vendredi 23 novembre 2018

USA. Les idiots utiles d'Israël


FDD et AIPAC ont besoin de surveillance par un adulte.
Selon les critères utilisés, entre 200 et 600 groupes aux États-Unis se consacrent entièrement ou en partie à la promotion des intérêts d'Israël. Les organisations sont à la fois juives, comme l’Organisation sioniste d’Amérique, et chrétiennes sionistes, incluant Les « chrétiens Unis pour Israël » de John Hagee, mais le financement du Lobby israélien et son accès politique et médiatique proviennent essentiellement des partisans et des défenseurs juifs.

FDD
John Hagee
Un grand nombre de groupes sont enregistrés auprès de l'Internal Revenue Service aux fins de l'impôt en tant que fondations 501 (c) 3 «éducatives» ou «de bienfaisance», ce qui leur permet de solliciter des dons exonérés d'impôt. On pourrait se demander si la promotion des intérêts israéliens aux États-Unis est réellement éducative, mais pour l’instant, le Département du Trésor estime qu’elle peut être interprétée de la sorte, protégée par le Premier amendement.
Mais il y a une considération plus sérieuse en termes de relations réelles que beaucoup de groupes entretiennent avec le gouvernement israélien. Certes, beaucoup d’entre eux se vantent dans leurs publications promotionnelles et leurs sites Web de leurs relations avec Benjamin Netanyahu et son cabinet, aussi faut-il envisager la question de la double loyauté ou, pire, du fait d’agir en tant qu’agents du gouvernement israélien.
Il existe un recours légal contre les étrangers hostiles agissant contre les intérêts américains: il s'agit de la loi sur l'enregistrement des agents étrangers de 1938 (FARA). Initialement destiné à identifier et à surveiller les agents de l'Allemagne nazie se propageant aux États-Unis, il a depuis été appliqué à des individus et à des groupes liés à d'autres nations. Plus récemment, il a été utilisé contre les agences de presse russes RT America et Sputnik, qui ont été obligées de s'enregistrer. Il est également envisagé pour Al-Jazeera la chaîne de propagande islamiste (tendance Frères Musulmans) du Qatar.
Le FARA exige que les agents identifiés fassent preuve de transparence en ce qui concerne leur financement et leurs contacts, tout en étant publiquement identifiés comme représentant les intérêts d'un pays étranger. Ils doivent signaler au ministère de la Justice tous les contacts qu’ils ont avec des membres du Congrès ou d’autres représentants du gouvernement. Le texte de la loi définit un agent étranger comme:
«Toute personne agissant en tant que mandataire, représentant, employé ou agent, ou quiconque agissant à un autre titre à la demande, sous la direction ou sous la direction d'un mandataire étranger ou d'une personne dont  les activités sont directement ou indirectement supervisées, dirigées, contrôlées, financées ou subventionnées en tout ou en partie par un mandant étranger et qui, directement ou par l'intermédiaire d'une autre personne: (i) exerce, aux États-Unis, des activités politiques dans l'intérêt de ce principal étranger; (ii) agit aux États-Unis en tant qu'avocat en relations publiques, agent de publicité, employé des services d'information ou consultant politique pour ou dans l'intérêt de ce mandant étranger; (iii) aux États-Unis, sollicite, perçoit, débourse ou dispense des contributions, des prêts, des sommes d'argent ou d'autres objets de valeur pour ou dans l'intérêt de ce capital étranger; ou iv) aux États-Unis, représente les intérêts de ce mandant étranger auprès de tout organisme ou représentant du gouvernement des États-Unis. "
En dépit d’un langage qui couvrirait vraisemblablement un grand nombre des centaines d’organisations juives agissant pour le compte d’Israël, le FARA n’a jamais été utilisé pour exiger l’enregistrement de tels groupes ou individus, alors même qu’il était de notoriété publique qu’ils travaillaient en étroite collaboration avec le gouvernement israélien pour coordonner leurs activités et positions et promouvoir les autres intérêts israéliens. Cet échec est au minimum un hommage au pouvoir juif aux États-Unis, mais il est également dû au fait que les organisations sont financées à partir des États-Unis par de riches juifs américains, et non par Israël, ce qui est l'argument parfois mal fondé par les groupes eux-mêmes pour démontrer qu'ils ne sont pas dirigés par le gouvernement israélien.
La difficulté de prouver qu’elle est dirigée par un gouvernement étranger a été définitivement résolue en ce qui concerne un groupe, la Fondation pour la défense des démocraties (FDD), devenu le principal bastion néoconservateur en quête d’une guerre avec l’Iran, la bête noire d’Israël. Le récent exposé d’Al-Jazeera sur les activités des lobbys israéliens en Grande-Bretagne et aux États-Unis, à propos duquel  j’ai écrit la semaine dernière, comprenait une conversation filmée subrepticement avec Sima Vaknin-Gil, un ancien officier des services de renseignement israélien, et qui est maintenant  à la tête du ministère des affaires stratégiques, chargé de lutter contre ce qui est perçu comme une activité anti-israélienne dans le monde entier. Ce ministère est particulièrement axé sur le mouvement non violent de boycott, de désinvestissement et de sanctions (BDS), qui est de plus en plus actif aux États-Unis et en Europe.
Vaknin-Gil discutait de ses activités avec Tony Kleinfeld, un journaliste d'investigation sous couverture qui enregistrait et filmait secrètement ses rencontres avec divers membres du lobby israélien ainsi que du gouvernement israélien. Vaknin-Gil a clairement confirmé que le FDD travaillait directement avec le gouvernement israélien, donc c’est un agent israélien selon la définition du FARA.
Pour ceux qui ne sont pas familiers avec FDD, il s'agit probablement de la plus importante organisation néo-conservatrice, bien qu'elle prétende néanmoins être un "groupe de recherche" non partisan. Elle se concentre sur les questions de politique étrangère et de sécurité « de lutte contre le terrorisme et de promotion de la liberté », comme il se décrit  sur son site Web. Il s'agit de «défendre les nations libres contre leurs ennemis», le mot « ennemi » signifie souvent en pratique « quiconque est hostile à Israël », en particulier l'Iran. Le Conseil de direction du FDD a réuni l’ancien directeur de la CIA, James Woolsey [1], le sénateur Joe Lieberman (juif) et Bill Kristol (juif). Son directeur exécutif est l'importateur juif canadien Mark Dubowitz, obsédé par l'Iran [2]. Ses conseillers et experts sont principalement juifs et la majeure partie de son financement provient d’oligarques juifs.
L’auditorium du FDD est devenu un lieu de prédilection pour les hauts responsables de l’administration Trump,[3] où l’American Enterprise Institute était dirigé par George W. Bush.
Mike Pence, Mike Pompeo, John Bolton et Nikki Haley ont tous pris la parole récemment dans ce pays, se concentrant souvent sur l'Iran et la menace qu'il constituerait.
À part FDD, Vaknin-Gil a également confirmé qu’il existait aux États-Unis d’autres groupes qui faisaient le même genre de choses au nom d’Israël. Il a dit «Nous avons FDD. Nous en avons d'autres qui travaillent sur ce sujet », expliquant que FDD « travaille » sur des projets pour Israël, notamment« la collecte de données, l'analyse d'informations, le travail sur des organisations militantes, la piste de l'argent ».
Vaknin-Gil admettait donc que FDD et d’autres personnes agissaient en tant que mandataires israéliens, recueillant des informations sur les citoyens américains, espionnant les organisations juridiques et planifiant et exécutant la désinformation sous direction israélienne.
Kleinfeld s’est également entretenu avec Jonathan Schanzer, un haut responsable du FDD, qui a expliqué un peu plus ce que la fondation prépare pour discréditer les groupes qui soutiennent le mouvement BDS aux États-Unis.
Schanzer a admis que «le BDS a pris tout le monde par surprise» avant de se plaindre que la réponse juive avait été «un désastre complet. Je pense que personne ne fait du bon travail. Nous ne faisons même pas un bon travail. » Il s’est ensuite plaint de l’échec de la tentative de discréditer des groupes palestiniens en les associant à des groupes terroristes, de même que l’utilisation du label antisémitisme. "Personnellement, je pense que l'antisémitisme en tant que salissure n'est plus ce qu'il était."
Alors, quand le ministère de la Justice ira-t-il au FDD maintenant que ses vraies couleurs ont été dévoilées par al-Jazeera? Le groupe doit obligatoirement s'inscrire si la justice est faite pour tous dans ce pays, mais le fera-t-elle? Son principal partenaire criminel, la Commission américaine des affaires publiques israéliennes (AIPAC), évite de s'enregistrer pendant plus de soixante ans en affirmant qu’il s’agit d’une organisation américaine qui s’efforce de sensibiliser le public américain à toutes les bonnes choses liées à Israël. Même si AIPAC rend des comptes  régulièrement à des représentants du gouvernement israélien, elle affirme ne pas représenter les intérêts israéliens. Mais comme dans le cas de FDD, il est temps d’exiger que l’AIPAC s’enregistre en tant que telle: un agent étranger. En tant qu'agent enregistré, il pourra toujours exercer les droits de Premier Amendement pour défendre Israël, mais il ne pourra pas faire de lobbying à Capitol Hill ni verser de l'argent à des politiciens qualifiés de pro-israéliens, comme c'est le cas actuellement. Ses finances seront transparentes et il sera perçu comme un défenseur officiel d'Israël, et non comme une ressource éducative pour ce qui se passe au Moyen-Orient. Espérons que, lorsque l'AIPAC cessera de dépenser de l'argent, les politiciens et les types de médias trouveront un autre endroit où dormir.
Pour être sûr que la fête de l'amour pour Israël dans le gouvernement s'étend bien au-delà des FDD et de l'AIPAC. On peut le trouver dans de nombreux coins sombres. Le conseiller à la sécurité nationale, John Bolton, a récemment reçu le prix «Défenseur d'Israël» de la part de la Sionist Organization of America. Et on pourrait suggérer que la délégation américaine des Nations Unies, dirigée par l'ambassadrice Nikki Haley, était en réalité dirigée par le gouvernement israélien, en particulier compte tenu des événements survenus vendredi dernier lors desquels les États-Unis ont voté contre une motion condamnant l'occupation illégale par Israël du Golan syrien, reconnaissant ainsi pour la première fois, la souveraineté d'Israël sur la région. Que Haley parle pour elle-même ou pour l’administration n’était généralement pas clair, mais cela n’a guère d’importance. On pourrait qualifier Nikki Haley d'idiot utile, comme le dit Lénine, mais son modèle constant de loyauté extrême pour la défense d'Israël la caractérise comme étant particulièrement redevable à l'État juif, qui organisera sans aucun doute une riche récompense pour elle, comme un poste dans le secteur des services financiers pour lequel elle n’est absolument pas qualifiée, lorsqu’elle quittera son poste en janvier. Elle aura ensuite les moyens de se présenter à la présidence en 2020. Si Haley est candidate,  on pourrait tout aussi bien voter pour Benjamin Netanyahu.

Philip M. Giraldi, Ph.D., est directeur exécutif du Conseil de l’intérêt national, une fondation éducative déductible de l’impôt 501 (c) 3, qui cherche une politique étrangère plus centrée sur les intérêts des États-Unis au Moyen-Orient. Le site Web est www.councilforthenationalinterest.org, l’adresse est P.O. Box 2157, Purcellville VA 20134 et son courrier électronique est inform@cnionline.org.

[1] James Woolsey a aussi dirigé la Freedom House en 2003.
Il est impliqué, dans le cadre des campagnes du National Endowment for Democracy dont la Freedom House fait partie du réseau de « renforcement » de la société civile3, dans l’entraînement de troupes à la subversion, via les camps d'Otpor (« Résistance » en serbo-croate) en Serbie, à l'origine du renversement de Slobodan Milošević.
Il considère que l'ex-analyste de la NSA Edward Snowden devrait être « pendu par le cou jusqu’à ce que mort s’ensuive plutôt que simplement électrocuté ».
Dans son article «écrit au mois d’octobre , intitulé « Nous sommes tous juifs ! »  James Woolsey écrit : « Ces jours-ci, on me demande parfois si je suis Juif. Je suppose que cela est dû à mon point de vue néo-conservateur en matière de défense et de politique étrangère. Pendant un temps, je répondais : "Non, je suis presbytérien", mais je commence à dire plutôt "Eh bien, je représente l'aile presbytérienne de l'Institut Juif pour les affaires de sécurité intérieure».

Voir aussi :



Traduction et annotations : Hannibal GENSERIC

1 commentaire:

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.