samedi 12 octobre 2019

TUNISTAN. Un face-à-face « historique » entre les deux finalistes de la Présidentielle

Kaïs Saïed est resté fidèle à son statut d’enseignant débitant son cours d’une manière robotique tout en restant flou quant aux projets et promesses
Nabil Karoui n’a pas été brillant, mais il a été fidèle à son esprit pratique et pragmatique avec des idées et des propositions claires et concrètes
L’interviewer Chaker Besbès a failli à son rôle de neutralité en tolérant des dépassements de temps à son « professeur » et en veillant à ce qu’il ne reste pas hors-sujet.
Introduction

L'universitaire Kaïs Saïed, 61 ans (à droite sur l'image) , alias Robocop, et l'homme d'affaires et des médias Nabil Karoui, 56 ans, s'affrontaient ce vendredi lors d'un débat télévisé, à deux jours du second tour de l'élection présidentielle en Tunisie.
Nabil Karoui et Kaïs Saïed s'affrontent, le 11 octobre 2019, lors d'un débat télévisé, deux jours avant le second tour de la présidentielle tunisienne.D'un côté, un austère spécialiste du droit constitutionnel, de l'autre, un homme d'affaires clivant au verbe facile. Kaïs Saïed et Nabil Karoui – tout juste sorti de prison – s'affrontent, vendredi 11 octobre, lors d'un débat inédit attendu en Tunisie à deux jours du scrutin présidentiel.
"C'est un débat entre deux candidats aux antipodes", analyse Lilia Blaise, correspondante de France 24 en Tunisie. "D'un côté, Kaïs Saïed, très classique, qui s'exprime en arabe littéraire, et de l'autre Nabil Karoui, qui parle le derja, le dialecte tunisien, qui est plus volubile, moins posé."
Le duel télévisé, annoncé mercredi dès la sortie de prison de Nabil Karoui, est une première dans le pays pionnier des Printemps arabes, et a été logiquement placé à la une de la presse tunisienne vendredi.
"Enfin... le débat !", a titré le quotidien Al Chourouk, "Ce soir ou jamais", a écrit Le Temps. Le journal Al Maghreb a expliqué, quant à lui, que ce face-à-face entre deux candidats aux antipodes doit "permettre aux sept millions d'électeurs tunisiens de savoir qui mérite leur confiance".
PUBLICITÉ
Au premier tour de la présidentielle début octobre, les deux outsiders étaient arrivés en tête, au détriment de l'élite politique en place : Kaïs Saïed avait obtenu 18,4 % des voix contre 15,6 % pour Nabil Karoui.
La révolution par le droit face à la défense des plus démunis
Kaïs Saïed propose une décentralisation radicale du pouvoir et une révolution par le droit, son thème de prédilection. Il reprend des slogans de la révolution de 2011, appelant à redonner "le pouvoir au peuple" tout en restant très légaliste, ce qui lui vaut d'être largement plébiscité par les étudiants, notamment ceux qui furent les siens.
Nabil Karoui, qui a fondé avec son frère Ghazi l'une des principales chaînes de télévision du pays, Nessma, a fait de la défense des plus démunis son cheval de bataille, puisant volontiers dans le registre du lyrisme. Il se présente comme le "père" de la "grande famille" de ses électeurs.
Les sept millions d'électeurs tunisiens retournent dimanche aux urnes pour la troisième fois en un mois, dans un contexte économique difficile, qui alimente une grogne sociale croissante.
VOIR AUSSI :
TUNISTAN. Le Califat va enfin se réaliser
Hannibal GENSÉRIC 
---------------------------------------------------------------------
Les dés sont jetés, au niveau de la campagne électorale, bien évidemment. Maintenant, c’est aux Tunisiennes et Tunisiens d’aller voter en masse le dimanche 13 octobre 2019 lors de la finale du second tour de l’élection présidentielle anticipée.
En effet, avec la tenue du face-à-face, ce soir du vendredi 11 octobre entre Nabil Karoui et Kaïs Saïed, la campagne, qui n’a jamais eu lieu, pour le second tour a été clôturée en un jour. Que peut-on retenir de cet « examen » final ?
Tout d’abord, nous tenons à faire remarquer que Chaker Besbès, qui a été étudiant chez Kaïs Saïed, mérite au moins un carton jaune pour avoir toléré, à plusieurs reprises le dépassement de temps réservé à son « professeur » qui le flattait en rappelant que le journaliste est un « homme de droit » !
Dans le même ordre d’idées, si Asma Bettaïeb s’est montrée respectueuse de son rôle de neutralité, il n’en a pas été de même pour son collègue qui a toujours tenté de recadrer son « professeur » afin qu’il ne reste pas hors du sujet comme il l’a été dans la plupart de ses réponses, alors qu’il n’avait pas à intervenir et qu’il devait laisser le candidat disposer de ses 120 secondes comme il l’entend. Après tout, Kaïs Saïed est majeur et vacciné et n’avait pas besoin des rappels à l’ordre par le journaliste.
Revenons au contenu et au fond.
Une remarque générale s’impose en toute objectivité puisque tous ceux qui ont suivi le face-à-face l’ont remarqué. Le candidat Kaïs Saïed est resté fidèle à son statut d’enseignant universitaire qui donne un cours, d’une manière robotique dans un amphi. Pas de promesses, pas de prises de positions franches et tranchées, pas d’idées concrètes et pratiques concernant les différentes problématiques qui pourraient se poser à lui en tant que président de la République.
On a eu droit à des généralités, à des théories et à une répétition de son concept fétiche consistant en une refonte totale de la vie politique avec le pouvoir participatif et local tout en plaçant les jeunes au cœur du débat dans le sens où, d’après lui, le jeune doit s’exprimer et décider de son propre sort alors que les responsables doivent juste obéir. Pour être indulgent, on va dire que c’est du « romantisme » et de l’adolescence politique pour ne pas dire de la naïveté.
Ensuite, en refusant, catégoriquement, de faire des promesses, Kaïs Saïed a choisi la solution de facilité et prouvé qu’il s’agit juste d’un choix parce qu’il n’a aucun programme pour aucune question.
En face, Nabil Karoui n’a pas été brillant, certes, mais il a été bon dans l’ensemble dans le sens où il s’est montré pratique, pragmatiques avec des concepts réalistes et des solutions envisageables pour les différents problèmes de l’heure dans les divers secteurs.
Toutefois et comme tout est relatif, force est de reconnaître que le chef du parti de Qalb Tounès a été de loin meilleur que son adversaire qui, d’ailleurs, a cafouillé à la fin et s’est montré incapable de répondre à la remarque de son rival qui a eu l’honnêteté de reconnaître la propreté et le haut degré intellectuel de Kaïs Saïed mais tout en lui faisant remarquer que son projet est irréalisable sur le terrain, une fois arrivé au palais de Carthage.
Pour notre part, nous avons fait notre lecture-analyse première, avec argumentation à l’appui. Et nous défions quiconque de nous expliciter le projet et le programme de gouvernance de Kaïs Saïed. Bien entendu, le dernier mot revient aux électeurs tunisiens pour décider du nom de la personne appelée à devenir leur président.
Alors, quelque soit votre candidat choisi, l’essentiel est d’aller voter en masse, ce dimanche 13 octobre.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.