samedi 8 mai 2021

Covid-Arnaque. Comment la surveillance totale de la société s’imposera en Occident

Le projet TrustStamp de Mastercard et de l’organisation internationale Gavi est une application combinant une identité biométrique, un carnet de vaccination et un système de paiement avec reconnaissance biométrique. Lors du Global Vaccine Summit, ses promoteurs ont annoncé qu’il serait adapté à la lutte contre le Covid19.

Le « monde d’après » COVID sera celui du traçage et du flicage à la mode chinoise si nous n’y prenons pas garde. Bien sûr, tout cela se fera pour notre bien et notre sécurité.

Les trois premières briques de ce système existent déjà. Petite précision complotiste : derrière Gavi, l’un des promoteurs du projet, on trouve Bill Gates. Le même Bill Gates est très favorable à la disparition des espèces et à la « société sans cash » au profit du paiement tout numérique. Pour « aider les pauvres », bien sûr…

L’identité biométrique maîtrisée par Mastercard

Empreinte digitale ou reconnaissance faciale, peu importe. Mastercard a déjà une carte de paiement opérationnelle utilisant les empreintes, toute proche de la commercialisation.

Le carnet de vaccination sous forme numérique

Vous vous êtes fait vacciner mais est-ce vraiment vous ? Ne vous a-t-on pas délivré un certificat de complaisance ? Quel type ou lot de vaccin vous a été injecté ? Pour répondre de façon sécurisée ces questions, quoi de mieux qu’un Wellness Pass couplé à une carte d’identité biométrique pour la rendre infalsifiable, elle aussi ?

Le Wellness Pass, c’est tellement commode : un véritable coupe-file qui va vous donner plus de sécurité  au milieu de tous ces gens potentiellement vecteurs de cette saleté de virus !

Car le Covid19 est une très grave pandémie. Pensez donc : nous en sommes à plus de 156 millions de cas et 3 260 000 décès dans le monde. Sachant que nous sommes 7,8 milliards sur la planète, cela fait 2% de gens contaminés qui ont 2% de chance d’y succomber. Soit une mortalité globale de 0,04%; énorme n'est-ce pas ? à comparer avec "la grippe espagnole", ou bien "la peste noire" qui a décimé 30 à 50% de la population touchée. Cherchez l'erreur.

Identité biométrique + carnet de vaccination + paiement = prison numérique

Face à un tel danger, il faut prendre toutes les précautions pour que nous puissions à nouveau circuler.
La fusion reconnaissance biométrique – paiement – vaccination est vraiment la solution idéale.
Vous voulez prendre un avion ou un train, louer une voiture, assister à un spectacle, franchir une frontière ? Vous sortez une seule carte.

Mais d’ailleurs pourquoi une carte ? Pourquoi pas une puce implantée ? Tellement plus commode, vous ne pouvez pas la perdre, étourdi que vous êtes ! Au fait, n’êtes-vous pas en retard pour vos impôts ? Ils seront prélevés directement à partir des informations de votre puce corporelle. Chacun de vos achats pourrait vous être ainsi facturé avec une taxe variable selon vos revenus. Le prélèvement à la source, c’est tellement plus simple.

Si nous n’y prenons pas garde, ce monde Orwellien est celui qui nous attend. 

Amis de la liberté, réveillez-vous.

3 commentaires:

  1. Excellent : les commentaires sur le site de Simone sont encore plus désespérés qu'elle. Les occis dentaux sont morts, Hannibal.

    RépondreSupprimer
  2. La famille suédoise la plus dangereuse du monce c'est celle-là Hannibal (Eurocard, Davos, Astra Zeneca) : les Wallenberg.

    RépondreSupprimer
  3. Là où le profane se désole, l'initié se réjouit ! Il y a deux catégories de personnes : celles et ceux qui iront au casse-pipe sans rien comprendre, et ceux qui sauront le pourquoi du comment. Tous nous subiront le désastre, mais de le savoir permettra de mieux l'encaisser. Non ? Rien n'est perdu : le Général de Gaulle a semé quelque chose qui germera un jour ; alors, qu'importe le vent, puisque le grain est semé.

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.