mercredi 14 novembre 2018

Stratégie de guerre d'Israël contre l'Iran. Où en est le projet «Grand Israël» ?


L’Iran est le principal rival régional d’Israël - mais ne représente aucune menace pour l’État juif ni pour aucun autre pays.
Pendant des décennies, les régimes israéliens ont exhorté Washington à faire la guerre à l'Iran, voulant que son principal rival régional soit éliminé.

L’infâme document d’Oded Yinon de 1982 intitulé «Une stratégie pour Israël dans les années 1980» expliquait le programme d’action d’Israël de manière claire et sans équivoque. C’est une stratégie régionale de division et de conquête nécessitant la participation active des États-Unis. [1]
Le schéma a probablement été mis à jour plusieurs fois, l'objectif étant inchangé, y compris un Israël plus grand au travers d'une carte redessinée du Moyen-Orient.
Pour survivre, l'État juif estime qu'il doit dominer la région et devenir une puissance mondiale.
Pour atteindre son objectif, il faut diviser les nations arabes en plus petites nations selon des critères ethniques et sectaires en tant qu'États clients satellites d'Israël, à l’image des taïfas andalouses [2]
La guerre des Six jours d’Israël en 1967, la saisie de la Cisjordanie, de Jérusalem-Est, du Golan syrien et du territoire libanais ont suivi le plan.
Il en a été de même de son agression contre le Liban en 1978, 1982, 1993, 1996 et 2006, ainsi que de l’occupation du sud du pays jusqu’au fleuve Litani, qui a duré 18 ans jusqu’au retrait en mai 2000.
Il détient toujours illégalement le village libanais Ghajar-frontière avec le Golan, ainsi que Sheba Farms, une zone riche en eau de 12 km2 située à proximité du Golan syrien.
Le regretté Israël Shahak a déclaré que les plans israéliens de contrôle régional suivaient les "idées géopolitiques (de) 1890-1933" allemandes, qui ont été développées par Hitler et le mouvement nazi et qui ont déterminé leurs objectifs pour l'Europe de l'Est. " [3]
Yinon a qualifié tous les États arabes à l'est d'Israël "de conflits internes" suggérant ainsi que tous ces états appartiennent à Israël (Liban, Syrie, Irak, Jordanie). Il qualifie, sans d’ailleurs se tromper,  les Saoudiens et d'autres États du Golfe sont "construits sur une délicate maison de sable dans laquelle il n'y a que du pétrole".
La Jordanie est en réalité la Palestine, Amman est identique à Naplouse, ainsi que d’autres États arabes de la région, a-t-il déclaré.
Depuis sa révolution de 1979, l’Iran, est devenue la priorité (au dessus de tous les autres États de la région), c'est-à-dire la principale cible à éliminer.
Voir : Washington Urged by Israel to Bomb Iran. John Kerry (Washington a exhorté Israël à bombarder l'Iran. John Kerry)
Aujourd’hui, une alliance israélo-saoudienne douteuse veut la destruction de la République islamique, décrivant faussement le pays comme une menace régionale.
Netanyahu ment à plusieurs reprises au sujet d'un programme nucléaire iranien. Aucun n'existe. L’État juif est la seule puissance nucléaire régionale armée et dangereuse, c’est aussi le seul pays détenant des armes chimiques, biologiques et d’autres armes terroristes interdites.
En novembre 2017, l'ancien secrétaire d'État du régime Obama, John Kerry, avait déclaré qu'Israël, les Saoudiens et l'Égypte avaient poussé Obama à bombarder l'Iran avant la conclusion de l'accord sur le nucléaire de JCPOA.
Netanyahu était «véritablement excité pour cette action», a souligné Kerry, mais Israël souhaitait l'aide des États-Unis pour faire avancer son programme hégémonique.
Après qu’Israël ait éliminé l'Irak (grâce à l’aide américaine) en tant que rival régional, la Syrie était censée être la suivante, afin d’isoler l'Iran, suivie d'un plan similaire aux révolutions de couleur et au Printemps arabe visant à renverser le gouvernement iranien.
Les choses ne se sont pas déroulées comme prévu. L’intervention de la Russie pour aider Damas à lutter contre le terrorisme islamo-sunnite (Frères Musulmans) soutenu par les États-Unis a transformé une défaite quasi-certaine en un éventuel triomphe.
C’est peut-être pour cette raison que Trump (qui est sous une influence juive extrémiste [4])  s’est retiré du JCPOA et a imposé à l’Iran  les sanctions les plus sévères à l’égard de son régime - il est peu probable qu’il réussisse comme prévu en raison de l’opposition de la communauté mondiale.
Les extrémistes israéliens et américains recherchent des moyens de provoquer l’Iran qui pourrait le conduire à un affrontement direct, un moyen de reprocher ensuite à la République islamique d’avoir pris des mesures « terroristes ».
Les faux drapeaux et autres provocations similaires sont depuis longtemps un moyen utilisé par les États-Unis, la France, la GB et Israël pour déclencher des guerres.
Dimanche, le NYT a déclaré que «des officiers des renseignements saoudiens proches du prince héritier, Mohammad bin Salman» étaient impliqués dans un complot visant à assassiner des ennemis du royaume en 2017, dont le commandant de la Force Qods iranienne, le général Qassem Soleimani.
Vouloir le tuer ou tenter de le tuer provoquerait sans aucun doute des représailles de la part de l’Iran, qui serviraient peut-être de prétexte à une confrontation militaire - possibilité d’une guerre à grande échelle, ce qu’Israël et l’Arabie saoudite désiraient de longue date.
Si l’Iran ripostait militairement contre l’un ou l’autre pays, Washington serait probablement amené à protéger ses alliés, les régimes de Ryadh et de Tel-Aviv atteignant leurs objectifs longtemps recherchés.
Israël, les Saoudiens et Washington veulent que l’économie de l’Iran soit sabotée - les sanctions les plus sévères jamais imposées par les États-Unis.
Soleïmani est fortement impliqué dans l'aide à la Syrie et à l'Irak pour lutter contre l'Etat islamique soutenu par les États-Unis et d'autres états voyous européens.
Le « groupe d’action iranien » du régime Trump s’attache à préparer un changement de régime.
Si les sanctions et autres efforts de déstabilisation échouent comme chaque fois depuis près de 40 ans, c’est l’agression américaine qui suivra - Israël réalisant ce qu’il cherchait depuis longtemps, indifférent au fait que la guerre contre l’Iran pourrait affecter toute la région.
Si la Russie intervient comme en Syrie, une confrontation directe avec Washington pourrait s'ensuivre, risquant ainsi une éventuelle guerre mondiale avec des armes nucléaires, le scénario ultime du cauchemar.
Source : Israel’s Strategy for War on Iran. The “Greater Israel” Project. The Dangers of an All Out Middle East War?
November 13, 2018
--------------------------------------------------------------------------------------
NOTES
[2] Diviser pour régner

L'idée maîtresse du plan, qui est de balkaniser le Monde Arabo-musulman « utile » est aujourd'hui ouvertement admise par des membres ou des conseillers importants des gouvernements américain et israélien. Cette politique du « diviser pour régner » nous rappelle une autre période noire de notre histoire : c’est l’époque des taïfas andalouses (1031 à 1492), qui annonçait l’élimination totale des arabo-berbères d’Andalousie. Une taïfa (mot arabe) est un petit royaume andalou. Durant les périodes d'instabilité politique et de décadence, l’Andalousie a été, sous les coups de boutoir des rois catholiques espagnols, morcelée en plusieurs taïfas, sortes de micros émirats. Le roitelet d’une taïfa est généralement faible et dépend de la protection d’un suzerain catholique. Il est aussi souvent concurrent, voire ennemi, de ses voisins musulmans. Les armées chrétiennes y effectuent périodiquement des razzias pour tirer butin, otages, esclaves et imposer aux taïfas de payer un paria (tribut). 
C'est ce que font les États-Unis avec les taïfas actuelles que sont les pays arabes du Golfe : ils les rançonnent en leur vendant chaque année, pour des milliards de dollars, des armes obsolètes qui vont soit pourrir dans le désert, soit utilisées pour tuer d'autres Arabes et d'autres musulmans. De cette manière, les États-Unis (donc Israël) gagnent sur tous les tableaux. Seuls la Syrie, l'Irak et l'Iran résistent.

Nous avions cité Israël Shahak :
L’article  d’Oded Yinon présente, me semble-t-il, de façon exacte et détaillée, le projet qui est celui du régime sioniste actuel – le régime de Sharon et Eytan – concernant le Moyen-Orient, à savoir la division de la région en petits États, et le démantèlement de tous les États arabes. Je voudrais, en guise de préambule, attirer l’attention du lecteur sur quelques points :
1. L’idée que tous les États arabes doivent être fragmentés en petites unités, par l’œuvre d’Israël, est une idée récurrente dans la pensée stratégique israélienne.
2. On perçoit très clairement le lien étroit qui existe entre ce projet et la pensée néo-conservatrice américaine, particulièrement dans les notes de l’auteur pour son propre article. Mais, en dépit d’une référence de pure forme à la « défense de l’Occident » face au pouvoir soviétique, l’objectif réel de l’auteur, et du régime israélien actuel, est bien clair : faire d’un Israël impérialiste une puissance mondiale. En d’autres termes, Sharon se propose de tromper les Américains après avoir joué le monde entier.
3. évidemment, beaucoup de faits, dans les notes comme dans le texte même, sont falsifiés ou omis, comme par exemple l’aide financière des États-Unis à Israël. D’autres prétendus faits sont de pures inventions. Mais il ne faudrait pas pour autant regarder ce projet comme dénué de toute portée pratique, ou irréalisable, au moins à court terme. Le projet reproduit fidèlement les théories « géopolitiques » qui avaient cours en Allemagne dans les années 1890-1933, qui furent adoptées telles quelles par Hitler et le nazisme, et qui guidèrent leur politique en Europe de l’Est. Les objectifs fixés par ces théories, en particulier le démantèlement des États existants, reçurent un début de réalisation de 1939 à 1941, et seule une coalition à l’échelle mondiale en empêcha l’application à long terme,
Par Israël  Shahak, 13 juin 1982
Traduction et annotations/notes par Hannibal GENSERIC

1 commentaire:

  1. C'est bien beau tout cela, mais les Iraniens ne sont pas des kons d'Arabes ,a la façon des Libyens ?

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.