dimanche 9 mai 2021

Des magnats juifs «antiracistes» financent des gangs racistes qui attaquent des Arabes en Israël

Des oligarques Juifs américains «antiracistes»  financent des gangs racistes qui attaquent les Arabes en Israël et dans les territoires palestiniens occupés. Les Juifs américains financent des groupes paramilitaires sionistes qui ont attaqué et terrorisé des Arabes au hasard dans les rues de Jérusalem-Est. Il y a deux semaines, des centaines d'Israéliens scandaient "Mort aux Arabes" alors qu'ils attaquaient des hommes, des femmes et des enfants non juifs lors d'une manifestation organisée par Lehava.

 

Lehava est v un groupe suprémaciste juif (pléonasme) opposé au mélange racial (en Israël mais pas ailleurs) et appelle ouvertement au meurtre et à l'expulsion aussi bien des  chrétiens que des musulmans.
Selon une enquête récente sur le financement du groupe, un certain nombre de riches juifs qui soutiennent des causes pro-israéliennes et libérales aux États-Unis ont financé les activités de Lehava.
Deux noms qui se démarquent sont Adam Milstein, un spéculateur immobilier, et la famille Falic, qui contrôle toutes les boutiques hors taxes dans les aéroports américains.
Le soutien de Milstein aux groupes juifs extrémistes violents est connu, mais il conserve ses sièges au conseil d'administration de groupes juifs "traditionnels" aussi divers que l'American Israel Public Affairs Committee (AIPAC), qui fait pression sur Washington au nom des intérêts israéliens, et les Jewish Funders. Network, qui soutient un certain nombre de causes libérales et «antiracistes», y compris la poursuite en cours de Roberta Kaplan à Charlottesville,  et bien évidemment, la Ligue anti-diffamation (ADL Anti-Defamation League.

L'hypocrisie la plus flagrante de Milstein est affichée avec son projet Canary Mission, qui met sur liste noire les nationalistes américains (qui osent préférer l’Amérique à Israël), les musulmans [1] et les gens de gauche qui critiquent le sionisme ou le pouvoir juif au nom de la «lutte contre la haine». Récemment, Canary Mission m’a qualifié de "journaliste suprémaciste blanc" avec un profil attaché qui me lie faussement et malhonnêtement à une supposée conspiration pour tuer des Juifs en leur inoculant le COVID [2].
Quant aux Falics, leurs investissements massifs dans les colonies israéliennes illégales n'ont pas eu le moindre impact sur leur monopole commercial des magasins Duty Free des aéroports Américains. Au cours des années Trump, les Falics ont pu amener des responsables américains de haut niveau tels que Mike Pompeo à cautionner ces opérations criminelles et à les aider à leur accorder une légitimité [3].
Des organisations juives telles que l'Anti-Defamation League ont été forcées de condamner publiquement certains des actes de violence raciale les plus manifestes qui se déroulent en Israël, mais Jonathan Greenblatt ne semble pas intéressé à réduire l'argent destiné aux groupes extrémistes dans son pays d'origine. L'ADL est intimement liée à Milstein, qui est un donateur régulier d'ADL.
Quelles que soient les différences superficielles qu'ils projettent au public, les Juifs libéraux et les Juifs kahanistes plus violemment et visiblement racistes, conservent leur synergie raciale et leur solidarité contre les Gentils, qu'il s'agisse des Blancs opprimés en Amérique ou de battre et de tuer des Arabes en Israël. Ils s'entendent comme larrons en foire.

Source : Prominent American "Anti-Racist" Jews Are Funding Racist Gangs Attacking Arabs In Israel
Par Eric Striker

L'antisémitisme fait partie de la boîte à outils d’Israël contre ses crimes contre l'humanité, dont le nettoyage ethnique en cours

L’observateur permanent de l’État de Palestine auprès de l’Organisation des Nations Unies, Riyad Mansour, a souligné la nécessité pour la communauté internationale de rejeter les tentatives vicieuses d’Israël de faire taire les critiques de ses crimes dans les territoires occupés.
Dans une lettre adressée au secrétaire général de l'ONU, au chef du Conseil de sécurité de l'ONU et au président de l'Assemblée générale de l'ONU, Mansour a écrit qu'Israël n'a ménagé aucun effort pour diaboliser les groupes de défense des droits de l’homme qui dénoncent les crimes israéliens, a rapporté l'agence de presse Wafa. ...
«
La situation en Palestine occupée continue de s'aggraver alors qu'Israël intensifie ses violations des droits de l'homme et ses crimes de guerre contre le peuple palestinien», a déclaré Mansour.
Il a déclaré qu'Israël avait intensifié sa confiscation des maisons et des terres palestiniennes et le déplacement forcé de civils palestiniens à l'intérieur et autour de Jérusalem-Est (al-Qods).
«
Il est désormais plus qu’évident que tout cela fait partie d'un plan systématique et délibéré de bannissement des Palestiniens, c.-à-d. nettoyer ethniquement ces zones, en vue de leur annexion », a-t-il dit.
L’Observateur euro-méditerranéen des droits de l'homme a déclaré lundi dans un communiqué que les responsables israéliens avaient intensifié leur politique de démolition des maisons et des structures palestiniennes et de déplacement des Palestiniens de leurs quartiers au cours des quatre derniers mois, tout en construisant des milliers d'unités de colons dans la région.
L'organisation basée à Genève a déclaré que ces pratiques visent à perpétuer la discrimination raciale et à éliminer la présence palestinienne (musulmane et chrétienne) dans la ville sainte.
Au cours des quatre premiers mois de 2021, les expulsions forcées et la destruction systématique des maisons d'habitation ont eu de graves effets physiques, sociaux, économiques et psychologiques sur les familles touchées, a-t-il déclaré.
«
Ce sont des crimes qui peuvent constituer un nettoyage ethnique», a-t-il déclaré.
Les Palestiniens disent que les démolitions et les expulsions effectuées par les autorités israéliennes font partie de leurs efforts pour déplacer de force les Palestiniens et changer le caractère démographique de la ville occupée.

Source : Israeli anti-semitism tool is part of its crimes against humanity toolkit

En Israël, le camp suprémaciste juif des kahanistes de retour à la Knesset

Longtemps Itamar Ben-Gvir, le chef de file du parti suprémaciste juif Otzma Yehudit – « puissance juive » en hébreu – a eu, accroché dans son salon, un portrait de Baruch Goldstein. Cet extrémiste juif qui, à l’aube du 25 février 1994, en plein mois de ramadan, a tiré sur des fidèles palestiniens priant au caveau des Patriarches à Hébron, là où reposent Abraham, Isaac et Jacob selon la tradition. Le carnage, arrêté par des fidèles qui ont tabassé à mort l’assassin, avait fait 29 morts et 125 blessés parmi les Palestiniens. Peu avant de se présenter aux élections législatives israéliennes, au printemps, Itamar Ben-Gvir a décroché le portrait. Depuis le 23 mars, l’avocat, ouvertement raciste et homophobe, a fait son entrée à la Knesset.

  The tangled web of Israel's extreme right, American Jewry and the US terror  blacklist
Rabbi Meir Kahane
Caricature du rabbin Meir
Kahane par D. Levine

« Deux yeux pour un oeil » : Meir Kahane et le « terrorisme » juif

Né en 1932 à New York, Martin Kahane adhère très tôt au mouvement sioniste révisionniste, frange  radicale de la mouvance sioniste qui se construit dans un rejet des discours socialistes.
Après plusieurs années à lutter contre les idées communistes aux Etats-Unis, Meir Kahane fonde, en 1968, la Jewish Defence League avec quelques autres juifs orthodoxes. De par son passé militant au sein du Betar (parti extrémiste raciste, très actif en France), Kahane disposait alors d’une véritable connaissance des milieux juifs et des anxiétés qui commençaient à y poindre.

La tentation violente  ou la rupture avec la figure du « juif du ghetto »

Au sein de la JDL, Kahane crée les groupes Chaya  chargés de s’attaquer aux ennemis de la Ligue et à ceux perçus comme des menaces pour la communauté juive américaine. Ces petites unités très mobiles permettent au mouvement de se faire rapidement connaître par la société et les autorités américaines. La JDL passe alors d’une violence largement symbolique à une violence physique et criminelle. Kahane est ainsi arrêté par les autorités américaines pour détention illégale d’armes, de munitions et d’explosifs. De ce fait, dès le milieu des années 1970, la JDL apparait pour le FBI comme une entité terroriste. Pour échapper à des poursuites judiciaires plus lourdes, Kahane fuit alors vers Israël, terre promise des malfrats juifs.
A son arrivée en septembre 1971, il fait installer un nouveau centre de la JDL à Jérusalem. Sur place, son mouvement attire d’abord des juifs américains qui l’avaient suivi dans sa démarche d’alyah ainsi que de nombreux juifs ayant pu quitter l’URSS et les démocraties populaires.
En 1974, Kahane est encore à l’origine de la naissance d’un groupuscule violent : Terror Neged Terror (Terreur Contre Terreur). L’acronyme TNT mélangeant hébreu et anglais traduit dès l’origine l’objectif violent du mouvement.Ce groupe actif jusque dans les années 1980 accomplit plusieurs actes d’agressions violentes à l’encontre des populations civiles palestiniennes. Cependant le mouvement est démantelé par la police dans les années 1984-1985

Kahane prononçant un discours devant des membres de la JDL
Kahane prononçant un discours devant des membres de la JDL

La radicalisation du discours politique

En rentrant dans le jeu électoral israélien, Kahane participe à une radicalisation du discours politique en revendiquant des propos ouvertement racistes à l’égard des populations arabes d’Israël. Pour le journaliste E. Sprinzak, beaucoup de députés adoptent alors par défaut un « Kahane-like language ». Son positionnement sans équivoque séduit et participe à sa popularité croissante. Le message politique revendiqué est ainsi clairement affiché : imposer aux Arabes une terreur de tous les instants par l’intimidation, le racisme d’État ou les violences physiques rendant leur existence quotidienne impossible et les forçant de fait à fuir. Il appuie ses propres revendications par un prétendu droit historique issu de la Bible, rendant légitime les aspirations juives sur le « Grand Israël ». Ainsi pour le journaliste M. Viorst, la pensée kahaniste est assimilable aux lois de Nuremberg lorsqu’elle entend créer un état d’Israël « arab-frei », débarrassé de sa population arabe, méprisée et discriminée.

Ainsi, lors de plusieurs discours devant ses partisans, il parle de « cancer des arabes », « cancer dont il faut se prémunir ». Interrogé par les médias israéliens et occidentaux à cet égard, il confirme ces propos et affirme préférer cette violence quitte à s’attirer les foudres du monde entier plutôt que de revivre un nouvel Holocauste.

Le « syndrôme Massada »

Dans la pensée de Kahane, la violence ou tout du moins l’autodéfense permet de revenir à un judaïsme « d’antan ». La mobilisation de ces exemples historiques permet à Kahane d’établir un lien direct entre les juifs de la JDL et les juifs de l’Antiquité, à l’image des héros juifs glorifiés que constituent Judas Maccabée ou Bar Kokhba farouches opposants aux régimes polythéistes des Séleucides ou des Romains. Dans cette valorisation des épisodes de la résistance juive biblique ou para-biblique, la ténacité et le courage des zélotes de Massada deviennent des modèles à suivre. Ceci n’est pas propre au mouvement Kach puisque dès les années 1910, l’organisation paramilitaire juive HaShomer avait pris pour devise : « Judea fell in blood and fire, in fire and blood shall Judea rise ». Dans la même idée, la Haganah, la proto-armée israélienne affichait ses ambitions en proclamant « We fight, therefore we are ». Par la violence et l’agressivité, le juif devient plus libre et affirme son indépendance.

Ainsi, pour Kahane, la violence politique envers les non-juifs ne connait pas de limite.  La violence contre les non juifs ainsi justifiée religieusement ne peut alors être contenue. Et Kahane de déformer la loi du Talion : « deux yeux pour un œil ». En fait, Kahane est cohérent avec la violence pronée aussi bien dans le Talmud que dans la Bible hébraïque. 

Quelques citations du rabbin Kahane

 «Je dis que les Arabes doivent quitter Israël, précisément parce que je crois que si les Arabes restent, ils deviendront les« bons Arabes » comme je le comprends. "  

" Je préfère un État juif puissant et fier qui est détesté par le monde entier qu'un Auschwitz qui est aimé de tous.

" Les pauvres Palestiniens qui tuent aujourd'hui des Juifs avec des explosifs, des bombes incendiaires et des pierres font partie du même peuple qui, lorsqu'ils avaient tous les territoires qu'ils demandent maintenant leur être donnés pour leur État, a tenté de pousser l'État juif à la mer. "

 «Il n'y a pas de plus grand antisémite que le juif, et personne ne déteste plus le peuple juif que le traître et l'apostat juif.» - Meir Kahane Source: Never Again! (1972) Ch. 2: Le silence assourdissant

« La question est la suivante: si les Arabes s'installent parmi nous et font assez d'enfants pour devenir une majorité, Israël continuera-t-il à être un État juif? Doit-on accepter que la majorité arabe décide? De toute évidence, personne en Israël ne peut accepter cela. Car accepter cela reviendrait à être antisioniste! »

 «Chaque arabe est un arabe fier, un bon nationaliste. Et pour cette raison, il s'oppose à l'existence de l'État d'Israël. »

«La démocratie occidentale doit être exclue. Pour moi, c’est tranchée: il n’est pas question d’instaurer la démocratie en Israël, car la démocratie signifie l’égalité des droits pour tous, quelle que soit l’origine raciale ou religieuse. Par conséquent, la démocratie et le sionisme ne peuvent pas aller de pair. Et la déclaration d'indépendance d'Israël, qui a proclamé que cet État était un État juif, est un document totalement schizophrène. Vous ne pouvez tout simplement pas, d'une part, vouloir un État juif et en même temps donner aux non-juifs le droit de devenir une majorité. »

Comic book réalisé pour les 20 ans de la mort de Kahane
Comic book réalisé pour les 20 ans de la mort de Kahane
Religieux devant un graffiti sur une mosquée de Jérusalem. A droite : "Un bon arabe est un arabe mort". A gauche : "Que vive Kahane".
Graffiti sur le mur d'une mosquée.
A droite : « Un bon arabe est un arabe mort ».
A gauche : « Que vive Kahane ».

NOTES

[1] Europe. Le mythe de l’invasion arabo-musulmane : « Eurabia » ou l’impact fracassant d’un essai fumeux.

[2] Israël, GB, Portugal...Plus on vaccine, plus il y a de malades et de morts !
- 
COVID. Le programme de vaccination israélien fonctionne à plein régime grâce aux stocks volés par Trump aux Américains
-  Le troisième verrouillage d’Israël - un constat d’échec. Par Gilad ATZMON
-  Eugénisme et contrôle de l'humanité — Les plans des élites sont purement et simplement démoniaques

[3] Financement de racistes européens anti-islam par des milliardaires juifs américains

[4] LE TALMUD révélé. 3è partie. Les non-juifs ne sont pas humains, génocides, racisme, pédophilie, zoophilie,...
- 
Que dit le judaïsme rabbinique sur ce qui différencie les Juifs et les Gentils?
-  La pandémie Noahide

Hannibal GENSÉRIC

1 commentaire:

  1. RUSSIAN ATTACK ON WEST BASED ON PROPHECIES.
    UPDATE...PROPHECY FULFILLED, AS ITALY SEALS ITS FATE THAT WILL LEAD TO ITS DESTRUCTION BY RUSSIAN HANDS!

    5/8/21
    "Fifty years ago, the streets of Leningrad taught me one thing: If a fight's inevitable, you must strike first," Putin said, as translated by BuzzFeed reporter Max Seddon.
    http://prophecyinthemaking.blogspot.com/2021/04/howwhere-russia-will-attack-in-ww3.html

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.