mardi 8 octobre 2019

Ennemis de l'Amérique, qui est sur la liste?


Pendant près de deux décennies, les États-Unis ont dressé une liste de «pays ennemis» à affronter, à attaquer, à affaiblir et dont le gouvernement est à renverser.
Cette quête rageuse impériale de ravager et détruire des "pays ennemis" opère à différents niveaux d’intensité et  dépend de deux considérations: le niveau de priorité et le degré de vulnérabilité du pays cible lors d’une opération de "changement de régime".
Le présent essai se concentrera sur les critères permettant de déterminer un "pays ennemi" et sa place sur la liste des cibles prioritaires dans la quête d'une plus grande domination mondiale par les États-Unis, ainsi que sur leur vulnérabilité à un changement de régime "réussi".
Nous conclurons en examinant les perspectives réalistes des futures options impériales.

Prioritisation des adversaires des Américains
AmericaLes stratèges impériaux tiennent compte de critères militaires, économiques et politiques pour identifier des adversaires hautement prioritaires.
Les "ennemis" prioritaires des États-Unis:
1) La Russie, en raison de sa puissance militaire, elle constitue un contrepoids nucléaire à la domination mondiale des États-Unis. Ses forces armées sont énormes et bien équipées, avec une présence européenne, asiatique et au Moyen-Orient. Ses ressources mondiales en pétrole et en gaz le protègent du chantage économique américain et ses alliances géopolitiques grandissantes limitent l'expansion des États-Unis.
2) La Chine, en raison de sa puissance économique mondiale et de la portée croissante de ses réseaux commerciaux, d’investissements et technologiques. La capacité militaire de défense croissante de la Chine, notamment en ce qui concerne la protection de ses intérêts en mer de Chine méridionale, sert à contrer la domination américaine en Asie.
3) La Corée du Nord, en raison de sa capacité de missiles nucléaires et balistiques, de sa politique étrangère férocement indépendante et de son emplacement géopolitique stratégique, elle est considérée comme une menace pour les bases militaires américaines en Asie et pour les alliés et mandataires régionaux de Washington.
4) Le Venezuela, en raison de ses ressources en pétrole et de ses politiques sociopolitiques, ce pays conteste le modèle néolibéral américain centré sur les États-Unis et imposé à toute l’Amérique latine.
5) L'Iran, en raison de ses ressources pétrolières, de son indépendance politique et de ses alliances géopolitiques au Moyen-Orient. L’Iran défie les dominations américaine, israélienne et saoudienne sur la région et constitue une alternative indépendante de l’impérialisme, quel qu’il soit.
6) La Syrie, en raison de sa position stratégique au Moyen-Orient, de son parti au pouvoir nationaliste laïque et de ses alliances avec l'Iran, la Palestine, l'Irak et la Russie, constitue un contrepoids au projet américano-israélien de balkaniser le Moyen-Orient en une collection de mini-États ethno-religieux-tribaux en guerre perpétuelle entre eux, à l’image des taïfas andalouses qui ont fini par le génocide des musulmans d’Espagne. .
Adversaires des Américains de niveau intermédiaire:
1) Cuba, en raison de sa politique étrangère indépendante et de son système socio-économique alternatif, qui contraste avec les régimes néolibéraux centrés sur les États-Unis dans les Caraïbes, en Amérique centrale et en Amérique du Sud.
2) Le Liban, en raison de son emplacement stratégique sur la Méditerranée et du partage du pouvoir du gouvernement de coalition avec le parti politique, le Hezbollah, qui exerce une influence croissante sur la société civile libanaise, en partie à cause de la capacité éprouvée de sa milice à protéger la souveraineté nationale libanaise en expulsant du pays l’envahisseur israélien et à aider à vaincre les terroristes islamistes et mercenaires (ISIS / Al Queda) en Syrie voisine.
3) Le Yémen, en raison de son mouvement indépendant et nationaliste dirigé par les Houthis et opposé au gouvernement fantoche imposé par les Saoudiens, ainsi que par ses relations avec l'Iran.
Adversaires de bas niveau
1) la Bolivie, en raison de sa politique étrangère indépendante, de son soutien au gouvernement chaviste au Venezuela et du plaidoyer en faveur d'une économie mixte; l'exploitation minière et la défense des revendications territoriales des peuples autochtones.
2) le Nicaragua, en raison de sa politique étrangère indépendante et de sa critique de l'agression américaine à l'égard de Cuba et du Venezuela.
L’hostilité des États-Unis à l’égard d’adversaires hautement prioritaires se traduit par des sanctions économiques telles que l’encerclement militaire, des provocations et d’intenses guerres de propagande contre la Corée du Nord, la Russie, le Venezuela, l’Iran et la Syrie.
En raison des liens puissants qui unissent la Chine aux marchés mondiaux, les États-Unis lui ont appliqué peu de sanctions. Au lieu de cela, les États-Unis s'appuient sur l'encerclement militaire, les provocations séparatistes et une propagande hostile intense lorsqu'ils traitent avec la Chine.
Adversaires prioritaires, faible vulnérabilité et attentes irréalistes
À l’exception du Venezuela, les ‘cibles hautement prioritaires’ de Washington ont des vulnérabilités stratégiques limitées. Le Venezuela est le plus vulnérable en raison de sa forte dépendance à l'égard des revenus pétroliers avec ses principales raffineries situées aux États-Unis et de son niveau d'endettement élevé, qui frise le défaut. En outre, il existe des groupes d’opposition nationaux, tous agissant en tant que clients américains, et l’isolement croissant de Caracas en Amérique latine en raison de l’hostilité orchestrée des vassaux américains importants, tels que l’Argentine, le Brésil, la Colombie et le Mexique.
L’Iran est beaucoup moins vulnérable: c’est une puissance militaire régionale stratégique forte liée aux pays voisins et à des mouvements similaires nationalistes et religieux. Malgré sa dépendance aux exportations de pétrole, l’Iran a développé des marchés alternatifs, comme avec la Chine, à l’abri du chantage des États-Unis et relativement à l’abri des attaques de créanciers initiés par les États-Unis ou à l’UE, un autre vassal masochiste de Washington.
La Corée du Nord, malgré les sanctions économiques paralysantes imposées à son régime et à sa population civile, la RPCN dispose de «la bombe» comme moyen de dissuasion contre une attaque militaire américaine et n’a montré aucune réticence à se défendre. Contrairement au Venezuela, ni l'Iran ni la Corée du Nord ne font face à des attaques internes significatives de la part d'une opposition nationale armée ou financée par les États-Unis.
La Russie dispose de toutes ses capacités militaires - armes nucléaires, ICBM et d'une énorme force armée bien entraînée - pour dissuader toute menace militaire directe des États-Unis. Moscou est politiquement vulnérable à la propagande soutenue par les États-Unis, aux partis politiques de l'opposition et aux ONG financées par l'Occident [1]. Des oligarques milliardaires russes liés à Londres et à Wall Street exercent une certaine pression contre les initiatives économiques indépendantes.
Les sanctions américaines ont exploité dans une mesure limitée la dépendance antérieure de la Russie vis-à-vis des marchés occidentaux, mais depuis l’imposition de sanctions draconiennes par le régime Obama, Moscou a efficacement contré l’offensive de Washington en diversifiant ses marchés en Asie et en renforçant l’autosuffisance nationale en haute technologie.
La Chine a une économie de classe mondiale et est sur le point de devenir le leader économique mondial. Les faibles menaces de «sanction» contre la Chine ont simplement révélé la faiblesse de Washington, plutôt que d’intimider Pékin. La Chine a contré les provocations et les menaces militaires américaines en renforçant son pouvoir de marché, en renforçant ses capacités militaires stratégiques et en se débarrassant du dollar.
Les cibles hautement prioritaires de Washington ne sont pas vulnérables aux attaques frontales: elles conservent ou renforcent leur cohésion interne et leurs réseaux économiques, tout en renforçant leur capacité militaire pour imposer aux États-Unis des coûts tout à fait inacceptables pour toute attaque directe.
En conséquence, les dirigeants américains sont obligés de se fier à des attaques incrémentielles, périphériques et par procuration aux résultats limités contre leurs adversaires hautement prioritaires.
Washington augmentera les sanctions contre la Corée du Nord et le Venezuela, avec des perspectives de succès douteuses dans le premier cas et une possible victoire à la pyrrhe dans le cas de Caracas. L'Iran et la Russie peuvent facilement surmonter les interventions par procuration. Les alliés des États-Unis, comme l’Arabie saoudite et Israël, peuvent harceler, propager et chasser les Perses, mais craignant qu’une guerre totale contre l’Iran risque de détruire rapidement Riyad et Tel Aviv, ce qui les oblige à travailler en tandem pour inciter les politiciens corrompus des États-Unis à pousser à la guerre, malgré les objections d'une armée et d'une population américaines fatiguées par la guerre. Les Saoudiens et les Israéliens peuvent bombarder et affamer les populations du Yémen et de Gaza, qui n’ont que peu de capacités de réponse, mais Téhéran est une autre affaire.
Les politiciens et les propagandistes à Washington peuvent s'émousser face à l’ingérence de la Russie dans le théâtre électoral corrompu des États-Unis et aux manœuvres visant à améliorer les relations diplomatiques, mais ils ne peuvent pas contrer l’influence croissante de la Russie au Moyen-Orient et son commerce en expansion avec l’Asie, en particulier avec la Chine.
En résumé, au niveau mondial, les cibles prioritaires des États-Unis sont inaccessibles et invulnérables. Au milieu du combat aérien interélite qui se déroule actuellement aux États-Unis, espérer l'émergence de décideurs politiques rationnels à Washington pourrait peut-être repenser les priorités stratégiques et adapter les politiques d'accommodement mutuel aux réalités mondiales.
Priorités moyennes et faibles, vulnérabilités et attentes
Washington peut intervenir et peut-être infliger de graves dommages aux pays à priorité moyenne et faible. Cependant, une attaque à grande échelle présente plusieurs inconvénients.
Le Yémen, Cuba, le Liban, la Bolivie et la Syrie ne sont pas des nations capables de façonner des alignements politiques et économiques mondiaux. Ce que les États-Unis peuvent obtenir de mieux dans ces pays vulnérables, ce sont des changements de régime destructeurs qui entraînent des pertes en vies humaines, des infrastructures et des millions de réfugiés désespérés. . . mais à un coût politique élevé, avec une instabilité prolongée et de graves pertes économiques.
Yémen
Les États-Unis peuvent pousser vers une victoire de l'Arabie Saoudite sur le peuple du Yémen affamé et frappé par le choléra. Mais qui en profite? L’Arabie saoudite est au cœur d’un bouleversement de palais et n’est pas en mesure d’exercer une hégémonie malgré des centaines de milliards de dollars d’armes, d’entraîneurs et de bases US / OTAN. Les occupations coloniales sont coûteuses et ne rapportent que peu, voire aucun avantage économique, en particulier d'un pays dévasté, pauvre et isolé géographiquement, comme le Yémen. Les dernières attaques yéménites contre Aramco (baisse de 50% de la production saoudienne de pétrole) et contre la soldatesque saoudienne (2000 prisonniers) ont démontré que des va-nu-pieds convaincus de leur bon droit peuvent défaire les plus puissantes armées du monde. Les talibans afghans (comme naguère le viet-cong) le démontrent depuis des années en Afghanistan.
Cuba
Cuba a une puissante armée hautement professionnelle soutenue par une milice de millions de membres. Ils sont capables d'une résistance prolongée et peuvent compter sur un soutien international. Une invasion américaine de Cuba nécessiterait une occupation prolongée et de lourdes pertes. Des décennies de sanctions économiques n’ont pas fonctionné et leur réimposition par Trump n’a pas affecté les principaux secteurs de croissance du tourisme.
L ’« hostilité symbolique » du président Trump n’impressionne pas  les grands groupes agroalimentaires américains, qui considèrent Cuba comme un marché. Plus de la moitié des soi-disant «Cubains d'outre-mer» s'opposent maintenant à l'intervention directe des États-Unis.
Les ONG financées par les États-Unis peuvent fournir quelques points de propagande marginaux, mais elles ne peuvent pas annuler le soutien populaire à l’économie mixte «socialisée» de Cuba, à son excellent système d’éducation et de santé publique et à sa politique étrangère indépendante.
Liban
Un blocus économique conjoint américano-saoudien et les bombes israéliennes peuvent déstabiliser le Liban. Cependant, une invasion israélienne prolongée et de grande envergure coûtera la vie à des Juifs et suscitera des troubles intérieurs en Israël. Le Hezbollah dispose de missiles pour contrer les bombes israéliennes. Le blocus économique saoudien radicalisera les nationalistes libanais, en particulier parmi les populations chiites et chrétiennes. L’invasion de la Libye par Washington, qui n’a pas fait perdre un seul soldat américain, montre que les invasions destructrices entraînent un chaos à long terme à l’échelle du continent.
Une guerre américano-israélienne-saoudienne détruirait totalement le Liban, mais déstabiliserait la région et exacerberait les conflits dans les pays voisins - la Syrie, l'Iran et éventuellement l'Irak. Et l'Europe sera inondée de millions de réfugiés supplémentaires désespérés.
Syrie
La guerre par procuration américano-saoudienne en Syrie a connu de graves défaites et la perte d'actifs politiques. La Russie a gagné en influence, en bases et en alliés. La Syrie a conservé sa souveraineté et s'est dotée d'une force armée nationale endurcie par la bataille. Washington peut sanctionner la Syrie, s’emparer de certaines bases dans quelques "enclaves kurdes" factices, mais elle ne progressera pas au-delà de l’impasse et sera largement considérée comme un envahisseur occupant.
La Syrie est vulnérable et continue d’être une cible de moyenne portée sur la liste des ennemis américains, mais elle offre peu de chances de faire avancer le pouvoir impérial américain, au-delà de liens limités avec une enclave kurde instable, sujette à une guerre acharnée et au risque de représailles turques.
Bolivie et Nicaragua
La Bolivie et le Nicaragua sont des irritants mineurs sur la liste des ennemis des Américains. Les décideurs régionaux américains reconnaissent qu’aucun de ces pays n’exerce de pouvoir mondial, ni même régional. De plus, les deux régimes ont rejeté la politique radicale dans la pratique et coexistent avec des oligarques locaux puissants et influents et des multinationales liées aux États-Unis.
Leurs critiques de politique étrangère, principalement destinées à la consommation intérieure, sont neutralisées par l'influence presque totale des États-Unis au sein de l'OEA et des principaux régimes néolibéraux collabos d’Amérique latine (Argentine, Brésil, ..). Il semble que les États-Unis s’accommoderont de ces adversaires rhétoriques marginalisés au lieu de risquer de provoquer une renaissance des mouvements de masse nationalistes ou socialistes radicaux qui éclatent à La Paz ou à Managua.
Conclusion
Un bref examen de la "liste des ennemis" de Washington révèle que les chances de succès, même parmi les cibles vulnérables, sont limitées. Clairement, dans cette configuration de puissance mondiale en évolution, la monnaie et les marchés américains ne modifieront pas l'équation de la puissance.
Les alliés des États-Unis, comme l’Arabie saoudite, dépensent d’énormes sommes d’argent pour attaquer un pays dévasté, mais ils détruisent les marchés tout en perdant les guerres. Des adversaires puissants, tels que la Chine, la Russie et l'Iran, ne sont pas vulnérables et offrent peu de perspectives de conquête militaire au Pentagone dans un avenir proche.
Les sanctions ou les guerres économiques n'ont pas réussi à maîtriser les adversaires en Corée du Nord, en Russie, à Cuba et en Iran. La "liste des ennemis" a coûté en prestige, en argent et en marchés aux États-Unis - un bilan impérialiste très particulièrement négatif. La Russie dépasse maintenant les États-Unis dans la production et les exportations de blé. L'époque où les agro-exportations américaines dominaient le commerce mondial, y compris avec Moscou, est révolue.
Il est facile de composer des listes d’ennemis, mais il est difficile d’appliquer des politiques efficaces contre des rivaux dotés d’économies dynamiques et disposant d’un puissant état de préparation militaire.
Les États-Unis retrouveraient une partie de leur crédibilité s'ils opéraient dans le contexte des réalités mondiales et poursuivaient un programme gagnant-gagnant au lieu de rester un perdant constant dans un jeu à somme nulle.
Les dirigeants rationnels pourraient négocier des accords commerciaux réciproques avec la Chine, qui développeraient des liens de haute technologie, financiers et agro-commerciaux avec les fabricants et les services. Les dirigeants rationnels pourraient élaborer des accords conjoints économiques et de paix avec le Moyen-Orient, reconnaissant ainsi la réalité d'une alliance russo-iranienne-libanaise et d'une alliance syrienne.
Dans l’état actuel, la "liste des ennemis" de Washington continue à être composée et imposée par ses propres dirigeants irrationnels, maniaques pro-israéliens et russophobes des partis démocrate et républicain- sans aucune reconnaissance des réalités actuelles.
Pour les Américains, la liste des ennemis nationaux est longue et bien connue. Ce qui nous manque, c’est un leadership politique civil pour remplacer cette déplorable série de  mauvais leaders.
Prospects and Perspectives
Global Research, October 05, 2019
[1] Les Russes finiront-ils par comprendre ?
Insultes  après insultes, et bis repetita, le pathétique ministère russe des Affaires étrangères demande toujours: "Les autorités américaines ne souhaitent-elles pas normaliser le dialogue?" Les officiels russes s’entêtent encore et toujours à parler de leurs "partenaires américains", lesquels, en retour leur envoient rebuffade sur rebuffade.
Les Russes finiront-ils par comprendre ? Bien sûr que non. De combien de preuves le ministère russe des Affaires étrangères at-il besoin? Les Américains arrêtent le fils d'un législateur russe à l'étranger loin de toute juridiction américaine - ils l'ont enlevé - et l'ont amené à Washington pour un procès devant la Cour kangourou. Les Américains ont arrêté une femme russe aux États-Unis, Maria Butina, qui a été faussement accusée d'espionnage et  a été condamnée à la prison. Et ça continue, encore et encore. À présent, les Américains ont arrêté pour interrogatoire Inga Yumasheva, membre du Parlement russe, qui a été invitée aux États-Unis pour participer au forum Fort Ross Dialogue, un événement annuel dans lequel les Américains et les Russes peuvent se parler directement.
Le gouvernement russe est-il capable de comprendre qu’il est dangereux pour les Russes, même pour les membres du gouvernement russe, de venir aux États-Unis ou d’aller en dehors de la Russie où ils peuvent être enlevés par des voyous de Washington?
Après que Washington ait violé l’immunité diplomatique et pris le contrôle du consulat de Russie à San Francisco et des bureaux commerciaux à New York et à Washington, comment les Russes peuvent-ils ignorer que les États-Unis sont un État gangster? Comment la Russie entretient-elle des relations normales avec l'État gangster américain? Le gouvernement russe est-il incapable de reconnaître des faits évidents?
Les grandes humiliations que le gouvernement russe accepte si volontiers ne font qu'encourager davantage d'humiliations. Les humiliations vont empirer. Les Russes vont-ils se plaindre à nouveau lorsque Poutine lui-même sera arrêté et interrogé à son entrée aux États-Unis? En effet, il pourrait être arrêté pour s'être ingéré dans les élections présidentielles américaines. Le gouvernement russe va-t-il à nouveau ramper devant Washington? Quand cela s'arrêtera-t-il? Les humiliations vont s’aggraver jusqu’à ce que le gouvernement russe réponde en nature par un facteur multiplicateur de 5 ou 10. L’humiliation et les violences à l’encontre de la Russie ne cesseront pas tant que la Russie n’aura pas serré le cou de Washington. Le temps presse.
Il n’ya aucune raison que la Russie ait si peur des États-Unis, un pays en faillite et en dégénérescence sociale qui, après deux décennies, s’est révélé incapable de vaincre quelques milliers de Talibans légèrement armés en Afghanistan, tout comme la lâche armée israélienne tuant des femmes et des enfants, a été chassée du Liban à deux reprises par une petite milice du Hezbollah.
Pourquoi le gouvernement russe invite-t-il la publicité cinglante partout dans le monde en permettant aux provinces américaines et américaines de financer des ONGs, organisations subversives dirigées par la CIA en Russie, pour susciter des manifestations et des perturbations telles que les récentes manifestations à Moscou qui ont sapé la performance des partis au pouvoir aux élections de Moscou? La baisse du vote en faveur de l'indépendance de la Russie, plutôt que d'un accommodement à Washington, n'était pas due au succès de la propagande américaine. Cela résultait du dégoût des Russes patriotes que leur gouvernement ne protégera pas la Russie de l’interférence américaine lors des élections en Russie.
Le gouvernement russe n’a-t-il pas remarqué, dans la violence à Hong Kong, les conséquences de la nonchalance du gouvernement chinois à l’égard des activités des ONG financées par les États-Unis? Pourquoi le gouvernement russe invite-t-il la même expérience? Washington a-t-il acheté autant de responsables russes que de responsables chinois? Quelle est l'ampleur de la trahison en Russie et en Chine?
La Russie, la Chine et l'Iran semblent incapables de comprendre le fait que Washington est un adversaire dangereux qui entend exercer son hégémonie envers et contre tous. 
Par Paul Craig Roberts
Hannibal GENSERIC


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.