samedi 18 juin 2022

UKRAINE. La Russie déclare que seule la force militaire décidera de l'issue du conflit

Un nouveau rapport perspicace du Conseil de sécurité ( CS ) circulant au Kremlin aujourd'hui, note pour la première fois le discours « extrêmement important » prononcé par le président Poutine au Forum économique international de Saint-Pétersbourg ce soir, dans lequel il a souligné que le soi-disant « milliard doré » des puissances occidentales croient toujours qu'elles sont supérieures aux autres, et considèrent le reste du monde comme leurs colonies.
Poutine a ajouté que les élites dirigeantes de l'Occident « vivent dans un monde de rêve et refusent de voir les changements mondiaux se produire »,
puis il a ajouté :

«Au cours des dernières décennies, de nouveaux centres puissants se sont formés sur la planète… Chacun d'eux développe son propre système politique et ses institutions publiques, met en œuvre ses propres modèles de croissance économique et, bien sûr, a le droit de se protéger, d'assurer sa sécurité nationale. souveraineté… Nous parlons de processus réels, de changements tectoniques vraiment révolutionnaires dans la géopolitique, l'économie mondiale, la sphère technologique, dans tout le système des relations internationales »
.

Jusqu'à 1 000 soldats ukrainiens sont tués ou blessés chaque jour dans la région du Donbass, dans l'est de l'Ukraine, avec 200 à 500 tués en moyenne et de nombreux autres blessés, a déclaré mercredi un haut responsable ukrainien.

Juste avant cet événement historique, le haut conseiller du Kremlin , Fyodor Lukyanov , a déclaré qu'en raison des sanctions occidentales concernant «l'opération spéciale de dénazification » de l'Ukraine , le « découplage » des économies russe et occidentale est devenu effectif. Il a révélé que la Russie ne permettra pas à l'Ukraine de se réarmer avec des armes occidentales , puis il a déclaré d'un ton sinistre : «Il n'y a aucune chance pour une solution politique ou diplomatique à ce stade, et je crains que nous ne poursuivions les activités militaires pendant assez longtemps... Maintenant, nous avons cette situation particulière où la force militaire décide seule ».

Rejoignant la déclaration ci-dessus, le porte-parole du Kremlin , Dmitri Peskov , avertit que les puissances occidentales doivent « s’attendre à affronter le pire » face à la Russie , puis il a déclaré de manière inquiétante : « Et nous ne sommes même pas proches du point culminant de la crise ».
Compte tenu de l'ampleur de cette crise, le secrétaire du Conseil de sécurité, Nikolay Patrushev, a expliqué que le véritable objectif des puissances occidentales est  de Faire de l'Eurasie un point chaud de conflit, une région de pays en guerre comme l'Ukraine, d'États fantoches ou de colonies. Tel est l'objectif à long terme de l'Occident ”.
Cette explication a été suivie par le haut  conseiller du Kremlin, Ivan Timofeev, déclarant clairement: « Cette crise couvre  plus que l'Ukraine. La Russie organise une rébellion contre l'Occident et son ordre mondial libéral... Moscou n'a pas voulu accepter le rôle secondaire que lui a assigné l'Occident et maintenant les conséquences se font sentir ».

Pour contrer la rébellion que la Russie organise contre les puissances occidentales et leur ordre mondial démoniaque -qui ne peut plus définir ce qu’est une femme et qui oblige les petits enfants à changer de sexe avec de puissants médicaments et une chirurgie sans le consentement de leurs parents- le président français Emmanuel Macron , le chancelier allemand Olaf Scholz et le Premier ministre italien Mario Draghi sont arrivés dans la capitale ukrainienne , où ils ont été accueillis par le président roumain Klaus Iohannis.  Dès l'arrivée de ces dirigeants, l'Ukraine a obtenu le statut de candidat à l'Union européenne, la première étape vers l'adhésion. Cela a encouragé le bouffon Volodymyr Zelensky à  interdire deux autres partis d'opposition, ce qui porte à 9 le nombre total de partis politiques qui s'opposaient à lui et qu'il a éradiqués .  

Comme c’est le cas dans toutes les dictatures créées par les puissances occidentales,  l’Ukraine  est inondée d'armes. Il s'agit d’armes à longue portée américaines et françaises dont l'Ukraine a juré qu'elles ne seraient pas utilisées pour frapper la Russie , car cela déclencherait la troisième guerre mondiale .

En dépit de ce vœu, le ministre ukrainien de la Défense, Alexeï Reznikov , a proclamé hier   que ces armes permettront à de reconquérir toutes les terres conquises par la Russie , en déclarant : « Nous allons libérer tous nos territoires, y compris la Crimée» .
Cette folle déclaration a rapidement été suivie par l' article du Wall Street Journal « Qui envoie vraiment de l'aide à l'Ukraine ? », dans lequel il révèle : « Il est remarquable de constater que les États-Unis à eux seuls ont fourni considérablement plus d’armes que tous les pays de l'UE réunis, dans le voisinage immédiat desquels la guerre fait rage ».

Tout cela arrive en même temps qu'il est maintenant rapporté que : «  La volonté européenne de soutenir l'Ukraine contre la Russie et de punir Moscou pour avoir attaqué son voisin risque de s'essouffler, a averti le Conseil européen des relations étrangères... Un nombre croissant de personnes souhaitent voir la fin du conflit, même si cela signifie amener Kiev à faire des concessions ».

La Russie ayant déclaré que seule la force militaire trancherait le conflit ukrainienle ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a annoncé aux puissances occidentales : « Nous élargissons les contacts avec l'Est... L'Europe a disparu de nos priorités »
Cette déclaration  a été immédiatement suivie par celle du président français Emmanuel Macron révélant frénétiquement que les puissances coloniales occidentales ont accepté de manière informelle de ne pas fournir d'avions de combat et de chars à l'Ukraine pour éviter la guerre avec la Russie , en déclarant : "Vous parlez d'un accord informel, mais c'est presque une position officielle des partenaires de l'OTAN… Nous aidons l'Ukraine à se défendre, mais nous n'entrons pas en guerre contre la Russie… Donc, il a été convenu de ne pas fournir certaines armes, comme les avions d'assaut ou des chars, et le président Zelensky est au courant de cet accord »

Cette révélation frénétique rejoint les derniers bulletins de guerre urgents publiés par le ministère russe de la Défense(MoD), dont les plus notables sont : 

" Au cours des dernières 24 heures, les troupes russes de missiles et d'artillerie ont frappé 203 zones de concentration ennemies et 38 positions de tir d'artillerie des Forces armées ukrainiennes, détruisant 350 nationalistes, un point de contrôle UAV, huit chars et autres véhicules blindés, trois BM-21 MLRS " Grad", trois pièces d'artillerie de campagne et onze véhicules spéciaux ».

" Au cours des dernières 24 heures, les forces aériennes russes ont frappé 58 zones d'accumulation de troupes et d'équipements des Forces armées ukrainiennes, détruisant 200 nationalistes ukrainiens, deux lanceurs et systèmes de défense aérienne " Buk -M 1" et " Osa -AKM" et dix réservoirs ».

" Au cours des dernières 24 heures, des missiles russes de haute précision ont détruit le quartier général de la formation nationale "Azov" dans la colonie de Pesochin dans la région de Kharkov...Sont également touchés 18 zones de concentration de main-d'œuvre et d'équipements militaires, ainsi que dix positions de tir de batteries ukrainiennes d'artillerie et de mortiers, dont six batteries du Grad MLRS... En outre, deux dépôts d'armes et de munitions de roquettes et d'artillerie ont été détruits près des colonies de Spornoye et Vyemka en RPD ».

" Au cours des dernières 24 heures, les forces de défense aérienne russes ont abattu un avion d'attaque ukrainien Su -25 et sept drones... Ils ont également intercepté un missile Tochka -U dans la LPR et 21 lance-roquettes multiples Uragan dans la LPR, la RPD, Kherson et les régions de Kharkov ».

« Les commandos de la Garde nationale russe ont repoussé une attaque d'un groupe subversif/de reconnaissance ennemi dans la région de Kharkov, dans l'est de l'Ukraine... Certains membres du groupe subversif/éclaireur ennemi ont été blessés, comme en témoignent des bandages tachés de sang et ont dépensé des kits de pansements de premiers secours... Lors de l'inspection de la scène de la bataille, les gardes russes ont découvert une position de tireur d'élite camouflée avec un fusil de précision américain Barrett M82 de gros calibre et des cartouches ... Les commandos de la Garde russe ont également saisi des armes légères et des grenades antichars à main de fabrication étrangère. lanceurs ».

« Des militaires russes et de la LPR ont empêché l'ennemi de s'approvisionner entre Severodonetsk et Lisichansk via un tuyau de drainage de grand diamètre ».

« Certaines forces ukrainiennes encerclées par des troupes russes dans l'usine chimique d'Azot à Severodonetsk ont commencé à se rendre ».

« Au total, au 17 juin 2022, le ministère de la Défense a fourni les listes des mercenaires et des spécialistes des opérations d'armement de 64 pays… Depuis le début de l'opération militaire spéciale, 6 956 de ces personnels sont arrivés en Ukraine, dont 1 956 ont déjà été tués et 1 779 sont partis… Pour le moment, 3 221 mercenaires sont encore en vie - ils n'ont pas encore été capturés ou n'ont pas atteint la frontière ukrainienne ».

« Au total, depuis le début de l'opération spéciale, les pertes des Forces armées ukrainiennes en équipements s'élèvent à : 205 avions, 131 hélicoptères, 1233 drones, 342 systèmes de missiles anti-aériens, 3587 chars et autres types de véhicules blindés, 539 systèmes de lance-roquettes multiples, 2013 pièces d'artillerie de campagne et mortiers et 3658 véhicules militaires spéciaux ».

Source

------------------------------------------------------------- 

L'Ukraine subit jusqu'à 1 000 victimes par jour dans le Donbass, selon un responsable

Jusqu'à 1 000 soldats ukrainiens sont tués ou blessés chaque jour dans la région du Donbass, dans l'est de l'Ukraine, avec 200 à 500 tués en moyenne et de nombreux autres blessés, a déclaré mercredi un haut responsable ukrainien.

La situation dans son ensemble : le président Volodymyr Zelensky a déclaré le 1er juin que 60 à 100 soldats ukrainiens étaient tués chaque jour alors que la Russie intensifiait son offensive dans le Donbass. Au cours des deux dernières semaines, ce nombre a considérablement augmenté selon David Arakhamia, qui dirige les négociations de l'Ukraine avec la Russie et est l'un des conseillers les plus proches de Zelensky.

    L'Ukraine a recruté un million de personnes dans l'armée et a la capacité d'en recruter deux millions de plus, a déclaré Arakhamia, elle dispose donc des effectifs nécessaires pour poursuivre le combat dans le Donbass, où la Russie gagne progressivement du terrain.

    Mercredi, le président des chefs d'état-major, le général Mark Milley, a été interrogé sur le taux de victimes ukrainiennes et a déclaré qu'il était difficile à estimer, mais les précédents rapports des médias faisant état d'environ 100 tués et jusqu'à 300 blessés chaque jour avaient été "dans la fourchette de nos évaluations". Il ne répondait pas à la dernière estimation ukrainienne.

    Milley a également déclaré que la Russie avait subi des pertes "énormes" et que l'Ukraine se battait efficacement.

Ce qui manque à l'Ukraine, a soutenu Arakhamia, ce sont les armes et les munitions pour égaler la Russie dans "l'un des plus grands combats du 21e siècle". Il a dit : « Nous avons des gens formés pour attaquer, pour contre-attaquer, mais nous avons besoin d'armes pour cela.

    "Notre position de négociation est en fait assez faible, donc nous ne voulons pas nous asseoir à la table si nous sommes dans cette position. Nous devons l'inverser d'une manière ou d'une autre », a déclaré Arakhamia, soulignant la nécessité d'une contre-opération pour regagner le territoire perdu.

Conduite des nouvelles: Arakhamia dirige une délégation ukrainienne à Washington cette semaine pour faire pression sur l'administration Biden et le Congrès pour augmenter le rythme des livraisons d'armes et pour reconnaître la Russie comme un État parrain du terrorisme – un sujet qu'il a dit qu'ils prévoyaient d'aborder avec la présidente de la Chambre Nancy Pelosi (D-Californie).

    Le président Biden s'est entretenu avec Zelensky mercredi et l'a informé d'une aide militaire et humanitaire supplémentaire, a indiqué la Maison Blanche. Le milliard de dollars d'armes à expédier en Ukraine comprend des roquettes et des munitions d'artillerie.

    Lors d'une table ronde mercredi au German Marshall Fund, Arakhamia et d'autres membres de la délégation ont noté que si Biden avait signé un paquet de 40 milliards de dollars pour l'Ukraine en mai, cela ne se traduisait que très progressivement par de véritables livraisons d'armes.

    Pendant ce temps, les partenaires de l'Ukraine - en particulier en Europe - commencent à se concentrer sur la reconstitution de leurs propres stocks plutôt que sur l'armement de l'Ukraine, a déclaré Arakhamia. Il a noté que le gouvernement allemand était encore très réticent à approuver les licences d'exportation pour armer l'Ukraine, peut-être en raison de la « peur intérieure » de la Russie.

À surveiller : Alors que les négociations formelles sont gelées, Arakhamia a déclaré que lui et son équipe parlaient par téléphone avec leurs homologues russes « une ou deux fois par semaine » pour s'enregistrer, même si « les deux parties réalisent clairement qu'en ce moment, il n'y a pas de place à négocier. »

    Il a déclaré qu'il y avait eu une réaction nationale à l'idée de négocier avec la Russie après les crimes de guerre présumés dans des villes comme Bucha et Marioupol, mais a également noté que la guerre devrait se terminer par un "compromis".

En savoir plus sur la table ronde :

    Arakhamia a déclaré que la Russie utilisait la Géorgie voisine pour échapper aux sanctions, avec la complaisance du gouvernement "manifestement pro-russe", ce que la Géorgie nie.

    Arakhamia a déclaré que "nos militaires" s'opposent fermement à l'idée de déminer les ports ukrainiens de la mer Noire en échange de l'autorisation par la Russie d'exporter des céréales, car il n'y aurait "aucune garantie" que la Russie n'utiliserait pas ces couloirs pour attaquer par voie maritime.

    Le négociateur ukrainien a déclaré que la Russie était largement à l'abri des sanctions en raison des prix élevés du pétrole, mais qu'elle en ressentirait pleinement les effets dans trois ou quatre ans. "La question est de savoir si nous (l'Ukraine) sommes encore là dans trois ou quatre ans pour jouir du spectacle."

Source


2 commentaires:

  1. C'est surtout l'Amérique de Biden qui ne veut pas d'une paix en Ukraine. Maintenant le monde hors de l'Occident, se construit autour des BRICS et principalement de la Russie ou la Chine. C'est donc l'Europe qui est dans la plus mauvaise position.

    RépondreSupprimer
  2. Mais ou est passe nos fameux annonce

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes et les commentaires comportant des insultes ou des attaques personnelles seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de ce Blog.