mardi 1 octobre 2019

Les Juifs et la traite des Noirs


Dov Lior, grand rabbin populaire en Israël, avait qualifié Obama de «Kushi», l'équivalent israélien de négro. La plupart des Américains ignorent complètement le mépris général que beaucoup de Juifs ont à l’égard des Noirs, comme Max Blumenthal l’a découvert en interviewant des dizaines de jeunes Israéliens qui ont réitéré les sentiments du rabbin à propos d’Obama. La vidéo de Blumenthal intitulée Feeling the Hate in Israel a été retirée de YouTube, de Vimeo et du Huffington Post peu de temps après être devenue virale, censure juive oblige.

Pour comprendre la nature de cette haine, nous devons comprendre le contexte historique, qui remonte à des centaines d'années. Bien que les Juifs ne représentent qu'un faible pourcentage de la population européenne, ils ont dominé le commerce des esclaves africains.
Les historiens juifs étaient si fiers de cet exploit qu'ils se vantaient sans cesse de leur implication et de leur domination de l'industrie de la traite des Noirs dans leurs textes historiques. Dans l'histoire du judaïsme et des juifs aux États-Unis: un documentaire historique, l'éminent historien juif Marc Raphael a écrit: «Les marchands juifs ont joué un rôle majeur dans le commerce des esclaves. En fait, dans toutes les colonies américaines, qu’elles soient françaises, britanniques ou néerlandaises, les marchands juifs étaient souvent dominants. Cela n'a pas été moins vrai sur le continent nord-américain, où, au XVIIIe siècle, des Juifs ont participé au commerce triangulaire des esclaves qui a amené des esclaves d'Afrique aux Antilles et les a échangés contre de la mélasse… ».
Les archives historiques juives montrent que l'implication des Juifs dans la traite négrière en Amérique du Nord était si dominante que les postes d’entreé et de commerce d'esclaves étaient fréquemment fermés les jours fériés juifs. Arnold Wiznitzer, un historien juif, a écrit: «Les acheteurs qui se présentaient aux enchères étaient presque toujours des Juifs et, faute de concurrents, ils pouvaient acheter des esclaves à bas prix. S'il arrivait que la date d'une telle vente aux enchères tombe sur une fête juive, elle devait être reportée »
Dans The United States Jewry 1776-1985, Jacob Marcus a écrit:« Tout au long du XVIIIe siècle, jusqu'au début du XIXe siècle, les juifs dans le Nord américain devaient posséder des serviteurs noirs. En 1820, plus de 75% des familles juives de Charleston, Richmond et Savannah possédaient des esclaves. Près de 40% de tous les propriétaires juifs aux États-Unis possédaient un esclave ou plus. »
Dans le Sud, où le ratio de propriété d'esclaves est beaucoup plus élevé que dans le Nord, seulement 5% des Blancs non juifs possédaient un esclave noir.
Les Européens blancs auraient mis fin beaucoup plus tôt à la pratique moralement corrompue de l'esclavage en Amérique du Nord s'il n'y avait pas eu de puissants hommes d'affaires juifs faisant pression pour maintenir leur industrie rentable en vie. Selon le rabbin et historien Bertram Korn, «beaucoup de Juifs du Sud croyaient que l'esclavage était indispensable à leur bonheur et à leur sécurité. «La voie de la promotion et de l'acceptation sociales et économiques» (pour les Juifs) «a été facilitée par l'institution de l'esclavage».
L’honorable ministre Louis Farrakhan a découvert ces faits et publié le livre: La relation secrète entre les Noirs et les Juifs, qui cite des archives historiques juives telles que celles susmentionnées pour prouver l’affaire. La Ligue anti-diffamation (ADL), les médias traditionnels et de nombreuses autres organisations juives américaines ont diffamé Farrakhan pour avoir publié le livre, le qualifiant même d'antisémite pour avoir simplement rassemblé une collection de documents historiques juifs.
Ce racisme n'a malheureusement pas diminué ces derniers temps. Par exemple, lorsque les Juifs noirs africains sont rentrés en Israël en 1969 en vertu de la loi sur le droit de retour, le gouvernement a décidé qu'ils n'étaient pas de vrais juifs et qu'ils ne pouvaient donc prétendre à la citoyenneté ou à aucun statut juridique. Les Hébreux noirs se sont également vu refuser des avantages sociaux et des permis de travail. Ce n’est qu’en 2003 que les Hébreux noirs ont obtenu le statut de résident permanent, mais pas la citoyenneté automatique conférée à toutes les autres races qui reviennent exactement sur le même modèle. Si ce n’était pas un groupe d’Américains qui avait fait honte au gouvernement israélien de  refuser d’accorder un statut légal aux Juifs noirs d’Afrique, ils ne l’auraient probablement jamais reçu. A ce jour, les Juifs noirs ne sont toujours pas acceptés par la communauté juive en Israël. Les insultes raciales,   la discrimination dans la location de logements sont monnaie courante. Ce traitement a atteint un niveau insupportable de la part des juifs éthiopiens qui sont descendus dans la rue pour manifester. Sofa Landver, le ministre israélien de l'absorption d'immigrants, a répondu avec satisfaction qu'ils devraient être reconnaissants pour tout ce qu'Israël a fait pour eux. Cela rappelle la rhétorique de la suprématie blanche en Amérique, qui prétend que les Africains devraient être reconnaissants que leurs ancêtres aient été amenés en Amérique.
Le gouvernement israélien a même été pris en flagrant délit de tentative de stérilisation des Juifs d'Ethiopie en leur fournissant le contrôle des naissances controversé, le Depo-Provera, sans les avertir des éventuels effets secondaires. Les Juifs éthiopiens représentent moins de 1% de la population israélienne, mais représentent néanmoins 60% des femmes du Depo-Provera. Les effets secondaires sont assez graves, notamment des douleurs aux mains et au dos, des saignements abondants et, dans certains cas, une stérilisation permanente. Environ 10% des femmes prenant ce médicament développent des effets secondaires importants. En 2004, la FDA a mis en garde contre les dangers de ces médicaments. Malheureusement, beaucoup de Juifs éthiopiens craignent d'être déportés s'ils dénoncent ces types de violations des droits de l'homme.
Dans le but de «préserver le caractère juif du pays», Israël envisage également d'expulser les travailleurs immigrés et leurs enfants. même dans les cas où les enfants sont nés en Israël, parlent l'hébreu et ont passé toute leur vie en tant que résidents israéliens.
Le racisme israélien est si important que l'association ACRI (Association pour les droits civils en Israël) a découvert en 2007 que 66% des adolescents israéliens pensaient que les Arabes étaient moins intelligents, incultes et violents. 50% des Israéliens participant au sondage ont déclaré qu'ils ne partageraient pas l'appartement avec un arabe, ne se lieraient pas avec un arabe, ne permettraient pas à leurs enfants de se lier d'amitié avec des arabes, ni même de laisser les arabes chez eux. Un sondage réalisé par l'ACRI en 2008 a révélé que ces tendances étaient en augmentation. Un autre sondage réalisé en 2007 par le Centre contre le racisme a révélé que 75% des Juifs israéliens n'approuvaient pas que des Juifs vivent dans les mêmes immeubles d'habitation que les Arabes, et que plus de 50% des Juifs n'auraient pas de chef arabe et pensaient que se marier un arabe équivalait à une trahison nationale. 50% des Israéliens pensaient également que les Arabes ne devraient pas être autorisés dans les mêmes lieux de divertissement et 40% souhaitaient que le droit de vote des Arabes soit annulé.
Maintenant, imaginez à quel point ces pourcentages auraient été plus élevés s’ils avaient été interrogés sur les Noirs. En Israël, il est illégal pour un non juif d'épouser un Juif, ce qui vise vraisemblablement à empêcher les immigrants noirs et les Arabes d'épouser des Juifs blancs. Amnesty International a condamné leur politique en matière de mariage comme étant discriminatoire.
Le journal de Sheldon Adelson, Israel Hayom, a récemment publié un article dans lequel il était écrit: «Il n’est pas rare de voir des filles de 13 ou 14 ans fréquenter des membres de minorités ethniques…. Vous les voyez assis ensemble sur des bancs de rue et en ville. Rencontrer un membre d'une minorité ethnique ne porte plus la stigmatisation. Ils viennent avec de l’argent, une voiture, lui achètent des choses que ses parents ne peuvent pas lui donner, la gâter. Il y a un million d'histoires comme celle-ci ici. "Il existe suffisamment de statistiques sur l'exploitation, la séduction et la contrainte exercées sur les jeunes filles, mais en ce qui concerne les" membres de minorités ethniques "- chut! Ne réveillez pas la bête, sinon vous pourriez être considéré comme un raciste. Les mots «danger d’assimilation» sont également exclus de notre lexique propre et éclairé ».
En 2010, le leader de la communauté séfarade et fondateur du parti Shas, le rabbin Ovadia Yosef, a déclaré que les non-juifs avaient pour seule raison d’être de servir les juifs. Dans une interview télévisée, il a également déclaré que "les gentils doivent mourir ... les goyim n’ont pas leur place dans ce monde". Un grand nombre de grands rabbins israéliens ont publié un édit religieux: "Mille vies non juives ne valent pas l’ongle de la main d’un juif".
Même si Israël reçoit beaucoup d’argent des États-Unis en termes d’aide étrangère directe, des milliards de matériel militaire, des contrats unilatéraux et même des dons de bienfaisance de Juifs et de Chrétiens sionistes, selon l’Assistance directe (ODA) ,) Israël est l’un des pays développés les plus avares au monde. Israël est l’un des pays les plus riches de la planète avec plus de 10.000 millionnaires, mais donne près de 10 fois moins que la moyenne mondiale se classant à peine devant les pays beaucoup plus pauvres comme la Pologne, la Hongrie, et la Turquie. Ainsi, alors qu'Israël a reçu 3 milliards de dollars d'aide directe américaine et des dizaines de milliards d'autres mesures d'aide susmentionnées, ils n'ont accordé que 141 millions de dollars d'aide étrangère aux pays ayant besoin d'assistance en 2010. Bill Gates et Warren Buffet ont promis des milliards de dollars pour l’Afrique, tandis que 40% des milliardaires américains qui sont juifs ont concentré leurs contributions caritatives sur des causes juives, qui ont sans doute le moins besoin de l'argent.
Les médias contrôlés par les Juifs consacrent une quantité ridicule de temps d’antenne à se concentrer sur les conflits raciaux en Amérique afin de créer une division entre les Noirs et les Blancs. La vérité, c’est qu’il y a très peu d’inégalités entre les Blancs non juifs. Les Juifs ne représentent que 2% de la population, mais représentent 33% de la Cour suprême, 12 à 35% de la population étudiante de l'Ivy League et près de 80% des postes administratifs les plus élevés, 64% de la Réserve fédérale, y compris les deux premières places. 10% du Sénat et 6,5% de la Chambre des représentants. De plus, les Juifs contrôlent environ 90% des médias américains et constituent 33% des millionnaires américains, 40% des milliardaires américains et 45% des 40 Américains les plus riches de Forbes. Compte tenu de ces chiffres, il est statistiquement impossible que les non-juifs blancs soient surreprésentés dans nombre de ces postes. Ce qui se passe réellement, c’est que le tribalisme et le népotisme juifs gardent les Noirs des positions de pouvoir et d’influence, mais utilisent leurs médias pour imputer l’inégalité au racisme blanc.
Les médias américains appartenant à des Juifs (voir http://thebilzerianreport.com/?p=114 pour les noms, images et titres, afin de prouver ce fait) consacrent une quantité incroyable de temps d'antenne à Israël et au Moyen-Orient, mais très peu de temps d'antenne à l’Afrique , même si l’Amérique a autant d’intérêt stratégique et humanitaire sur ce continent. L'Amérique reçoit plus de pétrole du Nigéria qu'Israël, le Liban, la Syrie, la Libye et l'Iran réunis. Les médias ont dupé le peuple américain en lui faisant croire qu’il obtenait son pétrole du Moyen-Orient et qu’il intercédait donc continuellement pour le compte d’Israël. En réalité, les États-Unis produisent la moitié de leur propre pétrole et la grande majorité du reste provient du Canada, du Mexique, du Venezuela et du Nigéria. Et compte tenu de l'histoire, les Américains doivent certainement beaucoup plus à l'Afrique qu'à Israël et au Grand Moyen-Orient. Miraculeusement, les médias contrôlés par les Juifs ont ignoré le génocide rwandais, qui a tué près d'un million d'Africains. probablement parce qu’ils ne se souciaient pas des Noirs qu’ils avaient jadis réduits en esclavage et qu’ils ne voulaient pas s’éloigner de la sympathie de l’holocauste juif. Il existe des dizaines de lobbies juifs en Amérique qui ont obtenu une aide considérable au Moyen-Orient, mais il n'y a pas de lobbies juifs pour les pays d'Afrique noire.
Même à ce jour, la communauté juive n'a pas encore présenté ses excuses ni reconnu son rôle dans la traite négrière africaine. En fait, ils le nient et crucifient tous ceux qui en discutent, ce qui est semblable à la négation de l'holocauste.
Par Adam Bilzerian
28 Février 2012
VOIR AUSSI :

 

Hannibal GENSÉRIC

3 commentaires:

  1. Selon moi les Romains, donc les Italiens, furent les plus grands esclavagistes de tous les temps, donc race blanche... En Fronce, il y a 1 raciste sur 3 personnes....

    RépondreSupprimer
  2. du racisme y en a dans toutes les races ,meme les noirs sont racistes. et bla,bla,bla

    RépondreSupprimer
  3. https://www.youtube.com/watch?v=--Lu1m444-c&feature=share&fbclid=IwAR0WnST2EeYI_vWWbHxgBUC4J4bVJ7hBQJGdKim_YK0hSBaxIGOzjA_YS1w

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.