samedi 5 octobre 2019

Andrew Joyce - Les quatre pinces du contrôle des cabalistes


Dans un brillant essai, La nécessité de l'antisémitisme, Andrew Joyce identifie quatre éléments de la guerre organisée par les Juifs contre les goyim: Critique, Tolérance, Stérilité et Usure.
Dans l'extrait ci-dessous, Joyce décrit comment ils contrôlent le monde par le biais de la dette (usure). Bien qu'en général, je suis perplexe que relativement peu d'attention soit consacrée à la franc-maçonnerie. Sans la collaboration active de ces Goyim traîtres, l'assaut juif cabaliste contre l'humanité échouerait.

La nécessité de l'antisémitisme
Par Andrew Joyce
(Extraits par henrymakow.com)
"La culture de l'usure"
Dans un Occident devenu follement matérialiste, il peut être difficile de voir l'étendue de l'usure juive. Lorsque vous parlez de prêteurs juifs à la plupart des gens, la réponse concerne normalement le Moyen Âge. Mais l'usure juive est bien vivante dans la modernité actuelle et des pays entiers sont redevables à des financiers juifs, qui transmettent ensuite une partie de leur richesse à des organisations juives vouées à la promotion des trois autres cultures du déclin blanc (Critique, Tolérance, Stérilité). .
triad.jpg
L'intersection de la culture d'usure et de la culture des guerres Sionistes (Zio-Wars): Paul Singer, Bernard Marcus et Sheldon Adelson
Paul Singer, du "fonds d'investissement" juif, a été décrit par Bloomberg comme "l'investisseur le plus craint au monde", mais il est en réalité l'exploitant de la dette le plus craint au monde. La République démocratique du Congo doit à Singer et à ses collègues juifs 90 millions de dollars, le Panama 57 millions de dollars, le Pérou 58 millions de dollars et l'Argentine à 1,5 milliard de dollars. Lorsque les paiements ont été en retard, Singer a saisi et détenu le vaisseau amiral de la marine argentine. Lorsque la Corée du Sud s'est battue pour l'empêcher de prendre le contrôle de Samsung, il a conduit la présidente de la nation à la destitution et à l'emprisonnement.
Bien que ces activités puissent sembler de très haut niveau et éloignées de la réalité quotidienne (à moins que vous ne soyez citoyen du Congo et que Singer vous fasse chanter contre un paiement en retenant des travaux essentiels sur votre alimentation en eau), Singer et sa clique financière juive a sa part dans presque tous les achats que vous faites et chaque guerre que votre pays paie.
Singer, son fils Gordin, et leurs collègues, Zion Shohet, Jesse Cohn, Stephen Taub, Elliot Greenberg et Richard Zabel, sont présents dans presque tous les pays et ont des intérêts dans toutes les entreprises avec lesquelles vous êtes probablement familier à partir des magasins à un dollar. Avec les bénéfices de l'exploitation, ils financent la culture de la stérilité, renforcent la politique sioniste, investissent des millions de dollars dans la sécurité des juifs et promeuvent les guerres pour Israël.
Singer est républicain et siège au conseil de la Coalition Juive Républicaine. Ancien membre du conseil d'administration de l'Institut Juif des questions de sécurité nationale, il a financé des groupes de recherche néoconservateurs tels que l'Institut de recherche sur les médias du Moyen-Orient et le Centre pour la politique de sécurité, et figure parmi les plus importants bailleurs de fonds de la Fondation néoconservatrice pour la défense des démocraties. Il était également lié au groupe Freedom's Watch pour le lancement de la guerre contre l'Irak,. Un autre projet clé de Singer est la Foreign Policy Initiative (FPI), Groupe de plaidoyer basé à Washington DC fondé en 2009 par plusieurs personnalités néoconservatrices juives bien connues pour promouvoir les politiques militaristes des États-Unis au Moyen-Orient au nom d'Israël et qui a reçu son capital de départ de Singer.
Bien que Singer fût à l’origine anti-Trump, et bien que Trump ait une fois attaqué Singer pour sa politique en faveur de l’immigration («Paul Singer représente Amnisty et il représente les immigrants clandestins qui affluent dans le pays»), Trump est désormais essentiellement financé par trois Juifs - Singer, Bernard Marcus et Sheldon Adelson, représentant ensemble plus de 250 millions de dollars d’argent politique pro-Trump.
En retour, ils veulent la guerre avec l'Iran. Les employés de la société de Singer, Elliott Management, ont été l’une des principales sources de financement de la candidature du faucon anti iranien le plus virulent du Sénat, le sénateur Tom Cotton (R-AR), qui a exhorté Trump à mener une "attaque de représailles" contre l’Iran. pour avoir soi-disant attaqué deux pétroliers commerciaux.
Ces financiers juifs exploiteurs ont clairement indiqué qu’ils s’attendaient à une guerre avec l’Iran, et ils font du lobbying et appellent les Américains à en payer le prix fort pour les beaux yeux d’Israël. Comme l'a déclaré un commentateur politique, "ces donateurs ont clairement indiqué leurs préférences en matière de politique anti iranienne. Ils s'attendent sûrement à un retour sur leur investissement dans le GOP de Trump".
Quand Adelson et Singer ont fait leurs débuts avec Marco Rubio, Trump a tweeté que Rubio serait leur "marionnette". Trump a maintenant pris l'argent des mêmes maîtres de marionnettes, mais a jusqu'ici refusé d'aller jusqu'au bout de leurs revendications, renvoyant même John Bolton, favori de la triade juive. Reste à savoir comment cette triade criminelle juive  procédera face à cet acte de défiance de Trump.
"Consumérisme gonflé"
La triade juive derrière Trump est un exemple parfait du rôle de la finance juive et de la culture de l'usure dans le maintien et l'avancement du pouvoir et de l'influence juifs dans la société contemporaine. Singer incarne l'usure et le capitalisme vautour, tandis que Bernard "Monsieur Bricolage" Marcus est symptomatique du consumérisme gonflé, et Adelson représente l'exploitation commerciale sordide du vice (jeu). Rien dans l’activité économique de ces personnalités n’est productif, leurs vastes accumulations provenant du parasitisme sociopathe, du népotisme ethnique et de la volonté de décadence culturelle.
Nous estimons que cette dégénérescence ira encore plus bas dans la mesure où nous vivons dans une société de consommation ostentatoire, financée par l’endettement toujours croissant des ménages. Partout, les gens achètent des choses dont ils n'ont pas besoin avec de l'argent qu'ils n'ont pas. La dette des ménages augmente encore aux États-Unis. Selon la Réserve fédérale de New York, les Américains ont une dette domestique de 13,86 billions (10**12)  de dollars, un montant légèrement supérieur au montant total juste avant la crise financière de 2008.
En Australie, le ratio d'endettement des ménages sur le revenu est supérieur à 190%, l'un des plus élevés du monde développé. La situation est la même au Royaume-Uni. Bien entendu, les Juifs ont été impliqués de manière disproportionnée dans le développement des grands magasins, de l'industrie de la mode, du commerce de détail et d'autres aspects de la société de consommation [22].
À la fin du XIXe siècle, les Juifs allemands, à l'instar de plusieurs autres pays occidentaux, ont lancé la "révolution de la consommation" et "ont tenu, ou du moins lancé, l'écrasante majorité des grands magasins et des maisons de vêtement et de mode du pays". [23] Werner Sombart avait remarqué à l'époque que "les grands magasins étaient le héraut d'une nouvelle culture économique dégénérative, caractérisée par "les forces anonymes et d'objectivation du capitalisme et du marketing".
 Les antisémites contemporains considéraient ces centres de la culture économique comme "un temple consumant à deux sens, à la fois un temple de la consommation et un temple qui consume - c’est-à-dire un lieu de destruction, un Moloch, qui dévore avidement des clients vulnérables et les entreprises voisines. "[24]
Aujourd'hui, les produits de consommation «de marque» en grande partie sans valeur sont majoritairement juifs, sont promus par le biais de la domination juive du secteur de la publicité et leur achat par les consommateurs est financé par des financiers juifs. Calvin Klein, Levi Strauss, Ralph Lauren, Michael Kors, Kenneth Cole, Max Factor, Estée Lauder et Marc Jacobs ne sont que quelques-uns des Juifs dont le nom est devenu synonyme de culture de consommation alimentée par la dette et d'abonnement à des modes soigneusement cultivées. Des entreprises appartenant à des Juifs comme Starbucks, Macy's, Gap, American Apparel, Costco, Staples, Home Depot, Ben & Jerry's, Timberland, Snapple, Häagen-Dazs, Donkin 'Donuts, Monster Beverages, Mattel et Toys "R" sont venus pour incarner la production sans fin et superflue de déchets destinés à la consommation à crédit de masse.
Le temple de consommation du consumérisme alimenté par l'endettement est également lié aux cultures de la Critique, de la Tolérance et de la Stérilité. Le prétendu antiracisme, le soutien à la confusion entre les sexes et la célébration de la migration de masse et du multiculturalisme sont devenus des piliers de la publicité moderne alors que la fin du jeu racial touche à sa fin et que l’Occident commence ses affres de  mort.
Vous pourriez vous demander quel est le lien entre les tortilla chips et la sodomie, mais c'est uniquement parce que vous souffrez d'un déficit de tolérance et que le meilleur moyen de remédier à cette situation est d'admettre le privilège des Blancs, d'acheter un Starbucks et d'aller essayer une nouvelle paire de jeans à jeans à 200 $ chez Macy's.
https://www.henrymakow.com/Voir la réponse de Linde - L'Imperium judaïque
----------------------------------
Commentaire
L'Imperium judaïque (en réponse à "Andrew Joyce - Les quatre pinces du contrôle cabaliste")
Les pinces de contrôle ne sont pas des abstractions, des qualités ou des influences mais des  institutions, des politiques et Agences. De quoi parle Joyce, essentiellement, est l'Imperium judaïque - ce dernier terme est un terme en loi romaine qui désigne l'investiture de la souveraineté et du commandement.
par Linde
(henrymakow.com)
Dans la Rome antique, c'était, bien sûr, dans l'état. Le terme précis pour cet Imperium est judéo-maçonnerie.
Avec l'Imperium judaïque (IJ), nous parlons du cartel des banques centrales auxquelles appartient l'État, plus précisément l'État-nation, en tant qu'actif du cartel. En Occident, on parle de capitalisme monopoliste. En Orient, cela s'appelle le communisme. (La banque centrale est le cinquième article du Manifeste communiste).
L’IJ  est propriétaire des droits de la banque centrale en tant qu’intérêt privé et dynastique et en monétise la propriété en tant qu’émission de crédit prêtée à un taux d’intérêt. Cela ne peut jamais être remboursé; c'est la dette souveraine. Ainsi, l'usure n'est pas une pratique en tant que telle entre les parties contractantes, c'est le fondement de l'État et de son économie. Et au-dessus du gouvernement, il n'y a pas de séparation entre la synagogue et l'État. Les populations de la nation appartenant au cartel sont des entités liées. Les États-Unis - tous les appareils de gouvernement - sont la propriété de ce cartel depuis 1913 et se sont même dotés d'une nouvelle constitution en 1871 en prévision de cette propriété. C’est ce que Karen Eudes, la dénonciatrice à la Banque mondiale, entend quand elle dit que les États-Unis ont deux constitutions. (United States Code Title 28, 3002)
L’imperium judaïque est aussi le propriétaire de la Révolution Française de 1789 - la phase républicaine a été mise en place pour le renversement de l’ancien régime de l’Europe - ce qu’il a fait. Les propriétaires ont inauguré la phase communiste de cette révolution en Russie en 1917. Les bolcheviks (financés par le cartel) ont saisi les organes de l'État russe à Moscou et les marines des États-Unis envoyés par Woodrow Wilson ont combattu l'armée russe et les ont empêchés de marcher sur Moscou afin de supprimer  la cabale bolchevique, tout comme le général Marshall et les marines ont été affectés en Chine après la Seconde Guerre mondiale pour s’occuper du général Jiang Kai Chek, qui était sur le point de battre Mao Ze Dong.
Traduction : Hannibal GENSÉRIC

2 commentaires:

  1. chacun sait qu'après la dernière guerre, les juifs ont émigrés aux Etats Unis et qu'il ont rapidement colonisés le monde financier. Les Etats Unis ou Israël, c'est du même genre pour le financement du monde.. La politique de l'un s'accompagne de la politique de l'autre. Les intérêts sont liés. De tous temps les juifs ont été et seront les rois de la finance….Cela même par l'entraide entre eux et par la conception de leur système d'aide entre eux. Un juif aidera son frère juif trois fois….Si ce dernier n'a pas réussi à monter son affaire en ce laps de temps, il devra se débrouiller seul. C'est qu'il est un incapable….d'où la puissance du monde juif.. Tous le splus grands banquiers sont juifs d'origine et ce depuis le Moyen Âge. L'usure était pratiqué par les juifs puisque que les chrétiens n'avaient le droit de pratiquer cette activité, interdite par la religion ou la morale...Normal, qu'ils aient de l'avance en ce domaine.. Le fait qu'ils soient pourchassés de toutes parts, ils a bien fallu qu'ils s'organisent et se solidarisent. De plus, les seuls à voyager depuis longtemps ont permis qu'ils parlent de nombreuses langues et puissent servir de traducteurs et à connaître la vie des hommes. Donc , ils avaient développer le sens des affaires dans leurs voyagent en échangeant des marchandises venus d'ailleurs. Le reste n'est que la poursuite de leurs lois hébraïques qu'il ont peaufiner à travers le siècles.

    RépondreSupprimer
  2. jadis l'usure...maintenant les média :c'est 02 armes sont très redoutables qu'une bombe atomique
    Ils font et défont le monde à leur guise...toutes les grandes puissances sont à leur solde et s'inclinent devant leur gigantesque pouvoir...avec ces 02 armes ils tiennent le monde à leur merci

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes et les commentaires comportant des insultes ou des attaques personnelles seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de ce Blog.