vendredi 30 novembre 2018

Témoignages : Les hélicoptères américains ont toujours été du côté des terroristes de l'État Islamiste et d’Al-Qaïda.


Au cours de la "guerre contre le terrorisme", plusieurs «hélicoptères mystérieux» ont sauvé les terroristes (en commençant par les chefs) de l'État Islamiste  et d'Al-Qaïda des champs de bataille alors qu'ils devaient faire face à une défaite imminente. Les avions de la Coalition Internationale sous commandement américain, "se trompent" régulièrement lorsque des témoins les voient larguer des armes et de la nourriture sur les zones occupées par les terroristes islamistes, alors que, selon  la Propagande Occidentale , ils sont sensés largeur des bombes sur ces terroristes.
Activistpost.com rapporte: Bien que nous n'ayons pas essayé d'expliquer ou d'analyser en détail chaque incident, vous trouverez ci-dessous un certain nombre de rapports faisant état de tels «ponts aériens de la coalition» qui se sont manifestés au cours des deux dernières années. Comme de bien entendu, le Pentagone a démenti à plusieurs reprises ces informations.
Résultat de recherche d'images pour "caricature  avions américains larguent des armes sur terroristes"
10-11 novembre 2018 - SANA a annoncé qu'un avion américain a atterri dans la province de Deir ez-Zour, près de la banlieue d'al-Susah, amenant trois membres de l'État Islamiste.
Le 7 octobre 2018 - SANA a cité des habitants de la ville d'Al Shaafah, qui ont rapporté que des hélicoptères américains avaient évacué les commandants de l'État Islamiste  d'Abou Kamal, dans la province de Deir ez-Zour. Il n'y avait pas d’indication quant à l'endroit où les combattants ont été emmenés.
Image associée
22 septembre 2018 - SANA a annoncé que la coalition dirigée par les États-Unis avait mené une «opération de débarquement aérien» à la périphérie du village d'al-Mrashde, situé dans la même région que celle où les terroristes de l'État Islamiste  s'étaient dispersés. Cette région est située dans la campagne du sud-est de Deir ez-Zor. Le rapport affirme que les vols ont transféré un certain nombre de commandants de l'État Islamiste.
23 août 2018 - TASS a annoncé que la Russie avait enregistré de mystérieux vols en hélicoptère pour des unités de l'État Islamiste  en Afghanistan, qui transportaient des armes aux terroristes.
«Nous voudrions souligner une fois de plus les vols d'hélicoptères non identifiés dans le nord de l'Afghanistan, qui livrent des armes et des munitions aux unités locales de l'État Islamiste  et aux membres des Talibans qui coopèrent avec ce groupe. Selon des médias afghans et des habitants, de tels hélicoptères ont été vus dans la province de Sar-e Pol », a déclaré la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova.

Image associée
Le 19 mars 2018 - SANA a cité une source anonyme qui a affirmé que trois hélicoptères de l'armée américaine avaient évacué les commandants présumés de l'État Islamiste  des régions du nord-est de la Syrie. Les hélicoptères auraient atterri entre al-Jissi et Kalou, à 2 km au sud de la commune de Tal Hamis, dans le district de Qamlishi, dans la province d'Al-Hasakah.
Février 2018 - Les médias syriens ont annoncé que des commandants de l'État Islamiste  et des membres de leur famille avaient été transportés à Sabah al-Khair par des hélicoptères américains. Sabah al-Khair se trouve à environ 20 km au sud d’al-Hasakah, où tout indique que les États-Unis exploitent sur place une base de formation pour terroristes.
29 décembre 2017 - SANA a annoncé que des hélicoptères américains ont évacué les commandants de l'État Islamiste  de la province de Deir ez-Zour vers la province d'Al-Hasakah, dans le nord-est de la Syrie. Des sources signalent que c'est la deuxième fois que les États-Unis évacuent des combattants de l'État Islamiste.
Mai 2017 - Des sources syriennes locales anonymes ont révélé que des hélicoptères de l'armée américaine avaient évacué les commandants de l'État Islamiste  de leur fief précédent à Raqqa et les avaient emmenés dans un «lieu non divulgué».
Mai 2017 - Le gouverneur de la province de Sar-e Pol, dans le nord de l'Afghanistan, Mohammad Zahir Wahdat, a déclaré que les hélicoptères militaires non marqués avaient atterri brièvement dans une zone de forteresse connue. Comme cela s’est passé la nuit, les forces de sécurité afghanes n’ont pas pu prendre de photos.
Janvier 2015 - Bien que la majorité de ces rapports aient eu lieu entre 2018 et 2017, nous ne pouvons pas oublier les rapports précédents, comme celui de janvier 2015, dans lequel le député irakien Majid al-Gharawi avait déclaré que toutes les informations disponibles « ont souligné que des avions américains approvisionnent l'organisation Daech (État Islamiste, ISIS), non seulement dans la province de Salaheddine, mais également dans d'autres provinces », a déclaré Iraq TradeLink.
Il a également déclaré que les États-Unis «ne combattaient pas sérieusement l'organisation ISIS, car ils avaient le pouvoir technologique de déterminer la présence d'hommes armés de l'État Islamiste, et de les détruire en un mois [mais ne l'ont pas fait] ».
Gharawi a suggéré que "les États-Unis tentent de prolonger la durée de la guerre contre l'État Islamiste  afin d'obtenir des garanties du gouvernement irakien pour avoir leurs bases dans les provinces de Mossoul et d'Anbar".
Il est important de mentionner que, selon FARS News, la Commission de la sécurité et de la défense du Parlement irakien a révélé qu'un avion américain avait bien fourni à l'État Islamiste  des armes et des munitions dans la province irakienne de Salaheddine. Bien évidemment, cette révélation n'a guère été couverte par les Grands Médias Menteurs (GMM) occidentaux.
À la fin de décembre 2014, Nahlah al-Hababi, un autre législateur irakien, a remis en question les motivations et l'engagement des États-Unis et de sa coalition anti-ISIS et a affirmé que les groupes terroristes recevaient en réalité une grande quantité d'aide larguée par des « avions non identifiés ». Comme les seuls avions qui survolent l’Irak sont ceux sous commandement US…il est facile de deviner.
L'agence de presse FARS a cité al-Hababi: «La coalition internationale ne prend pas au sérieux les frappes aériennes contre les terroristes de l'État Islamiste  et cherche même à éliminer les forces populaires Basij (volontaires) du champ de bataille contre les Takfiris, de sorte que le problème avec l'État Islamiste  restera non résolu dans le futur proche »"
"Basij" est un terme qui signifie "engagé volontaire".
Elle aurait également déclaré: «Les terroristes de l'État Islamiste  continuent de recevoir l'aide d'appareils de combat non identifiés en Irak et en Syrie».
FARS cite également al-Hababi qui a souligné que les frappes aériennes lancées par l'OTAN ne sont lancées que dans les zones où les forces kurdes Peshmerga se battent, alors que de telles frappes lancées dans d'autres zones ne sont «pas très précises». La suggestion, bien sûr, veut dire que ”les Américains et leurs valets occidentaux ont tout intérêt à soutenir les forces kurdes contre les forces syriennes et irakiennes, tout en soutenant le groupe État islamique dans le processus d'affaiblissement de la Syrie, de l’Irak et, vraisemblablement, de l'influence iranienne. Manifestement, Hababi n’est pas loin de la réalité.
Fin décembre, la coalition dirigée par les États-Unis a abandonné des aides aux terroristes Takfiri dans une zone située au nord de Bagdad.
Des sources sur le terrain en Irak ont déclaré à al-Manar que les avions de la coalition internationale avaient abandonné des aides aux terroristes à Balad, une zone située dans la province de Salahuddin, au nord de Bagdad.
En octobre, un commandant iranien de haut rang a également critiqué les États-Unis pour avoir fourni des fournitures d'aide à l'État Islamiste, ajoutant que les allégations américaines selon lesquelles les armes avaient été larguées par erreur à l'État Islamiste  étaient fausses.
«Les États-Unis et la prétendue coalition anti-ISIS affirment avoir lancé une campagne contre ce groupe terroriste et criminel, tout en leur fournissant des armes, de la nourriture et des médicaments dans la région de Jalawla (une ville du gouvernorat de Diyala en Irak). Cela montre clairement la fausseté des affirmations de la coalition et des États-Unis », a déclaré le chef d'état-major adjoint du brigadier général des forces armées iraniennes, Massoud Jazayeri.
Les États-Unis ont affirmé qu'ils avaient largué des armes et une aide médicale sur des combattants kurdes confrontés à l'État Islamiste  à Kobani, près de la frontière turque dans le nord de la Syrie, mais des erreurs peuvent se produire et les armes finissent chez les terroristes islamistes (modérément méchants ou méchamment modérés).
La question de ces «accidents commodes» n’est cependant pas unique aux reportages de la presse du Moyen-Orient, d’Irak ou d’Iran. Ce type «d'erreurs» se produit de manière apparemment régulière dans des régions où les États-Unis combattraient prétendument les organisations terroristes qu'ils ont eux-mêmes créées.
Novembre 2014 - Les services de renseignements irakiens ont révélé que les États-Unis fournissaient à l'État Islamiste  des armes et de la nourriture. Un rapport de l'agence de presse iranienne FARS News a déclaré:
Les services de renseignements irakiens ont révélé que des avions militaires américains avaient approvisionné l’armée islamiste irakienne et les terroristes du Levant Takfiri en armes et en nourriture, sous le prétexte de raids aériens sur les positions des activistes.
Les forces irakiennes ont découvert que les avions américains avaient l'habitude de larguer des armes et des cargaisons de vivres pour les terroristes de l'État Islamiste  qui les récupéraient sur le terrain, a rapporté l'agence de presse Asia, citant des officiers de renseignement de l'armée irakienne.
"Les sources du renseignement irakiennes ont réaffirmé que les avions militaires américains avaient largué plusieurs cargaisons d'aide pour les terroristes de l'État Islamiste  afin de les aider à résister au siège imposé par l'armée, la sécurité et les forces populaires irakiennes", ajoute le rapport.
Samedi, des sources de sécurité irakiennes ont révélé que le groupe terroriste ISIS utilise des armes ultramodernes, qui ne sont fabriquées que par les États-Unis et que chacune de leurs armes vaut des milliers de dollars.
"Ce qui est important, c'est que les États-Unis n'envoient ces armes qu'à ceux qui coopèrent avec le Pentagone, ce qui indique qu'ils jouent un rôle dans l'armement de l'État Islamiste ", a déclaré à la FNA une source de la sécurité irakienne.
La source a indiqué que l'avantage le plus important des armes américaines utilisées par l'État Islamiste  est que "leurs balles percent les véhicules blindés et tuent les personnes à l'intérieur du véhicule".
Il a déclaré que chacune de ces balles valait 2.000 dollars et a ajouté: "Ces armes ont déjà tué de nombreuses forces militaires et volontaires irakiennes".
La crise en Irak s'est aggravée après que les terroristes de l'État Islamiste  eurent pris le contrôle de Mossoul avec une avance fulgurante le 10 juin, qui fut suivie de la chute de Tikrit, située à 140 kilomètres au nord-ouest de Bagdad, la capitale.
Les soldats de l'armée irakienne, les forces populaires et les troupes kurdes de Peshmerga se sont livrés à de violents combats avec les terroristes sur différents fronts et ont jusqu'à présent été en mesure de les repousser dans plusieurs régions.
Octobre 2014 - Les forces de la «coalition» ont largué un certain nombre de fournitures d'aide et de munitions prétendument destinées au peuple irakien et aux forces anti-Isis sur le terrain, alors qu’en réalité tout a été largué sur le territoire contrôlé par l'État Islamiste . Cette "erreur" a été confirmée par des responsables et des parlementaires irakiens.
Octobre 2014 - Un largage d'armes, qui aurait été jeté accidentellement, s'est retrouvé directement aux mains de l'État Islamiste  à Ayn al-Arab (Kobani).
Comme le rapporte SouthFront, Le Pentagone a démenti à plusieurs reprises ces informations, affirmant qu'il ne coopérait d'aucune sorte avec ISIS. Cependant, le problème est que l'armée américaine nie également avoir conclu un quelconque accord avec ISIS à Manbij et à Raqqah, ce qui est un mensonge évident. Ainsi, alors que des informations sur des hélicoptères américains évacuant des membres de l’ISIS ou leur fournissant des fournitures continuent de paraître, on craint de plus en plus que Washington utilise toujours ISIS comme un outil dans son impasse géopolitique avec d’autres puissances.
En outre, selon Conflict Armament Research, il y a plusieurs années, les combattants de l'État Islamiste  utilisaient «une quantité importante» d'armes, y compris des fusils d'assaut M16 portant la mention «propriété du gouvernement des États-Unis».
Il est également bien connu qu’ISIS est le produit d’une organisation terroriste massive et d’une stratégie d’entraînement mises en place par les États-Unis, le CCG, la Jordanie et la Turquie.
En juin 2014, Aaron Klein, écrivant pour WorldNetDaily, a rapporté que des membres de l'État Islamiste  avaient été formés en 2012 par des instructeurs américains travaillant dans une base secrète en Jordanie, selon des responsables jordaniens.
L'armée syrienne a, à plusieurs reprises, découvert d'énormes caches d'armes américaines sur le territoire libéré de l'État Islamiste. L’un de ces rapports de novembre 2017 (Sputnik International - «Un entrepôt plein d’armes« meurtrières »fabriquées aux États-Unis et trouvées par l’armée syrienne), a déclaré:
L’armée syrienne a libéré les nouveaux quartiers de Deir ez-Zor des terroristes de Daesh. Au cours de l'opération, l'armée a trouvé de grands entrepôts dotés d'un nombre considérable d'armes meurtrières. La source militaire syrienne a expliqué à Spoutnik Arabic ce que ces entrepôts stockaient exactement.
Selon la source militaire syrienne, il y aurait beaucoup d'armes et d'équipements militaires de fabrication européenne et israélienne fabriqués par les États-Unis. Outre les fusils automatiques M-16, il y avait des systèmes de missiles antichars TOW et des canons de campagne américains de 155 mm.
«Il y avait aussi des Hummers, qui étaient soit utilisés pour transporter des personnes, soit remplis de bombes à l'intérieur, prêts à exploser. Des avions de reconnaissance des services de renseignement israéliens et une combinaison de protection moderne israélienne pour effectuer des travaux de sapeur ont également été découverts », a déclaré la source à Spoutnik Arabic.
La source a également déclaré que des technologies de reconnaissance aérienne et terrestre, des communications par satellite et des sacs contenant des explosifs C-4 avaient également été découverts à l'intérieur de ces entrepôts.
Il y avait aussi des boîtes avec des munitions et des armes stockées dans les abris souterrains, tandis que les chars et les voitures étaient recouverts d'un filet de camouflage pour se protéger des frappes aériennes russes et syriennes.
Le site de la Syrie, cité par le général Ali al-Ali, a déclaré que les États-Unis avaient illégalement livré au moins 1 500 camions d'armes et de matériel militaire à des terroristes en Syrie entre le 5 juin et le 15 septembre de cette année.
Bien que Washington ait déclaré que ces armes étaient destinées aux alliés des États-Unis, elles sont toujours tombées entre les mains de terroristes, a déclaré le général.
Selon le site Web, le pistolet autrichien Glock 19 est l'arme la plus populaire parmi les terroristes de Daesh. En 2014, des terroristes ont publié des vidéos d'exécution dans lesquelles ces pistolets étaient utilisés.
Selon le général de brigade, les fusils d'assaut M-16 sont devenus un symbole de la crise en Syrie. L’armée syrienne a trouvé à plusieurs reprises des boîtes contenant des armes portant l’indication «Propriété américaine». Par conséquent, les déclarations suggérant qu’il s’agissait de copies chinoises sont probablement incorrectes.
En outre, à plusieurs reprises, l'armée syrienne a découvert le fusil automatique FN FAL léger, une arme utilisée par l'OTAN. Ce fusil est équipé d’un viseur pour tireur d’élite et est généralement utilisé dans les habitations urbaines.
De plus, les terroristes de Daech ont également utilisé la mitraillette MP5 de Heckler & Koch, très utilisée par les forces de l'ordre américaines et européennes.
De telles caches d'armes apparaissent dans un certain nombre de zones libérées, non seulement de celles détenues par Daesh (ISIS), mais également de celles détenues par des organisations terroristes comme Al-Nosra / Al-Qaïda, une organisation qui n'est autre que la branche de l'État Islamiste. .
Hannibal GENSERIC

3 commentaires:

  1. SVP cessez de dire des terroristes islamistes .... les musulmans et l'islam sont innocents de ces criminels payés par les USA et israél et ça vous le saviez trés bien et vous le devoloppez dans vos articles

    RépondreSupprimer
  2. Les islamistes, dont les wahhabites et les Frères Musulmans sont des sectes politico-militaires utilisant le mot "islam" pour berner les ignorants et prendre le pouvoir et l'argent. Cessez donc de considérer que ces sectes représentent l'Islam, comme le font les Islamophobes (qui, en général, sont pro islamistes). Je le répète : l'Islamisme est à l'islam ce que le sionisme est au judaïsme. Il y a infiniment plus de sionistes non juifs que de sionistes juifs (chrétiens évangélistes sionistes,wahhabites sionistes saoudiens et qataris...); de même il y a beaucoup d'islamistes non musulmans.

    RépondreSupprimer
  3. MERCI POUR LA CLARIFICATION KOTTI DOIT COMPRENDRE EN UN CE SONT DES TAKFIRISTES.

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés.