mardi 11 mai 2021

Voici un plan d'endiguement en 20 points dont dispose la Russie pour contrer (pacifiquement) l’Occident

La déclaration dramatique du vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Ryabkov selon laquelle son pays «poursuivra la politique d'endiguement actif des États-Unis sur tous les fronts» si la pression américaine sur la Russie ne s'arrête pas bientôt, a inspiré un plan unique en 20 points sur ce à quoi cela pourrait ressembler en pratique.

La Russie semble enfin prendre au sérieux son «découplage» de l'Occident après plus d'une demi-décennie d'efforts russes bien intentionnés et passionnés pour entrer s’en rapprocher après le début de la crise ukrainienne. Comme je l'ai écrit la semaine dernière après le scandale qui a éclaté lors du retour du chef de la politique étrangère de l'UE Borrell à Bruxelles depuis Moscou, «la Russie doit se rendre compte que la diplomatie de l'UE est basée sur la tromperie ». J'ai prédit que cet événement allait changer la donne, ce qui pousserait la Russie à accélérer sa stratégie de diversification de sa politique étrangère vers les pays non occidentaux, en particulier ceux du Grand Sud. Le vice-ministre des Affaires étrangères, Sergueï Ryabkov, est manifestement très sérieux à ce sujet après avoir déclaré de façon dramatique mercredi que son pays «poursuivra la politique d'endiguement actif des États-Unis sur tous les fronts» si la pression américaine sur la Russie ne prend pas fin bientôt. Il a promis d'empêcher l'ingérence étrangère dans les processus démocratiques de son pays, de promouvoir la multipolarité à travers le monde et d'imposer des contre-sanctions aux États-Unis.

Les 10 propositions centrées sur l'Euro de Markov

Avant l'annonce politique de Ryabkov, l'expert russe Sergey Markov avait prédit dix manières dont son pays pourrait répondre à davantage de sanctions de l'UE contre la Russie. Ce sont:

1. La Russie peut reconnaître la RPD et la LPR et accélérer leur intégration à la Russie;

2. La Russie peut imposer des sanctions sévères contre l'économie contre l'UE;

3. La Russie peut cesser de considérer les intérêts de l'Europe en Syrie et en Libye;

4. La Russie peut imposer des restrictions strictes au travail des médias russophones soutenus par l'UE;

5. La Russie peut limiter le travail des ONG, avec lesquelles l'UE tente d'influencer l'opinion publique russe;

6. La Russie pourrait resserrer l’étranglement du régime russophobe en Ukraine et commencer à travailler à son élimination et à son remplacement par un gouvernement pro-russe;

7. La Russie peut transférer ses projets économiques de l'UE vers d'autres pays, en particulier vers  l'Est;

8. La Russie peut augmenter considérablement ses ressources militaires dans la région de Kaliningrad et dans d'autres régions proches de l'UE;

 Kaliningrad pourrait être le détonateur d'un prochain conflit mondial -  rts.ch - Monde

9. La Russie pourrait commencer à réagir beaucoup plus strictement aux politiques russophobes de pays de l'UE tels que la Pologne, les pays baltes, la Roumanie;

10. La Russie pourrait réduire considérablement les consultations avec la France et l'Allemagne sur d'importantes questions stratégiques mondiales. Cela réduira l'impact de la France et de l'Allemagne dans le monde. »

Les 10 propositions  de Korybko

Je considère ses dix propositions comme des options viables, mais je pense néanmoins qu’elles sont encore trop euro-centriques et réactionnaires. Pour cette raison, en voici dix qui pourraient être jumelés avec celles de Markov et poursuivies même dans le cas où l'Occident cesserait temporairement de provoquer la Russie:

1. Mettre en œuvre rigoureusement la « sécurité démocratique » dans le pays pour sauvegarder les processus politiques internes de la Russie conformément à la vision de Ryabkov;

2. Articuler de manière approfondie l'idéologie nationale non officielle de la multipolarité et promouvoir activement ces points de vue à l'étranger par le biais de la politique étrangère et de la société civile, y compris par le biais du milieu universitaire et des médias;

3. Exporter des solutions sur mesure de « sécurité démocratique » vers les les États du Sud calqués sur ceux de la République Centre Africaine,  République du Congo et le Togo pour aider à défendre les autres contre les menaces américaines de guerre hybride;

4. Doubler la «diplomatie militaire» avec la Chine en augmentant les ventes d'armes de pointe et les exercices militaires conjoints afin d'envoyer un message de solidarité sécuritaire sans faille avec la République populaire;

5. Tout mettre en œuvre pour chercher à diriger conjointement un nouveau mouvement des non-alignés («Neo-Nam») avec l'Inde afin de rétablir «l'équilibre» via la tripolarité dans le monde de plus en plus bipolaire défini  par la nouvelle guerre froide américano-chinoise ;

6. Donner la priorité aux progrès sur le corridor N-CPEC + / RuPak afin de réaliser le corridor Arctique-océan Indien envisagé par le président Poutine qu'il avait proposé publiquement pour la première fois en octobre 2019 lors d'un discours au Valdaï Club;

7. Veiller à ce que la plate-forme d'intégration régionale dans six pays du président azerbaïdjanais Aliyev réussisse à faire du Caucase du Sud une zone de convergence géostratégique entre la Russie, l'Iran et la Turquie;

8. Rassembler les étapes 4 à 7 pour finalement créer un anneau d'or élargi dans le cœur eurasien qui fonctionnerait comme le centre de gravité de l'ordre mondial multipolaire émergent;

9. Continuer à pratiquer la « diplomatie des vaccins » pour établir de manière créative des incursions stratégiques chez des partenaires non traditionnels qui pourraient ensuite être courtisés pour contribuer à la cause collective de la multipolarité;

10. Accomplir les « cinq tâches les plus importantes de la Russie pour survivre à la guerre mondiale C » et faire tout pour que le monde entier soit conscient de l’aperçu significatif que le président Poutine a partagé à ce sujet lors de son discours à Davos.

Réflexions finales

L'annonce officielle de Ryabkov selon laquelle la Russie soutient sérieusement la création d'une stratégie d’endiguement anti-américaine prouve que le Kremlin en a enfin assez des jeux de l'Occident. Les dix propositions précédentes de Markov sur la manière dont son pays pourrait réagir à la détérioration potentielle des relations bilatérales initiée par l'UE suscitent la réflexion et méritent d'être prises en considération, mais elles sont néanmoins eurocentrées et réactionnaires. Les miennes, cependant, sont non occidentales et peuvent être entreprises de manière proactive même sans que Bruxelles ne fasse le premier pas en sanctionnant la Russie comme beaucoup s'attendent à ce qu'elle le fasse dans quelques jours. Dans son ensemble, cette stratégie d'endiguement en 20 points devrait, espérons-le, donner aux décideurs russes une meilleure compréhension de l'éventail complet des options qui s'offrent à eux. Ils ne mettront probablement pas en œuvre toutes les propositions, mais il est probable qu'au moins certaines d'entre elles verront le jour, même s'il faudra encore du temps pour que leurs effets se fassent sentir, comme ce serait le cas avec mes suggestions politiques à long terme.

Source : Here’s The 20-Point Plan For How Russia Could Contain The US

Une liste des États non-amis de la Russie sera publiée

La décision de la Russie de dresser une liste des États inamicaux dont les missions diplomatiques se verraient interdire d’embaucher des ressortissants locaux et seraient peut-être soumises à d’autres restrictions aurait dû être prise depuis longtemps. Elle montre que le pays prend enfin la nouvelle guerre froide très au sérieux, environ sept ans après son déclenchement.

Le président Poutine a signé vendredi un décret sur les contre-mesures à l’encontre des États inamicaux, qui interdira à leurs missions diplomatiques d’embaucher des ressortissants locaux et les soumettra peut-être aussi à d’autres restrictions à l’avenir. Le citoyen lambda ne comprendra peut-être pas l’importance de cette mesure, mais cela signifie essentiellement que ces pays devront confier les postes administratifs et autres de niveau inférieur à leurs propres diplomates hautement qualifiés au lieu d’engager des locaux pour faire le travail. En d’autres termes, cela diminue les capacités diplomatiques de ces pays, car les personnes surqualifiées sont obligées d’effectuer des tâches de base au lieu de se concentrer sur des questions plus importantes. Comme chaque pays ne dispose que d’un nombre limité de diplomates, cela pourrait, du moins en théorie, rendre plus difficile la déstabilisation de l’État hôte, en l’occurrence la Russie.

Fichier:Maria Zakharova (cropped).jpg — Wikipédia 

La porte-parole du ministère des affaires étrangères, Maria Zakharova, a confirmé que les États-Unis figureront sur cette liste d’États inamicaux, mais il reste à savoir quels autres pays seront désignés comme tels à leurs côtés. Quoi qu’il en soit, cette décision aurait dû être prise depuis longtemps et montre que la Russie prend enfin la nouvelle guerre froide très au sérieux, environ sept ans après son déclenchement. L’approche antérieure consistait à désigner tous les pays, même les adversaires évidents, comme des « partenaires » afin de conserver un certain « professionnalisme » dans leurs relations. L’adhésion de la Russie aux normes diplomatiques classiques n’a cependant pas été suivie par les États-Unis, qui ont continué à déclarer ouvertement que la Russie était un rival, voire un ennemi pur et simple. L’ambiance diplomatique ne s’est jamais rétablie, malgré tous les vœux de la Russie.

S’il y a une lueur d’espoir dans cette situation, c’est que la Russie pourrait enfin commencer à endiguer activement l’Amérique, conformément au plan en 20 points (ci-dessus) que j’ai suggéré en février, ce qui améliorerait considérablement sa résistance à la guerre hybride.

Par Andrew KorybkoLe 28 avril 2021 – Source One World

2 commentaires:

  1. Il est temps que la Russie fasse preuve de fermeté dans ses relations avec l'Occident. Laisser les criminels de l'Etat profond oeuvrer dans la destruction des nations n'est plus acceptable. La Russie doit aussi aider la dissidence en Europe afin de renverser la caste mafieuse. La population au moins en Europe de l'Ouest n'approuve pas l'ostracisme envers la Russie.

    RépondreSupprimer
  2. La Russie pourrait... Alors pourquoi elle ne le fait pas ? L'oxydent ne comprend que la force. L'oxydent prend la patience et la bonne volonté russe pour de la faiblesse ou de la peur. Il est temps de lui montrer son erreur, comme l'on fait l'Iran et la Corée du Nord. Inutile de discuter intelligemment et de bonne foi avec un oxydent stupide et prétentieux. Rendre coup pour coup est le seul langage compréhensible pour des attardés mentaux juste aptes à compter.

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.