vendredi 28 mai 2021

Thomas Dalton et la "Question Juive"

Le Dr Thomas Dalton est un universitaire américain connu pour ses nombreux commentaires sur des sujets controversés. Aujourd'hui, il  rejoint le journaliste Lipton Matthews pour une session de questions-réponses stimulante où nous discutons de ses points de vue sur les Juifs, l'antisémitisme et les structures de pouvoir juives.
"Fondamentalement, à un moment donné, j'ai commencé à réaliser que j'étais pratiquement encerclé: des Juifs de tous côtés, à tous les niveaux de la société, partout aux commandes - et ce, même s'ils ne représentaient que 2% de la population américaine. J'ai su alors que c'était un problème majeur qui devait être abordé à plusieurs niveaux."
" Plus troublant, les Juifs ont également découvert qu'en manipulant les événements à leur guise, ils pouvaient créer de la détresse, c'est-à-dire qu'ils apprenaient à mettre les gens sous pression, à les faire souffrir, à les rendre dans le besoin et à les faire craindre pour leur bien-être et même leur vie. Dans de telles conditions, les Juifs peuvent faire d'énormes gains de richesse, d'influence et de pouvoir. C’est vrai depuis des siècles, et c’est toujours le cas aujourd’hui."

On the Jews and Their Lies by Martin Luther – translated by Thomas Dalton –  Cosmotheism Debating the Holocaust - For the First Time -- The Whole StoryEternal Strangers : Critical Views of Jews and Judaism Through the Ages by Thomas  Dalton (2020, Trade Paperback) for sale online | eBay

Matthews: «Antisémitisme» est fréquemment utilisé comme un terme dérisoire pour faire honte aux penseurs comme vous qui adoptent une approche sans faille pour critiquer les structures de pouvoir juives. Pensez-vous que cette épithète soit justifiée?

Dalton: Tout dépend de ce que nous entendons par «antisémitisme». Regardons un peu l’histoire. Les Sémites étaient les gens qui descendaient traditionnellement du fils de Noé (de l'arche), Shem, qui étaient décrits comme des «Shémites» ou des Sémites [1]. Environ neuf générations après Sem, est venu Abraham, patriarche traditionnel du christianisme, du judaïsme et de l'islam. On a dit qu'Abraham vivait vers 2000 avant JC, ce qui placerait Sem à 4000 avant JC ou plus tôt - bien que de telles généalogies n'aient presque aucune crédibilité.

Abraham aurait eu deux fils: Ismaël (ancêtre des Arabes et du prophète Mouhammad) et Isaac. Isaac a, à son tour, eu deux fils: Esaü (ancêtre des Edomites) et Jacob (ancêtre des Israélites / Juifs). Quelques générations après Jacob vint Moïse, qui aurait vécu vers 1500 avant JC. Je ferai remarquer que tout cela est issu de la tradition juive, et qu'il n'a aucun fondement historique ou anthropologique; selon toute vraisemblance, tous ces individus (à l'exception de Mouhammad) sont fictifs.

Quoi qu'il en soit, techniquement parlant, les «sémites» sont un groupe potentiellement énorme de personnes, y compris des juifs et des Arabes indigènes à travers le Proche-Orient. Ils parlent tous une langue «sémitique», comme l’hébreu ou l’arabe. Les arabophones à eux seuls sont plus de 300 millions et répartis dans une grande partie du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord. Aujourd'hui, cependant, le terme n'est pas fréquemment utilisé, en raison de son imprécision et de son manque de fondement substantiel.

Mais bien sûr, le terme antisémite est largement utilisé aujourd'hui, ce qui est intéressant. Le terme est apparu en Allemagne dans les années 1860 et 1870 et était employé à la fois par des juifs (comme Steinschneider) et des Gentils (comme Wilhelm Marr). Puis, pour quelque raison que ce soit, «sémite» en est venu à signifier uniquement «juif», distinct de tous les autres descendants de Sem. En 1879, il y avait une «Ligue antisémite» en Allemagne, ce qui signifiait une opposition formelle à l'influence juive et au pouvoir juif.

Mon dictionnaire a une définition très simple et en une seule ligne de l'antisémitisme: «l'hostilité ou la discrimination envers les juifs en tant que groupe religieux ou racial». Cela, je pense, n'est pas tout à fait vrai. «Shémite» ou «Sémite» est un terme biologique - et donc racial. L'antisémitisme s'oppose donc aux juifs en tant que groupe ethnique plutôt qu'en tant que religion. Au dix-neuvième siècle, cette distinction était relativement peu importante; à cette époque, tous les juifs de souche étaient des juifs religieux, et vice versa. Aujourd'hui, bien sûr, c'est différent: de nombreux Juifs ethniques ne sont pas religieux, et certains (très peu) Gentils adhèrent à la religion juive. De nos jours, la principale préoccupation concerne les juifs ethniques, quelle que soit leur religion.

Comme nous le savons, les Juifs se sont appropriés le terme «antisémitisme» pour l’appliquer à toute personne qu’ils considèrent comme une menace, pour pratiquement n'importe quelle raison. Un antisémite est donc un adversaire ou un ennemi du peuple juif pris collectivement. Et puisque les Juifs peuvent déterminer volontairement qui est un opposant, le terme peut signifier tout ce qu'ils veulent qu'il signifie.

Pour ma part, je m'oppose à la domination juive et à leur domination virtuelle sur les nations occidentales - des pays dans lesquels ils sont, historiquement, des étrangers et des infiltrés. Je suppose que cela fait de moi un antisémite; ainsi soit-il. Je m'oppose également aux «structures de pouvoir juives» en Israël lorsqu'elles commettent des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité. Cela fait de moi un double antisémite. Et alors? Sur cette base, toute personne qui pense moralement est donc antisémite. Nous devons faire de ce terme un insigne d’honneur. [2]

Matthews: Pourriez-vous développer sur la politique derrière l'application de l'accusation d'antisémitisme uniquement aux critiques des juifs alors que les Palestiniens sont également sémites?

Dalton: Eh bien, oui, les Palestiniens parlent un dialecte de l'arabe, et sont donc des locuteurs sémitiques, et sont donc techniquement des sémites.

Mais encore une fois, plus de 300 millions d'autres personnes le sont aussi. Mais cela n'a aucun sens d'être antisémite en termes de langage. Le seul sens significatif de l ’« antisémitisme » est donc biologique, ethnique ou racial. Nous sommes donc de retour aux «descendants de Sem», ou quelque chose du genre.

Mais si nous croyons au non-sens biblique, alors nous pouvons essayer d'étiqueter d'autres groupes de la même manière. De nombreux Moyen-Orientaux pourraient être appelés «Hamites» (descendants de Ham) ou «Japhetites» (descendants de Japhet) - du nom des deux autres fils de Noé. Mais ce n’est que de la mythologie de toute façon, et donc le terme n’a pas de véritable substance. Je ne pense pas qu’il y ait de politique derrière cela. Les Juifs se sont appropriés le terme «antisémitisme», et il y a peu d’espoir de changer cela.

Matthews: Vous avez beaucoup écrit sur les questions juives. Qu'est-ce qui vous a poussé à étudier leur influence?

Dalton: Pour moi personnellement, cela remonte à loin, au moins à mes jours d'école primaire. Je me souviens avoir écrit un tout premier rapport d’un livre sur Einstein, dans lequel j'ai mentionné au passage qu'il était juif - ce qu'il était bien sûr. Je ne pense même pas savoir ce qu’était un juif; je n'en ai jamais rencontré avant l'université. Mais mon professeur était consterné: j'avais dénoncé un juif! Elle m'a réprimandé dans ses petits commentaires écrits, quelque chose du genre «cela n'a pas d'importance, ce n'est pas pertinent,…» J'ai été choqué. J'étais là, un simple gamin, en train d'écrire ce que j'ai lu dans un livre quelque part - un fait vrai - et j'ai été attaqué pour cela.

Il y avait une leçon là-dedans, et ce n’était pas celle que l’enseignant avait prévue.

Puis on en arrive au collège. Je me souviens que l'un des gars traitait un autre de «Schweinehund» (littéralement, un chien-cochon), et le professeur lui sautait dessus parce qu'il utilisait un mot «nazi».
J'étais intrigué, qu'est-ce qu'un nazi? Plus de leçons. Des incidents comme celui-ci m'ont intéressé au nazisme et à Hitler, et j'ai vraiment été intrigué par toute l'histoire de la Seconde Guerre mondiale; pour moi, les Allemands ont toujours été les personnages les plus intéressants. Au lycée, j'ai écrit un article majeur (et sympathique) en anglais sur Hitler, et j'ai en fait obtenu une note élevée pour cela; Je ne peux pas imaginer que cela se produise aujourd'hui.

Puis à l'université, j'ai vécu dans le dortoir des étudiants pendant mes deux premières années. Je me souviens bien des gars bruyants et odieux «de New York», qui, pendant longtemps, avaient des préjugés défavorables contre tous les New-Yorkais. Ce n'est que plus tard que j'ai découvert que les «gars de New York» étaient pratiquement tous des «Juifs de New York». Ensuite, je me suis souvenu des griffonnages antisémites et des croix gammées sur les stalles de la salle de bain, et tout cela avait pris du sens.

Plus tard, au cours de mes divers voyages, j'ai rencontré des individus apparemment au hasard qui, pour une raison quelconque, m’ont donné la chair de poule. Ils étaient tout à fait répugnants. Je n'avais jamais rencontré personne comme ces personnes - dont j'ai réalisé plus tard qu'elles étaient juives. Peu de temps après, j'ai commencé à remarquer leur rôle au sein du gouvernement, et en particulier leur surreprésentation [3]. Ensuite, la même chose à Hollywood [4], et plus ou moins la même chose dans les médias.

Peu de temps après, j'ai commencé à réfléchir de manière critique à l'Holocauste. Je n'y avais jamais beaucoup réfléchi et j'acceptais fondamentalement le point de vue orthodoxe sans trop de considération. C'était à l'époque du «pré-endoctrinement», donc je ne l'ai pratiquement jamais couvert à l'école. J'ai étudié des matières techniques en tant que premier cycle, et donc, encore une fois, je n'ai jamais eu à m'en occuper. Mais je savais que quelque chose ne collait pas avec l'histoire, et j'ai finalement commencé à creuser dedans. Le résultat final, plusieurs années plus tard, fut mon livre Débattre de l'Holocauste.

À peu près au même moment, je suis devenu plus actif contre les crimes israéliens au Moyen-Orient et j'ai commencé à soutenir les actions du BDS contre Israël [5]. C'est à ce moment-là que j'ai commencé à ressentir personnellement le premier vrai recul contre moi. Encore une fois, des leçons plus précieuses.

Fondamentalement, à un moment donné, j'ai commencé à réaliser que j'étais pratiquement encerclé: des Juifs de tous côtés, à tous les niveaux de la société, partout aux commandes - et ce, même s'ils ne représentaient que 2% de la population américaine. J'ai su alors que c'était un problème majeur qui devait être abordé à plusieurs niveaux.

Matthews: Certains prétendent que les Juifs sont surreprésentés dans les principaux mouvements et industries en raison d'une intelligence et d'une concentration plus élevées dans les zones urbaines, mais vous rejetez cet argument. Pourquoi donc?

Dalton: Il est vrai que les Juifs, en tant que groupe, obtiennent des scores plus élevés aux tests de QI que le Blanc moyen. Si la moyenne des Blancs est de 100, je pense que les Juifs obtiennent un score moyen d'environ 115. C'est une énorme différence. Mais un QI de 115, en soi, n'est pas si impressionnant. Le niveau dit «génie» commence à environ 140, et statistiquement, un pourcentage plus élevé de Juifs sera dans cette catégorie que les Blancs. Mais bien sûr, ils sont encore une petite minorité - environ 2%, comme je l'ai dit - et donc le nombre total de génies blancs est nettement plus élevé que le nombre de Juifs.

Pourtant, lorsque vous rencontrez un «juif moyen», il ou elle semblera probablement assez intelligent. Je ne rejette rien de tout cela, et cela explique en grande partie le succès juif.

Mais l'intelligence seule n'est pas la seule mesure du succès, comme nous le savons tous. Les juifs possèdent également un certain nombre de caractéristiques stéréotypées et déplaisantes, comme l'agressivité, l'affirmation de soi, l'égoïsme, la cupidité, l'ambition et le narcissisme. Pour la plupart des gens, ces traits seraient des vices; mais pour les juifs, ce sont des avantages. Les Juifs sont également plus sujets aux maladies mentales que la population en général, probablement en raison de siècles de reproduction dans un pool génétique relativement restreint (endogamie) [6]. Et surtout, ils sont très claniques. C'est un concept étrange pour la plupart des Blancs américains, qui sont, en général, des individualistes - c'est-à-dire que nous avons tendance à juger les gens en tant qu'individus, selon leurs propres mérites. Mais les Juifs chercheront et coopéreront avec d'autres Juifs, à l'exclusion des non-Juifs. Cette préférence tribale au sein du groupe explique également une grande partie de leur succès. Ils considèrent généralement les Gentils avec méfiance et même dégoût. Littéralement depuis des siècles, les Juifs sont connus pour leur «haine de l'humanité». Et cela se démontre.[7]

Dans une sorte de tournure pathologique, les Juifs apprécient en fait cette antipathie. Ils semblent vraiment aimer être détestés! Cela les maintient proches, compacts et unifiés. Cela construit leur groupe. Et cela promeut la «mentalité de victime» qu’ils aiment exploiter. Donc, ils tirent de multiples avantages d'être détestés. C'est dingue.

Mais pour conclure sur votre question, la surreprésentation vient de (a) une intelligence et une habileté supérieures à la moyenne, (b) un traitement immoral des autres, i.e., une volonté d'exploiter et de tromper en toute impunité, et (c) des synergies au sein du groupe. Encore une fois, cela ne s'applique pas à chaque juif individuel, mais cela vaut pour les juifs en général, et cela est particulièrement pertinent pour ceux qui sont au sommet de la hiérarchie sociale.

Matthews: Votre dernier livre, éternel étranger: Vues critiques des juifs et du judaïsme à travers les âges (2020), postule avec force que, bien qu'ils aient vécu dans la civilisation occidentale pendant des siècles, les juifs sont restés des étrangers. Qu'est-ce qui explique cette évolution?

Dalton: C'est une longue histoire, mais en bref, les Juifs ont développé, au fil des siècles, la capacité de manipuler et d'exploiter les gens partout. Cela n'est possible que si vous n'aimez pas ou détestez les personnes avec lesquelles vous travaillez. Les Juifs ont appris à tirer profit en traitant les autres comme des inférieurs, et par conséquent les masses, à leur tour, ont traité les Juifs comme des étrangers, comme des aliens et comme des infiltrés.

En plus de cela, pendant des siècles, lorsque l’Europe était dominée par le christianisme, les Juifs étaient aussi des étrangers religieux parce qu’ils n’acceptaient pas Jésus comme Messie. Mais cet aspect s'est estompé au cours du siècle dernier, alors que les États-Unis et en particulier l'Europe sont devenus moins religieux.

Les Juifs ont en outre découvert qu'il y avait beaucoup de profit à tirer de l'exploitation des personnes en détresse - comme lorsque les gens sont sans le sou, ont faim ou sont en guerre. C'est encore une très vieille histoire, remontant à l'époque de l'Ancien Testament. Plus troublant, les Juifs ont également découvert qu'en manipulant les événements à leur guise, ils pouvaient créer de la détresse, c'est-à-dire qu'ils apprenaient à mettre les gens sous pression, à les faire souffrir, à les rendre dans le besoin et à les faire craindre pour leur bien-être et même leur vie. Dans de telles conditions, les Juifs peuvent faire d'énormes gains de richesse, d'influence et de pouvoir. C’est vrai depuis des siècles, et c’est toujours le cas aujourd’hui.

Ce qui est en grande partie inconnu - et la raison pour laquelle j'ai écrit ce livre - est le fait que bon nombre des penseurs les plus éminents et les plus brillants de l'histoire ont reconnu cette nature juive malveillante.Ceci est important car cela montre que les critiques des Juifs ne sont pas seulement une poignée de «néo-nazis» ou d'ennemis du cinglé, mais plutôt des hommes d'histoire intelligents et perspicaces. Et pas seulement ces derniers temps, mais littéralement depuis des millénaires - remontant au moins à 300 avant JC. [8]. Dans Eternal Strangers, j'ai pris la peine de traquer et de vérifier les commentaires anti-juifs pertinents de dizaines de critiques perspicaces. Toutes mes citations sont confirmées et correctement sourcées. C'est une histoire vraiment accablante, qui a d'énormes répercussions aujourd’hui.

Matthews: Kevin MacDonald a beaucoup écrit sur l'implication des juifs dans des mouvements hostiles aux intérêts de l'Occident. Selon vous, qu'est-ce qui motive leur activisme?

Dalton: C’est essentiellement ce que j’ai dit ci-dessus: que les Juifs sont désireux d’exploiter et de manipuler les gens pour leur propre profit et pour le bénéfice des Juifs en général. Ils sont attirés par l'Occident car c'est une source de richesse productive. L'Occident a également créé une science et une technologie puissantes, que les Juifs désirent; de telles choses ont un grand potentiel pour une manipulation et un contrôle supplémentaires. Et il y a (ou il y avait) une sorte de grandeur culturelle en Occident que les Juifs sans culture ont cherché à s'approprier.

Mais il y a un problème plus profond: les Juifs considèrent les Occidentaux comme leur principale menace. Depuis l'époque de l'Empire romain, ce sont les Occidentaux, les Européens, les Blancs qui ont été leurs adversaires les plus dangereux. Étant massivement en infériorité numérique, les Juifs ont compris depuis longtemps qu'ils devraient saper l'Occident pour des raisons morales, religieuses et idéologiques. Ces dernières années, ils nous ont également minés pour des raisons raciales, en encourageant l'immigration de masse en provenance d'Afrique, du Moyen-Orient et d'Amérique latine.

Je veux dire, il suffit de regarder Hollywood et l'industrie du divertissement en général. Il n'y a rien de plus dégradant que le flot sans fin d'ordures produites par les Juifs d'Hollywood [9]- à moins de compter la saleté insipide qui passe pour la musique populaire (hip-hop, surtout; si vous doutez de moi, regardez les paroles du récent hit WAP). Il n'est pas nécessaire d'être prude pour voir à quel point il est corrompu de vivre dans une société qui promeut la sexualité déviante, la pornographie sur Internet, les jeux d'argent en ligne, la consommation de drogues à des fins récréatives et les infractions morales les plus diverses. Et il y a une forte main juive derrière toutes ces choses. Pour eux, c’est une double victoire: beaucoup d’argent à gagner et beaucoup d’Occidentaux corrompus. Cela ne pourrait guère être mieux.

Matthews: Dans Debating the Holocaust, vous donnez une audition équitable aux arguments traditionnels et aux critiques qui donnent à réfléchir, mais malgré le ton impartial, beaucoup le considèrent comme un texte antisémite. Pourquoi les gens hésitent-ils à contester les hypothèses orthodoxes de l'Holocauste?

Dalton: L’Holocauste est le talon d’Achille du lobby juif mondial. C'est leur principal outil de culpabilité. C'était la justification finale de la création d'Israël. C’est la source d’innombrables milliards de «réparations» - bien plus de 120 milliards de dollars à ce jour. Cela leur permet de promouvoir leur statut de victime dans tout l’Occident et d’exploiter les sympathies des peuples. C'est le vrai «gros mensonge» de nos jours. Par conséquent, saper l'histoire standard de l'Holocauste est l'une des actions les plus puissantes que nous puissions entreprendre aujourd'hui pour faire tomber le pouvoir juif.

Les lecteurs intéressés devront lire mon livre, mais en bref, il y a de nombreux trous sérieux dans la vision orthodoxe. Commencez par le fait que la mort supposée de 6 millions de Juifs, sur environ cinq ans et demi, équivaut à près de 3 000 morts par jour - tous les jours, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, qu'il pleuve ou qu'il fasse beau. Au milieu d'une guerre mondiale. Cela ne semble guère plausible à première vue. Ensuite, nous notons que tuer des gens est relativement facile, mais se débarrasser de leur corps est beaucoup, beaucoup plus difficile. Même un crématorium moderne ne peut pas réduire un corps humain en cendres; il reste toujours de gros os. Les fours nazis bruts pourraient faire beaucoup moins - sans parler des «incendies en plein air» qui auraient consommé des centaines de milliers de corps (près de 600 000 à Auschwitz seulement).

Les célèbres chambres à gaz n'auraient jamais pu fonctionner de la manière décrite. Elles étaient illogiques dès le départ: entasser des centaines de personnes dans une pièce fermée puis saupoudrer des boulettes de cyanure sur leur tête. D'accord - et puis quoi? Vous avez maintenant des centaines de cadavres mélangés à des granulés hautement toxiques qui continuent à émettre du gaz pendant des heures. Qui va nettoyer les corps? Même les détenus juifs ne servent à rien.

Et les supposées chambres d'échappement diesel utilisées à Treblinka, Sobibor et Belzec sont encore plus ridicules. D'une part, vous ne pouvez pas pomper les gaz d'échappement du moteur dans une pièce fermée; le moteur calera simplement. Mais plus important encore, les gaz d'échappement diesel contiennent trop peu de monoxyde de carbone et beaucoup trop d'oxygène pour tuer des personnes dans un délai raisonnable. Les moteurs à essence peuvent faire le travail, mais les sources orthodoxes sont catégoriques: les Allemands utilisaient des moteurs diesel. Tout cet aspect est rendu encore plus absurde quand on se rend compte que quelque 2 millions de Juifs seraient morts par le gazole, contre environ 1 million par le cyanure. En fin de compte, il semble que le bilan global réel des morts juifs était d'environ 500 000 morts, bien moins que les 6 millions proclamés. [10]

Ce ne sont là que quelques-uns des nombreux problèmes non résolus. Encore une fois, les lecteurs intéressés devraient voir mon livre Debating, ou lire ma version courte: Holocaust: An Introduction (2016). Les deux peuvent être trouvés sur mon site Web personnel (www.thomasdaltonphd.com),, et sur mon site d'éditeur principal, www.clemensandblair.com.

Au vu de tout cela, je suis continuellement surpris que certains membres de la droite dissidente et du mouvement nationaliste blanc ne veuillent pas parler de l’Holocauste. Ils semblent penser que, pour l'essentiel, les Juifs ont gagné la bataille idéologique et que tout critique ou tout «négationniste» est automatiquement considéré comme un fou. (Je trouve étrange que les gens qui sont régulièrement étiquetés comme des antisémites vicieux aient soudainement peur d'être traités de «négationnistes», mais telle est la vie.) Plus concrètement, ils s'inquiètent de choses telles que les faux témoignages, les preuves falsifiées, la fraude pure et simple , etc. Bien sûr, ceux-ci existent. Mais la plupart des cas révisionnistes sont basés sur des faits, des sciences dures et une logique élémentaire. Le cas de base est assez clair et convaincant. Vous n’avez pas besoin d’un doctorat en sciences ou en mathématiques pour suivre l’histoire. Mon petit livre Introduction peut être lu par n'importe quel premier cycle universitaire, et mon Debating n'est pas beaucoup plus difficile.

Enfin, nous n'avons qu'à considérer les efforts déployés par le lobby juif mondial pour étouffer le révisionnisme de l'Holocauste. Ils savent à quel point l'histoire orthodoxe est importante pour leur emprise sur le pouvoir. Ils adoptent des lois, brûlent des livres, bloquent des sites Web, infligent des amendes et emprisonnent des gens, tout cela pour empêcher la contre-histoire de sortir. Mais ils perdent. Le révisionnisme l'emporte. Plus nous pouvons mettre cela en lumière, mieux c'est pour tout le monde.

Matthews: Pouvez-vous identifier des tendances plus larges de suppression des informations critiques sur les structures de pouvoir juives, au-delà de l'Holocauste?

Dalton: Bien sûr: presque toute exposition de l'influence juive, de la richesse juive ou du pouvoir juif est supprimée. Même l’«outing» des Juifs est interdite. Il est interdit de mentionner même des noms comme «Soros» ou «Rothschild» dans un mauvais contexte. Tout regard sur les personnalités des médias, les milliardaires de premier plan, les magnats d'Hollywood, les sommités de la Big Tech ou les principaux donateurs politiques est sûr d'inclure une présence juive massivement disproportionnée. Mais ce fait ne sera jamais mentionné - ni par la gauche, ni par la droite, ni par les démocrates, ni par les républicains, ni par CNN, ni par Fox News. J'ai exposé une partie de cette domination dans un récent essai de TOO, Confronting the Judeocracy.” . Remarque: il ne s'agit même pas de «critique», mais simplement de désigner les juifs comme juifs. Ce fait à lui seul est trop difficile à avaler.

Quand vous regardez le rôle des juifs dans la corruption politique et financière, les industries douteuses sur le plan éthique, le contrôle de l'opinion publique, les guerres étrangères, etc., vous obtenez alors une situation totalement inavouable - sauf pour ceux d'entre nous qui ont un peu de courage et d’épine dorsale.

L'un de mes exemples préférés est le rôle des juifs dans la guerre, à la fois actuelle et historique. C'est depuis longtemps un cliché que «les Juifs ont causé toutes les guerres de l'histoire», mais peu ont pris le temps de confirmer et de documenter cette situation. Je l'ai fait, et le résultat a été mon livre The Jewish Hand in the World Wars (La main juive dans les guerres mondiales) (2019). Je me concentre ici sur les deux guerres mondiales, mais je regarde aussi les conflits avant et depuis. Encore une fois, c'était remarquable pour moi combien d'informations ne sont jamais discutées, jamais examinées, jamais trouvées dans les manuels. C'est la suppression par omission; c'est leur tactique préférée.

Matthews: Les dirigeants non-juifs soutiennent-ils l'État d'Israël pour faire progresser les objectifs du sionisme, ou le fait-il simplement financièrement et n'est-il pas révélateur de la génuflexion des Gentils envers les courtiers juifs?

Dalton: Nous ne pouvons jamais vraiment savoir ce qui pousse tant de Gentils, de toutes races, à succomber à la tentation juive. Je soupçonne qu’il s’agit d’une stratégie «carotte et bâton»: la carotte, c’est beaucoup d’argent et de gloire, et le bâton, c’est le chômage et la honte. Il est probable que très peu de Gentils influents connaissent ou se soucient beaucoup du sionisme; il y a, bien sûr, des millions de soi-disant sionistes chrétiens, la plupart blancs, mais ils ne semblent pas occuper des positions de pouvoir. Il est tout aussi probable que très peu de Gentils influents ont une affection ou une préoccupation réelle pour les Juifs. La plupart sont, au mieux, probablement mal à l'aise avec les Juifs, et, au pire, les détestent secrètement. Mais ils jouent le jeu - pour l'argent et la renommée, et par peur de perdre leur emploi.

Matthews: Comment fait-on la distinction entre «l'antisémitisme» et les explorations légitimes du pouvoir juif?

Dalton: L'implication ici est que l'antisémitisme implique des explorations «illégitimes» du pouvoir juif - un point que je contesterais. Tous ces examens sont légitimes, quel qu'en soit le motif. Les Juifs ont causé tant de souffrances au cours des millénaires qu'aucun exposé ne peut être injustifié ou trop sévère.

Matthews: Vos critiques acerbes des structures de pouvoir juives sont légendaires, mais qu'avez-vous à dire sur la wokeness, l'hystérie Covid-19 et la religion de l'anti-blancheur?

Dalton: D'énormes problèmes ici, c'est sûr. Sur l'hystérie Covid-19, les choses sont encore un peu trop fluides et confuses pour tirer de grandes conclusions. Hormis la juive qui dirige maintenant le CDC (Rochelle Walensky), il semble y avoir un rôle juif minimal ici. Il y a eu un article récent sur l’inutilité des masques ((“The emperor’s new mask «Le nouveau masque de l’empereur»), et je soupçonne que les vaccins sont aussi mauvais sinon pires. Jamais auparavant nous n'avons pu vacciner contre un coronavirus, et je suppose que ces derniers se révéleront soit marginalement efficaces, soit de courte durée. De plus en plus de preuves indiquent que le virus lui-même a été généré ou manipulé dans un laboratoire chinois, avec des implications potentiellement énormes.

«Wokeness» est une hypersensibilité à toutes les questions privilégiées par les juifs: confusion entre les sexes, droits des homosexuels, mélange interracial, immigration de masse, pitié et autres questions généralement politiquement correctes. Les Juifs poussent une culture woke parce qu'elle sert leurs intérêts; une nation diversifiée, multiraciale, multiculturelle et sexuellement confuse est une nation qui peine à trouver la force de traiter la Question Juive.

En particulier, les Juifs aiment se présenter comme de grands amis des Noirs, des Hispaniques et d'autres minorités «opprimées» [sauf les autres sémites que sont les Arabes ]. En réalité, les Juifs n'ont que mépris pour ces personnes; il suffit de rappeler le rôle prépondérant des Juifs dans la traite des esclaves aux États-Unis [11]. Les juifs sont experts dans l'utilisation et la cooptation des minorités à leurs propres fins.

Et pour votre autre point, ils utilisent les minorités dans une sorte de guerre contre les Blancs. La culpabilité de l'Holocauste semble avoir atteint le point de saturation, de sorte que des Juifs de premier plan se sont maintenant tournés vers la culpabilité raciale dans leur bataille contre les Blancs. Les Blancs sont coupables de «racisme systémique», et par conséquent doivent continuellement se sentir mal dans leur peau et dans leur race, et doivent continuellement expier ce péché originel. Encore une fois, cela met les Blancs sur la défensive et minimise tout risque d'un nationalisme blanc de masse - du moins c'est ce qu'ils croient. Certains d'entre nous soupçonnent que cette stratégie juive pourrait se retourner contre eux. Le temps nous le dira.

Mais ces problèmes et des problèmes connexes ne manqueront pas de refaire surface à l'avenir. Le potentiel juif de méfaits est infini. Il faut beaucoup de lecture et de réflexion pour maîtriser cette situation et les solutions radicales qui sont probablement nécessaires. Encore une fois, je voudrais diriger les lecteurs intéressés vers mon site Web personnel (www.thomasdaltonphd.com), et vers le site de publication Clemens & Blair, qui gère plusieurs de mes livres (www.clemensandblair.com).  Il y a beaucoup de bonnes sources là-bas, et de nombreuses pistes intéressantes à suivre. Merci pour l'opportunité de discuter.

Matthews: Merci!

Thomas Dalton, PhD, a écrit ou édité plusieurs livres et articles sur la politique, l'histoire et la religion, avec un accent particulier sur le national-socialisme en Allemagne. Ses œuvres comprennent une nouvelle série de traductions de Mein Kampf. Pour tous ses écrits, voir son site personnel www.thomasdaltonphd.com.

Source : Lipton Matthews Interviews Thomas Dalton

May 26, 2021/

NOTES de H. Genséric

[1] Le terme traditionnel arabe Bilād al-Šām  (en arabe : بلاد الشام, prononcé « Bilad èchème ») ou « Pays des sémites», qui englobe généralement le Liban, la Jordanie, la Syrie, Israël et Palestine.

[2] Plus on est éduqué et intelligent, plus on est antisémite !
-  Que disent Jésus, Einstein, Voltaire, Soljenitsyne, Goethe, Liszt sur l'antisémitisme ?
-  Louis-Ferdinand Céline et le "blabla" idéologique de notre temps; par Frédéric Andreu-Véricel
-  Le génie des échecs Bobby Fischer: un juif qui détestait les juifs
-  Les Juifs célèbrent le 200e anniversaire de la naissance de Baudelaire en se plaignant de son ʺ antisémitisme rageur ''
-  Ron Unz – Pourquoi on cache aux Juifs les raisons de l'antisémitisme

[3] La longue histoire du soutien du Congrès américain à Israël a conduit l'ancien secrétaire d'État James Baker à appeler le Congrès "La Petite Knesset" après la Grande Knesset, qui est le parlement d'Israël à Jérusalem. Un sénateur américain a déploré qu'il avait le droit de critiquer son propre gouvernement, mais pas un tel droit de critiquer le gouvernement d'Israël même si ses actions étaient contraires à l'intérêt national américain. Paul Craig Roberts a écrit "Quand le monde regarde l'Amérique, ce qu'il voit est une colonie israélienne", et l'ancien candidat présidentiel Pat Buchanan a décrit Capitol Hill comme "un territoire occupé par Israël". USA. L'équipe sioniste de Biden
-  « Business as usual ». Les pardons impardonnables de Trump: une autre performance honteuse du "président d'Israël"

[4] Joe Biden vante le rôle «immense» des juifs dans les médias et dans la vie culturelle américains
-  Les juifs jouent à "la vierge effarouchée" parce que Van Morrison chante «Ils contrôlent les médias»
-  USA. En Floride, il est maintenant HAUTEMENT ILLÉGAL de dire «Les Juifs contrôlent Hollywood»
-  L'industrie juive du porno : "activisme antifasciste" et terrorisme culturel (Partie 2/2)
-  Le film "King of Kings" (1927) et les origines de la censure culturelle juive
-  La vie sexuelle secrète des Juifs, par Lasha Darkmoon
-  L'Union des prédateurs sexuels

[5] PALESTINE. Pogroms juifs contre les goyim
-  Gaza. Netanyahou ordonne à Biden de ne pas s'impliquer (en faveur des Palestiniens). Biden obtempère et donne plus d'armes à Israël
-  Gaza : « De nuit comme de jour, ce que nous vivons est effroyable »
-  Tandis que des colons israéliens scandent « Mort aux Arabes » à Jérusalem, Washington assure que l’aide à Israël restera inconditionnelle
-  Cette guerre coloniale qu’il faut nommer
-  L'héritage nazi-sioniste polonais de Netanyahou réapparaît lors de la guerre civile israélienne actuelle

[6] La plupart des juifs (ashkénaze, séfarade, mizrahim) ou les chrétiens mennonites se sont mariés et ont eu des enfants dans leur propre communauté de génération en génération, ce qui a créé une corrélation entre certaines séquences d’ADN et des identités culturelles particulières.
Maladies héréditaires génétiques (wikipédia) :
Des maladies héréditaires très rares se retrouvent à la fois dans les populations séfarades et ashkénazes, ce qui suggère « leur présence bien avant leur l’exil du Moyen-Orient ». Les Juifs ashkénazes sont particulièrement prédisposés à un certain nombre de maladies héréditaires génétiques parce qu'une mutation provenant d'un seul « fondateur » s'est transmise au cours des générations. La maladie de Gaucher est la plus fréquente des maladies génétiques de la population juive ashkénaze. Les maladies de Tay-Sachs et de Canavan, le syndrome de Bloom, la dystonie idiopathique et la dysautonomie familiale sont également beaucoup plus fréquentes au sein de la population juive ashkénaze que chez les populations non juives. Pour leur part, les Juifs séfarades sont plutôt sujets à la maladie périodique (Familial Mediterranean Fever).
Par ailleurs, une mutation particulière (G2019S) joue aussi un rôle important dans la maladie de Parkinson chez des patients d’origine juive et aussi chez les Arabes d'Afrique du Nord, ce qui laisse suggérer, selon les auteurs, une origine moyen-orientale commune.
Voir aussi l'article Wikipédia en anglais « Medical genetics of Jewish people ».

[7] Le Talmud révélé. Voici comment les juifs doivent traiter les Goyim :
Abhodah Zarah 20a: Ne jamais faire la louange d'un goy, de peur  qu'il ne la croie.  
Abhodah Zarah 22a: Ne pas fréquenter les goyim; ils versent le  sang.  
Abhodah Zarah 22b : Les goyim sont impurs parce qu'ils n'étaient  pas là au Mont Sinaï.  
Abhodah Zarah 25b: Se méfier des goyim quand on voyage avec eux à  l'étranger.  
Abhodah Zarah 26a: Ne pas recourir à une sage femme non-juive,  qui une fois seule pourrait tuer le bébé. Même si elle était surveillée,  elle pourrait lui écraser la tête sans que personne ne puisse le voir.  
Abhodah Zarah 26b T. : Même le meilleur des goy devrait être  abattu.  
Abhodah Zarah 35b : toutes les filles des incroyants sont niddah  (sales, impures) depuis leur naissance.
Abhodah Zarah 35b: Ne pas boire du lait tiré par un goy.  
Abhodah Zarah 4b: Vous pouvez tuer un goy avec vos propres mains.  
Abhodah Zarah 54a: L'usure peut être pratiquée sur les goyim, ou  sur les apostats.  
Abhodah Zorah 26b: Ceux qui voudraient changer de religion  doivent être jetés au fond d'un puits, et oubliés.  
Baba Mezia 24a: si un juif trouve un objet appartenant à un  goyim, il n'est pas tenu de le lui rendre  
Babha Bathra 54b : La propriété d'un goy appartient au premier  juif qui la réclame.  
Babha Kama 113a : Les juifs peuvent mentir et se parjurer, si  c'est pour tromper ou faire condamner un goy.  
Babha Kama 113a: Les incroyants ne bénéficient pas de la loi et  Dieu a mis leur argent à la disposition d'Israël.  
Babha Kama 113b: Le nom de Dieu n'est pas profané quand le  mensonge a été fait à un goy.  
Bammidber Raba c 21 & Jalkut 772: Tout juif qui verse le sang de  goyim revient à la même chose qu'une offrande à Dieu.  
Chagigah 15b : Un juif est toujours considéré comme bon, en dépit  des péchés qu'il peut commettre. C'est toujours sa coquille qui se salit,  jamais son fond propre.  
Choschen Ham 156, 5: Les clients goyim possédés par un juif, ne  doivent pas être démarchés par un autre juif.  
Choschen Ham 183, 7: Des juifs qui trompent un goy doivent se  partager le bénéfice équitablement.  
Choschen Ham 226, 1: Les juifs peuvent garder sans s'en inquiéter  les affaires perdues par un goy.  
Choschen Ham 26, 1: Un juif ne doit pas être poursuivi devant un  tribunal goy, par un juge goy, ou par des lois non-juives.  
Choschen Ham 34, 19: Les goyim et les serviteurs ne peuvent pas  témoigner lors d'un procès.  
Choschen Ham 386, 10: Celui qui voudrait avouer les secrets  d'Israël aux goyim, doit être tué avant même qu'il ne leur dise quoi que  ce soit.  
Choschen Ham 388, 15: Il faut tuer ceux qui donneraient l'argent  des Israélites à des goyim.  
Choschen Ham 425, 5 : Il est permis de tuer indirectement un goy,  par exemple, si quelqu'un qui ne croit pas en la Torah tombe dans un  puits dans lequel se trouve une échelle, il faut vite retirer l'échelle.  
Chullin 91b: Les juifs possèdent la dignité dont même un ange ne  dispose pas.  
Eben Haezar 44, 8: Sont nuls, les mariages entre les goyim et les  juifs.  
Emek Haschanach 17a: L'âme des goyim vient de la mort et de  l'ombre de la mort.  
Ereget Rashi Erod.22 30 : Un goy est comme un chien. Les  Ecritures nous apprennent qu'un chien mérite plus de respect qu'un goy.  
Hilkhoth goy X, 1 : Ne passez aucun accord avec un goy, ne  manifestez jamais de pitié envers un goy. Il ne faut pas avoir pitié des  goyim car il est dit: "tu ne jetteras pas sur eux un regard de pitié".  
Hilkhoth Maakhaloth: Les goyim sont des idolâtres, il ne faut pas  les fréquenter.  
Hilkhoth X, 2 : Les juifs baptisés doivent être mis à mort.  
Hilkhoth X, 6: On peut aider les goyim dans le besoin, si cela  nous évite des ennuis par la suite.  
Hilkhoth X, 7: Où les juifs sont fortement installés, il ne faut  plus tolérer la présence des idolâtres.  
Hilkkoth X, 1 : il ne faut pas sauver les goyim en danger de mort.  
Ialkut Simoni 245c : Répandre le sang des impies est un sacrifice  agréable à Dieu.  
Iebhammoth 61a : Les juifs ont droit à être appelés "hommes", pas  les goyim.  
Iore Dea 120, 1: La vaisselle achetée à des goyim doit être jetée.  
Iore Dea 146, 15: Leurs idoles [c'est à dire les objets du culte]  doivent être détruites, ou appelées par des noms méprisants.  
Iore Dea 147, 5: Il faut railler les objets du culte goy, il est  interdit de souhaiter du bien à un goy.  
Iore Dea 148, 12 H: On peut prétendre se réjouir avec les goyim  pendant leurs fêtes, si cela permet de cacher notre haine.  
Iore Dea 151, 11: Il est interdit de faire un présent à un goy,  cela encourage l'amitié.  
Iore Dea 151, 14: Il est interdit de concourir à la gloire d'un  goy.  
Iore Dea 153, 1: Les nourrices non-juives conduisent les enfants  à l'hérésie.  
Iore Dea 154, 2: Il est interdit d'enseigner un métier à un goy.  
Iore Dea 157, 2 hagah: Si un juif a la possibilité de tromper un  goy, il peut le faire.  
Iore Dea 159, 1: Suivant la Torah, il est autorisé de prêter de  l'argent à un goy avec intérêt. Toutefois, certains des anciens n'ont pas  reconnu ce droit dans des cas de vie ou de mort. Aujourd'hui, ce droit  est accordé dans n'importe quelle circonstance.  
Iore Dea 198, 48 : Les femmes Juives sont contaminées par la  simple rencontre de goyim.  
Iore Dea 377, 1 : Il faut remplacer les serviteurs goyim morts,  comme les vaches, ou les ânes perdus. Il ne faut pas montrer de sympathie  pour le juif qui les emploie.  
Iore Dea 81, 7 Ha: Un enfant ne doit pas être allaité par une  nourrice non-juive, car son lait lui donnera une nature maléfique.  
Jalkut Rubeni Gadol 12b: Les âmes des goyim proviennent d'esprits  impurs qu'on nomme porcs.  
Kallah 1b, 18: Le juif peut se parjurer la conscience claire.  
Kerithuth 6b p. 78 : Les juifs sont des humains, non les goyim,  ce sont des animaux.  
Kethuboth 110b : Pour l'interprétation d'un psaume un rabbin  dit : " le psalmiste compare les goyim à des bêtes impures ".  
Makkoth 7b : On est innocent du meurtre involontaire d'un  Israélite, si l'intention était de tuer un goy ; tout comme on est  innocent du meurtre accidentel d'un homme, quand l'intention était  d'abattre un animal.  
Orach Chaiim 20, 2 : Les goyim se déguisent pour tuer les juifs.  
Orach Chaiim 225, 10 : Les goyim et les animaux sont utilisés de  manière équivalente dans une comparaison.  
Orach Chaiim 57, 6a : Il ne faut pas avoir plus de compassion  pour les goyim que pour les cochons, quand ils sont malades des intestins.  
Peaschim 25a : Il faut éviter l'aide médical des goyim.  
Pesachim 49b : Il est permis de décapiter les goyim le jour de  l'expiation des péchés, même si cela tombe également un jour de sabbat.  Rabbin Eliezer : "Il est permis de trancher la tête d'un idiot, un membre  du peuple de la Terre (Pranaitis), c'est-à-dire un animal charnel, un  Chrétien, le jour de l'expiation des péchés et même si ce jour tombe un  jour de sabbat ". Ses disciples répondirent : " Rabbi ! Vous devriez  plutôt dire "de sacrifier" un goy. " Mais il répliqua : " En aucune  façon ! Car lors d'un sacrifice, il est nécessaire de faire une prière  pour demander à Dieu de l'agréer, alors qu'il n'est pas nécessaire de  prier quand tu décapites quelqu'un."  
Rosch Haschanach 17a : L'âme d'un goy descend en enfer pour  toutes les générations.  
Sanhédrin 52b: L'adultère n'est pas défendu avec la femme d'un  goy, parce que Moïse n'a interdit que l'adultère avec "la femme de ton  prochain", et les goy s ne sont pas des prochains.  
Sanhedrin 57a: si un juif tue un goy, il ne sera pas condamné à  mort. Ce qu'un juif vole d'un goy, il peut le garder.  
Sanhedrin 57a: Un juif n'est pas obligé de payer le salaire  redevable à un goy.  
Sanhedrin 58b : Si un goy frappe un juif, il faut le tuer, car  c'est comme frapper Dieu.  
Sanhedrin 59a : Les goyim qui chercheraient à découvrir les  secrets de la Loi d'Israël commettent un crime qui réclame la peine de  mort.  
Sanhedrin 90a: Ceux qui lisent le nouveau testament (chrétiens)  n'auront pas de place dans le monde à venir.  
Schabbath 145b : Les goyim sont impurs parce qu'ils mangent de la  nourriture impure.  
Schabbouth Hag. 6d: Les juifs peuvent jurer faussement en  utilisant des phrases à double sens, ou tout autre subterfuge.  
Schene Luchoth Haberith p. 250b : Bien qu'un goy ait la même  apparence qu'un juif, il se comporte envers les juifs de la même  manière qu'un singe envers un homme.  
Sepher Ikkarim III c25: Il est permis de prendre le corps et la  vie d'un goy.  
Sepher Ou Israël 177b : Si un juif tue un goy, ce n'est pas un  péché.  
Shabbath 116a (p. 569): Les juifs doivent détruire les livres des  goyim (nouveau testament).  
Tosaphot, Jebamoth 94b: Lorsque vous mangez en présence d'un  goy c'est comme ci vous mangiez avec un chien.  
Yebamoth 98a : Tous les enfants des goyim sont des animaux  
Zohar I, 131a : Les goyim souillent le monde. Le juif est un être  supérieur  
Zohar I, 160a: Les juifs doivent en permanence tenter de tromper  les goyim.  
Zohar I, 219b: Les princes goyim sont des idolâtres, ils doivent  mourir.  
Zohar I, 25a : Les goyim doivent être exterminés car ce sont des  idolâtres.  
Zohar I, 25b: Ceux qui font du bien à un goy, ne se relèveront  pas des morts.  
Zohar I, 28b, 39a : Les meilleures places dans les Cieux sont  pour ceux qui tuent les idolâtres.  
Zohar I, 28b: Les goyim sont les enfants du serpent de la Genèse.  
Zohar I, 46b, 47a : L'âme des goyim est d'une origine théologique  impure.  
Zohar II 64b : Les goyim sont idolâtres, ils sont comparés aux  vaches et aux ânes.  
Zohar II, 19a: La captivité des juifs prendra fin lorsque les  princes goyim seront morts.  
Zohar II, 43a : L'extermination des goyim est un sacrifice  agréable à Dieu.  
Zohar II, 64b : Le taux de naissance des goyim doit être diminué  matériellement.

-   LE TALMUD révélé. Une littérature de la haine raciste. 1. Introduction La Torah et le Talmud
-   
LE TALMUD révélé. 2. La haine raciste envers les non-juifs et envers Jésus et Marie
-  
L'Amérique gouvernée par le Talmud: est-ce une bonne chose ?
-  
De la réalité d’un complot juif, ou la domination talmudique vue par des « juifs » dissidents
-  
Que dit le judaïsme rabbinique sur ce qui différencie les Juifs et les Gentils?

[8] La première indication historique de la connexion entre les Juifs, l'argent et le pouvoir semble provenir de Cicéron, vers 59 avant JC. Son discours Pro Flacco offre la défense d'un propréteur romain en Asie du nom de L. V. Flaccus qui a été accusé de détournement de cargaisons juives d'or destinées à Jérusalem. (Rappelons que Rome a conquis la Judée à peine quatre ans auparavant.) Cicéron commence par une déclaration révélatrice:
    Vous savez à quel point c'est une grande foule, comment ils collent les uns aux autres, à quel point ils sont influents dans les assemblées informelles. Je vais donc parler à voix basse pour que seuls les jurés puissent entendre; car ceux qui ne veulent pas qui les inciteraient contre moi et contre tout homme respectable.
Une deuxième allusion précoce à la richesse juive vient de l'empereur Claude dans son troisième édit de 41 après JC. Abordant les troubles civils à Alexandrie, Claudius distingue les Juifs, qui vivent «dans une ville qui n'est pas la leur». «Ils possèdent une abondance de toutes les bonnes choses» mais abusent de leur richesse en continuant de s'opposer aux autorités locales et en semant la discorde générale. Dans un sens, écrit Claudius, les Juifs pourraient être blâmés «d'avoir fomenté fléau général qui infeste le monde entier».
Puis en l’an 100 après JC, nous avons la critique bien connue de Tacite, dans ses Histoires. Au milieu d'une discussion sur «la race des hommes haineux envers les dieux» - il parle d’un peuple qui est «vil et abominable», ainsi que «dépravé» - il remarque que les Juifs de la diaspora, «les pires racailles de tous les peuples», ont travaillé sans relâche pour envoyer "tribut et contributions à Jérusalem, augmentant ainsi la richesse des Juifs". Il est clair que cette richesse a été utilisée à des fins pernicieuses.
Vers l'an 220, Cassius Dio a écrit son histoire romaine dans laquelle il décrit les deuxième et troisième soulèvements juifs, respectivement en 115 et 132 après JC. De ce dernier événement, Dio explique que «Partout, les Juifs montraient des signes d'hostilité envers les Romains». Et ils ont évidemment pu utiliser leurs richesses pour soudoyer d’autres afin qu’ils leur viennent en aide: «ainsi, de nombreuses nations les rejoignaient par empressement à gagner de l’argent». Il est clair qu'il a fallu des richesses considérables pour payer «de nombreuses nations» pour les acheter afin de combattre à leurs côtés. Et il est évident que les Juifs ont réussi à en attirer une multitude d'autres: «la terre entière, pourrait-on presque dire, était en train de s'agiter».
Bien qu'ils perdraient dans ces soulèvements, les Juifs ont réussi à se regrouper et à réaffirmer leur pouvoir - un pouvoir devenu légendaire en 300 après JC . C'est à cette époque que Justin l'historien a écrit son long traité Historiarum Philippicarum. Le livre 36 traite de l'origine ignoble du peuple juif et explique la croissance et la cohésion de cette tribu singulière. Leur théologie pragmatique a fusionné la religion avec la politique d'une manière qui s'est avérée très réussie; en conséquence, "il est presque incroyable de voir à quel point ils sont devenus puissants."
Puissants, en effet. Vers 420, le poète romain Rutilius Namatianus pouvait écrire, dans son De redito suo, sur la capacité des Juifs, malgré leur défaite formelle par les Romains, à continuer d'exercer une influence dominante: “Ce sont leurs propres conquérants qu'une race conquise maintient "

-   Ce que des hommes de renommée mondiale ont dit à propos des juifs. Introduction
-   Ce que des hommes de renommée mondiale ont dit à propos des juifs (suite et fin)
-   Que disent Jésus, Einstein, Voltaire, Soljenitsyne, Goethe, Liszt sur l'antisémitisme ?
-  
Dostoïevski et la "question juive"; Le Journal d'un écrivain, mars 1877 Louis-Ferdinand Céline et le "blabla" idéologique de notre temps; par Frédéric Andreu-Véricel
-   Le génie des échecs Bobby Fischer: un juif qui détestait les juifs

[9] BHL-WEINSTEIN : LA CONNEXION ISRAÉLIENNE
-  Brad Pitt: L’Élite pédophile d’Hollywood contrôle l’Amérique
-  Corey Feldman voulait dénoncer les pédophiles d'Hollywood. Prison et lavage de cerveau
- 
Une critique du « Yiddishland révolutionnaire: Une histoire du radicalisme juif ». Partie 1 de 3.
-  Corey Feldman voulait dénoncer les pédophiles d'Hollywood. Prison et lavage de cerveau
-  Elijah Wood dénonce les réseaux pédophiles organisés à Hollywood
-  Explosif: Liste des pédophiles hollywoodiens qui ont abusé de Corey Feldman
-  Hollywood-Babylon postmoderne
-  Israël est le centre mondial de la traite des esclaves blanches (goyim)
- 
La vie sexuelle secrète des Juifs, par Lasha Darkmoon
- 
Le prédateur sexuel Weinstein couvert par le Mossad
-  L'industrie juive du porno : "activisme antifasciste" et terrorisme culturel (partie 1/2)
- 
L'industrie juive du porno : "activisme antifasciste" et terrorisme culturel (Partie 2/2)
- 
Marilyn Monroe et "ses juifs" de Hollywood
-  Pédophilie "snuff porno": Ils tuent des enfants pour leur plaisir sexuel
- 
Pédophilie en haut lieu: la connexion juive
- 
Photos de James Gunn à une soirée pédophile d'Hollywood
-  Pornographie et contrôle politique
- 
Pourquoi les Juifs ont-ils créé et développé l'industrie du porno aux USA ?
- 
Qui gouverne le "Web Sombre" de la pornographie et pourquoi ?

[10] Philip Giraldi: La pompe à fric de l'holocauste continuera à rapporter encore et encore
USA. Un directeur d’école secondaire congédié pour avoir dit qu’il «ne peut pas dire que l’Holocauste est un événement factuel et historique»
USA. Cours obligatoire de catéchisme pour les flics sur la religion de l’Holocauste
-   Liste des personnes persécutées pour avoir contesté les données de l'Holocauste

-   HOLOCAUSTE. Lettre du Dr juif français Roger Dommergue à Steven Speilberg
-   LA RELIGION DE L’HOLOCAUSTE : LA SHOAH OU LE CHAÎNON MANQUANT DE LA TORAH
-   Quelques mensonges évidents dans la Shoah - Par le professeur R.Dommergue
ESSENTIEL. Vérité de l'Holocauste: Six millions ? Chambres à gaz ? par Ernst Zundel et Joseph G. Burg
HOLOCAUSTE. Lettre du Dr juif français Roger Dommergue à Steven Speilberg
  -  Journaliste israélien : Les pires meurtriers du XXe siècle étaient Juifs !
La bataille d'Auschwitz par Israël Shamir
La croyance en «l'Holocauste» s'effrite dans le monde
Quelques mensonges évidents dans la Shoah - Par le professeur juif R.Dommergue

[11] À la demande des suprémacistes juifs, YouTube censure le leader noir qui avertit les noirs de la suprématie juive
-  Esclavage. Le monument à Juda Benjamin
-  La domination juive de la traite négrière africaine
-  Le livre «Les Juifs vendent des Noirs» suscite un mouvement de demandes de réparations
-  Le martyr et l'holocauste des Noirs par les Juifs trafiquants esclavagistes
-  Les communautés juives opulentes, ségrégationnistes, hypocrites et fermées d'Afrique du Sud
-  Les Juifs et la traite des Noirs
-  Les riches juifs dominaient la traite des esclaves : Pourquoi  personne ne proteste contre ce fait ?
-  Ministre de l’intérieur israélien : « Israël est le pays de l’Homme Blanc »
-  New York. Les indics sionistes fichent leurs voisins Noirs pour le compte de la police
-  Pour un rabbin israélien, les non-juifs doivent servir les juifs
-  USA. Assaut juif contre les intellectuels noirs
-  USA. L'opération " Cyber bouclier d’Israël " contre les Noirs américains

Hannibal GENSÉRIC

by Lipton Matthews

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.