mardi 8 octobre 2019

Plan antimondialistion du Grand Moyen-Orient. Orthodoxie, Soufisme et Chiisme


Un plan choc entre deux superpuissances (russo-américaine) pour le contrôle du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord a été publié dans la presse turque et éclaire "les aspects d'une" guerre sans merci et inconnue "qui commence dans la mer Noire et au Moyen-Orient et se termine en Afrique du nord."
Ainsi, selon le plan russe pour la région du Moyen-Orient l’Afrique du Nord, «le sort d’Israël sera déterminé par son rôle dans la coalition occidentale dirigée par les États-Unis».
Le plan américain correspondant, appelé BOP , qui a été annulé dans la pratique, a été préparé par Kushner, le gendre judéo-sioniste de Trump, dans l’intérêt exclusif de Tel-Aviv. Cependant, les rapports de force dans la région ont changé et c’est maintenant l’occasion pour Israël de quitter le camp atlantique et de s’accrocher au camp eurasien.

Selon ce plan, Moscou s’affirme comme le garant géopolitique de la sécurité du peuple israélien, assurant ainsi à Jérusalem un statut international de ville interreligieuse mondiale.
Tous les regards sont tournés vers la communauté mondiale et sur l’émergence de l’alliance russo-chiite-soufie, qui traite non seulement de l’avenir du Moyen-Orient et des pays du Maghreb, mais également du sort de tout un nouveau monde multipolaire (trois superpuissances de la Chine, USA, Russie).
En fait, l’expansion de la Russie vers l’islam / soufisme traditionnel n’est pas nouvelle. Bien que tous ces projets ne fassent aucune mention, des liens peuvent être faits entre certaines des méthodes utilisées pendant les 1re et 2e guerres tchétchènes en Russie pendant la période agitée des années 1990.
À cette époque, la Tchétchénie avait créé une «guerre civile» nourrie par les services russes, entre Hamaïsme et Islam traditionnel, qui avait amené certaines forces tchétchènes à se détruire et d'autres à se raccrocher à la Russie (comme Kadyrov ).
Par exemple, Hoca Ahmed Nuhayev, l’un des principaux dirigeants tchétchènes blessés lors du premier conflit armé en Tchétchénie, a par la suite été transféré à Moscou pour des entretiens secrets, alors même qu’il était recherché pour des crimes contre la Russie.
Nuhayev était considéré comme un nouvel "allié" de l'anti-wahhabisme, une théorie totalement contraire au concept islamique traditionnel des Tchétchènes. Lors de la seconde guerre de Tchétchénie, Moscou a réussi à attirer Kadyrov à ses côtés, même s'il s'était initialement battu contre la Russie.
Ainsi, les «forces ennemies» tchétchènes ont été scindées en deux, le secteur radical wahhabite a été isolé et le pouvoir russe a rapidement été rétabli en Tchétchénie. En fait, nous voyons qu'une approche similaire est suivie par  les Russes du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord.
Selon le rapport, une telle alliance ne devrait pas être fondée sur des solutions rationnelles gagnant-gagnant ou sur d'autres moyens d’exploitation des États, mais sur des valeurs traditionnelles séculaires, conformément à une idéologie anti-mondialisée respectueuse de la religion des autre".
Moscou, Ankara et Téhéran retrouveront leurs racines traditionnelles et deviendront le centre des trois cultures spirituelles (orthodoxe, sunnite et chiite) et unies dans leur résistance à l’Occident.
Outre l'Iran, la couverture géopolitique rapportée par la Russie concerne également l'Irak, la Syrie, le Liban, le Yémen, Bahreïn et l'Afghanistan.
Les chiites vivent aujourd'hui fragmentés à la suite d'une politique coloniale occidentale vieille de plusieurs siècles. L’Iran, au milieu de tout cela, a mis au point une stratégie institutionnalisée qui ramène ce  pays à son origine sacrée, mais qui est prêt à se révolter contre le monde moderne, indique le plan russe.
Le plan russe attire également l'attention sur le rôle important que peut jouer le triangle Moscou-Ankara-Téhéran. Le soufisme, non seulement en Turquie, au Moyen-Orient et au Maghreb, mais dans presque tous les pays musulmans ( même s'il existe une proportion de «wahhabisme, salafisme et takfirisme)  est considéré comme la forme dominante de l'islam.
Le rapport russe indique que dans d'autres pays islamiques (Égypte, Jordanie, Soudan, Libye, Algérie, Maroc, Afghanistan, Pakistan, etc.), à l'exception des zones de chiites et de wahhabisme (Arabie saoudite, Émirats arabes unis, Qatar),   la tradition du mysticisme existe en tant qu'ingrédient de l'islam.
Le Pakistan est un autre centre du soufisme qui possède des armes nucléaires. Le Pakistan serait «coincé» après la guerre américano-britannique en Afghanistan, et on prévoit que le nouvel ordre eurasien sera en mesure de résoudre le conflit afghan, selon l'axe stratégique Moscou-Islamabad-Ankara et Moscou-Téhéran qui sera bientôt achevé.
Les auteurs du projet estiment que la renaissance de la philosophie soufie peut créer un dénominateur commun entre les communautés sunnites (arabes et non arabes) du Moyen-Orient, ce qui pourrait être la solution pour résoudre un certain nombre de problèmes complexes dans la région élargie, comme par exemple celui de parvenir à une compréhension mutuelle entre sunnites, chiites et chrétiens. L'article conclut que ces problèmes devraient inclure à la fois les problèmes kurde et palestinien.
La seule question qui se pose est de savoir quel plan finira par prévaloir et si les populations de la région ont été interrogées sur ce qu’elles souhaitaient ou si elles exécutaient simplement deux projets en parallèle et lequel va prévaloir.

Source  :
VOIR AUSSI :
Hannibal GENSÉRIC




1 commentaire:

  1. Ainsi, le monde n'appartient plus aux noachistes. Les protestants seront forcés d'apprendre la notion de respect et de l'humilité, de l'authentique philosophie du rig-veda et finalement à comprendre que Marie, la mère de Jésus, n'était pas considérée "vierge" pour n'avoir jamais enfantée mais bien pour avoir choisi de suivre la voie céleste et pur qui n'était accessible que par la vertu et suivant son fils jusqu'au sacrifice girardien, en compagnie de nombreuses autres femmes qui avaient abandonné leur vie méprisable de péchés pour suivre l'Élu. À écarter à jamais leur rationalisme pour adopter une vision du monde qui n'est guère limitée ni délimitée aussi bien dans le temps que géographiquement, comprendre qu'il n'y a pas de début ni de fin à rien, que tout est un recommencement perpétuel prenant une couleur différente à chaque passage de l'évolution qui n'est jamais datée car rien n’est jamais totalement détruit comme jamais complètement créé, apprendre ce concept de l’incomplétude. Là, se trouve l’authentique philosophie car les frictions que le rationalisme engendre par le souci maladif d’avoir maîtrise sur tout en catégorisant à qui mieux mieux, en datant, encadrant toutes les matières humaines par d’innombrables codes théoriques, arrivé au zénith de l’ère technologique, fait preuve de son incapacité à limiter l’œuvre humaine, sensée se renouveler en permanence. La création n’existe pas, il n’y a que de l’évolution et de l’interprétation, jamais de certitude éternelle. Croire qu’un inventeur ait pu réaliser quoique ce soit ex-nihilo ou de son seul cerveau est une utopie ; toute découverte a une histoire bien plus longue que le rationalisme ne l’imagine mais ne plaira pas car la traçabilité pour accomplir une œuvre est souvent trop fastidieuse pour déterminer un unique auteur d’une réalisation qu’il devra à une kyrielle d’ingénieurs différents précédents, et de tous horizons, qui l’auront permis de tabler sur leurs recherches. Travaux antérieurs sans lesquels, cet inventeur n’aurait jamais rien inventé. L’étiquetage doit être aboli comme outil de gloire, de vanité, d’égo. La solidarité doit primer sur l’égo sans jamais devenir universaliste, ce qui ne serait que l’aboutissement du rationalisme.

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes et les commentaires comportant des insultes ou des attaques personnelles seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de ce Blog.