samedi 29 janvier 2022

Maintenant, nous sommes tous Novak Djokovic

Lorsque j’ai parlé dans le passé de la mosaïque tyrannique post COVID-11/09, j’avais des choses plus banales à l’esprit que le sort d’une grande star du tennis.
Novak Djokovic a été expulsé d’Australie dimanche après l’échec de son appel pour le rétablissement de son visa. Et il n’a pas échoué pour des raisons de santé, mais pour des raisons politiques.

Open d'Australie : Novak Djokovic toujours dans l'attente d'une décision  sur son visa et présent dans le tirage au sort - Eurosport 

Pour moi, ce genre de règles terribles mises en place pour la « sécurité publique » évoque toujours des images d’oppression désinvolte. Des vidéos interminables de fonctionnaires pathétiques intimidant des prêtres dans des églises ou de policiers arrêtant des propriétaires de pubs pour avoir servi des clients.

Mais cela va bien plus loin que cela. Il est impossible de concevoir la façon dont les petits bureaucrates et les cadres moyens du monde entier ont détruit la vie de gens ordinaires qui essayaient simplement de survivre à leur journée en dépit d’une grippe.

Depuis le début de la folie du COVID-19, l’Australie a été l’enfant modèle de ce genre de crime irréfléchi contre la décence commune.

La décision du ministre australien de l’immigration, Alex Hawke, de retirer le visa de Djokovic a été prise pour des raisons politiques. Il n’a pas essayé de le cacher. Au contraire, il était fier de cette décision.

Hawke a déclaré qu’il reconnaissait que l’infection récente de Djokovic par le virus Covid-19 signifiait qu’il représentait un « risque négligeable pour son entourage », mais qu’il était « perçu par certains comme un talisman d’une communauté de sentiments anti-vaccins ».

« Je considère que la présence continue de M. Djokovic en Australie peut conduire à une augmentation du sentiment anti-vaccination généré dans la communauté australienne, conduisant potentiellement à une augmentation des troubles civils du type de ceux que l’Australie a connus précédemment avec des rassemblements et des protestations qui peuvent eux-mêmes être une source de transmission communautaire ».

« M. Djokovic est… une personne d’influence et de haut rang.

« Compte tenu … du comportement de M. Djokovic après avoir reçu un résultat positif au test Covid-19, de ses opinions déclarées publiquement, ainsi que de son statut de non-vacciné, je considère que sa présence continue en Australie peut encourager d’autres personnes à ignorer ou à agir de manière incompatible avec les conseils et les politiques de santé publique en Australie. « 

Ce sont les paroles d’un totalitaire convaincu. Il les cache derrière ses responsabilités publiques, dans ce cas l’état de santé d’une nation entière. S’il n’est pas contrôlé par des forces extérieures (ouais, c’est ça), alors il a été contaminé par ce dangereux solipsisme qui accompagne un tel pouvoir brut.

Cette corruption ne peut être évitée.

Mais la décision de Hawke découle du fait que l’Australie s’est mise au pied du mur avec la politique du COVID-11/09. Ils ne peuvent pas paraître reculer pour qui que ce soit, surtout pour quelqu’un comme Djokovic.

Le faire, comme le souligne Hawke, reviendrait à remettre en question leur politique. Et leur politique est sacro-sainte.

Cependant, après avoir admis que Djokovic ne présentait pratiquement aucune menace de propagation du COVID-11/09, la seule chose en jeu était le pouvoir du gouvernement australien.

Ce type de décision révèle 1) la profonde impopularité des règles COVID-11/09 en Australie et 2) la faiblesse de l’emprise du gouvernement australien sur son peuple.

Ils auraient pu surmonter cette situation s’ils avaient laissé Djokovic entrer tranquillement dans le pays pour concourir. Ils auraient pu contourner la situation s’ils l’avaient voulu.

Ils ont choisi d’intensifier l’affrontement pour faire de lui un exemple pour la population non vaccinée. Il n’y a pas d’espoir. Vous allez vous soumettre. Si nous pouvons humilier Djokovic, imaginez ce que nous pouvons vous faire.

Et ils ont révélé à quel point ils sont désespérés.

Les bureaucrates comme Hawke n’ont pas idée de la dimension politique de leurs décisions. Ils sont des preneurs d’ordre, pas des faiseurs d’ordre. On lui a ordonné de faire ça. Quand cette confrontation a commencé, c’était au plus fort de la campagne de peur sur le variant Omicron du COVID-11/09.

Ce lancement a échoué de façon spectaculaire.

Omicron est apparu et a disparu si rapidement que cette affaire ressemble maintenant à la manifestation la plus insensée de la paranoïa gouvernementale de ce côté de Pyongyang.

Ceux qui ont déclenché cette confrontation ont créé le désordre et n’ont pas eu le bon sens de faire le ménage.

Parce qu’ils insistent pour construire des parcs à roulottes face à un ouragan de colère publique de catégorie 5.

Ils espéraient faire passer le message que personne ne peut échapper à l’injection. L’agenda du Davos sur les passeports sanitaires et le contrôle technocratique total est inévitable. C’est le variant européen du virus que les politiques d’immigration de Hawke n’ont pas pu empêcher d’arriver en Australie.

Ce qu’ils ont obtenu, c’est une grande consternation et une grande désapprobation.

Mais, ne pensez pas une seconde que l’Australie a fini d’envoyer des messages aux untermenschen. Maintenant, après avoir été expulsé, interdit de compétition et de gagner sa vie, Djokovic doit assumer tous les frais de justice associés à cette décision.

Ces frais sont estimés à 500 000 $.

Le panel de trois juges qui a confirmé la décision du tribunal de première instance a évité toute responsabilité dans cette affaire, rejetant la décision sur le ministre Hawke. Le Premier ministre Scott Morrison, qui est manifestement l’un des artisans de ce désastre en coulisses, a également laissé Hawke sur le carreau.

La prochaine étape pour Djokovic sera un bras de fer avec la France au sujet de Roland-Garros. La France et le Davos vont le harceler jusqu’à ce qu’il se soumette parce qu’ils pensent qu’il se soucie plus de son 21e titre du Grand Chelem que de sa propre santé. On dirait qu’ils n’ont pas compris son message lors de l’affaire australienne.

Mais leur message est très clair. C’est nous qui commandons. Nous pouvons établir toutes les règles que nous jugeons nécessaires. Si vous les contestez, non seulement nous rejetterons votre contestation pour des raisons arbitraires, mais nous vous mettrons en faillite dans la foulée.

Et moi qui pensais que dans le monde occidental post-Lumières, nous pouvions demander à nos gouvernements de contester les lois injustes. Je pensais qu’il s’agissait du Premier Monde et non pas d’une dictature grotesque composée d’écervelés imbéciles et méchants ?

Seules les personnes les plus folles applaudissent cette décision aujourd’hui. Elles font partie des 29% de Démocrates américains qui pensent que les non-vaccinés devraient se voir retirer leurs enfants. Malheureusement, ils sont encore trop nombreux à être sous l’emprise du virus mental du COVID-11/09.

Dans le cas où vous n’auriez pas compris le message avant la persécution de Novak Djokovic, j’espère que vous le comprenez maintenant. Et j’espère qu’il continuera à être un exemple pour chacun de nous.

Par Tom Luongo – Le 18 janvier 2022 – Source Gold Goats ‘n Guns

Via le Saker Francophone

--------------------------------------------------------------------

La Secte Vax

Vous aussi, refusez le masque et la seringue tendues par la secte des  vaccinés. : r/ComplotDuDebile  The Independent a publié une intro rapportant hier la mort de l'entraîneur de gymnastique hongrois Szilveszter Csollany sous le titre :

Le médaillé d'or olympique anti-vax Szilveszter Csollany décède de Covid, à l'âge de 51 ans

Le problème avec ce titre devient clair à peine trois paragraphes après dans l'article :
Alors que Csollany avait, selon [le journal hongrois Blikk], exprimé des opinions anti-vaccination sur les réseaux sociaux, le sextuple médaillé des Championnats du monde avait été vacciné pour lui permettre de continuer à travailler comme entraîneur de gymnastique.

Les preuves fournies sur les prétendues "opinions anti-vaccination" de Csollany sont inexistantes. Ouï-dire de seconde main, au mieux. Aucune citation directe, aucune source fournie.

Mais le supposé "anti-vaxxer" avait été vacciné.

Enterrer cette information capitale  dans le corps  du texte, sous un tel titre, est une tromperie délibérée. Ils savent que beaucoup de gens liront le titre sans  lire le corps du texte et supposeront qu'il n'a pas eu le vaccin, et ces journaleux comptent sur cela pour répandre une fausse impression intentionnellement. C'est la définition même de la désinformation.

Ils ne se demandent jamais pourquoi un homme de 51 ans , auparavant en bonne santé, aurait besoin d'être mis sous ventilateur, ni ne se demandent comment une pneumonie associée à un ventilateur ou un traumatisme induit par un ventilateur peut avoir contribué à sa mort.

L’article admet volontiers qu’il est mort « de Covid » bien qu’il ait été vacciné, mais ne tente même jamais d’expliquer cela, suggérant « qu’il a contracté le virus peu de temps après avoir reçu son vaccin, et n’avait donc pas construit des niveaux suffisants d’anticorps », ce qui n'est étayé par aucune opinion ou source médicale.

Après avoir admis qu'il était vacciné, et peu de temps avant sa mort, l'article ne considère même pas une seconde la conclusion logique évidente : que le vaccin a pu jouer un rôle dans sa mort, ou l'a tué sur le coup. Il ne réfute même pas l'idée, il refuse simplement de reconnaître son existence.

Mais vraiment, le pire aspect de ce manque choquant d'intégrité n'est pas le titre délibérément trompeur, ou le manque d'éthique journalistique, même la plus élémentaire, c'est plus profond que cela. Il y a un message tacite caché dans le ton de l'écriture, et un déplacement des définitions linguistiques qui l'accompagne.

La pensée implicite enfouie dans le texte est que, même s'il a été vacciné, ses prétendus doutes signifient qu'il était toujours un "anti-vaxxer" et méritait donc de mourir. Qu'il a fait tomber la malédiction de Covid sur sa tête en exprimant des «opinions anti-vaccination».
Comme s'il appelait la colère de Dieu en parlant d'hérésie.

Ce n'est pas la première fois que nous voyons le récit essayer de séparer la signification de "anti-vaxxer" du statut vaccinal d'une personne.

En Australie, le Premier ministre des Territoires du Nord, Michael Gunner, a récemment déclaré aux médias :
Si vous soutenez ou réconfortez quiconque s'oppose au vaccin, vous êtes un anti-vaccin, peu m'importe votre statut vaccinal personnel.
Oui, en Australie, un anti-vaxxer peut être une personne vaccinée qui "rassure" quelqu'un qui argumente contre le vaccin, ils n'ont pas à être d'accord avec l'anti-vaxxer, ils doivent simplement les tolérer.
C'est un système de croyance de l'âge sombre.

Et vous pouvez en fait être vacciné, mais être étiqueté « anti-vaxxer » parce que vous avez peut-être déjà exprimé des doutes ou posé des questions.

L'injection est devenue l'équivalent assez littéral d'un rite religieux, où vos croyances sont tout aussi importantes que vos actions, peut-être même plus.

Les vaccins sont "sûrs et efficaces", c'est le mantra de l'ère moderne, scandé à la télévision-chapelle.

Au début, on disait aux gens que si vous étiez anti-vaxxer, vous mourriez, car les vaccins sont le sang neuf du Christ, et en les acceptant dans votre cœur, on vous promet la vie éternelle.
Ce conditionnement est allé si loin que les gens l'inversent et le recrachent : maintenant, si vous mourez, cela inplique que vous avez été un anti-vaxxer.

Être vacciné, mais ne pas croire au vaccin, est tout aussi mauvais que de rejeter le vaccin, et vous resterez spirituellement non vacciné.

Quoi qu'il en soit, le point final est clair : un monde où être "anti-vaccination" n'est plus défini par ce que vous faites, mais par ce que vous dites et pensez ou même ce que vous permettez aux autres de penser.

 C'est vraiment une secte. Il n'y a pas d'autre moyen de la décrire.


VAX tueurs : Derniers Chiffres officiels des décès et des réactions indésirables

1 commentaire:

  1. NOVAX JO COVID vous allez tous crever.

    Tous un par un sans aucun doute.

    La mort vous l'aurez, que vous le vouliez ou non.

    La mort est en réalité la réelle liberté si vous saviez.

    La mort ne peut être souhaitée bien entendu, mais elle est inéluctable.

    La mort vous tue une fois pour toute et pour toujours, on ne s'en remet pas.

    La mort c'est la vie.

    Vous vous en apercevrez une fois que vous ne serez plus en vie.

    Une fois que vous serez mort.

    On ne nait qu'une fois on ne meurt qu'une fois et entre les deux il y a ce qu'on appelle la vie.

    Joyeuse mort à toutes et à tous et belle vie.

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes et les commentaires comportant des insultes ou des attaques personnelles seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de ce Blog.