lundi 19 novembre 2018

Pourquoi l'Amérique n'a pas de mouvement pour la paix ?


Les libéraux ne peuvent s'empêcher de mélanger l'urgente affaire des opposants aux guerres de l'Empire avec d'étranges problèmes d'homo, qui les préoccupent bien davantage.

Les États-Unis d’Amérique n’ont pas de mouvement pacifiste, même si le pays est plongé dans des guerres sans issue depuis 2001 et des sondages d’opinion indiquent que la population ne prête qu’un soutien mitigé pour ce qui se passe en Afghanistan et en Syrie.
Cela est dû en partie au fait que les médias institutionnels actuels fonctionnent pratiquement comme une branche du gouvernement, que certains appellent le ministère du Mensonge, et il n’est pas enclin à dire à quel point la politique de sécurité nationale et étrangère des États-Unis est devenue dystopique. Cela laisse le public dans le noir et permet à l'armée américaine de continuer à faire ses erreurs dans le monde entier plus ou moins clandestinement.
L’ironie est que les trois derniers présidents des États-Unis ont gagné leur élection parce qu’ils avaient promis la paix. George W. Bush avait promis une politique étrangère plus modérée lors de sa campagne de 2000, Obama s'était engagé à annuler une grande partie de la politique agressive promulguée par Bush suite aux attentats du 11 septembre, et Donald Trump était considéré comme le candidat le moins belliqueux par rapport à Hillary Clinton. Donc, le public veut moins de guerre mais les promesses des politiciens n’ont été que des bavardages de campagne, ce qui signifie que les États-Unis continuent de s’enfermer dans le même cycle de « recherche du changement » par la force des armes.
Pas plus tard que la semaine dernière, le secrétaire d’État Mike Pompeo s’est adressé à un journaliste de la BBC et a déclaré que l’Iran devait faire ce que Washington demandait «s’il veut que son peuple mange». Les commentaires de Pompeo auraient dû choquer le public, mais ils n’ont pas été largement relatés. Si Pompeo a parlé au nom de l'Administration, cela signifie que Washington est maintenant prêt, disposé et souvent capable d'affamer les civils et de leur refuser les médicaments en tant qu'outil de politique étrangère. L’Iran est maintenant le destinataire de cette menace, mais les États-Unis ont également soutenu une action similaire des Saoudiens au Yémen, qui a entraîné une famine généralisée, en particulier parmi les enfants. La politique actuelle rappelle les propos tristement célèbres de l’ancienne Secrétaire d’État, l’atlanco-sioniste Madeleine Albright, qui,  à la question de savoir si la mort de plus de 500.000 enfants en Irak suite à l’intervention US était défendable, a répondu «Le prix en valait la peine».
Il est difficile de croire que la plupart des Américains soutiennent Pompeo. Certes, un certain nombre de groupes aux États-Unis ont le mot «paix» ou «anti-guerre» quelque part dans leurs titres. La plupart se qualifieraient de «progressistes», ce qui pose le problème de la constitution d'une coalition plus large qui ferait de l'État de guerre américain un objectif clé des élections nationales de 2020. Les progressistes, ou, comme on les appelait auparavant, les libéraux, ne sont pas comme tout le monde. Certains commentateurs observant leurs singeries les décrivent de manière cinglante comme des "guerriers de la justice sociale" ou “social justice warriors” SJW. Cela signifie qu'ils ont le mandat de s'opposer à tous les maux du monde, d'inclure le racisme, le sexisme, les limites imposées à l'immigration et le capitalisme, pour n'en nommer que quelques-uns. La guerre est quelque part sur la liste mais loin du sommet.
Les SJW n'ont pas de zone de confort pour traiter avec ceux qui n'acceptent pas pleinement leur plan de rajeunissement mondial. Cela signifie à son tour que le mouvement anti-guerre, en tant que tel, est fragmenté en un troupeau de groupes avec des griefs qui ont peu de capacité à établir une cohésion avec d'autres organisations qui pourraient être complètement d'accord avec leur vision du monde. Des gens comme moi, socialement et politiquement conservateurs mais opposés à la guerre, ne cadrent pas avec leurs priorités et préféreraient se concentrer sur les guerres, mais cette option n’est pas offerte sans accepter de trop grands déchets.
Un courriel récent de la Campagne américaine pour les droits des Palestiniens illustre précisément ce qui ne va pas. Je soutiendrais le groupe en raison de mon souci de justice pour les Palestiniens, mais je n’ai aucun intérêt dans ses stéréotypes ridicules sur qui est l’ennemi, c’est-à-dire le vilain omniprésent de «suprématistes blancs» qui sont aussi des hommes, des Gentils (non juifs) et des hétérosexuels. Le courriel, envoyé par une certaine Nusayba Hammad, directrice des communications, commence: "La semaine dernière, des suprématistes blancs armés ont assassiné 11 fidèles à la synagogue Tree of Life à Pittsburgh et deux Noirs à Louisville. Trump a annoncé son intention d'essayer d'effacer les personnes trans, non binaires et intersexes…… Nos luttes pour la justice sont inextricablement liées: rejeter la suprématie blanche signifie rejeter l'antisémitisme, le racisme anti-Noir, le sionisme, l'islamophobie, la transphobie et toutes les formes d'oppression. Cela est particulièrement important sachant que beaucoup, beaucoup de personnes portent des identités qui se chevauchent et sont donc marginalisées au carrefour d'oppressions qui se chevauchent. "
Oui, je sais, il est impossible de comprendre ce qui se passe à moins d’être éduqué aux mots codés progressistes. Et aussi oui, le texte aurait pu être écrit par Monty Python. Après cette introduction, le courrier électronique fournit des ressources pour «élargir les connaissances», y compris ce petit bijou: Palestine as a Queer Struggle (video)
“La Palestine en tant que lutte queer (vidéo)
    Ce webinaire avec Nada Elia, Falastine Dwikat et Izzy Mustafa couvre les luttes qui se croisent contre l'hétéropatriarchie et le sionisme. Depuis la dernière attaque de Trump contre les personnes trans, non binaires et intersexuées, il est impératif que nous comprenions l’importance de nous tenir aux côtés des personnes queer et trans, aux États-Unis et en Palestine, confrontées à de multiples couches d’oppression. "
Alors que la guerre, dans ce cas le massacre des Palestiniens par l’État juif, est le mal ultime et qu’elle entraîne de nombreuses autres formes de souffrance, il ne semblerait pas trop demander de s’inquiéter à ce sujet avant de se lancer. les «multiples couches d'oppression» qui semblent tellement déranger les gauchers. Mais, hélas, ils ne peuvent pas larguer leurs bagages et pour cette raison, de nombreuses personnes «normales» qui souhaitent que les guerres cessent ne participeront pas à leurs manifestations. C’est vraiment dommage, car tous les êtres humains de la planète ont intérêt à se rassembler et à se battre pour mettre un terme à la prochaine guerre.
Citation :
 « La guerre pour la bourgeoisie c’était déjà bien fumier, mais la guerre maintenant pour les Juifs ! (…) On s’est étripé toujours sous l’impulsion des Juifs depuis des siècles et des siècles ».
Louis-Ferdinand Céline, Bagatelles pour un massacre, Paris, Denoël, 1937, p. 86-87.
Traduction : Hannibal Genséric

2 commentaires:

  1. 4TH UPDATE...BREAKING NEWS!!! NETANYAHU IS ABOUT TO PULL THE TRIGGER ON RUSSIA!!!

    http://prophecyinthemaking.blogspot.com

    RépondreSupprimer
  2. C'est vraiment dommage ……"encore se Rassembler & se *Battre ! ( Ah bon ! )
    Pourquoi lui donner une tel IMPORTANCE ?
    Honnêtement, j'ai toujours l'impression que de se *Battre ne sert que l'hégémonie Ou/& complexe Militaire de l'Armement ….est-ce les mêmes *PERSONNA qui tuent en toute Quiétude notre Humanité ?
    .
    Ne nous montre il pas l'effet PARADISE en Californie ? Déjà nous avons VUE l'effet Wide Trade Center +++++?
    . Dites nous combien il y a d'Idiots qu'ils ont tous le doigt sur l'OGIVE nucléaire rien que pour leur défense légitime ?
    C’est vraiment dommage, car tous les êtres humains de la planète ont intérêt à se rassembler et à se battre pour mettre un terme à la prochaine guerre. ( Ah bon ! )

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes et les commentaires comportant des insultes ou des attaques personnelles seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de ce Blog.