samedi 17 novembre 2018

Poutine et la Libye (II)


La stratégie de Vladimir Poutine, sur le difficile échiquier libyen, a toujours été particulièrement discrète, voire silencieuse. Après la chute de Kadhafi, le Kremlin a agi avec prudence, sachant que la fin du colonel avait eu un effet désastreux sur la construction de la stratégie russe en Méditerranée. Mais l’Occident, qui a fait de cette Libye un enfer de fous, n’a pas supplanté la Russie. Après Kadhafi, aucun autre dirigeant de sa trempe n'est arrivé, mais la guerre a éclaté: civile et non civile. Et dans ce bourbier, la Russie a réussi à se transformer en un acteur de plus en plus dynamique et de plus en plus nécessaire.

La parade des assassins
Contrairement à ce qui s'est passé en Syrie, Moscou n'a pas immédiatement (et définitivement) choisi un allié. Ici, il n'y avait pas de Bachar al Assad à défendre contre l'avancée de l'État islamique. Il y avait le chaos. Et dans le chaos, Poutine a préféré jouer d'une manière différente, en se concentrant non pas sur un joueur mais en essayant de dialoguer avec tout le monde. Le Kremlin n'a jamais caché les sympathies pour Khalifa Haftar, l'homme fort de Cyrénaïque. La preuve en est le dernier voyage du maréchal libyen à Moscou, où il a rencontré le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou. On peut lire sur la page officielle de l’Armée Nationale Libyenne (de Haftar) : les deux parties ont discuté sur "les stratégies pour résoudre la crise libyenne et la lutte contre le terrorisme".
Mais la Russie n'a jamais nié la reconnaissance du gouvernement d'union nationale de Fayez al-Sarraj, bas é à Tripoli. Et une confirmation du voyage à Moscou du ministre de l'Économie du gouvernement d'union nationale, Nasser al Darsi, qui s'est rendu dans la capitale russe pour s'entretenir avec ses interlocuteurs au Kremlin, en particulier avec le vice-ministre Mikhail Bogdanov (qui était à Palerme pour représenter le gouvernement russe).
Un choix bipartite qui a un objectif spécifique: disposer d’une possibilité de médiation nécessaire pour toutes les parties utiles à la stratégie russe. Dans une interview au Kommersant, Lev Dengov, chef du groupe de contact russe sur la Libye, a déclaré: "En Libye, nous ne voulons rejoindre aucune des parties au conflit". Et c’est pourquoi il appuie ouvertement le plan des Nations Unies.
La Libye entre l'Algérie et L’Égypte
Géographiquement, la Libye est située entre la Méditerranée et le Sahara dans le sens nord-sud, mais également entre l’Égypte et l’Algérie à l’est et à l’ouest. Ces deux pays sont fondamentaux pour la Russie en Afrique du Nord. Alger a une longue tradition d'accords économiques et militaires avec Moscou, qui se poursuivent aujourd'hui, en particulier dans le secteur de l'armement. Pour donner une idée du rapport, l'ambassadeur de Russie en Algérie, Igor Belyaev, a révélé que le gouvernement algérien avait acheté la moitié des armes vendues par la Russie en Afrique.
Les relations entre ces deux pays aident à établir des relations également avec la frontière libyenne occidentale, où les forces algériennes sont présentes. De plus, il ne faut pas oublier qu'Alger entretient de mauvaises relations avec Haftar (allié de Moscou), mais c'est également un exportateur fondamental de gaz en Europe (en particulier pour l'Italie). Cette étrange situation signifie qu'Alger et Moscou sont également des interlocuteurs obligés sur la Libye.
Libye : Un bloc Haftar-Kadhafi, le mystère des 10 milliards d'euros disparus et les problèmes de Sarkozy (EADaily)
Mais c’est surtout avec l’Égypte qu’un axe solide a été construit sur le dossier libyen. Et dans ce sens, Haftar est le point de contact idéal. Poutine ne peut pas soutenir pleinement le maréchal de Tobrouk, mais il peut le faire indirectement par le biais du Caire. Les relations russo-égyptiennes sont au plus haut niveau: Poutine et Abdel Fattah Al Sisi partagent de nombreuses idées sur la partie orientale de la Méditerranée et sur Afrique du Nord. Et les forces de Haftar sont soutenues à la fois par les troupes égyptiennes et par le commandement russe, qui semble déjà être présent en Cyrénaïque par l'intermédiaire de groupes de sous-traitants. Pour le Kremlin, il est essentiel que l’Égypte soit de son côté. Pas seulement pour la Libye, mais aussi pour le Moyen-Orient.
Pourquoi la Russie s'intéresse à la Libye
La Russie s'intéresse à la Libye pour plusieurs raisons. Tout d’abord, le principal: le stratégique. Moscou a toujours eu besoin d’avoir des avant-postes en Méditerranée. L'accès aux mers chaudes est fondamental pour la stratégie navale du Kremlin. Et avoir des alliés en Méditerranée n’est pas simple du tout, car le jeu est complexe et les pouvoirs impliqués nombreux. La Libye de Kadhafi aurait pu être un allié valable. Pas comme Assad en  Syrie, mais Kadhafi ne représentait certainement pas un partenaire des États-Unis. Sa chute a compromis la liberté de manœuvre de la Russie en Méditerranée centrale. Par conséquent, il est clair que Poutine ne peut pas quitter les côtes libyennes des yeux.
À ces intérêts de nature militaire, d'énormes intérêts économiques se sont joints. La politique russe en Afrique et au Moyen-Orient repose essentiellement sur trois principes: l’énergie, les infrastructures et les armes. Et sur ces trois axes, la politique russe en Libye s'est également construite. Le ministre libyen de l’économie, Darsi, à Moscou, a confirmé les accords avec la Russie pour la construction du chemin de fer à grande vitesse Benghazi-Sirte, dans une zone contrôlée par Haftar.
Un contrat de 2 milliards de dollars qui, pour les Libyens, signifie avant tout le développement et la connexion entre les différentes parties du pays.
La Russie est clairement intéressée par le fait que ses entreprises participent à la reconstruction de la Libye. Mais l'infrastructure ne représente qu'une petite partie des intérêts économiques de Moscou. Rosneft, un géant énergétique russe, a déjà signé des accords avec la National Oil Corporation (NOC) pour l’exploration, l’extraction et l’achat de pétrole. À côté de Rosneft, il y a aussi Gazprom et Tatneft, déjà impliqués dans le pays et ce dernier en particulier à Syrte et à Ghadamès. Trois géants qui représentent les trois bras d'énergie avec lesquels la Russie veut revenir dans le match libyen après des années d'exclusion. Et c’est aussi pour cette raison que les États-Unis ont commencé à se réactiver en Libye également sur le front de l’énergie: la question concerne également les intérêts de Washington.
Troisième secteur: les armes. Industrie clé pour le Kremlin, notamment en Afrique et en Asie. Le défi entre la Russie, la Chine et les États-Unis concerne également le secteur de la guerre. Et la Libye fait partie de ce grand jeu. Dans la Libye d’avant-guerre, Moscou et Tripoli avaient conclu des accords extrêmement importants dans le domaine des armes. Kadhafi avait signé des accords avec le gouvernement russe en 2008 et en 2010 pour un chiffre d'affaires d'environ 3,5 milliards de dollars. Et de nombreux autres accords étaient en jeu, puis suspendus après le début de la guerre de l’Occident contre la Libye,  et l'embargo sur les armes imposé par l'ONU. Selon les estimations de Rosoboronexport, l'organisation russe qui s'occupe de l'exportation de technologie militaire, l'industrie de la guerre de la Fédération a perdu, après 2011, environ quatre milliards de dollars de contrats.
L'intérêt des Libyens pour la Russie
Si la Russie s'intéresse à la Libye, l'inverse est également vrai, la Libye est intéressée par la Russie. Contrairement aux autres puissances, Moscou a toujours été à l'écart, reconnaissant, comme expliqué ci-dessus, la valeur politique pour tous les principaux dirigeants libyens, sans nier le lien avec Kadhafi. En fait, la Russie a fait preuve de cohérence et d’astuce en ne prenant jamais parti pour un clan contre un autre : c’est ce qui lui a permis de ne pas se faire d’ennemis. Cette neutralité politique est utile, surtout à un moment où d'autres États semblent disposés à contrôler la Libye. Pour cette raison, de nombreuses factions libyennes voient dans le Kremlin un pouvoir qui garantit de manière substantielle l'équilibre et les intérêts de toutes les parties en conflit.
Il y a aussi beaucoup d'intérêts économiques. Pour commencer, comme mentionné, de l'infrastructure. Le ministre Darsi a répété à Kommersant que "le problème des infrastructures est fondamental et que la Russie a beaucoup d'expérience". Les contrats pour les chemins de fer et les autoroutes avaient déjà été conclus quand il y avait encore Kadhafi. Et maintenant, nombreux sont ceux qui veulent ratifier ces accords.
Et à ces intérêts sur des actifs stratégiques, des intérêts beaucoup plus concrets sont ajoutés dans le secteur alimentaire. La Libye est un pays en guerre, où la nourriture est rare. Et la faim, en plus de la destruction d'une population, conduit à l'instabilité et à la violence. La Russie, ces dernières années, a considérablement augmenté sa production agricole, devenant une puissance alimentaire. Pour cette raison, a toujours expliqué Darsi, l’importation de blé et de fourrage a été discutée, proposant un accord de 700 millions de dollars.
Source: Pravda.ru
Hannibal GENSÉRIC

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet seront supprimés.