mercredi 5 janvier 2022

La Grande-Bretagne veut créer des soldats-golems

Assez récemment, le ministère britannique de la Défense, en collaboration avec le ministère fédéral allemand de la Défense, a publié un curieux document. Intitulé « Augmentation humaine – L’aube d’un nouveau paradigme », il porte sur les possibilités d’améliorer technologiquement les capacités humaines pour accroître les fonctions de combat des soldats, et ce n’est pas la première fois que l’armée britannique développe un tel concept. Avant cela, il y a eu la Joint Concept Note (JCN) 1/18, « Le travail en équipe homme-machine » et la JCN 2/17, « L’avenir du commandement et du contrôle ». Le document en question a été élaboré dans le cadre du programme technologique du ministère britannique de la défense intitulé « Tendances stratégiques mondiales : L’avenir commence aujourd’hui et Environnement opérationnel futur 2035 », qui a été lancé en 2018.

 

Les États-Unis travaillent également sur cette question depuis longtemps. L’idée d’améliorer les capacités humaines à des fins militaires a été abordée dans une étude spéciale préparée pour l’US Air Force dès 1962. La DARPA du Pentagone met en œuvre de tels programmes depuis des années, et c’est devenu la norme pour l’armée américaine, ainsi que pour les entreprises et les scientifiques qui la servent.

En général, on parle de trois types d’augmentation (amélioration) : physique, cognitive et biologique.

L’augmentation physique comprend les prothèses et les dispositifs d’assistance, tels que les exosquelettes, et les capteurs qui ajoutent des fonctions sensorielles. Vient ensuite l’augmentation cognitive, qui peut inclure les interfaces cerveau-ordinateur invasives et les dispositifs de neuro-stimulation qui provoquent directement des changements dans le cerveau (à l’aide d’impulsions électriques, d’aimants et d’ultrasons). Enfin, il y a l’augmentation biologique, qui couvre l’édition de gènes, les médicaments et les nouveaux types de vaccins.

Selon le document, les personnes doivent être considérées comme des « plates-formes » au même titre que les véhicules, les avions et les navires, et ces « plates-formes humaines » comportent trois éléments qui doivent être développés : physique, psychologique et social.

Le document conjoint britannique et allemand définit l’augmentation humaine comme « l’application de la science et des technologies pour améliorer de façon temporaire ou permanente les performances humaines ». Une distinction est ensuite faite entre l’optimisation humaine, qui peut « améliorer les performances humaines jusqu’à la limite du potentiel biologique sans ajouter de nouvelles capacités », et l’amélioration humaine, qui peut amener les gens « au-delà de la limite du potentiel biologique ». Notant que les lunettes de vision nocturne et les jumelles devraient être techniquement incluses dans la définition de l’augmentation humaine, le document indique qu’il se concentrera sur « les implications des nouvelles sciences et technologies qui sont plus étroitement intégrées au corps humain. »

« Nous voulons que les « combattants en temps de guerre » – qu’il s’agisse de cyber-spécialistes, de pilotes de drones ou de soldats d’infanterie – soient plus forts, plus rapides, plus intelligents, plus résilients et plus mobiles pour surmonter l’environnement et l’adversaire. … Au fur et à mesure que la technologie s’est perfectionnée, notre réflexion s’est concentrée sur la machine plutôt que sur la personne, mais cela doit changer si nous voulons être efficaces à l’avenir », indique le document.

Bien qu’il affirme que « [l]es progrès de l’intelligence artificielle, de la robotique et de l’autonomie signifient que la puissance de traitement, la vitesse d’action et l’endurance de l’homme sont rapidement dépassées par les machines », il reconnaît que les machines « ont leurs propres faiblesses ». Il est supposé que les personnes ont « un avantage dans les domaines de la créativité et du jugement », mais le document affirme également que l’amélioration humaine est nécessaire pour tirer davantage profit des avancées dans ces domaines.

« Les gagnants des guerres futures ne seront pas ceux qui disposeront de la technologie la plus avancée, mais ceux qui sauront intégrer le plus efficacement les capacités des personnes et des machines. … L’augmentation humaine représente la partie manquante du puzzle », affirment les auteurs pour justifier leur concept.

Après avoir présenté les bases de l’optimisation humaine, telles que le sommeil, la nutrition et les compléments alimentaires, l’article passe au concept d’« augmentation haut de gamme ». Il décrit et examine quatre « technologies de base de l’augmentation humaine » qui sont cruciales pour l’étude de ce domaine : le génie génétique, la bioinformatique, les interfaces cérébrales et les produits pharmaceutiques. Mais comment exactement tout cela sera-t-il utilisé à des fins militaires ?

Le document fait valoir que le déploiement de la force est de plus en plus mis à mal par la prolifération des armes de précision à longue portée ; la solution consiste donc à utiliser davantage les systèmes sans pilote en conjonction avec des forces terrestres plus légères, plus mobiles et plus polyvalentes. Grâce aux interfaces cérébrales, le personnel pourra « augmenter la puissance de combat qu’il peut mettre en œuvre en le mettant en réseau avec des systèmes autonomes et sans pilote ».

L’utilisation croissante des ordinateurs et de l’intelligence artificielle dans la guerre signifie également que « [l]a charge cognitive du personnel est susceptible d’augmenter, en particulier pour ceux qui participent au commandement et au contrôle. » Il suggère que la « bio-informatique » – l’étude et l’analyse de grands volumes de données biologiques – puisse aider pendant la phase de recrutement en « identifiant les commandants et le personnel ayant les bonnes aptitudes pour les rôles de commandement et de contrôle. »

Le document indique : « Les interfaces cérébrales, les produits pharmaceutiques et la thérapie génique pourraient tous jouer un rôle important dans l’optimisation et l’amélioration des compétences en matière de commandement et de contrôle. À court terme, les interfaces cérébrales non invasives pourraient améliorer les performances en étant utilisées pour surveiller la charge cognitive, développer de meilleurs processus et améliorer la formation. … À plus long terme, les interfaces cérébrales pourraient mettre en réseau les cerveaux au sein d’un quartier général et fournir une image opérationnelle entièrement partagée, améliorant ainsi la qualité et la rapidité de la prise de décision. »

Mais la section la plus importante – le caractère éthique d’une telle application – est superficielle et assez courte.

Elle indique qu’elle n’abordera pas les questions éthiques plus larges de l’augmentation humaine car « elles continuent à juste titre à faire l’objet d’un débat plus large ». Il n’y a que des arguments clairs en faveur de l’utilisation militaire. En particulier, elle déclare que « [l]a défense […] ne peut pas attendre que l’éthique change avant de s’engager dans l’augmentation humaine, nous devons être dans la conversation dès le début pour informer le débat et comprendre comment les points de vue éthiques évoluent. … [N]ous ne pouvons pas supposer que l’augmentation humaine sera automatiquement efficace ou acceptée dans son utilisation prévue, quels que soient ses effets bénéfiques. L’augmentation humaine peut faire l’objet d’une résistance de la part d’éléments de la société qui ne font pas confiance à l’efficacité et au motif de l’augmentation. »

Les soldats Golem

En effet, il y a beaucoup de gens au Royaume-Uni, en Allemagne et dans d’autres pays qui s’opposeront sans aucun doute à une telle « augmentation ». Mais ici, les Britanniques suivent leur propre logique classique, en soulignant que les développements militaires dans ce domaine ne devraient pas attendre le consentement du public ou des débats éthiques, mais devraient être « basés sur les intérêts nationaux en termes de prospérité, de sûreté et de sécurité. »

« L’impératif d’utiliser l’augmentation humaine peut finalement ne pas être dicté par un argument éthique explicite, mais par l’intérêt national. Les pays peuvent avoir besoin de développer l’augmentation humaine ou risquer de céder leur influence, leur prospérité et leur sécurité à ceux qui le font », indique le document.

En outre, les auteurs affirment que « les relations avec l’industrie et les universités seront essentielles pour comprendre comment les technologies émergentes d’augmentation humaine pourraient être réutilisées ou développées pour la défense ». Les auteurs suggèrent un réexamen de la relation entre l’armée et les départements gouvernementaux responsables de la santé et des soins sociaux, et une évolution vers « une relation plus sophistiquée entre le secteur public et le secteur privé. » En d’autres termes, une alliance est justifiée entre les techno-corporations, les scientifiques, le gouvernement et les militaires, tandis que le grand public reste à l’écart, comme si ces questions ne le concernaient pas.

Anticipant l’indignation de la population, les auteurs écrivent : « L’exploitation réussie de l’augmentation humaine exigera de la Défense, et de la société, qu’elle fasse face à des dilemmes éthiques et juridiques inconfortables. Jusqu’à présent, les organisations de défense des démocraties libérales ont adopté une approche attentiste, choisissant de laisser le débat éthique et les développements techniques se dérouler. Cette attitude passive va céder le pas à nos adversaires et faire manquer à la Défense des occasions d’améliorer le bien-être et l’efficacité de nos forces armées. »

Dans une critique du document, Chris Cole écrit : « L’argument, comme le fait ce rapport, selon lequel nous sommes faibles et inefficaces face à des ennemis sophistiqués et mortels est loin d’être nouveau. Il a été utilisé pendant des siècles pour développer et vendre des outils destinés à accroître notre létalité et notre portée afin de projeter une force meurtrière dans le monde entier. Mais il y a une différence qualitative entre équiper un soldat de lunettes de vision nocturne ou d’un fusil à grande puissance et implanter une interface informatique dans le cerveau d’un pilote de drone afin d’augmenter le traitement des données… Et ce, avant d’en arriver à l’idée de l’ingénierie des gènes somatiques pour réduire les seuils de douleur ou augmenter la cognition. »

Si l’on regarde sous la surface, c’est l’humanité elle-même qui est remise en question, car l’« augmentation » humaine se fait sous le couvert de l’élimination de certains défauts afin de devenir plus meurtrier et de mieux exercer la violence organisée. N’est-ce pas là une étrange raison pour « augmenter » les capacités humaines ? Sans parler des religions traditionnelles, qui ne voient dans cette « augmentation » qu’un moyen d’accroître le mal dans le monde.

Par Leonid Savin − 28 décembre 2021 − Source Oriental Review

Via le Saker Francophone

 

1 commentaire:

  1. Oui ben que ces trousducs malfaisants commencent deja a reussir a faire decoller leurs fer a repasser de F35 de leur porte avion qui queen ! apres on verra !..

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes et les commentaires comportant des insultes ou des attaques personnelles seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de ce Blog.