mardi 20 novembre 2018

SYRIE. L’Armée syrienne prend le contrôle du dernier bastion du terrorisme dans le sud du pays

Après des mois d'un va-et-vient, où DAECH semblait s'accrocher à quelques lopins de terre grâce à l'assistance des États-Unis et d'Israël, des progrès décisifs ont été accomplis par l’armée syrienne. Celle-ci a pris le contrôle du dernier bastion du groupe terroriste DAECH dans le sud du pays samedi, a annoncé la télévision nationale. Ceci a également été confirmé par plusieurs sources sur le terrain.

"Les forces armées… ont pu récupérer les territoires qui étaient entre les mains des terroristes, le contrôle des collines d'al-Safa a été restauré", a déclaré une source militaire à la chaîne de télévision syrienne.
Au cours de l'opération menée par les forces gouvernementales syriennes, de nombreux terroristes ont été éliminés et la libération des zones environnantes est toujours en cours.
En outre, une autre source militaire a révélé à l'agence de presse SANA que parmi les terroristes morts figure l'un des dirigeants les plus importants de l'Etat islamique, connu sous le nom de Hadir al-Shishani (Le Tchéchène).
Malgré l'avancée des troupes de l'armée syrienne, la coalition internationale (i.e. l’Empire anglo-sioniste) dirigée par les États-Unis continue d'opérer dans le pays sans l'autorisation du gouvernement syrien. Prétextant des frappes aériennes contre Daceh, les États-Unis et leurs vassaux ont tué plus de 60 civils, y compris des femmes et des enfants, dans la province de Deir ez-Zor cette semaine.
La coalition dirigée par les Etats-Unis a eu recours à des bombes à fragmentation lors de frappes aériennes dans les villes d’Al Sha’afa et de Hajin, a déclaré l’agence de presse SANA citant des médias locaux et des civils.
Selon l'agence, plus de 60 civils ont été tués ou blessés au début de la semaine à la suite d'une frappe aérienne lancée par la coalition dirigée par les Etats-Unis à al-Sha'afa, dans la province de Deir ez-Zor. En outre, une attaque a été perpétrée dans la ville de Hajin, qui aurait tué plus de 15 civils, principalement des femmes et des enfants.
Les médias syriens ont accusé les États-Unis d’avoir mené des attaques illégales dans la province de Deir ez-Zor au cours des dernières semaines. La semaine dernière, l'agence SANA a rendu compte de l'utilisation de munitions au phosphore blanc lors des attaques de Hajin. Un porte-parole de la coalition a déclaré que les informations faisant état de morts de civils faisaient "actuellement l'objet d'enquêtes" et que la coalition prenait des "mesures extraordinaires pour empêcher les morts de civils" lors de ses attaques sur des cibles de Daesh  dans la région.
Un certain nombre de conventions, y compris la Convention sur les armes à sous-munitions, un traité auquel les États-Unis ne font pas partie, interdit l'utilisation de bombes à fragmentation dans les zones peuplées de civils.

Source : FINAL VICTORY OVER ISIS AT HAND: Syrian Army Takes Control Terrorist’s Last Bastion in South of the Country

 

L’armée israélienne craint l’ouverture d’un nouveau front au Golan

Les forces de l'armée syrienne et du Hezbollah libanais au sud de la Syrie. (Photo d'archives)
Les forces de l'armée syrienne et du Hezbollah libanais
au sud de la Syrie. (Photo d'archives)

Au moment où l’armée syrienne appuyée par les forces de la défense populaire syrienne, en majorité druze, vient de sécuriser, la totalité des régions du Sud, l’armée israélienne se voit plus que jamais menacée par le renforcement des groupes de la Résistance autour des territoires occupés.
Le général Yoel Strick, chef du commandement du Nord de l’armée israélienne a déclaré ce dimanche 18 novembre que le Hezbollah libanais s'apprêtait à ouvrir un nouveau front hors des territoires libanais, dans les hauteurs du Golan contre le régime israélien.
« Le Hezbollah cherche à construire des infrastructures militaires au Golan syrien pour ouvrir un nouveau front contre nous », a-t-il ajouté.
Israël qui vient de subir une défaite écrasante face au groupe de résistance palestinien, le Hamas, est déjà préoccupé par l’expérience acquise du Hezbollah durant la guerre syrienne.
Par ailleurs, depuis les terribles attaques terroristes qui ont frappé en juillet les villages de Soueïda et qui ont fait plus de 250 morts tous d'origine druze, Israël semble perdre chaque jour un peu plus, sa bonne presse auprès de cette communauté. À preuve, des manifestations pro-Assad se multiplient dans les villages du Golan occupé où les habitants ne croient plus aux balivernes des forces d'occupation israélienne et où ils réclament non seulement l'ouverture des points de passage avec la Syrie, mais le retour au sein de l'État syrien.
Le président syrien, Bachar al-Assad a profité de l’occasion en invitant les habitants de la province de Soueïda dont la plupart sont des Druzes à rejoindre l'armée syrienne.

Au Golan occupé les habitants druzes ont largement boycotté les élections et appellent désormais à un retour au sein de l'État syrien. En Syrie, les Druzes enlevées, en juillet dernier, par les éléments de Daech, sur l'ordre d'Israël, dans la banlieue est de Soueïda ont été récemment libérées par l’armée syrienne.
D’une part, les nouvelles roquettes du Hamas implantées partout à Gaza font peur à l’armée israélienne qui craint d’autres groupes dont, le Hezbollah.
Source : https://www.presstv.com/DetailFr/2018/11/19/580498/Golan-la-crainte-suprme-dIsral

Des terroristes tunisiens en Syrie ont avoué avoir été recrutés et envoyés au Jihad par Ennahdha

Le député Abdelaziz Kotti a annoncé, ce lundi, lors de la séance d’audition des ministres de la Justice et de l’Intérieur, en rapport avec les dossiers des assassinats des martyrs Belaïd et Brahmi, que le discours de haine et de lynchage était de mise, à cette époque là, au sein même de l’assemblée (ANC).
Il a ajouté qu’il a été, parmi tant d’autres, victimes des sévices infligés par l’appareil de sûreté parallèle d’Ennahdha, notamment, lors du Sit-in du Départ au Bardo.
Kotti a spécifié qu’il y avait bien un appareil secret d’Ennahdha et que c’est lui qui se cachait derrières les attentats à l’explosif de Monastir, de même que les meurtres de Bab Souika, ainsi que l’affaire de Barraket Essahel.
Kotti a ajouté que s’il n’y a pas eu cette pression de la Rue pour déclencher le dialogue National, il y aurait longtemps qu’Ennahdha aurait instauré la Chariâa comme source première de la législation en Tunisie. Vidéo
Kotti a assuré, par ailleurs, que des terroristes détenus en Syrie, ont avoué aux enquêteurs que c’était le parti Ennahdha qui les avait recrutés et envoyés au Jihad.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet seront supprimés.