jeudi 15 novembre 2018

Le bouleversement politique en Israël est un problème pour la Maison Blanche et ses projets pour le Moyen-Orient.


Aujourd'hui, le ministre israélien de la Défense, Avigor Lieberman, a démissionné et a appelé à de nouvelles élections. Il n’est pas d’accord avec le Premier ministre Netanyahou sur le nouveau cessez-le-feu à Gaza.

Netanyahou avait œuvré en faveur du précédent cessez-le-feu visant à scinder Gaza (sous le Hamas) de la Cisjordanie (sous l'Autorité palestinienne sous Mahmoud Abbas). Cette scission s'inscrit dans la lignée idéologique de la scission plus grande au Moyen-Orient entre d’une part  le Qatar et la Turquie (en tant que partisans des Frères musulmans) et d’autre part l’Arabie du prince clown Mohammad bin Salman. Le Qatar finance actuellement le Hamas à Gaza tandis que les Saoudiens soutiennent Abbas.

Cette scission des Palestiniens fait partie du plan de "paix" de Jared Kushner [1] pour le Moyen-Orient. Pour ce dernier, les Palestiniens ne doivent plus être reconnus en tant que peuple mais doivent être scindés en petits groupes locaux sans identité commune, qui peuvent alors être plus facilement réprimés voire supprimés, conformément aux lois talmudiques dont Kushner est un fervent adepte [2].
Lieberman semble être en désaccord avec ce plan. Il veut faire la guerre au Hamas et le vaincre. Une telle tentative réunirait bien sûr les Palestiniens. Et il y a une forte circonscription dans la population sioniste qui soutient la manière de Lieberman.
Cette photo a été prise aujourd'hui peu avant la démission de Lieberman. Netanyahou n'était pas content du dilemme dans lequel il se trouve maintenant.
Il voulait éviter une élection anticipée. Son parti, le Likoud, vient de perdre des sièges aux élections locales et il craint une campagne qui se déroulerait autour du sujet de Gaza et à sa position "pacifiste" lors du dernier conflit.
Mais avec seulement une majorité de deux sièges et une coalition instable, Netanyahou aura du mal à tenir le coup.
Naftali Bennett, chef du parti de droite juif Maison Juive, demande à être nommé ministre de la Défense. Netanyahou ne veut pas donner à Bennet un poste aussi prestigieux. Mais Bennett menace de démissionner et de faire tomber la coalition de Netanyahou s’il n’obtient pas ce qu’il demande.
Netanyahou cumule déjà les postes de Premier ministre, ministre des Affaires étrangères et ministre de la Santé d’Israël. Il va maintenant ajouter le titre de ministre de la Défense, ne serait-ce que pour une courte période. Les élections auront probablement lieu en mars.
Il existe actuellement environ 18 partis et groupes politiques à la Knesset. Le parti Likoud de Netanyahou détient 30 des 120 sièges mais pourrait facilement en perdre lors d'une nouvelle élection. Avec une base plus petite, Netanyahou aurait des difficultés à former une nouvelle coalition et à redevenir Premier ministre.
Jared Kushner, le gendre du président Trump, a basé son plan de «Contrat du Siècle » pour le Moyen-Orient sur ses relations très personnelles avec Netanyahou et avec Mohammad bin Salman. Si Netanyahou n'est plus Premier ministre, ce plan est encore plus mort qu'il ne le semble déjà. L'administration Trump n'a pas d'autre politique et Kushner n'est pas la personne adéquate qui la développerait et la poursuivrait.
Le truand juif ultra sioniste et milliardaire des casinos, Sheldon Adelson [3], est le principal « donateur » de Trump et de Netanyahou. Peut-il acheter à Netanyahou un nouveau poste de premier ministre? S'il ne le peut pas et que la politique israélienne de Trump est de ce fait morte, soutiendra-t-il toujours Trump dans sa campagne de réélection?
La Maison Blanche devra réfléchir à cela et élaborer un plan pour soutenir Netanyahou. Que pourrait-il faire?
Quant à Lieberman. C'est un homme impétueux et voyou (au moins aussi voyou que Netanyahou et Adelson) avec peu de prévoyance politique. En 2016, il a annoncé qu'il tuerait Ismail Haniyeh, le chef du Hamas à Gaza, s'il devenait ministre de la Défense. Six semaines plus tard, il devint ministre de la Défense.
Le site Web Ismail Haniyeh est-il déjà mort? a compté le temps écoulé depuis que Lieberman est devenu ministre de la Défense. Deux  ans, 5 mois, 2 semaines et un jour plus tard, la réponse est toujours "Non". C'est l'une des raisons pour lesquelles il est peu probable qu'il devienne un jour premier ministre.



 Lieberman est également victime de la malédiction "Assad doit partir".
Il rejoint un certain nombre d'autres personnalités politiques qui ont appelé au renversement du président syrien et ont perdu leur emploi alors que Bachar al-Assad jouit encore de son poste.

Publié  le 14 novembre 2018 par Moon of Alabama

Traduction et notes d’H. Genséric

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet seront supprimés.