vendredi 7 mai 2021

Mystification du Covid19 en Inde: les faits réels

La propagande terrorisante redouble via le croquemitaine indien
Nous devrions plutôt envier l’Inde pour ses résultats anti covid-19 ! Le pouvoir, et les médias proches du pouvoir Étatique sentent que la population commence à ne plus supporter les mesures de contraintes  prétendument sanitaires imposées depuis un an. La population devient de plus en plus réticente à la vaccination.

Ils ont donc créé un nouveau croquemitaine anxiogène destiné à relancer la panique qui bloque réflexion et rébellion : le double variant indien. (sic)
À les entendre, l’Inde serait en passe de se transformer en pays de zombies, par une catastrophe sanitaire sans précédent, avec des scènes d’apocalypse, des hôpitaux débordés, des respirateurs absents, des morts abandonnés sur les trottoirs.[1]

Avant de croire ces désinformations du pouvoir politique et des médias, il faut considérer les faits, les faits avérés et publiés sur des sites fiables tels que celui de l’OMS ou du OurWorldinData.
En vérifiant vous-même, vous constaterez que l’Inde comptabilise depuis le début de l’épidémie, par million d’habitants, dix fois moins de morts attribuées au Covid19 que la France (ou autres pays occidentaux).

Au lieu de pleurer sur leur sort et se laisser terroriser par leur « variant » supposé nous envahir et nous tuer tous, nous devrions être jaloux des résultats indiens et essayer de comprendre comment un pays moins avancé se montre capable de nous surpasser à ce point.

Les faits bruts : une situation globale meilleure que la nôtre

L’Inde est un immense pays, un véritable continent. Sa population (1,3 milliard) est le double de celle de l’Europe et presque vingt fois celle de la France.

Ce premier mai 2021, d’après l’OMS sur son site WHO Covid19 Dashboard consultable à https://covid19.who.int/region/searo/country/in), l’Inde a comptabilisé au total 18.762.976 cas confirmés de Covid19 et 208.330 morts contre 5.505.700 cas et 103.540 morts en France.

La mortalité par million d’habitants s’élève à 160 en Inde contre 1586 en France. Dix fois moins !

Comparaison des mortalités entre Inde et pays européens

Ces excellents résultats sur la mortalité attribuée au Covid19 ne sont pas récents. La comparaison des mortalités quotidiennes par million d’habitants avec les pays européens reste constamment en sa faveur depuis le début de la crise.

Les graphiques suivants issus de OurWorldinData sont suffisamment explicites, qu’il s’agisse de la comparaison avec la Grande-Bretagne et avec les grands pays européens ou américains.

MORTALITÉ COMPARÉE Inde — Grande-Bretagne

La courbe de l’Inde en vert se situe tout en bas sur le graphique ci-dessus.

La comparaison des mortalités attribués au Covid-19 avec les autres grands pays d’Europe ou d’Amérique est également très parlante:

 

La courbe des décès de l’Inde établie au 23 avril 2021, en orange, se situe tout en bas sur le graphique. La mortalité y est la plus faible des grands pays ici comparés.

 

Ces résultats globaux sont d’autant plus remarquables que les services de soins de santé de l’Inde sont nettement inadaptés, marqués par l’insuffisance d’approvisionnement en matériel critique (oxygène, respirateurs) et en lits d’hôpitaux, situation aggravée par la spéculation et la corruption, au point que le gouvernement a annoncé que tout fonctionnaire qui serait pris en flagrant délit d’organiser sciemment la pénurie serait passible de la peine de mort.

Tout se passait bien sous traitements précoces et avant la campagne de vaccination

Parmi les hypothèses permettant de comprendre pourquoi l’Inde a aussi bien résisté au Covid19, alors que nous subissions la crise de plein fouet, il faut rappeler que la task force sanitaire indienne a d’emblée recommandé les traitements précoces et en particulier l’hydroxychloroquine[2] à tous les malades dès le premier signe clinique et même à titre préventif[3] pour les personnes exposées (soignants et famille dont un membre était contagieux.)

Une augmentation récente des cas et de la mortalité suite à l’arrivée du vaccin !

La menace Covid-19 indienne paraissait sous contrôle jusqu’à l’introduction de la vaccination le 16 janvier 2021, et l’accélération de la campagne de vaccination depuis début mars utilisant principalement la version indienne de l’injection expérimentale d’Astra Zeneca.
À la fin du mois de mars, l’Inde avait administré au total 55 800 000 premières doses et réalisé 9 300 000 vaccinations complètes.

Comme ailleurs, aggravation de la situation avec la campagne vaccinale

Cette campagne de vaccination a été suivie d’une franche augmentation des contaminations, puis des décès comme le montre cette courbe de l’OMS.

 

Notez que les cas de COVID-19 étaient en baisse au moment du début de la vaccination.

Cette explosion de nouvelles contaminations et de décès suivant la campagne de vaccination est plus sévère dans les zones très vaccinées, ce qui suggère qu’elle pourrait avoir une part de responsabilité, plus que le double mutant repéré là-bas, mais pas plus fréquent dans ces zones.

L’État indien de l’Uttar Pradesh[4]

a recommandé le traitement prophylactique ZIVERDO (zinc, ivermectine, antibiotique) et vacciné 2,7 % de sa population. Il regroupe 15 % de la population indienne avec 5 % des cas, 6 % des décès, un taux d’incidence de 0,32 % et 4,47 décès pour 100 000 habitants.

 L’État de Mumbai

très vacciné compte 9 % de la population, mais 25 % des cas totaux en Inde, et 35 % des décès (soit une mortalité supérieure à 50 pour 100 000 habitants).
Le même phénomène d’exacerbation de l’épidémie après la vaccination a été observé dans tous les pays qui ont beaucoup vacciné et justifie la recherche d’un éventuel lien de cause à effet.[5]

Cette relation possiblement causale est en tous cas apparue suffisamment évidente à de nombreux villageois hindous pour qu’ils chassent à coups de pierre les agents venus pour les vacciner !

Conclusions

Mise en perspective, la situation sanitaire en Inde n’a rien d’inquiétant, d’autant que le gouvernement indien a ralenti la campagne de vaccination.

Les 3000-3500 morts quotidiens rapportés en cette dernière semaine d’avril 2021 ne correspondent, à l’échelle de la France, qu’à 150-175 personnes, alors qu’au plus fort de la première vague, la France en comptait 3 fois plus.

La chronologie campagne de vaccination précédant une poussée épidémique, déjà observée dans tous les pays qui vaccinent beaucoup, soulève de véritables inquiétudes qui méritent des études épidémiologiques urgentes.

Il faut espérer que les nouvelles recommandations des autorités sanitaires indiennes, ajoutant l’Ivermectine aux autres traitements employés, permettront à ce grand pays de reprendre rapidement le contrôle de l’épidémie et de garder sa place de champion mondial anti covid des grands pays.

Par Gérard Delépine.  Sur Nouveau Monde.


  1. [1] Une vidéo montrant des victimes sur les trottoirs a été démasquée comme correspondant à l’accident[↩]
  2. [2] HIMANI CHANDNA India’s use of chloroquine to prevent Covid-19 based on data from Chinese studies
    Niti Aayog member V.K Paul, The print Z7/3/2020[↩]
  3. [3] 4 or more hydroxychloroquine doses reduced risk of coronavirus in healthcare workers : ICMR study[↩]
  4. [4] L’Inde est une république fédérale depuis 1950[↩]
  5. [5] Mise à jour le 30 avril 2021 dans :
    https://nouveau-monde.ca/et-surgit-une-hecatombe-post-vaccinale/[↩]
VOIR AUSSI : 

Catastrophe annoncée de la vaccination anti-Covid mais le CDC persiste et signe

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.