrêter la «protection» de Riyad si la décision sur les coupes pétrolières était prise avant les élections américaines de mi-mandat.

Seulement cette fois, "l'offre que vous ne pouvez pas refuser" n'a pas marché. L'OPEP+ fait une décision collective, dirigée par la Russie, l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis.

Après que Poutine et MBS se sont bien entendus, c'était à Poutine d'accueillir le président des Émirats arabes unis, Sheikh Zayed - ou MBZ, le mentor de MBS - dans le magnifique palais Konstantinovsky à Saint-Pétersbourg, qui remonte à Pierre le Grand. [2]

C'était une sorte de célébration informelle de la façon dont l'OPEP+ avait provoqué, d'un seul geste, une débâcle stratégique de superpuissance en matière de géopolitique du pétrole, que l'Empire contrôlait depuis un siècle.

Tout le monde se souvient, après les bombardements, l'invasion et l'occupation de l'Irak en 2003, de la façon dont les néo-conservateurs américains se vantaient : « nous sommes la nouvelle OPEP ».

Eh bien, plus maintenant. Et la décision devait venir des « alliés » russes et américains du golfe Persique alors que tout le monde s'attendait à ce que cela se produise le jour où une délégation chinoise atterrit à Riyad et demande le paiement de toute l'énergie dont elle a besoin en yuans.

L'OPEP + a ignoré le bluff américain et a laissé la superpuissance à sec. Alors que vont-ils faire pour « punir » Riyad et Abu Dhabi ? Appeler CENTCOM au Qatar et à Bahreïn pour mobiliser leurs porte-avions et déclencher un changement de régime ?

Ce qui est certain, c'est que les psychopathes straussiens/néoconservateurs en charge à Washington redoubleront d'efforts dans la guerre hybride.

L'art de "répandre l'instabilité"

À Saint-Pétersbourg, alors qu'il s'adressait à MBZ, Poutine a clairement indiqué que c'est l'OPEP + - dirigée par la Russie, l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis - qui donne maintenant le ton pour "stabiliser les marchés mondiaux de l'énergie" afin que les consommateurs et les fournisseurs "se sentent calmes, stable et confiant » et l'offre et la demande « seraient équilibrées ».

Sur le front du gaz, lors de la Semaine russe de l'énergie, le PDG de Gazprom, Alexey Miller, a clairement indiqué que la Russie pouvait encore "sauver" l'Europe d'un trou noir énergétique.

Nord Stream (NS) et Nord Stream 2 (NS2) peuvent redevenir opérationnels : mais tous les barrages-routiers politiques doivent être levés avant le début des travaux de réparation sur les pipelines.

Et sur l'Asie de l'Ouest, Miller a déclaré que des ajouts à Turk Stream étaient déjà prévus, au grand plaisir d'Ankara, désireux de devenir un hub énergétique clé.

Dans une voie parallèle, il est absolument clair que le pari désespéré du G7 d'imposer un plafond des prix du pétrole - qui se traduit par la militarisation des sanctions étendues au marché mondial de l'énergie - est une proposition perdante.

Un peu plus d'un mois avant d'accueillir le G20 à Bali, le ministre indonésien des Finances, Sri Mulyani Indrawati, n'a pas pu être plus clair : "Quand les Etats-Unis imposent des sanctions avec des instruments économiques, ça crée un précédent pour tout", semant l'instabilité "pas seulement pour l'Indonésie" mais pour tous les autres pays.

Pendant ce temps, tous les pays à majorité musulmane accordent une attention très particulière à la Russie. Le partenariat stratégique russo-iranien progresse désormais parallèlement à l'entente russo-saoudienne-émirienne en tant que vecteurs cruciaux de la multipolarité.

Dans un futur proche, tous ces vecteurs sont amenés à s'unir dans ce qui devrait être idéalement une supra-organisation capable de gérer l'histoire phare du XXIe siècle : l'intégration eurasiatique.

Pepe Escobar  14 octobre 2022
Pepe Escobar est un journaliste chevronné, auteur et analyste géopolitique indépendant spécialisé dans l'Eurasie.

Source : PressTV

NOTES de H. Genséric

[1] Voici la population  représentée dans la CICA:

Pays

Millions
de musulmans

Population totale

% de
musulmans

Inde

178

1250

14%

Pakistan

178

186

96%

Égypte

80

86

93%

Turquie

74,5

76

98%

Iran

74

75

98%

Arabie Saoudite

27

30

90%

Ouzbékistan

26

30

88%

Chine

20,3

1355

1,5%

Russie

16

143

11%

Kazakhstan

12,45

16,9

74%%

Azerbaïdjan

9

9,23

97%

Tadjikistan

7

7,8

90%

Kirghizistan

5

5,6

90%

Qatar

1,16

1,9

61%

TOTAL

708

3272


Pop. mondiale

7954

7954


%

9%

41%


[2] Après l’offensive ukrainienne et son « succès retentissant », un « expert » français avait annoncé, sur l’une des chaînes TV, que Poutine est allé se planquer chez lui, à Saint-Pétersbourg, de peur de ce qui pourrait lui arriver à Moscou, suite à la défaite de ses troupes.

Hannibal Genséric

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires hors sujet, ou comportant des attaques personnelles ou des insultes seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Leur publication n'engage pas la responsabilité de ce blog ou de Hannibal Genséric.