vendredi 11 octobre 2019

Quelques vérités désagréables sur un possible axe Erdogan-Trump-Poutine


Alors qu'Erdogan vient d'entrer illégalement en Syrie avec le soutien total de Trump, les États-Unis viennent de libérer de leurs prisons (en réalité de véritables camps d'entraînement et complexes familiaux) et de transférer les commandants de l'Etat islamique qui s'étaient rendus aux Kurdes à Hassakah et au nord de Raqaa.

Nous avons examiné cela à la loupe. Nous avons (VT) des dizaines de personnes sur le terrain avec des combattants arabes et kurdes qui se rendent régulièrement au bureau de VT (Veterans Today) à Damas, et qui sont nos sources depuis des années.
Ces dirigeants de l'Etat islamique, sauvés plus d'une fois par les hélicoptères de Trump, dirigent maintenant une organisation connue sous le nom d'Armée Nationale Syrienne, la nouvelle version de l'Etat islamique désormais en partenariat direct avec l'armée turque, mais également assistée par les États-Unis, ou du moins le régime de Trump.
La Russie est restée silencieuse sur ce qui précède. Une des deux possibilités suivantes  explique cela:
1- Poutine a été acheté et fait partie de ce scénario depuis le début,  ou bien alors la Russie est si économiquement endommagée que ses accords avec la Turquie sur les armes et sur les pipelines importent plus que ses obligations envers ses propres militaires et ses alliés de Damas ou
2- Poutine construit actuellement un pont sur l'Euphrate dans la ville de Deir Ezzour, qui divisera le territoire saisi par les Kurdes. Poutine commencera à restituer les champs de pétrole et de gaz nécessaires à la Syrie. Mais il est peut-être tributaire de la pression exercée par Erdogan sur les Kurdes, afin de les ramener vers Damas, ce qui aurait pour résultat de les affaiblir, de renforcer Damas sur le plan économique et de compenser les récentes politiques malfaisantes d’Israël, encore plus folles que d’habitude.
Nous sommes en contact permanent avec les commandants russes en Syrie et nous leur posons des questions sérieuses.
Poutine n'a aucune obligation envers les Kurdes. Ils ont été manœuvrés par les États-Unis et Israël et ont fait des choses très stupides. Ils ont mené une guerre uniquement défensive contre ISIS, car les Américains ne leur permettent aucune offensive contre l’Etat Islamique.
La plus grande partie de la guerre contre le terrorisme en général et co,ntre ISIS en particulier, était totalement fausse.
Peu ou aucun membre important du personnel de l'Etat islamique n’est mort, la plupart ont simplement été déplacés d'un pays à l'autre lors de combats simulés tandis que les Kurdes participaient à des complots contre Bagdad et contre Damas et utilisaient Ankara pour le compte de Tel-Aviv et de sa marionnette, Donald Trump.
C’est la meilleure analyse que nous puissions faire en ce moment, et que vous ne risquez pas de trouver ailleurs. C’est celle du monde réel, celle que nous envoyons aux commandants de l’armée et du renseignement dans le cadre de nos rapports, qui leur montre que, loin d’être dupes, nous participons à leurs jeux.

Par  Gordon Duff et Nahed al Husaini et leurs  sources à Damas, Moscoi et ailleurs
Veterans Today

10/10/2019
VOIR AUSSI :
Hannibal GENSÉRIC

1 commentaire:

Les commentaires Anonymes et les commentaires comportant des insultes ou des attaques personnelles seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de ce Blog.