mercredi 2 octobre 2019

L'Iran continue de creuser des tunnels pour missiles 24h / 24 et 7j / 7


Amir Ali Hajizadeh, commandant de l'unité aérospatiale du Corps des gardes de la révolution islamique (IRGC), a déclaré que l'Iran creusait toujours des tunnels de missiles 24 heures sur 24, sept jours sur sept, trente-cinq ans après le début du projet.
"L’idée derrière ces villes [souterraines] remonte à l’année 1363 (1984-1985). En fait, le premier tunnel a été construit avant l’importation du premier missile", a déclaré Hajizadeh lundi dans une interview diffusée à la télévision nationale, Mehr.

"La préoccupation de nos ennemis est que ces capacités ne leur sont pas accessibles", a-t-il déclaré.
En janvier 2016, la télévision a diffusé des images exclusives du profond tunnel souterrain de l'IRGC, rempli de nombreux missiles balistiques Emad.
La première installation de missiles souterrains de l’IRGC a été inaugurée le 14 octobre 2015.
En mars 2016, Hajizadeh a déclaré: "Nous avons des tunnels souterrains dans le pays et sous les montagnes, où nous stockons nos missiles."
"Ces tunnels ne peuvent pas être détruits même s'ils sont la cible de bombes atomiques", a-t-il ajouté.
La République islamique soutient que ses forces militaires ne représentent aucune menace pour les autres pays et que sa doctrine de défense repose uniquement sur la dissuasion.
Hajizadeh a déclaré que seules les superpuissances du monde avaient la capacité de concevoir et de produire des missiles à guidage de précision et que moins de 10 pays en fabriquaient.
"Aujourd'hui, nous sommes la puissance de missile numéro un dans la région et nous sommes parmi les 7 à 8 plus grandes puissances au monde", a-t-il ajouté.
Il a poursuivi en affirmant que les progrès de l’Iran dans le domaine de la technologie des missiles étaient remarquables d’autant plus qu’il y a 10 ans, l’Iran n’avait rien dans ce domaine.
"Nous cherchions à en acheter mais aucun pays ne voulait nous vendre cet équipement", a expliqué le haut général.
En août, l’Iran a dévoilé un système de défense antimissile construit dans le pays, baptisé «Bavar-373».
Bavar-373 est un système de défense antimissile mobile conçu pour intercepter et détruire les cibles hostiles entrantes. Le système utilise des missiles d’une portée maximale de 300 km. Le système est capable de détecter simultanément jusqu'à 300 cibles, de suivre 60 cibles à la fois et d'engager six cibles à la fois.
Le président Hassan Rouhani a déclaré après la cérémonie de dévoilement que le système de défense antimissile est plus puissant que le système de missile S-300 et ressemble davantage à un S-400.
Les tensions entre l’Iran et les États-Unis ont monté en flèche ces derniers mois, en particulier après la destruction du drone américain infiltré en Iran et les attaques de drones houthis sur les installations d’Aramco en Arabie saoudite.
Le 20 juin, l’unité aérospatiale de l’IRGC a abattu un drone américain RQ-4 Global Hawk au-dessus du détroit d’Hormuz qui a violé l’espace aérien iranien. Bien que les États-Unis prétendent que le drone avait survolé les eaux internationales, l’Iran a montré aux parties récupérées le drone dans ses propres eaux territoriales où il avait été abattu.
Le drone a été abattu par le système de missiles de défense aérienne "Khordad-3rd".
Le général Hajizadeh a déclaré à l'époque que le drone intrus avait reçu quatre avertissements avant d'être abattu.
Suite à l'incident, le major général de l'IRGC, le général Hossein Salami, a déclaré que la destruction du drone avait envoyé un «message clair» à Washington.
"Le message est que, même si Téhéran ne cherche pas la guerre, il est tout à fait prêt à se battre si nécessaire", a-t-il déclaré.
MH / PA
Source Tehran Times
La confrontation Iran-USA sur le terrain de cyberguerre
Lors de la 23ème réunion des commandants du Corps des gardiens de la Révolution islamique (CGRI), mardi 1er octobre, le général de brigade Mohammad Pakpour, commandant en chef des forces terrestres du CGRI a évoqué la disposition de cette unité à faire face à toute menace étrangère pour dire : « Aujourd'hui, nous sommes dans une situation où  nous avons renforcé non seulement les potentiels dont nous avions bénéficié dans le passé, mais aussi nous avons affermi les capacités stratégiques des forces terrestres du CGRI ».
Système de défense anti-aérien iranien. (Photo d’archives)
En allusion à l’usage d'hélicoptères ayant redoublé la capacité de la force terrestre du CGRI, le général de brigade Pakpour a affirmé : « Depuis 2015, et après l’intégration des hélicoptères au sein des forces terrestres du CGRI, nous sommes parfaitement en mesure de mener à bien les missions visant à déjouer les complots de l'ennemi, et riposter aux agissements des terroristes sur les zones frontalières. Les drones de combat et de reconnaissance déployés sur les postes-frontière jouent un rôle stratégique en cette matière. »
Dans une autre partie de ses propos, le général a évoqué le savoir-faire du CGRI en ce qui concerne les guerres électroniques pour dire : « Aujourd'hui, emporter une guerre électronique c'est assurer le succès des opérations militaires sur les zones opérationnelles. »
Dans un récent article intitulé « Quelle est l’arme secrète de l’Iran qui a vaincu Trump ? » et publié par le quotidien libanais Al-Binaa, l’analyste libanais Mohamed Sadeq al-Husseini écrivait que le développement par l’Iran d’un large éventail de technologies et d’armes de guerre électronique est un facteur important de dissuasion face aux agressions militaires américaines contre l’Iran.
« Nombreux sont ceux qui demandent quelle est l’arme secrète des Iraniens qu’a brandie CGRI face aux États-Unis malgré la grande capacité militaire américaine, comme ses navires et ses forces aériennes et maritimes déployées autour de l’Iran », lisait-on dans l’introduction de cet article.
L’auteur écrit ensuite : « Il existe deux types d’armes, voilà la réponse des Iraniens. L’une sera tenue secrète jusqu’à l’avènement de la grande guerre et l’autre est connue des grandes puissances. Ces deux armes ont été fabriquées grâce aux moyens nationaux. L’arme électronique A2/AD est celle que les grandes puissances connaissent, mais elles ne savent pas que l’Iran en possède une autre. Cette stratégie de défense consiste à tirer des torpilles, des missiles de croisière et des missiles balistiques antinavires pour empêcher les porte-avions américains d’entrer sur le champ de bataille. Or, les forces de la guerre électronique du CGRI ont pris le contrôle d’un drone ultrasophistiqué américain appelé RQ-170, qui a traversé les frontières orientales de l’Iran, avant d’être forcé d’atterrir en toute sécurité...Tout ceci laisse supposer que l'Iran possède des qualités de cyberguerre insoupçonnée."
Source : Presstv

VOIR AUSSI :
Hannibal GENSÉRIC
 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes et les commentaires comportant des insultes ou des attaques personnelles seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de ce Blog.