vendredi 25 octobre 2019

Syrie. Les États-Unis envoient des troupes et des chars pour aider au pillage du pétrole syrien


Rien ne peut plus nous surprendre de Trump la girouette. Trump tweette  qu'il quitte la Syrie, mais le voilà de retour. Ce que nous ne savons pas, c’est est-ce qu’il s’agit de son habitude tragi-comique de manipulation de type "fake news" ou est-ce qu’il réagit à la forte opposition bipartite du Congrès sur son retrait du nord de la Syrie?
Les États-Unis prévoient de déployer de nouvelles troupes et des chars de combat dans les zones pétrolifères du nord-est de la Syrie, a rapporté Newsweek le 23 octobre, citant un responsable du Pentagone.
Le responsable non identifié a déclaré au magazine américain que les États-Unis cherchaient à déployer la moitié d'un bataillon de l'équipe de combat de la brigade blindée de l'armée américaine comprenant jusqu'à 30 chars Abrams aux côtés de membres du personnel se rendant sur des champs pétroliers clés dans le nord-est de la Syrie. Selon le responsable, le plan est en attente d'approbation par la Maison Blanche.
Les champs pétroliers du nord-est de la Syrie, comprenant al-Rmelan et al-Omar, sont contrôlés par les Forces démocratiques syriennes (SDF) dirigées par les Kurdes. Le responsable a déclaré que ces forces continueraient à être impliquées dans la sécurisation de ces champs de pétrole, a déclaré le responsable.
Le président Donald Trump avait annoncé que les États-Unis poursuivaient leur plan de retrait des troupes du nord-est de la Syrie. Cependant, il a déclaré que les champs de pétrole de la région et de la région d'al-Tanaf, dans le sud-est du pays, resteraient sous contrôle pour le moment.
Interrogé par Newsweek sur la situation pétrolière, un haut responsable de l'administration a déclaré que le sort final de ces ressources n'avait pas encore été déterminé.
«Le président a déclaré que nous aurions une force résiduelle dans la région pour protéger les zones qui contiennent les champs de pétrole, ainsi que la base d'Al Tanaf, dans le sud de la Syrie. Ce sont des domaines importants pour nous permettre de limiter la résurgence de ISIS. Et il y a bien sûr un avantage d'artillerie dans le fait que les Kurdes et les autres forces démocratiques contrôlent le pétrole », a déclaré le responsable. «En ce qui concerne la manière dont le pétrole sera vendu et ce genre de choses, c’est un sujet sur lequel nous allons certainement nous pencher et que nous surveillerons à l’avenir. Et nous garderons un œil attentif là-dessus.
Le Pentagone n’a pas commenté le rapport de Newsweek jusqu’à présent. S’il est approuvé, le déploiement d’une force aussi importante irait à l’encontre du processus de retrait.
En maintenant les champs pétroliers sous contrôle, Washington s'emploie clairement à empêcher le gouvernement de Damas, qui a conclu un accord avec le SDF, de récupérer des ressources vitales.

Source US sending troops and tanks to “secure” Syrian oil fields

 Southfront
----------------------------------------------------------------------------------------

Trump suggère aux Kurdes de se réinstaller dans la région pétrolière de Syrie s'ils veulent la protection des États-Unis

Le 24 octobre, le président des États-Unis, Donald Trump, a déclaré s'être entretenu avec le général Mazloum Abdi, commandant des forces démocratiques syriennes kurdes, et a déclaré que les Kurdes devaient se rendre sur les champs de pétrole situés sur la rive est de l'Euphrate.
Trump Suggests Kurds To Resettle In Syria's Oil Region, If They Want US Protection
    «Il apprécie ce que nous avons fait et j'apprécie ce que les Kurdes ont fait. Peut-être qu'il est temps que les Kurdes se dirigent vers la région pétrolière! »
La veille, Trump avait annoncé la levée des sanctions contre la Turquie, dans la mesure où le cessez-le-feu temporaire dans le nord de la Syrie serait "permanent".
    "Les sanctions seront levées à moins que quelque chose nous arrive qui ne nous plaise pas", a déclaré Trump à la Maison Blanche.
Il a déclaré que le cessez-le-feu de cinq jours annoncé le 17 octobre serait «effectivement permanent», tout en précisant que «vous définiriez également le mot « permanent » dans cette partie du monde comme quelque peu discutable, nous le comprenons tous, mais je crois que ce sera permanent. "
Il a également profité de l'occasion pour riposter à ses critiques, qui ont déclaré que l'abandon des Kurdes par les États-Unis était une erreur politique, ce qui est clairement le cas.
    "Laissez quelqu'un d'autre se battre sur ce long sable taché de sang", a déclaré Trump.
    «Les mêmes personnes que j'ai regardées et lues et qui m'ont conseillé et conseillé les États-Unis sont celles que je regarde et que je lis depuis de nombreuses années. Ce sont les gens qui nous ont fait entrer dans le désordre du Moyen-Orient, mais qui n’ont jamais eu la vision ou le courage de nous sortir de là-bas », a déclaré Trump. "Ils ne font que parler."
Il a déclaré que l'annonce d'un cessez-le-feu permanent "valide notre ligne de conduite avec la Turquie qui était dédaignée il y a quelques semaines à peine".
Le cessez-le-feu "permanent" était en réalité le résultat d'un accord russo-turc selon lequel les troupes russes patrouillaient dans le nord de la Syrie à partir du 23 octobre. Trump tente essentiellement de détourner une victoire très claire et évidente de la politique internationale turque et russe.
Le 23 octobre, le commandant kurde, le général Mazloum Abdi, aurait félicité Trump pour toute son aide dans la protection des Kurdes des Turcs.
GEN.Mazloum:
2. We THANK President Trump for his tireless efforts that stopped the brutal Turkish attack and jihadist groups on our people.

9,232 people are talking about this
C’est ce qui s’est passé le même jour lorsque Mazloum s’est entretenu avec le ministre russe de la Défense, Sergey Shoigu, sous des drapeaux russe et syrien, remerciant le président russe Vladimir Poutine pour tout ce qu’il avait fait.
Le problème, c’est que Mazloum et les Kurdes acceptent de louer toutes les personnes qui leur fournissent une porte de «sortie» de l’opération militaire turque.
Les Kurdes sont essentiellement des traîtres, quels que soient leurs véritables motifs. Le SDF et d'autres groupes kurdes ont trahi très publiquement l'Etat syrien. Dans la situation la plus précaire, ils ont abandonné la nation syrienne et ont conclu un pacte avec les États-Unis, puissance étrangère qui cherche à saper l’intégrité territoriale du pays et n’a jamais caché son désir d’un changement de régime.
Il devait y avoir des conséquences de ces trahisons et les Kurdes en ont souffert. Washington les a abandonnés, Parce qu’elle  jugeait plus important de permettre à la Turquie de mener son offensive que de les protéger.
Les États-Unis ne quittent manifestement pas la Syrie. Ils y restent, en particulier dans les champs de pétrole saisis sur la rive orientale de l'Euphrate, naturellement, ils ont besoin d'aide pour le protéger de toutes les factions concurrentes.
Si les Kurdes se déplacent vers les gisements de pétrole pour les protéger, quelle garantie existe-t-il que les États-Unis ne les abandonneront pas à l’avenir et que l’armée arabe syrienne, sous la forme d’une garantie russe, les sauvera à nouveau.
Source :
VOIR AUSSI :
Hannibal GENSÉRIC

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes et les commentaires comportant des insultes ou des attaques personnelles seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de ce Blog.