mardi 29 octobre 2019

L'étrange cas d’al-Baghdadi, agent du Mossad et calife juif de l’Etat islamiste


Si al-Baghdadi était ce que nous pensons, il ne mourut pas en pleurant comme le prétend le Donaldinho, mais en tant que héros d'Israël avec Netanyahou à ses côtés ... peut-être en 2015.
Des agents israéliens non seulement infiltrent les rangs des organisations islamistes, telles que le Hamas, les Frères Musulmans (Ennahdha en Tunisie, FIS en Algérie), l’État islamique ou Al-Qaïda, mais souvent les dirigent. Dans certains cas, des dizaines de ces agents ont été exécutés, comme cela avait fait surface en 2014, mais l'un d'eux se démarquait du reste. Il s’agit d’Abou Bakr al Baghdadi ou, comme il avait été démontré, Shimon Elliot [1].

 
Veterans Today a annoncé le 4 août 2014, en se basant sur des informations françaises et sur une confirmation d'Edward Snowden, que Baghdadi était le fils britannique de parents juifs, formé dès le plus jeune âge dans un programme bien connu du Mossad destiné à former les agents à infiltrer dans les organisations et nations arabes.
Dans ce cadre, Shimon Elliott est devenu «al Baghdadi» en Irak sous une fausse identité et a été « blanchi » dans une prison américaine pour devenir l'acteur qui va diriger le faux «État islamique». Celui-ci est sorti miraculeusement de nulle part pour livrer les batailles d'Israël et de la droite néocon américaine. Avez-vous jamais entendu ou vu l’EI/Daech/ISIS tirer une seule cartouche contre Israël ou contre les  USA ?.
Depuis lors, des rapportsassuraient qu’al-Baghdadi, ou plus exactement M. Shimon, entrait en Israël et en sortait à plusieurs reprises. Selon des informations parues dans les médias arabes, il serait mort dans un hôpital israélien à 2017.
Les Israéliens ont-ils produit et fourni plusieurs al-Baghdadi?
Ce que nous savons, en effet, c’est ce que nous l’avons affirmé il y a plus de 5 ans, mais cette info a été supprimée par des hackers officiels(c'est-à-dire dont c’est le métier rémunéré)  de nos serveurs, de nos archives, et a été retirée des références  par Google (qui comme Facebook et les GAFA roulent pour Israël et le Deep State)  et cette information a été l’une des cibles principales du contre-espionnage israélien. Cela signifie donc que ce que nous affirmions était vraisemblablement vrai.
Voici d’autres morts d’al-Baghdadi, ou bien les morts des différents agents israéliens ayant joué le rôle du calife et liquidés les uns après les autres : Les autres al-Baghdadi tués :
-        lundi 23 janvier 2017
-        mercredi 12 juillet 2017
-        jeudi 15 octobre 2015
Aujourd’hui, des informations en provenance de Russie, lues et rapportées dans le monde entier affirment que l'assassinat de Bagdad du 27 octobre 2019 était un faux [2], aucun avion ou hélicoptère américain ne se trouvait dans la région.
Nous devons nous rappeler que la Russie a installé des systèmes S400 en Syrie après que la Turquie a abattu un avion russe et que des agents turcs ont exécuté le pilote. Ce n'était qu'à des kilomètres du prétendu endroit où les Américains ont prétendu avoir à "nouveau tué un mort (le calife)".
Baghdadi est-il vraiment Elliot Shimon ou «Simon Elliot?».
Il  n’est certainement pas le chef d’un mouvement islamique. C’est un homme qui ne combat que les ennemis d’Israël et qui le fait avec des mercenaires payés, entraînés et armés par Israël ou ses alliés, les États-Unis et l’Arabie saoudite, ainsi que par la Turquie. Une personne qui a transporté des terroristes à travers des aéroports contrôlés par des contrôleurs israéliens d’ICTS.[3]
ISIS ne pourrait exister qu'avec le large soutien du Mossad, avec un dirigeant du Mossad, avec l'aide de la CIA et du MI 6 et des tonnes d'argent saoudien. En outre, il existe de nombreuses preuves que les services de renseignement géorgiens, roumains et ukrainiens appuient également le groupe État islamique.
------------------------------------------
Addendum I
Rencontre - Elliot Shimon, agent du Mossad nommé «Calife Abu Bakr al-Baghdadi»
Sur la route du «Grand Israël»: le dirigeant de l’ISIS est l’agent à temps plein du Mossad, Shimon Elliot le dirigeant d’ISIS, qui s’appelait lui-même «le calife Abu Bakr al-Baghdadi», est un agent du Mossad spécialement formé, nommé Elliot Shimon. Dans le «monde parallèle», les événements se déroulent sous l'influence de forces dont les médias ont «peur de parler». 
 
Ainsi, des sources indépendantes de l'été 2014 ont rapporté que le vrai nom de «Calife Al-Baghdadi» - le chef de l'Etat islamique en Irak et au Levant - Simon Elliot (Eliot Shimon), était né de deux parents juifs, et est un agent du Mossad. Nous présentons ci-dessous des informations provenant de trois sources qui confirment ces données.
Le vrai nom Abu Bakra al-Baghdadi est Simon Elliott, qui a été recruté par le renseignement israélien Mossad et formé à l’espionnage et à la guerre psychologique contre les communautés arabes et islamiques.
Cette information a été attribuée à Edward Snowden et publiée dans des journaux et d'autres sites Internet: le chef de l'État islamique, Abu Bakr al-Baghdadi, a collaboré avec les services secrets britanniques, israéliens et américains pour créer une organisation capable d'attirer des terroristes extrémistes du monde entier. .
(Source: Radio ajyal.com)
----------------------
Une autre source a confirmé cette affirmation (site Web EGy-Press):
Les services de renseignements iraniens ont découvert l'identité véritable et complète du «calife de l'Etat islamique», connu sous le nom d'Abou Bakr Al Baghdadi. son vrai nom est Elliot Shimon. C'est un agent du Mossad qui accomplit une tâche importante et secrète de l'espionnage sioniste sous le pseudonyme: Ibrahim ibn Awad bin Ibrahim Al Badri Al Aradui Husseini.
Plan: tomber dans la hiérarchie militaire et civile des pays déclarant une «menace pour Israël» afin de les détruire et, partant, de faciliter leur absorption par l'État sioniste dans tout le Moyen-Orient. Pour créer le Grand Israël. Ce sont les frontières du projet sioniste, «Grand Israël» ou «Eretz Yisrael». Ces faits, publiés en août 2014, confirment que le calife Rolex est chargé par Israël de faire des ravages dans les pays voisins de l'entité sioniste. Comparez les deux cartes - ISIS et le plan publié depuis longtemps du «Grand Israël»
L'agent d'Al-Baghdadi met en oeuvre l'ancien plan de création d'un «Grand Israël», connu sous le nom de l'auteur allégué Oded Inon [4], a été publié pour la première fois en hébreu dans la revue Kivunim (Ways) (KIVUNIM), - le Journal de Judaïsme et sionisme »(Journal pour le judaïsme et le sionisme) dans le numéro 14 de février 1982. Editeur: Joram Beck. Comité de rédaction: Eli Eyal, Yoram Beck, Amnon Hadari, Manoir Yochanan, Eliezer Schwaid. Département des informations publiées / Organisation sioniste mondiale, Jérusalem (pour plus de détails, voir O. Chetverikova, «Le grand Israël sous l'ombre de la géopolitique américaine», Institute of High Communitarianism, 02/02/2013). Ce rapport d'expert a suggéré que «tous les États arabes devraient être divisés en petits morceaux par Israël» et «l'effondrement de la Syrie et de l'Irak plus tard dans des zones uniques sur le plan ethnique ou religieux, comme au Liban».
Tout cela donne une idée de ce que l'Etat islamique, dirigé par l'agent du Mossad, avait en tête en annonçant qu'il voulait s'attaquer aux «Juifs barbares», les sionistes assiégeant Gaza. En fait, la déclaration sur l'attaque de la «terre d'Israël» permettra aux Américains et aux Israéliens de pointer du doigt les «terroristes sanglants» et de tirer de plus en plus pour «protéger l'État sioniste». Ils ont lancé le programme de «promotion à grande échelle» d'ISIS au moins depuis le début de l'été et le projet lui-même a été préparé dans le cadre du même «printemps arabe» pour déstabiliser l'Irak, le Soudan, la Tunisie, l'Egypte, la Libye, la Syrie et le Mali (entre autres). ).
Écoutez les paroles du célèbre provocateur sioniste Bernard-Henri Levy (BHL) à propos du prétendu «printemps arabe»:
Nous avons déjà parlé de ce terroriste professionnel et intellectuel dont la mission est de fomenter la tension dans des «points chauds» potentiels afin de provoquer le chaos et les guerres civiles.
B.-H. Levy a joué un rôle crucial dans les révolutions arabes, qui représentent des avantages stratégiques pour Israël. Sur sa conscience - le soutien de mercenaires et d'extrémistes en Afghanistan, en Bosnie, au Kosovo, en Tunisie, en Libye et en Syrie, ainsi que l'escalade de la situation en Ukraine, où il a été amené à «porter une marque sanglante».
En même temps, Bernard-Henri Levy est non seulement un provocateur du sang à venir, mais également un diagnostic caractéristique. Rappelons-le, il y a quelques années, lors d'une conférence organisée par le Conseil des organisations juives sionistes françaises (CRIF), B.-H. Levy a annoncé que "en tant que Juif", il "a pris part à une aventure politique en Libye". Et il a ajouté: "Je n'aurais pas fait cela si je n'avais pas été juif."
C’est ce «favori de Bnay Brit» qui est l’un des idéologues du chaos engendré par la construction du «Grand Israël», rassemblant les fanatiques les plus agressifs du monde entier au sein de «l’armée du diable» - un gang qui tue de sang-froid, sans aucun signe de pitié à ses victimes. Et le tournage de leurs atrocités est posté sur les réseaux sociaux pour apporter l'horreur.
L’essence de cette stratégie est de donner l’impression générale qu’Israël est menacé par un ennemi près de ses frontières. Dans le même temps, l’ancien Premier ministre israélien Moshe Charett a très clairement déclaré dans ses journaux personnels que les dirigeants politiques et militaires juifs n’avaient jamais cru en une menace arabe quelconque pour Israël, écrit Ralph Schonman. "Ils ont cherché à manœuvrer et à forcer les États arabes à s'engager dans des affrontements militaires,
Opération de mise en œuvre.
Selon le Gulf Daily News à Bahreïn, Al-Baghdadi «s'est entraîné intensément au Mossad pendant un an, en plus de cours de théologie islamique wahhabite et d'art de la parole». En juin, un responsable jordanien a confirmé à Aaron Klein de WorldNetDaily que les membres d'ISIS ont été formés en 2012 par des instructeurs américains dans une base secrète de la ville jordanienne de Safavi. Au cours de l'opération de déploiement, al-Baghdadi a également été placé dans la prison américaine de Camp Bucca, près de Um Qasr en Irak. Ancien officier de sécurité de l'US Air Force et commandant du camp de prisonniers de guerre de Camp Bucca (2006-2007), James Skylar Gerrond a confessé en octobre que "le camp était un autocuiseur de l'extrémisme".
La destruction des États arabes et musulmans conformément au «plan Inon» sera accomplie de l'intérieur, en utilisant leurs contradictions religieuses et ethniques internes, exacerbées et exploitées par les islamistes sunnites dont les Frères Musulmans (destruction des Etats Nations en Tunisie, Libye, Egypte, Irak, Soudan Syrie, Algérie. Seuls les États croupions, vassaux d’USraël sont épargnés car ils sont déjà conquis : Maroc, Jordanie, Saoudie, tous les états du Golfe). Par conséquent, ISIS (entièrement contrôlé par le Mossad et sous la direction d'Al-Baghdadi / Shimon Eliott) nettoie le territoire de la Syrie et de l'Irak des Arabes au profit des proxies kurdes. Si le plan aboutit, Israël deviendra fabuleusement riche en contrôlant les flux de pétrole et de gaz vers l'Europe. Par conséquent, les Israéliens soignent les terroristes islamistes dans leurs hôpitaux, les transportent de l'autre côté de la frontière entre Israël et la Syrie, les nourrissent, les arment et concluent leurs transactions pétrolières via leurs banques sionistes.
---------------------------------------
Addendum II («première mort» de Baghdadi, comme indiqué dans les nouvelles arabes) : Le chef de l'Etat islamique Al Baghdadi meurt dans un hôpital israélien
Dire au revoir à un camarade d'armes
TEHERAN (FNA) - Le chef du groupe terroriste ISIL, Abou Bakr al Baghdadi, est décédé et des membres du groupe Takfiri en Irak ont déjà prêté serment à Abou Ala Afri, a annoncé dimanche la presse.
Selon deux agences de presse irakiennes, Alghad Press et Al-Youm Al-Thamen (8ème jour), ainsi que des sources dans la ville irakienne de Mossoul, Baghdadi serait mort dans un hôpital israélien situé dans les hauteurs du Golan occupé, où il avait été hospitalisé pour traitement après avoir subi de graves blessures lors d'une attaque conjointe de l'armée irakienne et des forces populaires.
Les sources ont ajouté qu'al-Baghdadi a été déclaré par ses médecins et chirurgiens israéliens comme maintenant «cliniquement mort».
Le chef terroriste a été pris pour cible dans une frappe aérienne dans l'ouest de l'Irak le 18 mars.
Les sources des informations citées par les sources du renseignement, Al-Youm Al-Thamen, ont déclaré que l'EIIL avait déjà enregistré plusieurs vidéos de son dirigeant plusieurs mois avant la frappe aérienne de mars et après qu'il eut échappé pour la première fois à des blessures mortelles il y a environ un an, pour prouver qu'il était en vie jusqu'à ce que le groupe puisse nommer nouveau chef universellement accepté.
Les sources ont ajouté que les membres du groupe Takfiri opérant en Irak avaient déjà prêté allégeance à un nouveau dirigeant appelé Abdul Rahman al-Sheijlar, alias Abu Ala Afri, pour succéder à Baghdadi.
Selon des informations non confirmées, des différends internes auraient éclaté et un certain nombre de factions de l'EIIL en Syrie et en Irak se creuseraient suite à la nomination du nouveau dirigeant. La branche en conflit avec l'EIIL, la Syrie, a rejeté le leadership d'Afri et jeté sur le successeur de Baghdadi.
La télévision hispanophone Hispan TV a également publié le 25 avril un reportage dans lequel elle confirmait le décès du dirigeant de l'EIIL.
Un rapport publié par le Guardian le 21 mars a déclaré que Baghdadi avait été grièvement blessé et menacé de mort lors d'une attaque en mars.
Le rapport, bien sûr, ajoute que Baghdadi a survécu à ses blessures.
Les blessures de Baghdadi ont conduit à des réunions urgentes des dirigeants de l'EIIL, qui avaient d'abord cru qu'il mourrait et envisageaient de nommer un nouveau dirigeant.
Un responsable irakien a confirmé que la grève avait eu lieu le 18 mars à Al Baaj, dans le district de Ninive, près de la frontière syrienne. En novembre et en décembre, Bagdad avait été blessé à deux reprises, mais ni l'un ni l'autre n'était exact.
Hisham al-Hashimi, un responsable irakien qui conseille Baghdad au sujet de l'EIIL, a déclaré: «Oui, il a été blessé à al-Baaj, près du village d'Oum al-Rous, le 18 mars, avec un groupe qui l'accompagnait».
-------------------------------------------------
NOTES
[3] ICTS, sociétè israélienne s’occupe de la sécurité des aéroports de Boston, CDG, Bruxelles, Heathrow, Ataturk, Moscou Domodedovo
la sécurité ICTS alaissé passer plusieurs des pirates de l’air 9/11 qui ont volé sur l’aéroport Logan de Boston le 11 Septembre 2001. La même équipe de sécurité israélienne a également géré la sécurité pour le réseau de bus de Londres pendant les attentats de Londres.
L’entreprise de sécurité israélienne avec un passé douteux a géré les opérations de sécurité à l’ aéroport de Bruxelles, la scène de l’attaque terroriste mardi.
Le cabinet de sécurité ICTS a toujours été présente sur le théâtre de certains des plus grands incidents terroristes de ces derniers temps.
L’entreprise de sécurité ICTS a laissé passer plusieurs des pirates de l’air 9/11 qui ont volé sur l’aéroport Logan de Boston le 11 Septembre 2001. La même équipe de sécurité israélienne a également géré la sécurité pour le réseau de bus de Londres pendant les attentats de Londres.
ICTS a été créé en 1982 par d’anciens membres du Shin Bet, l’agence de sécurité intérieure d’Israël et des agents de sécurité aérienne El Al, et a une présence importante dans le monde dans la sécurité des aéroports ( Pays-Bas, Allemagne, Espagne, Italie, Portugal, Japon et Russie). ICTS utilise le système de sécurité utilisé en Israël, selon lequel les passagers sont profilés pour évaluer la mesure dans laquelle ils constituent une menace potentielle sur la base d’un certain nombre d’indicateurs, notamment l’âge, le nom, l’origine et le comportement lors de l’interrogatoire et des caméras thermiques qui captent si un suspect paniqué transpire.
[4] Moyen Orient : Le plan américano-israélien


VOIR AUSSI :
Hannibal GENSÉRIC

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.