vendredi 16 novembre 2018

Poutine et la Libye (I)


Au cours des dernières semaines, hormis la piste syrienne habituelle, la Libye a dominé l'agenda de la Russie au Moyen-Orient. Le 12 novembre, le Premier ministre russe, Dmitry Medvedev, a dirigé la délégation russe en Italie pour une conférence de deux jours à Palerme dans le but de rapprocher les parties en conflit, de réunir les institutions libyennes et de tracer la voie des élections. Auparavant, une tentative similaire de la France portait peu de fruits.

Dans la foulée de la conférence, le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Mikhail Bogdanov, a eu des entretiens avec l'envoyé spécial des Nations unies pour la Libye, Ghassan Salame, et le président du Haut Conseil d'État libyen, Khaled Al-Mishri. Le même jour, Bogdanov, qui est également l'envoyé spécial du président Vladimir Poutine pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord, s'est entretenu avec le président de la Chambre des représentants libyenne, Aguila Saleh, avec le vice-Premier ministre Ahmed Maiteeq et le ministre des Affaires étrangères. Mohammed Sayala. L'activité diplomatique était sur le point d'équilibrer les contacts du ministère russe de la Défense avec les factions libyennes.

Medvedev conduisant la délégation russe

Al-Monitor a récemment fait état de la visite à Moscou du général Khalifa Haftar, l’homme fort des forces armées libyennes, le 7 novembre, où il s’est entretenu avec le ministre russe de la Défense, Sergei Shoïgou, et le chef de l’état-major de l’armée russe, Valery Gerasimov. Le chef présumé du groupe de sous-traitants militaires privés de Wagner, Evgeniy Progozhin, a également été repéré lors des pourparlers, qui ont permis de spéculer sur un éventuel déploiement de mercenaires russes en Libye.
«Toutes nos activités en Libye sont censées démontrer que nous sommes prêts à contribuer au processus de règlement dans ce pays. Nous nous félicitons des efforts déployés par l'envoyé des Nations Unies pour la Libye, Ghassan Salame, qui travaille d'arrache-pied (et a pris) certaines mesures cruciales pour le processus de règlement. Son plan d'action a été adopté par le Conseil de sécurité des Nations Unies, y compris par la Russie. Notre objectif principal est maintenant d'aider les parties à régler leurs différends, à garantir la mise en œuvre des accords de Skhirat et à négocier la question de la tenue d'élections », a déclaré Lev Dengov, chef du groupe de contact russe sur la Libye (une initiative commune formée fin 2015 par le ministère des Affaires étrangères et la Douma d'Etat ) dans une interview avec Al-Monitor il y a un an. Aujourd’hui, les démarches respectives du ministère des Affaires étrangères et du ministère de la Défense ont pour but de souligner que Moscou n’a pas changé d’attitude à cet égard.
La politique de double engagement en Libye des diplomates russes et de l'armée russe avec le Premier ministre libyen Fayez Sarraj et avec le général Haftar, respectivement, a déconcerté et émerveillé d'autres: les ministères des Affaires étrangères et de la Défense témoignent-ils d'une rivalité classique entre agences, chacun avec son enjeu, ou bien est-ce que la Russie diversifie sa boîte à outils, ses canaux de contacts et sa couverture contre des risques potentiels si on place tous ses œufs dans le même panier? Ou bien le Kremlin a-t-il pris sa décision en faveur de Haftar, comme de nombreux occidentaux le supposent, avec les contacts avec Sarraj comme étant une façade de multilatéralisme pour que les Russes restent dans le jeu comme probablement le dernier médiateur objectif? En fait, les trois théories ont une certaine plausibilité et ne s’excluent pas nécessairement.
Avant de se réunir officiellement à Palerme, Medvedev a rencontré le Premier ministre italien Giuseppe Conte, le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi, le président tunisien Beji Caid Essebsi et Haftar pour une réunion de deux heures. Cette rencontre a provoqué la colère de la délégation turque, qui a pris d'assaut la conférence après ce qu'elle considérait comme "une tentative d'empêcher la Turquie d'entrer dans le processus". Le vice-ministre des Affaires étrangères de la Russie n'a pas précisé si Sarraj était présent à cette réunion officieuse. Selon Associated Press, la partie turque  était irritée par le fait que les consultations impliquant Sarraj et Haftar avaient été négociées sans les Turcs.
 «Certains pays tentent de paralyser le processus de transformation en Libye pour leurs propres intérêts. … Pour sa stabilité, la Libye a juste besoin de moins d'intervention étrangère», s'est plaint le vice-président turc, Fuat Oktay, sans donner de nom.
La délégation conduite par Sarraj a quitté la réunion plus tard dans la journée, au moment même où Haftar prononçait ses remarques.
Malgré les sombres perspectives de réconciliation libyenne, Medvedev est arrivé à Palerme avec un programme à long terme d'engagement économique de la Russie avec la Libye.
"Les accords politiques ne sont que la partie émergée de l'iceberg. Parce que si derrière ces accords se trouvent la même économie détruite et divers gangs qui tentent de voler le potentiel du pays, qui était unitaire, tous ces accords politiques seront désavoués tôt ou tard ", a déclaré Medvedev lors de la conférence.
"La restauration de l'économie, la restauration de la sphère sociale, des projets prometteurs qui peuvent être restaurés et qui devraient être restaurés - c'est aussi la clé du renouveau de la vie normale en Libye. Nous sommes prêts à y participer", a-t-il ajouté. .
Auparavant, le premier chef adjoint du gouvernement russe, Sergei Prikhodko, qui dirigeait jusqu'en mai 2012 le département de la politique étrangère du Kremlin, a déclaré que les entreprises russes participeraient à des projets d'investissement conjoints en Libye «lorsque la situation en matière de sécurité dans le pays et les institutions gouvernementales seront normalisées et unifiées ».
"Il existe des domaines dans lesquels une coopération efficace est déjà possible - par exemple, pour stimuler les échanges commerciaux. ... L'intérêt des milieux d'affaires russes pour la Libye est évident, ce qui est une bonne condition préalable à un étroit travail en commun. Nous avons l'intention de préparer les conditions pour rétablir le partenariat dans différents domaines une fois que les circonstances seront plus favorables ", a conclu Prikhodko.
À Palerme, Medvedev a également approuvé l'accord de Skhirat comme moyen de faciliter les progrès dans le règlement de la Libye.
"Je suis convaincu que cela peut être fait par des efforts multilatéraux conformément aux décisions prises par le Conseil de sécurité des Nations Unies. Notre pays a toujours insisté pour qu'il ne devrait pas y avoir de distorsions et d'interprétations erronées", a-t-il déclaré.
Ce n'est certainement pas un hasard si Poutine a envoyé Medvedev en mission en Libye. Le bombardement de la Libye en 2011 par la France, le Royaume-Uni et les États-Unis, ainsi que l'horrible assassinat du leader libyen de longue date, le colonel Mouammar Kadhafi, sont survenus dans le contexte d'une abstention de la Russie lors d'un vote clé du Conseil de sécurité sous la présidence de Medvedev (2008-2012). . À l’époque, Poutine et Medvedev se seraient disputés, et l’issue de la campagne en Libye a eu une influence majeure sur la politique étrangère de la Russie, y compris sur les relations avec l’Occident, et a eu une incidence sur la décision de Poutine d’intervenir en Syrie en 2015.
Le message que Poutine envoie à Medvedev avec cette désignation est clair: "Vous [avez aidé] à casser ce pays, maintenant vous devez l’aidez à se relever", sinon vous allez le payer avec [votre] capital politique, si vous échouez."
Medvedev a déclaré à Palerme: "Nous nous souvenons de la manière dont les diverses résolutions ont été adoptées à l'époque. J'ai moi-même pris certaines décisions, notamment celles concernant l'embargo sur les armes imposé à la Libye et l'introduction d'une zone d'exclusion aérienne. On a affirmé que ces décisions visaient à faire cesser la violence, et créer les conditions du développement. Malheureusement, tout cela n’a pas été mis en œuvre. Il faut le garder à l’esprit pour faire en sorte que le même scénario ne se reproduise plus dans aucun autre pays. " Ces commentaires expriment le regret de s’être fiés aux Européens et aux Américains à l’époque où il pensait véritablement pouvoir rétablir les relations de Moscou avec les deux.
"Nous sommes déterminés à faire tout ce qui est en notre pouvoir pour veiller à ce qu'une paix durable s'établisse sur le sol libyen et à ce que d'autres pays échappent à son destin tragique", a déclaré M. Medvedev, évoquant à merveille ce que Poutine voudrait que les acteurs libyens entendent de quelqu’un qui a une histoire personnelle, dans laquelle il reconnait avoir fait confiance aux Occidentaux, mais ces derniers ont fait exactement le contraire de ce qu’ils avaient promis par écrit.

Source : Is Putin getting serious on Libya?



November 15, 2018


Conférence de Palerme : les divisions étalées au grand jour


Depuis l’horrible assassinat du Guide libyen, Mouammar Khadafi en 2011, la Libye est plongée dans le chaos, avec une multitude de groupes armés et des forces politiques rivales.
"L'attitude des (...) délégations libyennes présentes à (...) Palerme montre malheureusement que les divergences sont encore très profondes", a déploré Claudia Gazzini, spécialiste de la Libye à Crisis Group.
Elle a rappelé que certains protagonistes de la crise ont refusé de s'asseoir à une même table avec leurs rivaux, en plus du boycott de la conférence par l'homme fort de l'Est libyen, le maréchal Khalifa Haftar, chef de l'autoproclamée Armée nationale libyenne (ANL).
Un avis partagé par Khaled Saleh el-Kouafi, professeur à l'université de Benghazi (est), qui a estimé que ce rendez-vous avait "illustré l'ampleur de la crise et des divisions en Libye et la fragilité de la situation".
M. Haftar a cependant retrouvé mardi à Palerme lors d'une "réunion informelle" les représentants de plusieurs pays impliqués dans le dossier libyen, dont l'Egypte, la Russie, l'Algérie, la Tunisie et la France. Le chef du gouvernement d'union nationale (GNA) internationalement reconnu, Fayez al-Sarraj, y était également présent.
Le Qatar et la Turquie invités à la conférence en ont eux été exclus. Si Doha a préféré la discrétion, Ankara a claqué la porte.
"La Turquie et le Qatar sont venus à Palerme pour protéger les intérêts des groupes terroristes qu’ils soutiennent en Libye", a soutenu mercredi le général Ahmed al-Mesmari, porte-parole de l'ANL, lors d'une conférence de presse.
Le maréchal Haftar "a réussi à être la star de cette conférence en refusant de rencontrer certains de ses rivaux (...) et en écartant d’une réunion des pays influents (en Libye) comme la Turquie et le Qatar", a estimé M. Kouafi.
"Ces stratégies de division montrent que la voie vers un réel rapprochement est encore longue", a prédit Mme Gazzini, ajoutant que la Libye avait "besoin d'une véritable unité de la communauté internationale".
Pour Khaled al-Montasser, professeur de relations internationales à l’Université de Tripoli, aucun rendez-vous "ne pourrait être un succès tant que des parties internationales font pression sur les Libyens et tant qu’elles avancent des solutions à la crise qui leur conviennent à elles seules".
Emad Badi, analyste libyen, a estimé de son côté que la conférence s'inscrivait dans le seul cadre de la lutte d'influence entre Rome et Paris sur le dossier libyen.
"La conférence de Palerme ne s’est pas focalisée sur l'amélioration des relations entre les deux principaux pôles politiques, mais elle fut plutôt la volonté de l'Italie de riposter à l'initiative française", a-t-il dit.
Après un sommet libyen à Paris en mai, Rome avait reproché à la France de vouloir faire cavalier seul sur la Libye.
Ekhlas al-Mezweghi, chercheuse dans les affaires afro-européennes, a elle aussi déploré la mésentente entre les pays européens sur la Libye, ce qui a un "impact négatif sur la situation actuelle qui pourrait perdurer dans les années à venir".
Mais si la conférence a été un "échec" pour plusieurs analystes, certains ont souligné l'importance de deux réunions organisées par l'ONU peu avant l'ouverture de la réunion, à laquelle ont participé des responsables du GNA et du Parlement, exilé dans l'Est.
Elles ont été consacrées à l'économie et à la sécurité, deux thèmes ayant un impact direct sur le quotidien des Libyens qui subissent de plein fouet les effets de la crise.
L'émissaire de l'ONU en Libye, Ghassan Salamé, s'est par ailleurs félicité de l'appui des participants à la conférence aux réformes prises par le GNA après des combats meurtriers en septembre entre des groupes rivaux près de la capitale. Ces mesures visent à former des forces de sécurité, limiter la corruption, la pénurie de liquidité et la chute du dinar.
Selon lui aussi, il a obtenu un "soutien unanime" des participants à la conférence nationale qu'il envisage d'organiser en Libye début 2019, avant le lancement du processus électoral prévu au printemps.
Cependant, "à l'heure actuelle, de nombreux Libyens ne sont toujours pas certains du format et des objectifs de cette conférence", note Mme Gazzini.
Frederic Wehrey, expert à l'Institut Carnegie Endowment for International Peace, note pour sa part que "certains signes d’appui à un nouveau calendrier (de l'ONU) sont légèrement encourageants".
Mais selon lui, "des défis importants subsistent: l'unification des forces de sécurité et des institutions économiques".


Hannibal GENSERIC


1 commentaire:

  1. L'analyste lybien Emad Badi se trompe bel et bien parce qu'il imagine que le nouveau gouvernement italien soit comme tous les autres, pas seulement en Italie, mais partout dans le monde. Le President Giuseppe Conte a dit clairement que la conference avait le but principal, presque exclusif, de réconcilier la Lybie et de l'aider à batir son propre futur. Il est evident que si la Lybie retrouve son unité et sa paix (qui sont les buts principaux à poursuivre) on pourra aussi avoir des rélations bilaterales de toute sortes. C'est tout à fait logique.

    Au contraire, la France (desolé mais c'est comme ça), après avoir bombardé le pays, trahi et tué Gheddafi, (une honte celle-ci pour la France tant grave que ineffaçable) continue sa politique agressive en pensant seulement à ses propres interests economiques et financieres. Au point que si un Chèf d'Etat africain n'obeit pas à sa volonté de domination, il vien d'etre tout simplement tué.

    Il suffit de considerer le truc des 14 pays africains ex colonies, (qui en réalité sont encore plus exploités par la France que jamais) etranglés par le Franc Cfa, detenu par la Banque Centrale de France, qui les oblige à donner à leur colonisaterurs d'autrefois des milliards et des milliards d'argent, au point que la France sans ces sang sucé (depuis presque des siecles) aux Africains, s'effondrerait completement dans très peu de temps.
    Monsieur Genseric, si vous en avez le courage (je crois que oui) et la conscience, car en France une video comme celle-ci est absolument impensable, traduisez-la et mettez les sous titres en Français, afin que vous et vos compatriotes connaissent au moins, une des raisons (à mon avis, la plus importante) pour la quelle votre pays est au bord du precipice.

    Rien arrive par hasard, Si on fouille en petit peux on trouve toujours les raisons des ses propres malheurs. Vous savez mieux que moi que les crimes tot ou tard se payent lourdement. L'esclavage et l'exploitation brutale (faite par surcroit avec une ruse diabolique par laquelle on fait croire à ses propre victimes d'etre leurs civilisateurs et sauveteurs) est un des crimes les plus epouvantables, qui crie vengence aux yeux de Dieu.
    N'oubliez jamais, vous et les Français, (evidement ce discours est valable pour n'importe quel peuple), que la vérité (meme si elle est atroce) est toujours mieux que le mensonge. Pourquoi ? Mais parce que, au moins, (et ce n'est pas une chose de peu d'importance), on retrouve sa propre dignité, qui, dans un etre humain, est l'unique chose qui compte vraiment.

    Comment la France plie l'Afrique avec le Franc Cfa, Mohamed Konaré

    COME LA FRANCIA PIEGA L'AFRICA CON IL FRANCO CFA, Mohamed Konarè
    https://www.youtube.com/watch?v=0y06KllnJ0g

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.