samedi 30 novembre 2019

GB. Le Grand Rabbin veut décider qui doit être Premier Ministre et qui doit être écarté. Par Finian Cunningham



Imitant les lobbies juifs américains qui, après avoir porté Trump à la présidence, veulent maintenant le chasser du pouvoir parce qu’il refuse de lancer une guerre nucléaire contre l’Iran, le chef des juifs britanniques, le Grand Rabbin de GB,  déclare, avant les élections britanniques, qu’il refuse d’accepter que Corbyn, le chef du parti travailliste, devienne Premier Ministre si son parti gagnait les élections. En France aussi, ce sont les juifs qui ont permis à Macron (agent des Rothschild) d’accéder à la présidence. H. Genséric
Les juifs sionistes sont furieux contre un dessin hollandais qui suggère que Benjamin Netanyahou tente d'utiliser les allégations d'antisémitisme contre Jeremy Corbyn pour son propre bénéfice politique. La caricature, publiée dans De Volkskrant, un grand quotidien néerlandais, dépeint le Premier ministre israélien tenant une pierre portant le titre "accusations d'antisémitisme" dans une main et lisant un acte d'accusation pour corruption dans l'autre.
La situation devient vraiment ridicule lorsqu'une personne critique les violations par l'État israélien des droits des Palestiniens ou de ceux des pays voisins est immédiatement discréditée, attaquée et trainées devant les tribunaux  pour  "antisémitisme". [1]
Nous le voyons tout le temps en Grande-Bretagne et aux États-Unis. Des femmes du Congrès comme Ilhan Omar et Rashida Tlaib ont été dénoncées comme étant «anti-juives», notamment par le président Trump [2], simplement parce qu'elles avaient protesté contre la politique israélienne d'occupation de terres palestiniennes ou pour avoir eu une influence perverse sur la politique étrangère des États-Unis.
En Grande-Bretagne, le chef du parti travailliste Jeremy Corbyn et son parti ont encore une fois été qualifiés de «antisémites» par les principaux médias.
La réalité est que Corbyn n'est ni raciste ni anti-juif. L'allégation spécieuse provient du fait que lui et certaines sections du parti travailliste critiquent avec véhémence Israël et sa conduite à l'égard des Palestiniens.
S'il est élu aux élections générales le mois prochain, le parti travailliste a déclaré qu'il allait couper tout commerce militaire avec Israël et procéder à la reconnaissance officielle d'un État palestinien.
Ce mélange entre les critiques valables de l’État israélien et l’accusation d’ «anti-juif» est une distorsion cynique exercée pour donner à Israël l'impunité par rapport au droit international. Il joue sur le chantage moral des critiques en assimilant la persécution historique des Juifs et en particulier l'holocauste nazi [3] au caractère sacré de l'État israélien moderne.
Cette déformation est révélée par de nombreux Juifs eux-mêmes qui se sont exprimés aux États-Unis et en Grande-Bretagne pour défendre le droit des gens de critiquer les politiques israéliennes.[4] Ils comprennent la distinction vitale entre l'État israélien et l'existence beaucoup plus large de la judéité. Ils comprennent que s’opposer aux pratiques de l’État israélien n’est en aucun cas une animosité envers les Juifs en général.
La semaine dernière, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a déclaré que son gouvernement avait l'intention d'étendre l'annexion aux territoires palestiniens de Cisjordanie. Le territoire occupé par les forces israéliennes depuis la guerre des Six jours de 1967 est occupé illégalement, conformément à plusieurs résolutions de l'ONU en vertu du droit international. Maintenant, Netanyahu veut augmenter les violations. Et avec le soutien de l'administration Trump, qui a également annoncé qu'il ne considérait plus les colonies israéliennes installées sur des terres palestiniennes comme illégitimes.
Le mois dernier, l'armée israélienne a intensifié ses frappes aériennes dans la bande de Gaza, où vivent près de deux millions de Palestiniens dans une pauvreté abjecte, en grande partie à cause du blocus imposé par Israël. Une famille de neuf personnes, dont des enfants, a été tuée par une frappe aérienne le 14 novembre. Comme toujours, le nombre de morts parmi les civils palestiniens est extrêmement démesuré par rapport aux victimes israéliennes des tirs de roquettes lancés depuis Gaza.
Les forces israéliennes ont également mené des centaines de frappes aériennes en Syrie, y compris à Damas, la capitale, au cours de l'année écoulée [5]. La Russie, entre autres, a condamné ces attaques en tant qu'«agression illégale».
Lorsque Jeremy Corbyn et le Parti travailliste britannique et une poignée de politiciens américains dénoncent les violations commises par Israël, ils le font pour faire respecter le droit international et exprimer leur soutien aux victimes de la violence de l’État. C’est une position de principe honorable.
Il est honteux que les gouvernements américain et britannique, ainsi que la plupart des grands médias, ne s’expriment jamais. Ils protègent les dirigeants israéliens de toute responsabilité internationale en opposant leur veto aux résolutions de l'ONU ou en fermant les yeux. Les lobbies pro-israéliens versent des dons massifs aux politiciens à Washington des deux côtés de l’allée et au parti conservateur britannique. Ils achètent ainis leur silence immoral. Non seulement le silence, mais la distorsion pure et simple de la réalité des faits, comme lorsque les gens critiquent la malversation israélienne - et il y en a beaucoup -, alors ils sont absurdement assassinés comme des "antisémites".
Certes, de nombreux juifs britanniques ont téléphoné aux stations de radio cette semaine pour se plaindre de ne pas se sentir bien accueillis en Grande-Bretagne en raison de ce qu'ils perçoivent comme une augmentation de l'antisémitisme sous le parti travailliste. Pour être honnête cependant, leurs affirmations n'étaient pas étayées par des preuves tangibles d'un comportement spécifiquement anti-juif. Ils confondaient  leur judaïté avec la critique d’Israël par le parti travailliste.
Les affirmations que le grand rabbin britannique Ephraim Mirviz a formulées contre Corbyn cette semaine, selon lesquelles il serait «inapte à exercer ses fonctions» en raison d'une prétendue complaisance à l'égard de l'antisémitisme dans son parti devraient être replacées dans leur contexte.
Corbyn s'est excusé à plusieurs reprises pour une infime fraction (moins de 0,1%) des membres du parti accusés d'antisémitisme. Pourquoi devrait-il être obligé de continuer à s'excuser, comme l'a demandé impérieusement l'intervieweur de la BBC, Andrew Neil, cette semaine encore?
Le grand rabbin Mirviz est un ami déclaré du leader conservateur Boris Johnson et un partisan ardent et sans critique de l'État israélien.
Mirviz ne représente pas tous les Juifs britanniques, de nombreux autres groupes juifs ont exprimé leur soutien à Corbyn et à son droit de parole libre pour critiquer Israël.
Mirviz a obtenu une couverture médiatique importante pour ses opinions cette semaine dans le London Times et le Daily Mail, entre autres. Les médias de droite britanniques appartiennent à des oligarques milliardaires qui méprisent le manifeste du mouvement syndical pour une redistribution progressive de la richesse.
Les chiffres officiels de la haine raciale pour la Grande-Bretagne montrent que les attaques physiques contre les musulmans britanniques sont plus nombreuses que les attaques contre toute autre minorité religieuse, y compris les Juifs. Les conservateurs de Boris Johnson ont des problèmes évidents en encourageant l’islamophobie. Pourtant, nous ne voyons pas les médias britanniques émettre des critiques proportionnées à ce sujet afin d’équilibrer leur attention sur Corbyn et ses supposées opinions.
La carte antisémite est jouée pour protéger Israël de critiques importantes; et les ploutocrates britanniques et leurs médias qui préféreraient voir le public se quereller à propos d’allégations fallacieuses au sujet de l’antisémitisme afin de pouvoir continuer à piller les richesses de la majorité des Britanniques.
EPHRAIM MIRVIS (à droite), grand rabbin d’Angleterre, joue "la carte de l’antisémitisme" en accusant le dirigeant travailliste JEREMY CORBYN (à gauche) d’être "inapte au poste de premier ministre" en raison du prétendu "antisémitisme" de Corbyn. En agissant de la sorte, le grand rabbin montre que les juifs puissants ne craignent plus de salir les gens avec de fausses accusations, mais sont prêts à   lancer leurs attaques en Grande-Bretagne et ailleurs contre tous ceux qui ne se soumettent pas au dictat israélien.
-----------------------------------------------
COMMENTAIRE

SAKI:   "CORBYN REFUSE DE S'EXCUSER".
À mon avis, Corbyn n’a pas à s’excuser. L'intervieweur Andrew Neil est un larbin sioniste qui sait de quel côté son pain est beurré. Il est un laquais payé du lobby sioniste, autrefois salarié de Rupert Murdoch, qui l'a nommé rédacteur en chef du Times. Ce sycophant sioniste ne se rend pas compte que son insistance répétée voulant que Corbyn présente ses excuses voulait imposer à  Corbyn une culpabilité forcée.
ANDREW NEIL, à gauche, à Corbyn, quatre fois:
"excusez-vous! . . . excusez-vous! . . . excusez-vous! . . .excusez-vous! "
Andrew Neil est comme la reine folle d'Alice au pays des merveilles qui décide de déclarer l'accusé coupable en premier et d'avoir ensuite un «procès équitable». Si seulement Corbyn, assiégé, avait contré chaque demande de s'excuser en disant: «Quel est exactement mon crime? De quoi dois-je m'excuser?
Mais il ne pouvait pas faire ça. Il aurait été scandaleux de voir qu’Israël était un État voyou violant le droit international, que la Palestine était un pays occupé illégalement, qu’Israël était coupable de crimes de guerre et, surtout, que l’Holocauste ne devait plus être accepté. comme la vérité canonique, mais que les gens ont le droit de le remettre en question, d’en douter, de le contester et d’en débattre.
Je ne dis pas que l'Holocauste N'A PAS eu lieu. Je ne le "nie" pas. Je dis simplement que le sujet doit être discutable et que le scepticisme quant à ses détails ne doit pas être considéré comme un crime. La croyance implicite et inconditionnelle en l'Holocauste sous la contrainte juive doit être vue pour ce qu'elle est: sans valeur. Et la punition pour ne pas croire en ce dogme quasi religieux, cette nouvelle religion de l'Holocauste, devrait être considérée comme un crime contre la raison et les droits de l'homme.
LD: Ces mots éloquents de Jonathan Cook, dans un nouvel article sur Truthseeker, vont bien faire comprendre que l’intervention irresponsable de Rabbi Mirvis dans la politique britannique produira une réaction inévitable, ce qui contribuera à attiser l’antisémitisme. Je soutiens que cela pourrait être exactement ce que ce rabbin ingérant veut. Comme nous le savons tous, l'antisémitisme est le ciment qui unit la communauté juive en suscitant l'illusion d'une victimisation sans fin:
L’intervention de Mirvis dans le processus démocratique conduira plus rapidement et plus profondément [les électeurs britanniques] dans les bras de l’extrême droite. Cela les persuadera encore une fois que «les Juifs» sont un «problème».
Comme Lord Balfour avant eux, les Britanniques commenceront à réfléchir à la manière de débarrasser la Grande-Bretagne et l'Europe de ces prétendus intrus.
C'est pourquoi Mirvis était irresponsable à l'extrême pour son ingérence. Parce que la norme de preuve requise avant de procéder à une telle intervention - preuve que Cobyn hait les juifs, ou que le nationalisme blanc ne représente aucune menace pour le Royaume-Uni - n'est même pas près d'être respectée.
Plus tôt nous permettons à nos pays d’être dirigés par ceux que nous élisons, et non plus par des autorités rabbiniques, mieux ce sera.
Source : 
By Finian Cunningham
Nov 27, 2019 "Information Clearing House" –
NOTES
Hannibal GENSÉRIC

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes et les commentaires comportant des insultes ou des attaques personnelles seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de ce Blog.