jeudi 22 novembre 2018

USA. Trump, MbS, Khashoggi: le dessous des cartes

Le président américain Donald Trump a remercié mercredi l'Arabie saoudite pour la baisse du prix du pétrole, au lendemain de son soutien sans faille affiché à Ryad plus d'un mois après le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi, critique du pouvoir. "Les prix du pétrole baissent. Génial!", s'est félicité sur Twitter le 45e président des États-Unis. "54 dollars, c'était 82 dollars avant. Merci à l'Arabie saoudite, mais allons encore plus bas", a-t-il poursuivi.
Ayant annoncé un «rapport complet» de la CIA pour faire la lumière sur le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi, Donald Trump a publié mardi un communiqué inimitable de soutien indéfectible à MBS, avant de s'envoler pour Mar-a-Lago, en Floride, où il passera le long pont de Thanksgiving.
Que cachent donc ces mamours de Trump pour les Saoudiens en général, et pour MBS en particulier ? 
H.Genséric
Nous pensons que la tête de Jamal Khashoggi se trouve actuellement congelée dans un coffre fort à Mara Lago (la résidence d’hiver de Trump), un des nombreux cadeaux offerts par l'Arabie saoudite au "président improbable" de l'Amérique.
Nous avons couvert le système saoudien assez longtemps pour bien le cerner. En 2003, l’enquête initiale du FBI sur les attentats du 11 septembre 2001 a révélé que l’Arabie saoudite était totalement complice (gouvernement et royauté au plus haut niveau), travaillant de concert avec Israël [1], des personnalités du crime organisé judéo-américain, et des traîtres aux plus hauts niveaux de Washington.
J'ai vu et lu les rapports. Ils sont réels. Nous devions envahir l'Arabie saoudite en septembre 2001 et c'est exactement ce que nous ferons un jour, lorsque l'Amérique aura un président ayant des couilles.
L’Amérique ne fait pas beaucoup d’affaires avec l’Arabie saoudite. L’armée saoudienne est un simulacre d’armée. Elle est actuellement réduite en lambeaux par une tribu des Houthis armée de bric et de broc et surtout de courage dont les Saoudiens et leurs mercenaires n’ont aucune idée. Quand leurs pilotes viennent s'entraîner à Las Vegas, ils ne quittent jamais les bars à putes et les casinos, tandis qu’ils paient des remplaçants palestiniens pour assister à leurs cours et pour piloter leurs avions. Tout le monde dans l'armée américaine le sait.
Remercions Gina Haspel  (ex tortionnaire [2] choisie part Trump pour diriger la CIA), d’avoir tenté de faire son travail. Nous savons que Gina peut prouver que c’est Trump, en passant par John Bolton, qui a ordonné, le meurtre de Khashoggi. Nous pensions qu'elle en avait déjà eu connaissance depuis un certain temps, tout comme nous savions qu'elle était en compagnie de Kushner [3] lorsque Trump a transmis à l'Arabie saoudite sa demande de tuer celui qu’il  appelait «l'ennemi de l'État».
Pendant que nous y sommes, nous pouvons également noter que les services de renseignements turcs ont laissé filtrer, à tous ceux qui font attention, qu’ils ont eu accès à presque toutes les pièces du consulat d’Arabie saoudite à Istanbul. Les fuites déjà lentement distillées au monde en attente ne sont rien comparées à celles que Erdogan tient en réserve sous le coude.
Pendant des années, Erdogan a enregistré toute la planification des attaques exécutées par l’État islamiste, mais planifiées et commanditées, moyennant finances, par de l’Arabie Saoudite. Erdogan a aussi enregistré le fait que c’est l’Arabie qui a fourni les armes chimiques à l’État islamiste, et il a enregistré une chose encore plus importante.
Le 25 février 2016, un escadron de F16 et F15 de la Royal Air Force saoudienne est arrivé à la base aérienne d'Incirlik en Turquie. Là, ils ont été accueillis par des instructeurs et des techniciens israéliens arrivés deux jours plus tôt dans deux avions cargo C130 en provenance d'Israël.
Les F16 saoudiens ont alors été modifiés par les Israéliens pour transporter des armes nucléaires achetées par l’Arabie (gardienne des lieux saints de l’Islam !!) à Israël entre 1993 et 2005. Des groupes saoudiens de "frappe nucléaire" ont été mis en place. Ils sont composés de F16 et de F15 destinés à larguer des armes nucléaires sur l’Iran. Les négociations ont commencé lorsque, dès 2009, l'Arabie saoudite a proposé à Israël d'utiliser l’espace aérien saoudien pour des frappes nucléaires israéliennes contre l'Iran.
Un an seulement auparavant, la Turquie avait passé un contrat avec Israël pour que ses F16 à Incirlik soient modifiés pour transporter les armes nucléaires. Israël avait aussi promis à la Turquie que les 80 (ou plus) bombes thermonucléaires B61 stockées dans la base d’Incirlik pourraient être facilement saisies (i.e. volées à leur propriétaire, les USA) et qu'Israël disposait du logiciel nécessaire, fourni par le conseiller à la sécurité nationale de l'ère Bush, Richard Clarke, pour activer et utiliser ces armes nucléaires américaines volées.
En apprenant cela, le président Obama a immédiatement désactivé l'arsenal nucléaire américain en Turquie, et il a retiré de Turquie tout le matériel fissile qui y était déposé.
Il y a encore beaucoup à dire, y compris la coopération israélo-saoudienne pour tester les armes nucléaires à faible rendement au Yémen et pour tester la première bombe-planeur  nucléaire W54 au Yémen.
Trump a donné des dizaines de ces bombes W54 de nouvelle conception à Israël, laquelle les a testées au Yémen avec l’aide de l’Arabie [5]. C’est pour cette raison que la Russie a envoyé le système S300 en Syrie, et non pas à cause de la perte d’un seul avion, IL-20.
Datant du Gardian londonien d’aujourd’hui:
Fred Ryan, éditeur et PDG du Washington Post, a déclaré: «La CIA a mené une enquête approfondie sur le meurtre de ce journaliste innocent et a conclu avec une grande confiance qu’il était dirigé par le prince héritier. S'il existe des raisons de douter des conclusions de la CIA, le président Trump devrait immédiatement rendre cette preuve publique. » [6]
La déclaration de Trump, intitulée "Solidaires avec l'Arabie saoudite", cherchait à présenter le royaume comme un allié essentiel des États-Unis dans leur lutte contre l'Iran et un client irremplaçable pour les ventes d'armes américaines.
Il a affirmé qu'une rupture dans la relation entre Washington et Riyad entraînerait une flambée des prix du pétrole.
"Si vous voulez que les prix du pétrole atteignent 150 dollars le baril, il vous suffit de rompre notre relation avec l'Arabie saoudite", a déclaré Trump à la presse.
Sa déclaration contenait une série de déclarations fausses ou non fondées suggérant que Riyad achetait 110 milliards de dollars d’armes américaines. Le total des offres depuis la prise de fonction de Trump est inférieur à 15 milliards de dollars, et la valeur des contrats effectivement signés est nettement inférieure à cela.
Un nouveau rapport indépendant a révélé que les ventes d'armes par les États-Unis à l'Arabie saoudite représentent moins de 20.000 emplois américains par an, soit moins du vingtième de l'augmentation d'emplois annoncée par Donald Trump.

Source : Intel Drop: Some Strait Talk About Trump and MBS

Veterans Today
NOTES
[4] Ici, il est important de noter que le nombre de musulmans sunnites (wahhabites saoudiens et Frères Musulmans turcs) qui sont pro-sionistes est beaucoup plus important que le nombre de juifs du monde entier. Il en est de même des chrétiens évangélistes qui sont plus sionistes que les juifs sionistes, et ils sont beaucoup plus nombreux que tous les juifs réunis. Ce petit exemple montre que le fait d’être anti sioniste ne veut pas dire que l’on soit anti juif, puisqu’il y a infiniment plus de sionistes non juifs que de sionistes juifs.
Peu d'Américains sont au courant que les États-Unis, Israël et l'Arabie saoudite  mènent une guerre d’extermination contre le Yémen, dont le but ultime est d’anéantir sa population afin de récupérer ses gisements de pétrole non encore exploités. Veterans Today dispose de preuves irréfutables du fait que les États-Unis ont utilisé contre la population du Yémen l’avion furtif F-35 et une nouvelle «bombe atomique guidée» expérimentale, basée sur l’ancienne bombe atomique tactique W54, avec "liaison de données" et "guidage GPS" .

[6]   Le site israélien israéliens  DEBKAFiles, qui reflète généralement les avis de l’armée , donne ses propres explications selon une analyse en quatre arguments (Source : Dedefensa.org.) :
« 1). Certains cercles de Washington sont déterminés à détruire la relation solide entre l'administration Trump et le roi saoudien Salman et son fils MbS. Ces cercles cherchent depuis longtemps à affaiblir le roi, mais depuis l’entrée de Donald Trump à la Maison Blanche, ils considèrent que le renversement de MbS est bien plus souhaitable avec le bénéfice indirect de s’en prendre au président et à sa famille grâce à cette relation. L'éclipse du prince héritier aurait deux autres avantages aux yeux de ces cercles: elle mettrait gravement en péril la campagne anti-Iran de Trump et son projet de plan de paix israélo-palestinien, qui dépend de la coopération de l'Arabie saoudite, de l'Égypte, des Émirats Arabes Unis et d'Israël .
» 2). Un certain nombre de parties intéressées, politiques et financières, ainsi que de membres de la communauté pétrolière mondiale, considèrent avec une extrême déception les deux princes héritiers, MbS et Cheikh Mohammed Bin Ziyad (MbZ) des Émirats arabes unis, dirigeant la poussée pour établir une hégémonie et contrôle dans le Golfe Persique. Leur but n'est pas de faire tomber l'un des princes mais les deux. La Turquie [qui fait partie de cette manœuvre] a donc lancé un deuxième récit dans la presse [que contrôle le gouvernement], qui cherchent à impliquer MbZ en tant que complice de MbS dans la dissimulation du crime de Khashoggi. Cette version allègue que les Émirats ont confié cette tâche à une équipe de quatre personnes [Cette version rejoint la nôtre détaillée dans Affaire Khashoggi: Une opération sous faux drapeau ? ]. L'un d'entre eux a été désigné par les médias turcs comme le Palestinien exilé Muhammed Dahlan, réputé ami proche de MbZ. Le ministre des Affaires étrangères des Émirats Arabes Unis a catégoriquement démenti son récit.
» 3) Le président turc, Tayyip Erdogan, continue dans son entreprise d’éliminer les deux princes afin de pouvoir mieux assurer lui-même la direction du monde musulman sunnite


Traduction et annotations : Hannibal Genséric

3 commentaires:

  1. Bonjour, je suis dans l'obligation de recopier tes textes et de les aménager pour les faire paraître dans Facebook Boris Hulot et dans Laosophie, afin de pouvoir les publier. Pourrais-tu nous sortir un article sur la manipulation des juifs Sionistes pour créer Israël, voir le grand Israël, avec des références précises du contrat de transfert de 1933, voir une traduction de ce contrat de transfert et d'un lien sur l'original, avec des citations Juives de l'époque? Merci, cordialement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,
      1) notre site étant anti sioniste et anti islamiste est soumis à l'index de la censure sioniste, dont Facebook est le porte drapeau le plus virulent, car son PDG est un ultra sioniste, plus extrémiste que Netanyahou.
      2) Si vous faites des recherches directes dans ce blog, vous allez trouver beaucoup de données relatives à la création d'Israël, au Grand Israël, à la connivence sionistes islamistes, au rôle de la GB, celui de l'Allemagne nazie, etc.

      Supprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.