jeudi 14 août 2014

Hilary Clinton reconnaît qu'Israël et les USA ont créé le Califat Islamique

Une fois n’est pas coutume. Faute de disposer du document original en anglais, nous vous livrons la traduction d’un texte dont il vous faudra vérifier la véracité par vous-mêmes. Il s’agit d’extraits  du dernier livre de Mme Hillary Clinton « Le temps des décisions ». Les extraits en question ont été publiés, en langue arabe, sur le site de la chaîne irakienne Al-Forat, puis sur de nombreux autres sites tels Top News nasser Kandil, Syria Now, Al-Nahar, et d’autres…

Voici la traduction des extraits ayant envahi les médias sociaux arabes :

L’ex Secrétaire d’État Hillary Clinton a fait exploser une nouvelle bombe de gros calibre dans son dernier ouvrage paru aux États-Unis et intitulé « Le temps des décisions », avouant la coordination entre Washington et les « Frères Musulmans » afin d’établir un « État islamique » dans le Sinaï . [Certains vont même jusqu’à affirmer qu’elle aurait voulu dire que les États-Unis auraient créé « l’État Islamique en Irak et en Syrie » (EIIL, ISIS, ou Daech en arabe)]. Voici quelques extraits choisis de ce qu’elle [aurait] signifié :

  • Nous sommes intervenus dans la guerre en Irak, en Libye et en Syrie, et tout allait pour le mieux, mais voilà qu’en Égypte éclate subitement la révolution du 30 juin [2013] et que tout change en l’espace de 72 Heures.

  • Nous nous étions mis d’accord avec les « Frères d’Égypte » pour déclarer l’« État islamique » en donnant une partie du Sinaï au « Hamas », une autre partie à « Israël » pour sa propre protection, avec intégration de Halayib et de Chalatine au Soudan et ouverture des frontières sur la Libye du côté de Salloum.

  • Nous convenu que la création de l’« État islamique » serait déclarée le 5 juillet 2013 et nous attendions que la chose soit faite pour qu’immédiatement les États-Unis et l’Union européenne le reconnaissent.

  • J’avais visité 112 pays afin d’expliquer ce qu’il en était des relations des États-Unis avec l’Égypte, ensuite de quoi nous avions convenu avec quelques pays amis qu’ils reconnaîtront l’« État islamique » dès qu’il se déclarera… Mais, tout à coup, tout s’est brisé !

  • Tout s’est brisé devant nos yeux. Quelque chose de terrifiant est arrivé sans aucun signe préalable. Nous avons envisagé d’utiliser la force, mais l’armée égyptienne est très forte et le peuple égyptien n’abandonnerait jamais son armée.

  • Quand des éléments de notre flotte se sont dirigés vers les côtes d’Alexandrie, ils étaient chaperonnés par un escadron de sous-marins « Seawolf 21 » équipés d’armes et de systèmes de surveillance des plus modernes et des plus performants. Mais le plus surprenant fut que dès notre approche de la mer Rouge, nous avons été accueillis par un escadron de vieux MiG-21 de fabrication russe, que nos radars n’avaient pas signalés ! D’où étaient-ils venus et où sont-ils ensuite allés ? Nous avons préféré rebrousser chemin. C’est à partir de là que le peuple égyptien s’est davantage solidarisé avec son armée et que la Chine et la Russie se sont mises en mouvement refusant cette situation…

  • Aujourd’hui, nous ne savons toujours pas comment faire avec l’Égypte et son armée. Utiliser la Force nous conduirait à l’échec. Laisser tomber nous ferait subir une perte difficile. L’Égypte est le cœur du monde arabe et musulman. En le contrôlant à travers les « Frères » par l’intermédiaire du dit « État islamique » et en le divisant, nous nous serions dirigés ensuite vers les Pays du Golfe avec pour première étape le Koweït, fin prêt du fait de la collaboration de « Frères » locaux, puis vers l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, le Bahreïn, Oman… Suite à cela, la région arabe aurait été entièrement « re-divisée », y compris les autres États arabes dont ceux du Maghreb. Ainsi nous contrôlions le tout, notamment les ressources pétrolières et les débouchés maritimes. Et si jamais il y avait des désaccords entre eux, la situation pouvait changer. [Ce dernier paragraphe est surprenant et il est difficile de croire, non pas que ce projet US soit vrai, mais que Mme Clinton l’ait reconnu en ces termes].
 Sources :


VOIR AUSSI :
Avec Morsi, les Américains prévoyaient une base militaire géante au Sinaï
Le "Calife" Baghdadi est un agent du Mossad