dimanche 11 novembre 2018

Depuis la livraison S-300, les jets israéliens évitent la Syrie


Malgré fanfaronnades agressives des Israéliens sur la manière dont ils ne sont pas découragés par les nouveaux S-300 syriens et qu’ils sont prêts à les frapper, un parlementaire israélien vient de confirmer "qu’il n’y a pas eu une seule attaque sur la Syrie depuis que celle-ci a reçu des S-300".

La Russie ayant achevé la livraison de ses batteries de missiles sol-air S-300PMU-2 [1] aux forces de défense aérienne syriennes, en réponse à l'attaque israélienne qui a entraîné la mort de plus d'une douzaine de soldats russes, le nouveau système d'armement a eu son objectif de dissuasion très efficace contre les attaques israéliennes.
Ksenia Svetlova, membre du comité de la défense de la Knesset (parlement) israélien, a confirmé que des avions de l'armée de l'air israélienne n'étaient pas entrés dans l'espace aérien syrien depuis la livraison du S-300. "Il n'y a pas eu une seule mission depuis que la Syrie a reçu des S-300. Le S-300 a changé l'équilibre des forces dans la région."
Alors qu'un certain nombre de médias du Moyen-Orient ont rapporté dans le passé que le nouveau système d'armement syrien avait efficacement dissuadé les frappes israéliennes depuis lors, la déclaration d'un responsable israélien confirme l'efficacité des  S-300, au moins jusqu'à présent, comme moyen de mettre fin aux incursions dans l'espace aérien du pays.
S'exprimant au sujet des actions de l'armée de l'air israélienne, Svetlova a précisé que les combattants n'avaient violé l'espace aérien syrien ni à partie du plateau du Golan ni du Liban - l'espace aérien de ce dernier étant souvent utilisé pour lancer des attaques sur le territoire syrien. Les avions israéliens avaient toutefois continué à voler près de la frontière.
Israël ayant essentiellement recours à des avions de combat de quatrième génération, notamment les F-15 Eagle et F-16 Fighting Falcon datant respectivement de 1976 et 1978, le S-300PMU-2, bien que loin de la variante la plus performante du système, représente une menace sérieuse pour leurs jets de combat.
Outre les capacités avancées du système de missiles, Israël est également incapable, pour des raisons politiques, d’exercer des représailles contre les plates-formes de missiles ou de tenter de les neutraliser afin de faciliter l’accès à l’espace aérien syrien, comme le faisaient ses avions avant le déploiement du S-300.
Cela est dû au risque qu'une frappe israélienne puisse entraîner la mort de soldats russes opérant sur ces plateformes, qui resteront jusqu'à ce que le personnel syrien soit correctement formé à l'utilisation du S-300 eux-mêmes.
La S-300PMU-2 est capable d'engager des cibles jusqu'à une distance de 250 km, bien que certaines sources évaluent ce chiffre à 300 km. Elles peuvent déployer plus d'une demi-douzaine de types de munitions spécialisées en fonction de la nature et de l'emplacement de la cible.
La S-300PMU-2 est capable d'engager des cibles jusqu'à une distance de 250 km, bien que certaines sources évaluent ce chiffre à 300 km. Elles peuvent déployer plus d'une demi-douzaine de types de munitions spécialisées en fonction de la nature et de l'emplacement de la cible.
Le système de missiles est livré avec des contre-mesures de guerre électronique à la pointe de la technologie, ce qui fait que des  attaques israéliennes seraient un défi pour échapper à ces systèmes, même en utilisant les avions de cinquième génération, sensés être furtifs. Les puissants capteurs du système d’armes, les vitesses d’engagement élevées de ses missiles et sa capacité à se redéployer rapidement ailleurs pour faire face aux menaces émergentes en font un défi pour l’armée de l’air israélienne dépassant de loin la menace posée par les précédentes plateformes de défense aérienne déployées par la Syrie.
L’armée de l’air israélienne a donc cherché à acquérir de l’expérience dans la conduite d’opérations contre le S-300PMU-2 lors d’exercices avec d’anciennes variantes du système de missiles livrés il y a longtemps par la Russie à  la Grèce et, plus récemment, contre la même variante utilisée par les forces de défense aérienne ukrainiennes.
Le S-300PMU-2 est également actuellement déployé par l’armée iranienne, le S-300VM plus avancé étant déployé par l’Égypte. La Russie a déployé les S-300V4 et S-400, beaucoup plus sophistiqués, en Syrie, mais ne les utilisera que si les installations ou équipements russes dans le pays sont directement menacés - une erreur qu’Israël n’est pas susceptible de commettre.

Les États-Unis espèrent que la Russie autorisera Israël à bombarder la Syrie !

Les États-Unis cherchent à repousser toutes les forces militaires étrangères hors de Syrie, a déclaré l'ambassadeur américain dans le pays, à l’exception des Russes, bien sûr.
L'ambassadeur des États-Unis en Syrie, James Jeffrey, a déclaré, selon Al-Masdar News,  mercredi que Washington espérait que la Russie permettrait aux forces israéliennes de bombarder les forces militaires iraniennes sur le territoire syrien après la livraison des systèmes de défense aérienne S-300.
«La Russie a été permissive, en consultation avec les Israéliens, au sujet des frappes israéliennes contre des cibles iraniennes en Syrie. Nous espérons certainement que cette approche permissive continuera ”, a déclaré Jeffrey lors d'une conférence de presse, selon Business Insider.
L’Iran est un autre allié essentiel du président syrien Bachar Assad, aux côtés de la Russie. Cependant, Israël considère Téhéran comme son principal ennemi et a juré de lutter contre le renforcement de l'armée iranienne dans la Syrie frontalière.
«Israël a un intérêt existentiel à empêcher l’Iran de déployer des systèmes de projection de puissance à longue portée… en Syrie pour être utilisés contre Israël. Nous comprenons l'intérêt existentiel et nous soutenons Israël », a déclaré Jeffrey.
L'incident de l’Il-20 a mis en évidence les risques liés à la présence de plusieurs forces militaires sur un même théâtre de guerre, a ajouté Jeffrey.
"Notre effort immédiat est d'essayer de calmer la situation et de passer ensuite à une solution à long terme", a-t-il déclaré.
Selon Jeffrey, les États-Unis veulent aller vers une solution politique du conflit et veiller à ce que toutes les forces armées étrangères se retirent de la Syrie - à l'exception de la Russie bien sûr.
«Les Russes, ayant déjà été là-bas, ne se retireraient pas, mais quatre autres forces militaires extérieures - les Israéliens, les Turcs, les Iraniens et les Américains - opèrent actuellement en Syrie. C’est une situation dangereuse », a déclaré Jeffrey.
Jusqu'à présent, Téhéran a déclaré qu'il resterait en Syrie aussi longtemps que le président Bashar al-Assad le voudrait. Comme la Russie, le président Assad a officiellement invité l’Iran à venir dans le pays.
Plus tôt en juin, Assad avait souligné qu'il avait invité les combattants alliés dans son pays et qu'il ne leur demanderait jamais de partir, comme le demandent les États-Unis et Israël, même dans le cadre de tout accord de paix.
 NOTES
[1] Nous savons maintenant un peu plus sur quelle version de la famille S-300 les Russes ont livrée aux Syriens: les Russes ont converti un certain nombre de systèmes S-300PM et S-300P2 à la version d'exportation S-300PMU-2 “Favorit” qui, soit dit en passant, est aussi la version que la Russie a livrée aux Iraniens et aux Chinois. Ce système utilise le missile 48N6E2 et a une portée officielle de 195 km. Je vais ignorer le reste des détails techniques et simplement dire qu'il s'agit d'une modification récente dotée d'excellentes capacités. Toutes les rumeurs selon lesquelles la Russie fournirait une version obsolète de la S-300 sont fausses (comme d'habitude). En fait, ce n'est pas la première fois que les Russes livrent un système de défense antiaérienne «restrictif pour Israël»: en 1983, l'URSS a livré plusieurs systèmes de défense antiaérienne S-200VE «Vega-E» (SA-5b) à la Syrie. qui a considérablement limité les opérations israéliennes au-dessus et même autour de la Syrie.

Combinés aux systèmes EW (guerre électronique) également fournis par la Russie, ces systèmes de défense aérienne ont clairement un impact sur les opérations américaines et israéliennes. Et tandis que les Américains admettent que c'est un problème pour eux, les Israéliens, comme d'habitude, se sont plaints de cette livraison et se sont vantés de ne pas s'en soucier du tout. ajoutant qu'ils continueraient à bombarder la Syrie dès qu'ils en ressentiraient le besoin. Les Israéliens ont même déclaré qu’ils seraient prêts à tuer les équipages russes si l’on leur tirait dessus.  
Sauf que, jusqu'à présent, les Israéliens sont restés en dehors du ciel syrien (gardez à l'esprit que, selon des sources israéliennes, les FDI ont attaqué la Syrie plus de 200 fois, soit environ une attaque tous les deux jours!).
VOIR AUSSI :

 Hannibal Genséric

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.