dimanche 2 mai 2021

La Clé du Mystère (Partie 4). LE COMMUNISME, MOYEN DE CONQUÊTE JUIVE

Ce que les Juifs en disent eux-même, et à qui profite le crime ?

Judéo-bolchevisme — Wikipédia 

RABBIN JUDAH L M AGNÈS, New-York, 1919:
"Les qualités radicales qui sont dans Je Juif vont au fond des choses, en Allemagne il devient un Marx et un Lassalle, un Haas et un Edouard Benistein ; en Autriche il devient un Victor Adler et un Friedrich Adler, en Russie un Trotsky. Voyez la situation présente en Allemagne et en Russie. La révolution met en action ses forces créatrices, voyez quel grand contingent de Juifs est immédiatement prêt pour la bataille. Socialistes révolutionnaires, mencheviks, bolcheviks, socialistes majoritaires et minoritaires, de quelque nom qu'on les appelle, on trouve dans tous ces partis des Juifs comme leurs chefs dévoués et comme leurs travailleurs réguliers. "

M COHAN, Juif, dans son journal "The Communist", Kharkoff, No 72, 12 avril 1919:
"On peut dire sans exagération que la grande révolution russe a été faite par la main des Juifs. Ce fut précisément les Juifs qui conduisirent le prolétariat russe à l'aurore de l'Internationale, qui non seulement ont conduit mais qui conduisent encore la cause des Soviets, qui reste dans leurs mains fiables. Il est vrai qu'il n'y a pas de Juifs dans l'Armée Rouge en ce qui concerne les soldats, mais les Juifs commandent bravement comme chefs des comités et organisations soviétiques, comme commissaires, ils mènent les masses du prolétariat russe à la victoire. Le symbole de la juiverie est devenu le symbole du prolétariat russe. Avec ce symbole vient la victoire, avec ce symbole viendra la mort des parasites de la bourgeoisie, qui paiera en gouttes de sang les larmes juives."

NAHUM SOKOLOW, grand chef Juif, dans son-livre "The History of Zionism", admet que "le Sionisme a joué un rôle important dans les menées bolcheviques en Russie".

RABBIN LEWIS BROWN, dans son livre "How Odd of God" :
"Nous voulons refaire le monde non-juif : faire ce que les communistes font en Russie".

Prof REINHOLD NIEBUHR, Juif, parlant le 3 oct 1934 devant le Jewish Institute of Religion, New-York :
"LE MARXISME EST UNE FORME MODERNE DE LA PROPHÉTIE JUIVE".

'THE AMERICAN HEBREW, 10 sept 1920:
"Du chaos économique, le Juif a conçu le capital organisé avec son mécanisme d'application, la banque."L'un des phénomènes impressionnants de nos temps modernes est la révolte des Juifs contre le monstre que son esprit avait conçu et que ses mains avaient façonné.
"La révolution bolchevique de Russie, cet accomplissement destiné à figurer dans l'histoire comme le résultat primordial de la Grande Guerre, fut dans une large mesure le résultat de LA PENSE JUIVE, DU MÉCONTENTEMENT JUIF.
"Ce que l'idéalisme juif et le mécontentement juif ont si puissamment contribué à accomplir en Russie, les mêmes historiques qualités de cœur et d'esprit juives tendent à l'accomplir dans les autres pays.
"Est-ce que l'Amérique, comme la Russie des tsars, va accabler le Juif d'amers et vils reproches comme un destructeur et le forcer d'être un ennemi Irréconciliable? Ou est-ce que l'Amérique va profiter du génie juif? C'est à la population d'Amérique de répondre à cette question."

M HERMALIN, Juif, communiste, dans un discours, à New-York, 1917 : "La Révolution russe fut faite par les Juifs. Nous avons formé des sociétés secrètes. Nous avons imaginé le règne de la Terreur. Nous avons fait réussir la révolution par notre propagande convaincante et nos assassinats en masse, afin de former un gouvernement bien à nous."

"JEWISH CHRONICLE", Londres, 4 avril 1919:
"Il y a beaucoup dans le fait du bolchevisme lui-même, dans le fait que tant de Juifs sont bolchevistes, dans le fait que les idéals du bolchevisme se confondent, sur bien des points, avec les idéals les plus élevés du judaïsme"

"VERS MOSCOU", journal soviétique, rédaction juive, sept 1919:
"Il ne faut pas oublier que le peuple juif forme le véritable prolétariat, la véritable Internationale qui n'a pas de patrie."

ANGELO S RAPPOPORT, Juif, dans son livre "The Pioneers of the Russian Revolution", Londres, 1918:
"Les Juifs de Russie, dans leur masse totale, furent responsables de la révolution."

MORITZ RAPPOPORT, commentant la révolution allemande de 1918:
"La révolution nous rappelle de nouveau l'importance de la question juive, parce que les Juifs sont l'élément dirigeant de la révolution."

"JEWISH TRIBUNE," 5 juillet 1922:
"La révolution allemande est l'œuvre des Juifs; les partis libéraux démocratiques ont un grand nombre de Juifs h leur tête, et les Juifs jouent un rôle prépondérant dans les hauts pestes du gouvernement."

KADMI COHEN, Juif, dans son livre "Nomades", 1928:
"L'instinct même de propriété, d'ailleurs, résultant de l'attachement à la glèbe, N'EXISTE PAS CHEZ LES SÉMITES — ces nomades — qui n'ont jamais possédé le sol, qui n'ont jamais voulu le posséder. DE LÀ LEURS TENDANCES COMMUNISTES INDÉNIABLES DEPUIS LA PLUS HAUTE ANTIQUITÉ" — Page 85.

"Ne suffit-il pas de rappeler les noms des grands révolutionnaires juifs du XIXe et du XXe siècles, les Karl Marx, les Lassalle, les Kurt Eisner, les Bela Kuhn, les Trotsky, les Léon Blum, pour que les noms des théoriciens du socialisme moderne soient ainsi mentionnés? S'il n'est pas possible de déclarer lé bolchevisme pris globalement, comme une nation juive, il n'en reste pas moins vrai que les Juifs ont fourni plusieurs chefs au mouvement maximaliste et qu'en fait ils y ont joué un rôle considérable.

"Les tendances des Juifs au communisme, en dehors de toute collaboration matérielle à des organisations de partis, quelle confirmation éclatante ne trouvent-elles pas dans l'aversion profonde, qu'un grand Juif, un grand poète, Henri Heine, éprouvait pour le Droit Romain. Les causes subjectives, les causes passionnelles de la révolte de Rabbi Aquiba et de Bar Kocheba de l'an 70 après J-C, contre la Pax Romana et le Jus Romanum, comprises et ressenties, subjectivement, passionnément par un Juif du XIXe siècle, qui, apparemment, n'avait conservé aucun lien avec sa race.

"Et les révolutionnaires juifs et les communistes juifs qui s'attaquent au principe de la propriété privée, dont le monument le plus solide est le Codex Juris Civilis de Justinien et de Vulpien font-ils autre chose que leurs ancêtres qui résistaient à Vespasien et à Titus? En réalité, ce sont les morts qui parlent".Page 86

"The Maccabéan" journal juif de New York, nov 1905, 250„"Une révolution juive"
"La révolution de 1905 en Russie est une révolution juive, une crise dans l'histoire juive. C'est une révolution juive parce que la Russie est l'abri de presque la moitié des Juifs du monde entier, et que le renversement de son gouvernement despotique aura une très grande influence sur les destinées de millions de Juifs habitant ce pays et sur celles des milliers qui ont récemment émigré de tous côtés. Mais la révolution de Russie est une révolution juive surtout parce que les Juifs sont les révolutionnaires les plus actifs de l'empire du tsar."

MAURICE SAMUEL, dans son livre, "I the Jew," 1923, écrit: "Nous, le3 Juifs, nous sommes des révolutionnaires-nés.

Dieu nous a ainsi faits et constitués que s'il nous était donné d'atteindre à quelques uns de nos buts, objet de nos convoitises avouées, nous nous mettrions immédiatement à l'oeuvre, par simple principe, pour essayer de démolir ce qui vient d'être édifié."

A D RAPPOPORT, "Pioneers of the Russian Révolution", 1918 :
"A travers toute l'histoire l'esprit des Juifs a toujours été révolutionnaire et subversif, mais subversif avec l'idée de construire sur des ruines" — Page 100

BERNARD LAZARE, Juif, dans "L'antisémitisme" :
"Le Juif joue un rôle dans les révolutions, et il y participe en tant que Juif ou, plus correctement, en tant qu'il reste juif. L'esprit du Juif est essentiellement un esprit révolutionnaire et, consciemment ou autrement, LE JUIF EST UN REVOLUTIONNAIRE".

"NEW YORK TIMES", 24 mars 1917 :
"Kennan repasse l'histoire. Il dit comment Jacob Schiff {banquier juif) a financé la propagande révolutionnaire dans l'année du tsar.

"M. Kennan a parlé du travail pour la révolution accompli par les amis de la Liberté Russe. Il dit que pendant la guerre russo-japonaise il était à Tokyo et qu'il lui fut permis de visiter les 12,000 prisonniers russes aux mains des Japonais. Il avait conçu l'idée d'imprégner l'armée russe de propagande révolutionnaire. Il fit venir d'Amérique toute la propagande révolutionnaire russe qu'on pouvait obtenir.Il dit qu'un jour le Dr Nicholas Russell vint le rencontrer à Tokio et lui dit qu'il avait été envoyé pour l'aider dans son travail.

"Le mouvement était financé par un banquier de New-York que vous connaissez et que vous aimez tous, dit-il en faisant allusion à M. Schiff.

"Bientôt nous reçûmes une tonne et demie de propagande révolutionnaire en russe. A la fin de la guerre, 50.000 officiers et soldats russes retournaient dans leur pays comme d'ardents révolutionnaires. Les Amis de la Liberté Russe avaient planté 50.000 semences de liberté dans cent régiments. Je ne sais pas combien de ces officiers s'emparaient de la forteresse de Petrograd, la semaine dernière, mais nous savons quelle part l'armée vient de jouer dans la révolution.

"Puis fut lu à l'assemblée un télégramme de Jacob-H. Schiff, se lisant en partie comme suit: "Dites pour moi à ceux qui sont là ce soir combien je regrette de ne pouvoir célébrer avec les Amis de la Liberté Russe la récompense tangible de ce que nous avons espéré et avons fait durant ces longues années."

Elie Eberlin, Juif, dans son livre "Les Juifs d'aujourd'hui".1928:
"Le Parole-Sionisme poursuit sa tâche en Russie, en Palestine et ailleurs. A l'heure qu'il est il apparaît comme l'unique PARTI PROLÉTARIEN INTERNATIONAL. Une de ses fractions adhère à l'Internationale Communiste, l'autre à l'Internationale Socialiste". — Page 24.

"Au cours de son existence autonome, le peuple juif a passé par de nombreuses formes de gouvernement.Mais ni la dictature paternelle du grand Moïse, ni le pouvoir des rois régi par une constitution religieuse, ni la république des fidèles sous la présidence des grands Prêtres, ni le despotisme des derniers roitelets s'appuyant sur Rome n'ont été agréés par ce peuple de rêveurs. Les Juifs ont toujours eu un gouvernement, mais ils n'ont jamais fait que le subir". — Page 134.

"De ce fait, les Juifs n'ont pu maintenir leur Etat parmi les Etats de l'antiquité et ont dû fatalement devenir les ferments révolutionnaires de l'univers". — Page 143.

"CE QU'IL Y A ENCORE DE JUIF DANS LE BOLCHEVISME, c'est la renonciation aux récompenses de l'au-delà, dans l'autre monde, et la recherche du bonheur ici-bas sur la terre. Mais cette idée qui marque le triomphe des valeurs juives sur les valeurs "mystico-chrétiennes" est commune à l'heure qu'il est à tous les peuples". — Page 155. . (voir aussi page 26)

A QUI PROFITE LE CRIME ! 

"JEWISH CHRONICLE", Londres, 6 janvier 1933:
"PLUS D'UN TIERS DE TOUS LES JUIFS DE RUSSIE SONT DEVENUS DES OFFICIERS SOVIÉTIQUES. " 

MANIFESTE signé par le chef rabbin Menahem Gluskin de Minsk, le rabbin Osée L. Zimbalist, le rabbin Herz Mazel, le rabbin Gabriel Gabrielow, le rabbin Oscher Kerstein et le rabbin Mendel Jarcho, le 25 février 1930. Ce manifeste a été publié par le Juif communiste Michael Soheimann dans sa brochure "Krestobyi pokhod protiv USSR", Moscou, 1930, pages 103 et 104 :

"Il ne nous est pas possible de séparer notre destinée de celle du peuple juif, à l'égard duquel le gouvernement de l'URSS peut être proclamé le seul qui combat ouvertement toute manifestation d'antisémitisme.

"Du point de vue mondial, c'est un fait de la plus grande importance que le chef du parti communiste et chef de l’État soviétique, Lénine, a émis un décret dans lequel les antijuifs sont déclarés les ennemis des peuples.

Et alors que sous la domination britannique, des conflits sanguinaires sont encore possibles, et qu'en Roumanie et dans d'autres pays des pogromes et autres manifestations anti juives se produisent encore, en URSS tous les moyens de propagande sont mobilisés contre l'antisémitisme, et l'appareil de la loi est même mis en action.

"Sous le régime soviétique, NOUS N'AVONS JAMAIS ÉTÉ SOUMIS A AUCUNE PERSÉCUTION A CAUSE DE NOS CONVICTIONS RELIGIEUSES.

"Nous considérons de notre devoir de déclarer catégoriquement qu'en URSS AUCUN RABBIN N'A JAMAIS ÉTÉ MENACE DE SENTENCE DE MORT OU D'AUCUN AUTRE CHÂTIMENT, ni ne l'est d'aucune façon en ce moment.

Durant toute la période des conseils de soldats et ouvriers en Russie Soviétique, pas un seul rabbin n'a été exécuté".

(Note. — Pendant le même temps, 42.800 hauts dignitaires, prêtres et ministres des confessions chrétiennes ont souffert le martyre).

"New York Jewish Tribune", par le Juif Louis Fisher, correspondant de "Nation'*, en Russie (18-1-24) :

"Si l'on juge les Bolchevicks en considération de ce que les Juifs ont gagné par eux dans le domaine de l'instruction, le verdict est certainement en leur faveur.
"Des enfants juifs par dizaines de mille fréquentent aujourd'hui les écoles publiques officielles où le yiddish est la langue de l'enseignement.
"Le Gouvernement a établi des séminaires juifs pédagogiques spéciaux, où les maîtres sont dressés à donner l'instruction dans les écoles juives, en yiddish.
"Il y a même dans les Universités des sections où le yiddish est la langue de l'enseignement.
"Avant la Révolution, sous le tsar, la proportion des étudiants juifs était limitée à 4 pour cent de l'effectif. A présent, plus de limite. Dans certaines Universités, 50 pour 100 des étudiants sont Juifs ; à Minsk (Russie Blanche) le pourcentage est encore plus élevé."

"THE MACCABEAN", article de Haas, Juif:
"La révolution russe est une révolution juive parce qu'elle marque une étape dans l'histoire juive. C'est aussi une révolution juive parce que les Juifs étaient les plus actifs révolutionnaires de l'empire russe."

"JEWISH WORLD", 18 août 1922 :
"Les affaires reprennent en Russie et, sous le nouveau régime, les Juifs deviennent promptement les "capitaines d'industrie".
Il y a maintenant 100.000 Juifs à Moscou, et les enseignes de boucheries kasher se voient dans beaucoup de rues. Cependant, l'antisémitisme progresse dans la ville, parallèlement à l'accroissement de la population juive. "

"Canadian Jewish Chronicle" (10-8-23), reproduisant le "Jewish Correspondance Bureau" :
"Le nombre des bandits juifs à Moscou s'accroît de façon alarmante. Il ne se passe guère de jour que des attaques sur la voie publique ou des cambriolages avec violence ne soient commis par des bandes dont les membres sont Juifs en grande partie."

Maurice Murrey, Juif de France, dans son livre "L'esprit juif" :
"Par le sang et par la tradition, Karl Marx' appartient corps et âme au judaïsme.

"Karl Marx et Rothschild représentent les deux extrêmes ; mais, comme on l'a dit souvent, les extrêmes se touchent ;
"Karl Marx et Rothschild personnifient tous deux l'idéalisme juif élevé à sa plus haute puissance.
"Plus les masses s'éloignent du christianisme, plus elles deviennent visiblement juives.
"L'idéalisme régénérateur juif prépare peut être pour le vingtième siècle une révolution désastreuse. Chaque manifestation intense de l'idéalisme proprement juif en Europe a coïncidé avec des soulèvements, des meutres et des rébellions. ''

"NOVY MIR" organe bolcheviste, 16 mari 1922, publia un "Appel aux Travailleurs juifs et citoyens juifs d'Amérique, d'Europe et de tous pays", dans lequel on lisait :
"Notre gouvernement des Soviets a dépensé des milliards pour secourir les Juifs qui avaient souffert des pogroms. Mais aujourd'hui, notre République est sans ressources. Vous devez opérer une pression sur vos gouvernements pour qu'ils préparent à leurs frais les districts juifs dévastés, et pour qu'ils dédommagent les Juifs qui ont souffert en Russie.
"Toutes les organisations juives du monde sont invitées à soumettre cette requête à la Conférence de Gênes par l'organe de la Délégation des Soviets.
"C'est votre devoir sacré de peser sur vos gouvernements, qu'ils soient ou non représentés à Gênes, pour les obliger à soutenir les demandes des Juifs de Russie.
"Vous devez insister pour que les délégués de vos pays respectifs à Gênes appuient les demandes que les Juifs feront présenter par LEURS REPRÉSENTANTS, les Délégués des Soviets."

J. OLGIN, chef communiste, dans son journal "Morning Freiheit", N.Y. :
"Tout Juif doit supporter le Front Populaire parce que c'est le rempart de défense des droits du peuple juif." 

Source

NOTES de H. Genséric

[1] Vladimir Poutine : « 80 à 85% des bolcheviques au pouvoir en URSS étaient juifs. »
-   -  Russie. Le "meurtre rituel juif" de la famille impériale russe
-  
-  Russie. Les atrocités inimaginables commises par les Juifs bolcheviques contre les Gentils : des preuves irréfutables.
Les Juifs fomenteurs de la Shoah russe                                :
Ceux qui ouvrirent la voie :
- Gesya Gelfman (juive) : criminelle responsable de l'assassinat du Tsar Alexandre II.
- Jacob Schiff (juif) : le banquier américain qui finança la révolution russe de 1917.
- Olaf Aschberg (juif) : banquier.
- Evno Azev (juif) : agent double.
- Grigori Guerchouni : assassin professionnel.
- Alexandre Parvus (juif) : révolutionnaire professionnel.
- Jacob Ganetski (Jacob Furstenberg) (juif) : larbin de Lénine.
Les moteurs de la révolution de 1917 :
- Léon Trotski (juif) : révolutionnaire professionnel.
- Lev Kamenev (juif) : révolutionnaire professionnel.
- Grigory Zinoviev (juif) : L'apôtre de la terreur socialiste.
- Iakov Sverdlov (juif) : Assassin du Tsar et de sa famille.
- Grigori Sokolnikov (juif) : ministre des finances de Juifs bolcheviques.
- Karl Radek (juif) : dirigeant socialiste.
- Maxim Litvinov (juif) : issu d'une famille de banquiers juifs, ministre des Affaires étrangères bolchevique.
- Adolf Joffé (juif) : commissaire du peuple aux Affaires étrangères.
- Moïsseï Ouritski (juif) : chef de la Tcheka de Petrograd et grand criminel.
- Moïse Volodarski (juif) : assassin en gros.
- Lazare Kaganovitch (juif) : assassin en gros.
Les exécuteurs zélés :
- Guenrikh Iagoda (juif) : le plus grand meurtrier juif du 20è siècle.
- Martyn Latsis : l'exterminateur de la bourgeoisie.
- Jacob Agranov (juif) : "S'il n'y a pas d'ennemi, il faut en créer".
- Iakov Iakovlev (juif) : exterminateur de la paysannerie.
- Semyon Dimanstein (juif) : rabbin promoteur de la région juive "autonome", donc sioniste.
- Alexandre Lozovski (juif) : chef syndicaliste et fondateur du Comité antifasciste juif.
- Jacob Yourovski (juif) : criminel ordonnant le massacre de la famille impériale.
- Yakov Davydov (juif) : chef du Département des affaires étrangères de la Tchéka 1921-1922, le premier chef du renseignement extérieur soviétique.
- Solomon Mogilevsky (juif) : chef du service de renseignement extérieur.
- Mikhail Trilisser (juif) : espionnage et contre-espionnage en tous genres.
- Abram Slutsky (juif) : celui qui traquait les opposants à l'étranger.
- Sergey Spigelglas (juif) : chef par intérim du service de renseignement extérieur soviétique.
- Grigori Maïranovski : chimiste assassin.
- Isaï Berg (juif) : inventeur des chambres à gaz ambulantes.
Au Goulag :
- Naftali Frenkel (juif) : organisateur de l'esclavage dans l'institution du Goulag.
Bien-sûr tous les Juifs ne furent pas bolcheviques et tous les bolcheviques n'étaient pas des Juifs. Cependant incontestablement tout une génération de Juifs fut cancérisée par le pouvoir et donc participa à la Shoah anti russe qui fut commise à très grande échelle et jusqu'aux "grandes purges staliniennes" soviétiques de la fin des années 1930.
Des Juifs massacreurs sont parmi les plus grands criminels de tous les temps, et ils se moquaient totalement de leur religion.
Cette génération de Juifs joua un rôle essentiel, pourtant ils n'étaient qu'environ 4% de la population russe. De plus, cette génération de criminels bénéficia, surtout aux États-Unis, d'un fort soutien et d'une réelle sympathie de la diaspora juive.

[2] Pourquoi j'admire Staline: il a résisté au pouvoir juif, entre autres choses

« Les Juifs de Staline » :

Un événement historique est particulièrement passé sous silence,  et pourtant nous ne devons  pas oublier qu’il y a environ 90 ans, entre le 19 et le 20 décembre 1917, au cœur de la révolution bolchevique et de la guerre civile, Lénine signa un décret créant la Commission Panrusse pour la Répression de la Contre-révolution et du Sabotage, plus connue sous le nom de Tchéka.
En peu de temps, la Tchéka devint l’organisation de sécurité d’État la plus importante et la plus répressive. Son organisation et sa structure évoluèrent régulièrement, tout comme son nom : de Tchéka à GPU, puis à NKVD, et plus tard à KGB. Il est impossible de connaître avec certitude le nombre de morts dont la Tchéka fut responsable d’une manière ou d’une autre, mais il s’évalue probablement autour de 20 millions, incluant les victimes de la collectivisation forcée, des famines, des purges, des expulsions, des déportations, des exécutions et des tueries de masses dans les goulags.
Des pans entiers de la population furent éliminés: fermiers indépendants, minorités ethniques, membres de la bourgeoisie, officiers supérieurs, intellectuels, artistes, militants syndicalistes, « membres de l’opposition » à la définition très aléatoire, et un nombre incalculable de membres du parti communiste lui-même. Dans son dernier livre, qui recueille beaucoup de suffrages, The War of the World, l’historien Niall Ferguson écrit qu’aucune autre révolution dans l’histoire de l’humanité n’a dévoré ses enfants avec le même appétit insatiable que la révolution soviétique. De même, le Dr. Igal Halfin, de l’université de Tel-Aviv, indique dans son livre sur les purges staliniennes que la violence y fut unique en ce qu’elle fut dirigée vers l’intérieur.
Mais Lénine, Staline, et leurs successeurs n’auraient pas pu mener à bien leurs objectifs sans une large coopération de la part d’”officiers de la terreur” disciplinés : enquêteurs cruels, mouchards, bourreaux, gardiens, juges, pervers, et de beaucoup d’idéalistes membres de l’aile gauche progressiste, abusés par le régime soviétique de terreur au point de lui décerner un certificat casher.
 Genrikh Yagoda le fondateur du NKVD
 Genrikh Yagoda, fut le plus grand meurtrier juif du XXe siècle, chef adjoint de la GPU et fondateur-dirigeant du NKVD. Yagoda a consciencieusement exécuté les ordres de Staline pendant la collectivisation, et est responsable de la mort d’environ 10 millions de personnes. Ses employés juifs ont mis en place et géré le système des goulags. Après être tombé en disgrâce auprès de Staline, Yagoda fut dégradé et exécuté, puis remplacé en tant que chef des bourreaux, en 1936, par Yezhov, le « nain sanguinaire ».
Beaucoup de juifs ont vendu leur âme au diable de la révolution communiste et ont du sang sur les mains pour l’éternité. Nous n’en mentionnerons qu’un de plus : Leonid Reichman, dirigeant du département spécial du NKVD et interrogateur en chef de l’organisation, qui était un sadique particulièrement cruel.  En 1934, selon des statistiques publiées, 38,5% des officiels détenant les postes les plus élevés dans l’appareil de sécurité soviétique étaient d’origine juive. Eux aussi, naturellement, furent graduellement éliminés dans les purges successives. 
Il apparaît que les juifs aussi, quand ils sont fascinés par une idéologie messianique, peuvent devenir de grands meurtriers, parmi les plus grands de l'histoire moderne. La Palestine en a été et en est toujours un exemple.
Les juifs actifs dans l’appareil officiel de la terreur communiste (en Union soviétique et ailleurs), et qui l’ont parfois dirigé, ne l’ont évidemment pas fait en tant que juifs, mais plutôt en tant que staliniens, communistes, et « camarades soviétiques ». En conséquence, il nous est facile d’ignorer leur origine et de jouer les innocents: qu’avons-nous à voir avec eux ? Si ce n’est de les oublier. 

« Je pense qu’il est inacceptable qu’une personne puisse être considérée comme un membre de la communauté juive quand elle réalise de grandes choses, mais en être exclue quand elle commet des actes particulièrement méprisables. » (Sever Plocker, Stalin’s Jews, 21, 12, 2006). 
"Même si nous le nions, nous ne pouvons pas échapper au judaïsme de « nos bourreaux » qui ont servi la Terreur rouge avec application et loyauté envers ses dirigeants. De toutes façons, d’autres nous rappelleront toujours leur origine."
Par Sever Plocker, Stalin’s Jews, (Les Juifs de Staline), 21, 12, 2006.

[3] LE TALMUD révélé. Une littérature de la haine raciste. 1. Introduction La Torah et le Talmud
-   LE TALMUD révélé. 2. La haine raciste envers les non-juifs et envers Jésus et Marie
-   LE TALMUD révélé. 3è partie. Les non-juifs ne sont pas humains, génocides, racisme, pédophilie, zoophilie,...
-   Le Talmud révélé. Voici comment les juifs doivent traiter les Goyim
-   Que dit le judaïsme rabbinique sur ce qui différencie les Juifs et les Gentils?
-  
Le musée du peuple juif de Tel-Aviv célèbre comme des héros les meurtriers, les espions et les criminels

VOIR AUSSI :
La clé du Mystère (Partie 1)
La Clé du Mystère (Partie 2). Le Terrible Complot

La Clé du Mystère (Partie 3). Société juive de Paris : "Pour asservir les chrétiens, il faut détruire l’église catholique"


   Hannibal GENSÉRIC

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.