jeudi 29 novembre 2018

USA. Main basse des Juifs sur les écoles et les universités d'élite


Moins de 2% de la population américaine, les Juifs représentent 23% des inscriptions dans les universités de la Ivy League.
"Les étudiants juifs ont environ 1000% plus de chance d’être  inscrits à Harvard et dans le reste de la "Ligue Ivy" que les Goys (non juifs) Blancs possédant les mêmes capacités.

C'était un résultat absolument ahurissant, étant donné que les tribunaux traitent souvent une sous-représentation d’une population minoritaire de l'ordre de 20 à 30% comme une puissante preuve manifeste de discrimination raciale. "- - Ron Unz (qui est un juif ethnique)

Les Juifs sont massivement de gauche, ce qui garantit que les universités américaines deviennent une branche du mouvement pour le gouvernement mondial, également appelé "mondialisme"[1].
f4-large.jpg
Selon les statistiques rapportées, le nombre de juifs à Harvard est égal ou supérieur à celui des goys blancs et dans la plupart des autres écoles de la Ivy League [2], ce qui semble extrêmement disproportionné. En effet, les statistiques officielles indiquent que les goys (non juifs) Blancs de Harvard constituent le groupe de population le plus sous-représenté des États-Unis. Ils appartiennent à une proportion beaucoup plus faible de leur population nationale que les Noirs ou les Hispaniques, bien que leurs résultats aux tests académiques soient bien plus élevés.
lawrence-seldon-bacow.jpg
Lawrence Bacow, l’un des nombreux présidents juifs de Harvard
Lors de l'examen des preuves statistiques, l'agrégation correcte des données est essentielle. Considérez le rapport entre le nombre d'inscriptions récentes des étudiants asiatiques à Harvard entre 2007 et 2011 et leur part estimée de demi-finalistes des NMS (bourses nationales du mérite) américains, un indicateur raisonnable de la population à forte capacité universitaire, et comparez ce résultat au chiffre correspondant pour les Blancs. Le ratio asiatique est de 63%, légèrement supérieur au ratio des Blancs de 61%. Ces deux chiffres sont nettement inférieurs à la parité en raison de la présence substantielle de minorités raciales sous-représentées telles que les Noirs et les Hispaniques, les étudiants étrangers et les étudiants de race non déclarée. Ainsi, il ne semble exister aucune preuve de discrimination raciale à l'encontre des Asiatiques, même en excluant l'impact neutre sur la race du recrutement sportif, des admissions en héritage et de la diversité géographique.
 Toutefois, si nous considérons à part les étudiants juifs, leur ratio s'avère être de 435%, tandis que le ratio résiduel pour les Blancs non juifs chute à seulement 28%, soit moins de la moitié du chiffre asiatique. En conséquence, les Asiatiques apparaissent sous-représentés par un facteur sept par rapport aux Juifs, tandis que les Blancs non-juifs constituent de loin le groupe le plus sous-représenté, malgré les avantages qu'ils pourraient tirer de facteurs liés à l'athlétisme, à l'héritage ou à la répartition géographique. Le reste de la Ivy League a tendance à suivre un schéma similaire: le ratio global juif est de 381%, le chiffre asiatique de 62% et le ratio des Blancs non juifs de 35%, le tout par rapport au nombre de leurs aptitude des étudiants d'âge moyen.
Les tendances les plus longues en matière de scolarisation sont tout aussi frappantes que ces chiffres actuels extrêmement disproportionnés. Depuis que j'ai obtenu mon diplôme de Harvard il y a trois décennies, la présence de goys blancs a diminué de près de 70%, malgré l'absence de baisse comparable de la taille relative ou des résultats scolaires de cette population. Pendant ce temps, le pourcentage d'étudiants juifs a augmenté. Cette période a certainement vu une augmentation très rapide du nombre d'étudiants asiatiques, hispaniques et étrangers, ainsi qu'une augmentation du nombre d'étudiants noirs. Mais il semble plutôt étrange que tous ces autres gains se soient produits aux dépens des Blancs d'origine chrétienne et aucun aux dépens des Juifs.
Plusieurs graphiques de mon article illustrent efficacement ces découvertes remarquables.
Sur la base de ces chiffres, les étudiants juifs étaient environ 1.000% plus susceptibles d’être inscrits à Harvard et dans le reste de la Ivy League que les Goys Blancs ayant des aptitudes similaires. Ce résultat est absolument étonnant, étant donné que les tribunaux traitent souvent une sous représentation de l'ordre de 20% à 30% comme une puissante preuve de prime abord de discrimination raciale.
 De plus, j’ai noté la possibilité que cette divergence soit liée à la domination écrasante des Juifs par la haute administration de ces institutions:
ADMINISTRATION
chosen.jpg
Il serait déraisonnable d'ignorer le fait saillant que ce biais apparent important en faveur de candidats juifs beaucoup moins qualifiés coïncide avec un biais ethnique tout aussi important dans les plus hautes instances administratives des universités en question, situation qui est à nouveau exactement identique à celle de Karabel à partir des années 1920. En effet, Karabel souligne qu'en 1993, Harvard, Yale et Princeton avaient tous des présidents d'ascendance juive. Il en va de même pour les présidents actuels de Yale, Penn, Cornell et peut-être de Columbia, ainsi que le président de Princeton pendant les années 1990, et le nouveau président entrant de Yale, alors que les trois plus récents présidents de Harvard ont soit des origines juives, soit un conjoint juif.
 Dans la plupart des universités, un prévôt (responsable administratif) est le second dans la hiérarchie. Il est le , responsable des activités académiques quotidiennes. Bien que l'actuel président de Princeton ne soit pas juif, les sept plus récents prévôts de Princeton remontant à 1977 ont eu une telle ascendance, plusieurs des autres « Ivy » n'étant pas loin derrière. Un degré similaire de surreprésentation massive juive se retrouve dans les autres échelons administratifs du reste de la « Ivy League », et dans les principales institutions éducatives américaines en général, et ce sont ces institutions qui sélectionnent nos futures élites nationales.
 Depuis la publication de mon article de 2012, Harvard et Princeton ont tous deux choisi de nouveaux présidents, chacun juif, tandis que le président juif de Yale est resté en poste.
 Le mécanisme exact par lequel ce biais apparemment énorme en faveur des candidats juifs envers nos universités et collèges les plus élitistes se manifeste n'est pas tout à fait clair, et je doute fort qu'il faille la forme grossière des plus hauts administrateurs pour ordonner aux agents des admissions d'inscrire des candidats juifs sous-qualifiés. Au lieu de cela, j'ai fortement suggéré qu'un facteur déterminant était la "pression négative" exercée par la très grande majorité des médias juifs et des groupes d'activistes juifs américains, qui pourrait réagir durement à toute baisse importante du nombre de Juifs:
Pendant ce temps, toute allusion "d'antisémitisme" dans les admissions est considérée comme un péché absolument mortel, et toute réduction significative du nombre d'inscriptions juives peut souvent être dénoncée en tant que telle par les médias aux mains des juifs prêts à tirer à vue. Par exemple, en 1999, Princeton a découvert que son taux de scolarisation dans la communauté juive était tombé à 500%, contre plus de 700% au milieu des années 80, et de loin inférieur aux chiffres comparables enregistrés à Harvard ou à Yale. Cela a rapidement donné lieu à quatre articles en première page dans le Daily Princetonian, un article important dans le New York Observer, et à une couverture nationale étendue dans le New York Times et le Chronicle of Higher Education. Ces articles comprenaient des dénonciations du long héritage historique d'antisémitisme de Princeton et ont rapidement conduit à des excuses officielles, suivies d'un rebond immédiat de 30% du nombre de Juifs. Au cours de ces mêmes années, le nombre d'inscriptions de Blancs non-juifs dans l'ensemble de l'Ivy League avait chuté d'environ 50%, ce qui les ramena à un niveau bien inférieur à la parité, mais les médias restèrent silencieux, voire des félicitations occasionnelles pour le progrès "multiculturel" ultérieur de l'Amérique pour les progrès de son système d'éducation d'élite !
Je soupçonne que l'effet de ces pressions combinées et concertées des médias est la principale cause des statistiques frappantes sur la scolarisation que nous avons examinées ci-dessus. En fait, des officiers des admissions quelque peu sobres et surmenés, possédant généralement de faibles compétences quantitatives, ont été chargés par leurs supérieurs universitaires et leurs observateurs des médias, avec le double objectif idéologique d’inscrire en priorité des Juifs et des non-Blancs, tout échec majeur pouvant conduire à de lourdes accusations d’"antisémitisme" ou de "racisme". Mais par une logique inévitable, maximiser le nombre de Juifs et de non-Blancs implique de minimiser le nombre de Goys Blancs.
 En outre, j'ai noté que la controverse entourant les médias attaquant Princeton en 1999 pour son prétendu "antisémitisme" avait eu lieu à une époque où le président et le prévôt de l'université étaient tous deux juifs et où le campus avait récemment ouvert un Centre pour la vie juive doté d'un budget de 4,5 millions de dollars. [...]
Voici le top 60 des écoles avec le plus grand pourcentage d'étudiants juifs parmi la population totale d'étudiants de premier cycle
Université Yeshiva: 2 714 étudiants juifs, 100%
Séminaire théologique juif d'Amérique: 158 étudiants juifs, 100%
Université juive américaine: 150 étudiants juifs, 100%
Université Brandeis: 1 600 étudiants juifs, 44%
Université Tulane: 2 815 étudiants juifs, 41%
Barnard College: 850 étudiants juifs, 33%
Collège Goucher: 450 étudiants juifs, 31%
Université de Hartford: 1 500 étudiants juifs, 29%
Université de Boston: 5 000 étudiants juifs, 28%
Sarah Lawrence College: 400 étudiants juifs, 28%
CUNY, Brooklyn College: 4 000 étudiants juifs, 28%
Université de Binghamton: 3 700 étudiants juifs, 27%
Université d'Albany: 3 500 étudiants juifs, 27%
Université George Washington: 3 000 étudiants juifs, 26%
Oberlin College: 750 étudiants juifs, 26%
Collège Muhlenberg: 613 étudiants juifs, 25%
Queens College: 4 000 étudiants juifs, 25%
Université de Columbia: 1 500 étudiants juifs, 24%
Haverford College: 300 étudiants juifs, 24%
Université de Washington: 1 750 étudiants juifs, 23%
Hampshire College: 325 étudiants juifs, 23%
Université Tufts: 1 200 étudiants juifs, 22%
Collège Vassar: 500 étudiants juifs, 21%
Université Cornell: 3 000 étudiants juifs, 21%
Université du Maryland: 5 800 étudiants juifs, 20%
Université américaine: 1 600 étudiants juifs, 20%
Université Emory: 1 300 étudiants juifs, 19%
Université de Floride: 6 500 étudiants juifs, 19%
Skidmore College: 500 étudiants juifs, 19%
Université de Miami: 2 000 étudiants juifs, 18%
Université du Vermont: 2 000 étudiants juifs, 18%
Mitchell College: 120 étudiants juifs, 18%
Université Rutgers: 6 400 étudiants juifs, 18%
Université Clark: 400 étudiants juifs, 17%
Université de Pennsylvanie: 1 750 étudiants juifs, 17%
Université de Syracuse: 2 500 étudiants juifs, 16%
Kenyon College: 275 étudiants juifs, 16%
Université de Lehigh: 800 étudiants juifs, 16%
Université Northwestern: 1 300 étudiants juifs, 16%
Université du Michigan: 4 500 étudiants juifs, 16%
Université Vanderbilt: 1 050 étudiants juifs, 15%
Collège SUNY d'Oswego: 1 050 étudiants juifs, 15%
Université de Yale: 800 étudiants juifs, 15%
Université Queen's: 1 500 étudiants juifs, 14%
Collège Bryn Mawr: 200 étudiants juifs, 14%
Université Brown: 1 000 étudiants juifs, 14%
Université de Rochester: 900 étudiants juifs, 14%
Université de Chicago: 825 étudiants juifs, 14%
Union College: 300 étudiants juifs, 14%
Université de New York: 3 500 étudiants juifs, 13%
Université Nova Southeastern: 574 étudiants juifs, 13%
Université Western: 300 étudiants juifs, 13%
Franklin & Marshall College: 300 étudiants juifs, 13%
Université du Wisconsin: 4 200 étudiants juifs, 13%
Université de Californie à Santa Barbara: 2 850 étudiants juifs, 13%
Queensborough Community College: 2 000 étudiants juifs, 13%
Université Hofstra: 850 étudiants juifs, 12%
Université du Delaware: 2 250 étudiants juifs, 12%
Université Case Western Reserve: 630 étudiants juifs, 12%
Université de Harvard: 803 étudiants juifs, 12%
[COMMENTAIRE - Unz ne traite pas ici le cas des professeurs où la surreprésentation pourrait être encore plus grande]

Source : Jews Grossly Overrepresented at Elite Schools

Traduction : Hannibal Genséric
Ron Unz , entrepreneur, homme politique et intellectuel juif américain. Il est l’éditeur en chef de The Unz Review, « une sélection de médias alternatifs rassemblant des perspectives intéressantes, importantes et controversées largement exclues des médias dominants américains. » Il y tient une chronique intitulée American Pravda ou Pravda américaine, où il revient sur les mensonges, dissimulations et omissions de l’histoire officielle et de la presse institutionnelle. La Pravda était l’organe officiel en URSS, devenu aujourd’hui un synonyme de propagande d’État en Occident.
------------------------------------------------------

Pourquoi les personnes appartenant au gentilé blanc ne peuvent-elles pas être admises dans les universités de l’Ivy League ?
Si vous êtes un étudiant très doué mais que vous êtes un homme de race blanche, vous avez peu de chances d’être admis à Harvard, à Yale, à Princeton, à Columbia, à Dartmouth, à Cornell, à Brown, à Penn, à Stanford, au MIT, à CalTech, à Berkeley ou à UCLA.
La raison pour laquelle les Blancs ne peuvent pas être admis est que, dans l’ensemble de l’Ivy League, les Juifs sont surreprésentés, par rapport à l’ensemble des étudiants à fort potentiel, dans une proportion de 381%.
Les Asiatiques à haut potentiel sont sous-représentés à 62% et les Blancs non juifs sont les plus sous-représentés, avec une présence dans  l’Ivy League de seulement 35% des étudiants à haut potentiel. Les Asiatiques poursuivent Harvard en justice pour discrimination, mais une telle action des Blancs serait considérée comme une manifestation de «suprématie blanche».
Au MIT et à Stanford, les Juifs sont également surreprésentés. À CalTech, ce sont les Asiatiques, et à Berkeley et à UCLA, c’est une combinaison de Juifs et d’Asiatiques. La surreprésentation concerne le groupe d’étudiants très compétents. Les Blancs de qualification égale ou supérieure sont ignorés au profit de l’admission des autres.
Ron Unz explique l’origine de cette discrimination à l’égard des Blancs. Lisez son long article – avec ses compétences et son érudition – et vous comprendrez comment les chrétiens Blancs sont exclus des rangs de l’élite. Le résultat est la destruction de la civilisation blanche non juive. Les Américains blancs non juifs, maintenant dépossédés de leur propre pays, sont attaqués par les politiques d’identité en tant que bourreaux cruels et inhumains de femmes, de Noirs, d’hispaniques et d’homosexuels. Antifa, les troupes d’assaut du Parti démocrate, appelle à la mort des Blancs non reprogrammés.
Par Paul Craig Roberts – 12 novembre 2018 – Source Paul Craig Roberts
--------------------------------------------------------------------
NOTES
[2] L’Ivy League est un groupe de huit universités privées du Nord-Est des États-Unis. Elles sont parmi les universités les plus anciennes (sept ont été fondées par les Britanniques avant l'indépendance) et les plus prestigieuses du pays. Le terme « ivy league » a des connotations d'excellence universitaire, de grande sélectivité des admissions ainsi que d'élitisme social. Brown University, Columbia University, Cornell University, Dartmouth College, Harvard University, the University of Pennsylvania, Princeton University, and Yale University.
VOIR AUSSI :
Hannibal Genséric

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés.