jeudi 21 octobre 2021

Enquête US. Les étudiants juifs n'aiment pas la liberté d'expression et s'y opposent par la violence

Une enquête récemment publiée par la Fondation pour les droits individuels dans l'éducation auprès de plus de 37.000 étudiants de 159 collèges a montré que les étudiants juifs – tout comme leurs ancêtres et cousins bolcheviks – étaient beaucoup plus susceptibles que les autres étudiants de censurer, bloquer et faire taire — en utilisant la violence si « nécessaire » — toute personne dont ils n'aiment pas l'opinion .



Les données montrent qu'un tiers de tous les étudiants pensent qu'essayer de perturber et de crier contre les orateurs lorsqu'ils visitent les campus est parfois ou toujours acceptable. Parmi les étudiants juifs interrogés, 40 % ont déclaré ressentir cela. Quant à empêcher d'autres étudiants d'assister à un discours sur le campus et d'entendre des idées potentiellement controversées, 13% des étudiants interrogés et 18% des étudiants juifs pensent que cela est parfois ou toujours acceptable. Les deux tiers des étudiants juifs – contre à peu près la moitié des étudiants à l'échelle nationale – ont répondu qu'il était justifiable d'empêcher d'autres étudiants d'assister à un discours sur le campus.
Ces données prouvent que les étudiants juifs sont plus prêts à mettre fin à la parole et à la diffusion des idées que les autres étudiants universitaires.
Comment comprendre ces constats troublants ? L'identité politique est un bon point de départ. Comme les Juifs américains en général, les étudiants juifs ont tendance à être démocrates. Les données montrent que 54% des étudiants juifs interrogés s'identifient comme démocrates, contre 35% des étudiants interrogés dans l'ensemble. Lorsque vous incluez les indépendants auto-identifiés qui penchent pour le démocrate, 67% des étudiants juifs appartiennent à la colonne démocrate par rapport à un chiffre national inférieur de 55%.
Dans cette enquête, s'identifier en tant que démocrate est fortement corrélé avec l'adoption de positions anti-liberté d'expression.
Les données montrent que 81% des étudiants juifs démocrates qui s'identifient pensent qu'il y a des cas où chahuter des orateurs est acceptable, contre 59% pour les indépendants politiques juifs et seulement 44% de républicains. De même, près de 60 % des démocrates juifs universitaires soutiennent qu'empêcher leurs pairs d'entendre les idées des autres peut être justifié, tandis qu'un peu plus d'un tiers des juifs indépendants et un quart des républicains juifs pensent la même chose.
Plus troublant encore, 27% des étudiants démocrates juifs ont répondu qu'il était acceptable d'utiliser la violence pour arrêter un discours sur le campus, bien que le nombre soit de 22% pour les juifs indépendants et 17% pour les juifs républicains.
Ces données me bouleversent profondément en tant que professeur qui a vu la vie collégiale/universitaire changer radicalement au cours des deux dernières décennies. L'une des grandes valeurs d'une expérience universitaire américaine est que les étudiants ont la possibilité de s'engager profondément avec des opinions divergentes. À ce jour, je suis reconnaissant pour la corne d'abondance de personnes, de traditions, de points de vue et de cultures avec lesquels j'ai pu m'engager il y a deux décennies lorsque moi, alors adolescent juif assez conservateur, j'ai quitté la Côte Est pour fréquenter l'Université de Stanford….
Aujourd'hui, l'annulation de la culture sévit sur nos campus universitaires, et la diversité des points de vue n'est plus considérée comme une valeur sacrée et fondamentale dans l'enseignement supérieur - et les étudiants juifs semblent aider à mener la charge pour faire taire les autres, manquant de véritables opportunités d'apprendre , de grandir et se socialiser. Peut-être que beaucoup d'étudiants juifs pensent qu'ils occupent une place noble en première ligne de l'annulation de la culture dans un esprit de justice sociale. Mais ces impulsions progressistes et wokes sont erronées et ignorent un autre précepte juif tout aussi important – un discours réel qui implique l'apprentissage, l'écoute et le débat.
Le discours est si prisé et chéri dans la pensée et l'histoire juives que le judaïsme a parfois été qualifié de « culture de l'argumentation ». Les étudiants juifs - et tous les étudiants d'ailleurs - doivent reconnaître que la véritable équité et l'inclusion doivent inclure la diversité des points de vue, le respect des différences et des perspectives politiques réelles et significatives et l'adhésion à une multitude d'idées - même si elles mettent certains membres de la communauté mal à l'aise.
Les valeurs de justice sociale sont certainement importantes et constituent une grande partie de la pensée juive. Mais elles ne l'emportent pas sur les vertus de l'argumentation et du respect de la diversité des points de vue. La communauté juive et notre système d'enseignement supérieur ont depuis longtemps adopté l'idée qu'une compétition d'idées est fondamentale pour des sociétés libres et prospères. ...
Au lieu de mener la charge de faire taire la parole, nos étudiants devraient faire exactement le contraire, exiger plus de discours et plus d'idées, et non imposer une culture du silence et de la violence.
La tradition juive séculaire du débat ne s'applique qu'aux Juifs lorsqu'ils se disputent entre eux – et leur livre « saint » le Talmud en est un exemple.[1]
Cette tradition de débat s'arrête brusquement lorsque les Juifs doivent écouter avec respect les non-Juifs qui ont des idées que les Juifs perçoivent comme hostiles ou menaçantes pour eux.
Ils ont été conditionnés à croire que le désaccord avec les goyim finira par conduire à des pogroms et à des chambres à gaz.
Les enfants juifs sont élevés en croyant que le monde non-juif les "cherchent" - la paranoïa et la névrose sont des traits de personnalité juifs acceptables et même vénérés - les mêmes traits chez les non-juifs les mettraient dans un hôpital psychiatrique.
Un truisme qui est devenu un proverbe est que les Juifs aiment la liberté d'expression jusqu'à ce qu'ils soient au pouvoir – à tel point qu’ils qualifient la liberté d'expression de « discours de haine » afin «d’inciter » à la violence contre les Juifs maintenant au pouvoir.
Lorsque les Juifs bolcheviques ont pris le contrôle de la Russie, la liberté d'expression s'est soudainement évaporée - et des millions de personnes ont été littéralement envoyées à la mort pour avoir dit des choses que les commissaires juifs n'aimaient pas [2].
Nous voyons le même schéma se développer aujourd'hui - alors que les Juifs ont atteint un pouvoir inégalé en Amérique, ils ont commencé à plaider ouvertement en faveur de lois répressives pour restreindre toutes les formes de discours "extrémiste" qu'ils n'aiment pas.
Et s'ils réussissent dans cette voie, ils finiront par ramener la peine de mort pour antisémitismeun antisémite n'est pas simplement quelqu'un qui n'aime pas les Juifsun antisémite est quelqu'un que les Juifs n'aiment pas à cause des opinions que les juifs qualifient de « haineuses ». Personne n'est à l’abri de leur surveillance obsessionnelle.


Survey Shows Jewish College Students Most Likely To Oppose Free Speech And Condone Violence To Silence Opinions They Don’t Like

NOTES de H. Genséric

[1] L'Amérique gouvernée par le Talmud: est-ce une bonne chose ?

-  Le Talmud révélé. Voici comment les juifs doivent traiter les Goyim :
Abhodah Zarah 20a: Ne jamais faire la louange d'un goy, de peur  qu'il ne la croie.  
Abhodah Zarah 22a: Ne pas fréquenter les goyim; ils versent le  sang.  
Abhodah Zarah 22b : Les goyim sont impurs parce qu'ils n'étaient  pas là au Mont Sinaï.  
Abhodah Zarah 25b: Se méfier des goyim quand on voyage avec eux à  l'étranger.  
Abhodah Zarah 26a: Ne pas recourir à une sage femme non-juive,  qui une fois seule pourrait tuer le bébé. Même si elle était surveillée,  elle pourrait lui écraser la tête sans que personne ne puisse le voir.  
Abhodah Zarah 26b T. : Même le meilleur des goy devrait être  abattu.  
Abhodah Zarah 35b : toutes les filles des incroyants sont niddah  (sales, impures) depuis leur naissance.
Abhodah Zarah 35b: Ne pas boire du lait tiré par un goy.  
Abhodah Zarah 4b: Vous pouvez tuer un goy avec vos propres mains.  
Abhodah Zarah 54a: L'usure peut être pratiquée sur les goyim, ou  sur les apostats.  
Abhodah Zorah 26b: Ceux qui voudraient changer de religion  doivent être jetés au fond d'un puits, et oubliés.  
Baba Mezia 24a: si un juif trouve un objet appartenant à un  goyim, il n'est pas tenu de le lui rendre  
Babha Bathra 54b : La propriété d'un goy appartient au premier  juif qui la réclame.  
Babha Kama 113a : Les juifs peuvent mentir et se parjurer, si  c'est pour tromper ou faire condamner un goy.  
Babha Kama 113a: Les incroyants ne bénéficient pas de la loi et  Dieu a mis leur argent à la disposition d'Israël.  
Babha Kama 113b: Le nom de Dieu n'est pas profané quand le  mensonge a été fait à un goy.  
Bammidber Raba c 21 & Jalkut 772: Tout juif qui verse le sang de  goyim revient à la même chose qu'une offrande à Dieu.  
Chagigah 15b : Un juif est toujours considéré comme bon, en dépit  des péchés qu'il peut commettre. C'est toujours sa coquille qui se salit,  jamais son fond propre.  
Choschen Ham 156, 5: Les clients goyim possédés par un juif, ne  doivent pas être démarchés par un autre juif.  
Choschen Ham 183, 7: Des juifs qui trompent un goy doivent se  partager le bénéfice équitablement.  
Choschen Ham 226, 1: Les juifs peuvent garder sans s'en inquiéter  les affaires perdues par un goy.  
Choschen Ham 26, 1: Un juif ne doit pas être poursuivi devant un  tribunal goy, par un juge goy, ou par des lois non-juives.  
Choschen Ham 34, 19: Les goyim et les serviteurs ne peuvent pas  témoigner lors d'un procès.  
Choschen Ham 386, 10: Celui qui voudrait avouer les secrets  d'Israël aux goyim, doit être tué avant même qu'il ne leur dise quoi que  ce soit.  
Choschen Ham 388, 15: Il faut tuer ceux qui donneraient l'argent  des Israélites à des goyim.  
Choschen Ham 425, 5 : Il est permis de tuer indirectement un goy,  par exemple, si quelqu'un qui ne croit pas en la Torah tombe dans un  puits dans lequel se trouve une échelle, il faut vite retirer l'échelle.  
Chullin 91b: Les juifs possèdent la dignité dont même un ange ne  dispose pas.  
Eben Haezar 44, 8: Sont nuls, les mariages entre les goyim et les  juifs.  
Emek Haschanach 17a: L'âme des goyim vient de la mort et de  l'ombre de la mort.  
Ereget Rashi Erod.22 30 : Un goy est comme un chien. Les  Ecritures nous apprennent qu'un chien mérite plus de respect qu'un goy.  
Hilkhoth goy X, 1 : Ne passez aucun accord avec un goy, ne  manifestez jamais de pitié envers un goy. Il ne faut pas avoir pitié des  goyim car il est dit: "tu ne jetteras pas sur eux un regard de pitié".  
Hilkhoth Maakhaloth: Les goyim sont des idolâtres, il ne faut pas  les fréquenter.  
Hilkhoth X, 2 : Les juifs baptisés doivent être mis à mort.  
Hilkhoth X, 6: On peut aider les goyim dans le besoin, si cela  nous évite des ennuis par la suite.  
Hilkhoth X, 7: Où les juifs sont fortement installés, il ne faut  plus tolérer la présence des idolâtres.  
Hilkkoth X, 1 : il ne faut pas sauver les goyim en danger de mort.  
Ialkut Simoni 245c : Répandre le sang des impies est un sacrifice  agréable à Dieu.  
Iebhammoth 61a : Les juifs ont droit à être appelés "hommes", pas  les goyim.  
Iore Dea 120, 1: La vaisselle achetée à des goyim doit être jetée.  
Iore Dea 146, 15: Leurs idoles [c'est à dire les objets du culte]  doivent être détruites, ou appelées par des noms méprisants.  
Iore Dea 147, 5: Il faut railler les objets du culte goy, il est  interdit de souhaiter du bien à un goy.  
Iore Dea 148, 12 H: On peut prétendre se réjouir avec les goyim  pendant leurs fêtes, si cela permet de cacher notre haine.  
Iore Dea 151, 11: Il est interdit de faire un présent à un goy,  cela encourage l'amitié.  
Iore Dea 151, 14: Il est interdit de concourir à la gloire d'un  goy.  
Iore Dea 153, 1: Les nourrices non-juives conduisent les enfants  à l'hérésie.  
Iore Dea 154, 2: Il est interdit d'enseigner un métier à un goy.  
Iore Dea 157, 2 hagah: Si un juif a la possibilité de tromper un  goy, il peut le faire.  
Iore Dea 159, 1: Suivant la Torah, il est autorisé de prêter de  l'argent à un goy avec intérêt. Toutefois, certains des anciens n'ont pas  reconnu ce droit dans des cas de vie ou de mort. Aujourd'hui, ce droit  est accordé dans n'importe quelle circonstance.  
Iore Dea 198, 48 : Les femmes Juives sont contaminées par la  simple rencontre de goyim.  
Iore Dea 377, 1 : Il faut remplacer les serviteurs goyim morts,  comme les vaches, ou les ânes perdus. Il ne faut pas montrer de sympathie  pour le juif qui les emploie.  
Iore Dea 81, 7 Ha: Un enfant ne doit pas être allaité par une  nourrice non-juive, car son lait lui donnera une nature maléfique.  
Jalkut Rubeni Gadol 12b: Les âmes des goyim proviennent d'esprits  impurs qu'on nomme porcs.  
Kallah 1b, 18: Le juif peut se parjurer la conscience claire.  
Kerithuth 6b p. 78 : Les juifs sont des humains, non les goyim,  ce sont des animaux.  
Kethuboth 110b : Pour l'interprétation d'un psaume un rabbin  dit : " le psalmiste compare les goyim à des bêtes impures ".  
Makkoth 7b : On est innocent du meurtre involontaire d'un  Israélite, si l'intention était de tuer un goy ; tout comme on est  innocent du meurtre accidentel d'un homme, quand l'intention était  d'abattre un animal.  
Orach Chaiim 20, 2 : Les goyim se déguisent pour tuer les juifs.  
Orach Chaiim 225, 10 : Les goyim et les animaux sont utilisés de  manière équivalente dans une comparaison.  
Orach Chaiim 57, 6a : Il ne faut pas avoir plus de compassion  pour les goyim que pour les cochons, quand ils sont malades des intestins.  
Peaschim 25a : Il faut éviter l'aide médical des goyim.  
Pesachim 49b : Il est permis de décapiter les goyim le jour de  l'expiation des péchés, même si cela tombe également un jour de sabbat.  Rabbin Eliezer : "Il est permis de trancher la tête d'un idiot, un membre  du peuple de la Terre (Pranaitis), c'est-à-dire un animal charnel, un  Chrétien, le jour de l'expiation des péchés et même si ce jour tombe un  jour de sabbat ". Ses disciples répondirent : " Rabbi ! Vous devriez  plutôt dire "de sacrifier" un goy. " Mais il répliqua : " En aucune  façon ! Car lors d'un sacrifice, il est nécessaire de faire une prière  pour demander à Dieu de l'agréer, alors qu'il n'est pas nécessaire de  prier quand tu décapites quelqu'un."  
Rosch Haschanach 17a : L'âme d'un goy descend en enfer pour  toutes les générations.  
Sanhédrin 52b: L'adultère n'est pas défendu avec la femme d'un  goy, parce que Moïse n'a interdit que l'adultère avec "la femme de ton  prochain", et les goy s ne sont pas des prochains.  
Sanhedrin 57a: si un juif tue un goy, il ne sera pas condamné à  mort. Ce qu'un juif vole d'un goy, il peut le garder.  
Sanhedrin 57a: Un juif n'est pas obligé de payer le salaire  redevable à un goy.  
Sanhedrin 58b : Si un goy frappe un juif, il faut le tuer, car  c'est comme frapper Dieu.  
Sanhedrin 59a : Les goyim qui chercheraient à découvrir les  secrets de la Loi d'Israël commettent un crime qui réclame la peine de  mort.  
Sanhedrin 90a: Ceux qui lisent le nouveau testament (chrétiens)  n'auront pas de place dans le monde à venir.  
Schabbath 145b : Les goyim sont impurs parce qu'ils mangent de la  nourriture impure.  
Schabbouth Hag. 6d: Les juifs peuvent jurer faussement en  utilisant des phrases à double sens, ou tout autre subterfuge.  
Schene Luchoth Haberith p. 250b : Bien qu'un goy ait la même  apparence qu'un juif, il se comporte envers les juifs de la même  manière qu'un singe envers un homme.  
Sepher Ikkarim III c25: Il est permis de prendre le corps et la  vie d'un goy.  
Sepher Ou Israël 177b : Si un juif tue un goy, ce n'est pas un  péché.  
Shabbath 116a (p. 569): Les juifs doivent détruire les livres des  goyim (nouveau testament).  
Tosaphot, Jebamoth 94b: Lorsque vous mangez en présence d'un  goy c'est comme ci vous mangiez avec un chien.  
Yebamoth 98a : Tous les enfants des goyim sont des animaux  
Zohar I, 131a : Les goyim souillent le monde. Le juif est un être  supérieur  
Zohar I, 160a: Les juifs doivent en permanence tenter de tromper  les goyim.  
Zohar I, 219b: Les princes goyim sont des idolâtres, ils doivent  mourir.  
Zohar I, 25a : Les goyim doivent être exterminés car ce sont des  idolâtres.  
Zohar I, 25b: Ceux qui font du bien à un goy, ne se relèveront  pas des morts.  
Zohar I, 28b, 39a : Les meilleures places dans les Cieux sont  pour ceux qui tuent les idolâtres.  
Zohar I, 28b: Les goyim sont les enfants du serpent de la Genèse.  
Zohar I, 46b, 47a : L'âme des goyim est d'une origine théologique  impure.  
Zohar II 64b : Les goyim sont idolâtres, ils sont comparés aux  vaches et aux ânes.  
Zohar II, 19a: La captivité des juifs prendra fin lorsque les  princes goyim seront morts.  
Zohar II, 43a : L'extermination des goyim est un sacrifice  agréable à Dieu.  
Zohar II, 64b : Le taux de naissance des goyim doit être diminué  matériellement.

[2] Vladimir Poutine : « 80 à 85% des bolcheviques au pouvoir en URSS étaient juifs. »
-  La Clé du Mystère (Partie 4). LE COMMUNISME, MOYEN DE CONQUÊTE JUIVE

-  Comment les juifs de Harvard pillent la Russie
-  Russie. Le "meurtre rituel juif" de la famille impériale russe
-   Russie. Les atrocités inimaginables commises par les Juifs bolcheviques contre les Gentils : des preuves irréfutables.
-   Le rôle juif dans la révolution bolchevique

Les Juifs fomenteurs de la Shoah russe      :
Ceux qui ouvrirent la voie :
- Gesya Gelfman (juive) : criminelle responsable de l'assassinat du Tsar Alexandre II.
- Jacob Schiff (juif) : le banquier américain qui finança la révolution russe de 1917.
- Olaf Aschberg (juif) : banquier.
- Evno Azev (juif) : agent double.
- Grigori Guerchouni : assassin professionnel.
- Alexandre Parvus (juif) : révolutionnaire professionnel.
- Jacob Ganetski (Jacob Furstenberg) (j
uif) : larbin de Lénine.
Les moteurs de la révolution de 1917 :
- Léon Trotski (juif) : révolutionnaire professionnel.
- Lev Kamenev (juif) : révolutionnaire professionnel.
- Grigory Zinoviev (juif) : L'apôtre de la terreur socialiste.
- Iakov Sverdlov (juif) : Assassin du Tsar et de sa famille.
- Grigori Sokolnikov (juif) : ministre des finances de Juifs bolcheviques.
- Karl Radek (juif) : dirigeant socialiste.
- Maxim Litvinov (juif) : issu d'une famille de banquiers juifs, ministre des Affaires étrangères bolchevique.
- Adolf Joffé (juif) : commissaire du peuple aux Affaires étrangères.
- Moïsseï Ouritski (juif) : chef de la Tcheka de Petrograd et grand criminel.
- Moïse Volodarski (juif) : assassin en gros.
- Lazare Kaganovitch (juif) : assassin en gros.
Les exécuteurs zélés :
- Guenrikh Iagoda (juif) : le plus grand meurtrier juif du 20è siècle.
- Martyn Latsis : l'exterminateur de la bourgeoisie.
- Jacob Agranov (juif) : "S'il n'y a pas d'ennemi, il faut en créer".
- Iakov Iakovlev (juif) : exterminateur de la paysannerie.
- Semyon Dimanstein (juif) : rabbin promoteur de la région juive "autonome", donc sioniste.
- Alexandre Lozovski (juif) : chef syndicaliste et fondateur du Comité antifasciste juif.
- Jacob Yourovski (juif) : criminel ordonnant le massacre de la famille impériale.
- Yakov Davydov (juif) : chef du Département des affaires étrangères de la Tchéka 1921-1922, le premier chef du renseignement extérieur soviétique.
- Solomon Mogilevsky (juif) : chef du service de renseignement extérieur.
- Mikhail Trilisser (juif) : espionnage et contre-espionnage en tous genres.
- Abram Slutsky (juif) : celui qui traquait les opposants à l'étranger.
- Sergey Spigelglas (juif) : chef par intérim du service de renseignement extérieur soviétique.
- Grigori Maïranovski : chimiste assassin.
- Isaï Berg (juif) : inventeur des chambres à gaz ambulantes.
Au Goulag :
- Naftali Frenkel (juif) : organisateur de l'esclavage dans l'institution du Goulag.
Bien-sûr tous les Juifs ne furent pas bolcheviques et tous les bolcheviques n'étaient pas des Juifs. Cependant incontestablement tout une génération de Juifs fut cancérisée par le pouvoir et donc participa à la Shoah anti russe qui fut commise à très grande échelle et jusqu'aux "grandes purges staliniennes" soviétiques de la fin des années 1930.
Des Juifs massacreurs sont parmi les plus grands criminels de tous les temps, et ils se moquaient totalement de leur religion.
Cette génération de Juifs joua un rôle essentiel, pourtant ils n'étaient qu'environ 4% de la population russe. De plus, cette génération de criminels bénéficia, surtout aux États-Unis, d'un fort soutien et d'une réelle sympathie de la diaspora juive.

Hannibal GENSÉRIC

Peut être une image de texte qui dit ’D'après une étude récente de nombreux Français ont des Zemmouroïdes. C'est comme des hémorroïdes sauf que c'est une inflammation intellectuelle qui touche les trous du cul.’

3 commentaires:

  1. ça démontre simplement qu'on est trop cons pour pouvoir les dominer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. S'il y avait eu au moins/minimum deux Jean MOULIN, il n'y aurait plus de Lumière mais la liberté avec un grand L.
      La France un un pays de faux-culs, de moutons de panurge.
      Attention à l'étranger ?!...#"°-+(è_çù

      Supprimer
  2. Zemmour a fermer la porte...des bouffons

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes et les commentaires comportant des insultes ou des attaques personnelles seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de ce Blog.