mardi 15 octobre 2019

TUNISTAN. Liste des chefs islamistes au sein du Ministère de l'Intérieur

La liste suivante, publiée par Candide le 31 juillet 2013 dans Actualités, s'est, depuis cette date, étoffée de plusieurs autres chefs  islamistes. Compte tenu de ce qui se passe actuellement en Syrie (libération des Daé-chiens par les Kurdes), des dernières élections (pièges à cons) au Tunistan (qui ont élu Ennahdha majoritaire, et un président autiste islamiste), cette situation ne peut qu'empirer avec de nouveaux Daé-chiens comme chefs "sécuritaires" au sein du Ministère de l'Intérieur. C'est comme si l'Italie nommait les chefs de la Mafia comme responsables de la lutte contre le crime.
Cette liste donne des noms des responsables de l’appareil parallèle liée au parti islamiste Ennahdha au sein du Ministère de l’Intérieur impliquées dans la vague terroriste dans le pays ainsi que les assassinats de Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi. Cette liste révélé par Walid Zarrouk, du syndicat de la Sécurité Républicaine lors d’une conférence de presse tenue  à la salle de cinéma « Le Colisée », à l’avenue Habib Bourguiba à Tunis.
Naturellement, aucun nettoyage ni démission n'ont suivis la publication de cette liste. Nous sommes bien dans le Tunistan, et non pas en Tunisie comme le prétendent les Grands Médias Menteurs (Mainstream Medias).
Tout aussi naturellement, les élections législatives et présidentielles de cette année de grâce 2019, sont un sinistre simulacre : elles ne veulent rien dire, compte tenu des bourrages d’urnes, des tabassages en série des opposants et de diverses autres actions d’intimidation d’un côté, et d’achat de votants de l’autre.
La liste se présente comme suit :
Fathi El Beldi du Mouvement islamiste Ennahda
Lotfi Alzerli, commandant de Régiment BOB( Unité d’intervention de Nabeul)
Abdel Karim Azizi, un proche de Rached Ghannouchi, président du mouvement islamiste Ennahda
Amara Argoubi, directeur régional de la Sécurité Publique
Taher Bobahri, un conseiller à la sécurité auprès du Ministère de l’Intérieur
Oussama Bouthelja, conseiller du Premier ministre et responsable de la vague de nominations des gouverneurs nahdaoui au ministère de l’Intérieur
Lotfi Sguaeir, directeur du service des étrangers et des frontières
Riad Laamari, colonel dans l’Administration Pénitentiaire, aurait commis des malversations financières en 2001, responsable d’une agression contre Abdelkarim Harouni (il lui aurait cassé la mâchoire)
Zouheir Al-Hajji, Commandant de Régiment à Sousse
Mehrez Zouari, le Directeur des services spéciaux
Imed Touzri, colonel et directeur de l’école des inspecteurs de Bizerte
Riad Bellatif, directeur général chargé de la formation au sein du Ministère de l’Intérieur (cousin maternel de Seif Allah Ben Hassine alias Abou Ayadh
Habib Sboui, directeur de l’Administration pénitentiaire, accusé de corruption et de malversation.
Hassan Zahi, colonel et directeur de la Sûreté Publique au service des unités d’intervention
Hamza Ben Aouicha, directeur général aux services spéciaux chargé du recrutement et gendre de Mehrez Zouari
Eliès Harouni, frère du ministre des Transports Abdelkarim Harouni
Lotfi El Houdoudi, conseiller de communication au Ministère de l’Intérieur proche du mouvement islamiste Ennahda
Mustapha Ben Amor, directeur général de la Sécurité Publique et ami proche de Mehrez Zouari
Zine El-Massoudi ingénieur agronome, nommé directeur à la prison d’Aguareb (ville située à 20 km de Sfax). Ancien président du bureau Ennahda à Ben Arous. Nommé par Noureddine Bhiri
VOIR AUSSI :
Tunistan. Les recruteurs daéchiens ont pignon sur rue
Le "nikah djihadiste" ou la "prostitution halal"

Hannibal GENSERIC

3 commentaires:

  1. du bla bla désolé nous les tunisiens on connait bien qui est derrière les assassinats et le terrorisme en Tunisie ... il existe effectivement une police parallèle mais commandée contre ennehdha mais plutôt contre la revolution du peuple tunisien qui se libère des dictateurs et il parait que cela vous tracasse... depuis quand walid zarrouk est credible il est déjà condamné et je crois qu'il est en prison .... vous etes vraiment bizarre envers la Tunisie monsieur Hannibal je parie que vous etes de la gauche tunisienne qui propage ces memes mensonges .... partout dans vos articles vous parlez de l'état profond sauf en Tunisie vous accusez sans preuves les islamistes ...pensez à KL le leaders de la franc-maçonnerie mondiale

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lisez bien :

      Cette liste révélé par Walid Zarrouk, du syndicat de la Sécurité Républicaine lors d’une conférence de presse tenue à la salle de cinéma « Le Colisée », à l’avenue Habib Bourguiba à Tunis.

      Supprimer
  2. dans les pays arabes, les urnes libres ne sont pas la bonne option pour la minorité FR et consorts... donc,comme en Algérie en Janvier 92 et Egypte pour Morcy ,il faut un Pinochet arabe (nezzar sissi) tunisien pour "sauver" ce pays musulman de son peuple musulman et constituer un rempart pour l'Europe

    RépondreSupprimer

Les commentaires hors sujet, ou comportant des attaques personnelles ou des insultes seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Leur publication n'engage pas la responsabilité de ce blog ou de Hannibal Genséric.