lundi 26 novembre 2018

Ukraine/Russie. Des analystes russes : la guerre est envisageable


Hier a été marqué par une confrontation dangereuse entre des navires russes et ukrainiens dans le détroit de Kertch, après que ces derniers soient entrés de manière provocante dans les eaux territoriales de la Russie sans prévenir la partie russe.

Quel était le but de cette provocation?

Dimanche soir, les services de sécurité fédéraux russes ont annoncé que trois navires ukrainiens, Berdyansk, Yanu Kapu et Nikopol, entrés dans la région après un incident avec un remorqueur, avaient été arrêtés pour avoir ignoré les avertissements russes. Pendant la détention, des armes ont été utilisées, blessant gravement trois militaires ukrainiens. Ceux-ci ont rapidement reçu des soins médicaux et ne risquent pas la mort. Vidéo
La Russie a engagé des poursuites pénales pour violation de sa frontière maritime, tandis que le détroit de Kertch a été temporairement fermé aux navires civils par mesure de sécurité. Le Conseil national de sécurité et de défense de l'Ukraine a déjà voté en faveur de l'introduction de la loi martiale pour une durée de 60 jours dans le pays, une initiative soutenue par le président ukrainien, Pyotr Poroshenko. La décision finale appartient maintenant à la Rada suprême, qui a confirmé  aujourd'hui à 16 heures, heure locale.
Selon Andrei Koshkin, analyste militaire de haut niveau et professeur à l'Université d'économie de Plekhanov, la décision de franchir la frontière russe a probablement été prise par le président ukrainien lui-même.
«Très probablement, la violation de la frontière [russe] était une décision du président ukrainien Pyotr Porochenko et cela est lié à l'agenda politique national, en particulier avec la campagne électorale. Il veut résoudre le problème de son manque de popularité et, pour gagner les élections, une décision provocatrice a été prise, ce qui a entraîné l'intention d'introduire la loi martiale pendant 60 jours », a-t-il déclaré.
L’expert souligne que Porochenko entend ainsi obtenir un autre mandat «par la force».
«Cependant, il existe un facteur externe: la réunion du G-20 à Buenos Aires, où se tiendront une réunion entre les présidents russe et américain. Porochenko veut probablement attirer l'attention sur l'Ukraine », a déclaré Koshkin.
Le politologue Vladimir Kireev estime également que la provocation a été orchestrée précisément par le dirigeant ukrainien.
«Oui, c'était une provocation délibérée visant à proclamer la loi martiale et à aggraver un conflit. Je crois que cette situation peut conduire à une escalade imprévisible. Peu importe la façon dont ils veulent gérer la situation - annoncer la loi martiale, reporter les élections pour conserver le pouvoir, remplir leurs obligations envers leurs parrains à Washington ou dans d'autres capitales, ou créer des problèmes pour la Russie - cette situation peut évoluer en une véritable guerre », il a dit.
En fait, a-t-il poursuivi, le nombre de personnes impliquées dans le conflit pourrait augmenter. 
Si les Ukrainiens profitent de la loi martiale pour essayer de récupérer la région du Donbass, cela "pourrait provoquer l'implication de la Russie et une confrontation directe entre Kiev et Moscou", a-t-il conclu.
Source : 
‘THIS COULD MEAN WAR’: Analysts Comment on Situation in Kerch Strait
Traduction : Hannibal GENSERIC

 


 

3 commentaires:

  1. Porochenko est un très bon élève, il a appris de ses maîtres à Londres et Washington, la façon de se comporter: faire semblant d'être une victime et accuser les autres d'agir contre les lois internationales alors que Porochenko est prêt à faire n'importe quoi pour rester au pouvoir quitte à mentir effrontément en sachant que les Occidentaux ne l'accuseront pas de déroger aux lois internationales ni de pénétre dans un territoire russe. Pinocchio est complètement chez lui à leurs côtés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    2. Les khazars ont toujours agit ainsi. Ce sont des manipulateurs avérés.

      Supprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.